Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Recit] A l'aube d'un nouveau jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Slayne
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : Sur une chaise... Ou Lorient, ça dépend...
Date d'inscription : 12/12/2004

Feuille de personnage
Nom: Madusel'th
Rôle:
Postures:

MessageSujet: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Dim 13 Mai 2007 - 20:46

Je vous vois déja venir : 'ha non pas lui, il va encore nous pondre des lignes imbuvables !' --> Et ben vi ^^

Je voulais pas réécrire la moitié des quatre sceaux (d'autant que réécrire les premiers actes à pas fait plaisir à quelqu'un :roll: )

Voici donc tadadaaaaa : A l'aube d'un nouveau jour.
Le début peut vous sembler un peu décalé, mais ne vous en faites.

Je n'en dit pas plus, vous aurez une surprise (une bonne j'espère) au fil du texte quand vous comprendrez sur qui/quoi il est.

Bonne lecture :


Prologue

Le soleil pointait timidement son visage.
L’astre éclaira de son teint flamboyant le regroupement de masures impériales. Leur construction était obsolète, faites de pierres, de tuiles et de torchis pour la plupart. Un panonceau se tenait devant les maisons, à l’entré du village.
‘Kelburg’

Des paysans s’attelaient déjà dans les champs, ils travaillaient à retourner la terre. Des marmots jouaient et se disputaient sous le regard sévère des adultes. Les récoltes devraient être bonnes cette année, c’était déjà le printemps et le climat était déjà très doux.

Hansen se tenait sur le bas de la porte de sa maison. Son épée au fourreau et son bouclier dans le dos. Il était l’un des rare milicien du village. Et le mieux payé aussi, ce qui lui valait une certaine jalousie des autres soldats.
Il déambula dans les champs pour observer si tout se passait bien. Excepté deux fermiers qui se disputaient au sujet de la propriété d’un arbre à la limite des deux champs et un gamin qui ne revenait pas de la forêt proche, sans doute perdu, tout était normal.

La matinée passa vite. Mais juste au moment où les habitants de Kelburg allaient se restaurer, quelque chose attira l’attention d’Hansen. Les bruits des oiseaux.
Ou plutôt le fait qu’il n’y ai plus aucun bruit d’oiseaux.

Tout s’enchaîna. Un bruit de cor surpuissant sonna. Des hurlements bestiaux surgirent de la forêt proche, bientôt suivi par l’apparition de dizaines d’hommes bêtes qui chargèrent les humains.
Ceux-ci s’enfuirent dans des cris de terreur et reculèrent en direction de leurs masures.

Hansen agrippa son bouclier et le fixa à son bras gauche, tandis que son autre bras dégaina son épée. Cela faisait bien longtemps qu’il ne s’en était pas servi et il espérait qu’il se rappellerai bien vite ses bottes d’escrimes.

Une difformité à corps d’homme et à tête de bouc avança vers lui, une épée rouillée dans chaque main. La bête l’attaqua d’estoc et de taille, mais ses coups étaient loin d’être parfait, alors qu’Hansen s’était entraîné à ce jour depuis une quinzaine d’année.
Il eu vite fait de passer sa garde et d’enfoncer son épée impériale dans le torse. La bête s’effondra sur le sol dans un râle immonde.

En regardant autour de lui, Hansen vit que nul homme-bête ne venait dans sa direction. Mais ce qu’il vit l’effraya d’autant plus.
D’autres créatures bestiales surgissaient de la forêt, elles étaient équipées de lourds gourdins et haches à deux mains, dotés d’armures et accompagnés par…un troll du chaos !

La poignée de miliciens du village serai balayée par tant d’ennemis. Hansen adressa une prière à Sigmar et espéra que son Dieu lui apporterai clémence…

Une explosion se manifesta sur sa droite, à l’extrémité des champs.

Là-bas se tenaient une colonne de soldats impériaux aux couleurs du Norland, le jaune et le bleu. Une ligne tenait des arquebuses et l’écran de fumée devant eux signifiait qu’ils venaient de faire feu. Des gémissements sur sa gauche lui indiquèrent que c’était bien le cas. Une seconde colonne se plaça devant la première, un régiment de fiers hallebardiers.

Les hommes bêtes virent cette nouvelle menace et réagirent immédiatement, leurs rangs désordonnés se hâtant en direction de ceux de l’empire.
Ils s’abattirent avec toute leur férocité sur les soldats impériaux qui tinrent bon leur position et abattirent des dizaines de bêtes grâces à leur entraînement régulier. Un capitaine impérial sur destrier hurlai des ordres et abattait sans mesure chaque ennemi qui se présentait face à lui.

Mais soudain, l’énorme troll du chaos et les hommes-bêtes d’élites s’enfoncèrent dans les rangs serrés impériaux.
D’un balayement son arme, un arbre de petite taille, la créature envoya trois hommes au tapis. Et elle continua de frapper en éclatant d’un rire infernal.
Les guerriers hommes-bêtes frappaient également de leurs lourdes armes, et elles réussissaient à détruire les armes, les boucliers, et les crânes humains.

Tout était perdu.
Hansen ne croyait plus en la victoire.
Le village allait être détruit, et tous ses habitants tués…

Un étrange mouvement attira ses yeux au sein des rangs impériaux.
Un drapé noir…

Hansen avança en direction de cette mêlée afin d’en distinguer plus.
Ce qu’il vit le surprit, l’affola et le rassura à la fois.

Une silhouette encapuchonnée et munie d’un grand drapé noir se mouvait avec une grâce surnaturelle. Elle maniait deux longues lames courbes à une vitesse démente.
Cette sombre silhouette abattait les hommes bêtes avec une assurance folle, elle tournoya bientôt au milieu des bêtes du chaos et toutes celles autour d’elle tombèrent.
Elle virevoltait, dansait et abattait ses lames sur chaque ennemi.
Les créatures tombaient toutes, certaines fuyaient cette apparition.

Les ondulations de la cape, couplées à celle de son porteur, terrifiaient Hansen. On aurait dit un serpent qui frappai à grande vitesse.

La silhouette se retrouva face au troll du chaos.
Malgré la distance, Hansen aurai put jurer avoir vu un sourire se dessiner sur les lèvres de l’encapuchonné. Un sourire mauvais.

Le troll abattit son arme de fortune pour écraser son adversaire.
Celui-ci tourna sur lui-même et fit un pas de côté.
Le coup frappa le sol.

La silhouette sauta alors sur l’arbre à moitié enfoncé dans le sol. Elle frappa d’un grand tranchant horizontal le cou de la créature qui libéra un flot de sang.
L’encapuchonné était de nouveau à terre, le sang n’avait même pas eu le temps de le toucher.

Mais le flot de sang se tarit vite, la blessure se refermait grâce aux pouvoirs régénérateurs des Trolls.
Le guerrier noir rengaina une de ses lames et tendit son bras en direction du cou de la créature.

Hansen ne put s’empêcher de sursauter en voyant des flammes incandescentes surgirent du bras et calciner la tête du Troll chaotique.
La créature se débattit vainement et frappa l’air de ses bras, envoyant au tapis des hommes-bêtes à proximité.

Les créatures bestiales ne demandèrent pas plus. Elles tournèrent les talons et s’enfuirent.

*
**
Quelques hommes avaient été envoyés traquer les fuyards, armés d’arquebuses, il ne leurs laisseraient aucun répit.

Pour l’heure, les impériaux faisaient un bilan.
Dix-sept morts.
C’était beaucoup. Mais cela aurait pus être bien pire.

La silhouette encapuchonnée était assise sur un rocher, les bras croisés, à l’écart des humains.

Le capitaine impérial se rapprocha d’elle, Hansen le suivit, curieux. Le capitaine tendit une bourse à l’inconnu qui la prit sans ménagement.

- Je vous remercie de vous être joint à nous. Sans vous nous n’aurions pus venir à bout de cette engeance diabolique.
- Il est vrai qu’avec d’aussi piètres soldats, ce village n’aurai pas vu de lendemain.

La voix de l’inconnu était ferme, et avec un fort accent, mais d’une langue inconnue aux oreilles de Hansen.

- Qu’allez vous faire de cette prime…mystérieux bienfaiteur ?

L’apostrophé tourna sa tête en direction de Hansen.

- Moi ? Un bienfaiteur ?
Il fut prit d’un léger rire sarcastique.
- Je n’ai fait ça que pour l’argent. Il paraît qu’il faut de l’argent humain pour pouvoir se rendre là où je le désire…

L’encapuchonné se leva et marcha en direction du Nord. En direction de la cité portuaire.

Hansen n’y tient plus :
- Quel est ton nom inconnu ?

Celui-ci ne se retourna pas, mais avant d’être hors de portée de voix, il se retourna.
- Vealath.

Il reprit sa marche.


Dernière édition par le Mer 16 Mai 2007 - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/saroarha/
Khaladh Deathnight
Noble
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 27
Localisation : A la montagne, au dessus d'un vaste vide...à combler...
Date d'inscription : 03/09/2005

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Dim 13 Mai 2007 - 20:51

Oh non !!!!
C'est pas vrai ! Tu peux pas t'arréter ?
Maintenant, va falloir que je passe tous les jours avec l'espoir de voir la suite...et je vais pas travailler pendant ce temps là !
T'es infernal, tu sais ! J'ai le BAC le 12 juin, moi !

*M'énerve à écrire aussi bien...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scarloc
Guerrier
avatar

Nombre de messages : 46
Age : 24
Localisation : nord nord
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Dim 13 Mai 2007 - 20:52

Alors la :thumright:
Le début est palpitant .
La description est trés bonne.
Je te souhaite bonne chance pour ce nuveau récit.
Voil@+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 28
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Dim 13 Mai 2007 - 21:53

Hahahaha, il me l'avait caché le cachotier qu'il écrivait une suite !

En tout cas, le prologue promet, c'est bien.

PS : tu as bien fait d'écrire une suite plutôt que de remanier les Quatre sceaux, je le confirme XD

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Fëanáro Númenessë
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 298
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
Nom: Fëanáro
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Dim 13 Mai 2007 - 22:01

Comment expliquer la certidude qu'on peut avoir que cette nouvelle aventure sera celle de Vealath quand tu dit vous aurez une surprise.

En tout cas je suis content que tu continue cette histoire si elle est à la hauteur de la précédente on ne devrait pas être déçu (en tous cas j'espère sinon je te :(maul): XD )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daerkhil Khadae
Guerrier
avatar

Nombre de messages : 37
Localisation : mon palais à Karond Kar sinon bordeaux
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Lun 14 Mai 2007 - 20:54

YOUUUUUUUUUUUUUUUUUHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUU!

c'est repartit mon kiki!

J'en veux encore encore.

et dépeche toi, sinon, je trouve ou tu habites et je te botte le derrière pour que tu te dépeches.


PS, un énormissime faute, "ses botes d’escrimes" moi qui en fait..... avec 2 "t" s'il te plait

Argh c'est presque le coup de grâce. heuresement une silhouette encapuchonnée est venue réparée (massacrer?) la suite :thumright:

vite vite, on attends la suite **aplause**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayne
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : Sur une chaise... Ou Lorient, ça dépend...
Date d'inscription : 12/12/2004

Feuille de personnage
Nom: Madusel'th
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Mar 15 Mai 2007 - 20:15

Acte 2 – Aussi loin que puisse se rendre un cœur

Vealath observait l’étrange disposition devant lui.
Une grande ville humaine. Si différente de celles en Naggaroth, de part son aspect et son activité.

Lorsqu’on flâne dans Hag Graef, on est rarement dérangé par la foule, car celle-ci n’est pas dense, et les rues larges.
Mais cette cité portuaire était l’exact inverse de sa cité. Une véritable cohue de passants, de marchands, de pauvres, de brigands et de miliciens se mêlaient, se bousculaient et chahutaient.

- Par Khaine ! Me mêler à cette foule va être une sacrée partie de plaisir. Dit-il le plus ironiquement du monde.

*
**

Mais il n’eut pas à se faire bousculer par la cohue.

Le simple fait de voir un étranger munie d’une armure noir, d‘un drapé d’une même couleur et d’un capuchon pour ne pas montrer son visage, suffisait à faire changer de trottoir bon nombre de citoyens.
Sans compter la paire de lame qui battaient son flan, qui dissuadait les brigands de s’approcher.
Néanmoins, une compagnie de milicien trouva le courage de s’approcher. Leur sergent s’approcha de Vealath.

- Héla étranger ! Quel est ton identité ? D’où viens-tu et que viens-tu faire dans cette ville ?
Le Druchii leva les yeux vers cet inopportun, mais il ne pouvait pas voir les deux magnifiques prunelles rouges sanguins, à cause de l’ombre de la capuche.

- Cela fait beaucoup de questions de la part d’une seule personne…
Il sentit le sergent se raidire.
- Disons pour faire simple, que je ne suis de passage dans cette minable ville pour la quitter au plus vite…
Parler par énigme déconcerta l’humain.

- Vous ne m’avez pas répondu ! Qui êtes vous ?
Un sourire se dessina sur les lèvres de l’Elfe Noir. Il abaissa sa capuche. Révélant son visage pâle et ses cheveux d’ébène.

Le sergent écarquilla les yeux.

- Un Elfe Noir !
Vealath décida de jouer gros.
Il dégaina une de ses lames et la plaça sur le coup de son interlocuteur. Les soldats à côté sursautèrent.
- Ne m’appelle plus jamais comme ça ! Tonna t’il.
Il rengaina sa lame.
- Je suis un Elfe d’Ulthuan, ne me compare plus jamais à ces vils démons !

Le sergent, rassuré de ne plus avoir une lame sous le coup, déglutit et bafouilla.
- Heu…oui oui…je ne vous…heu…importunerai plus de la sorte…

Vealath remit son capuchon avant se sourire intérieurement. C’était un pari gagné.

Les humains haïssaient les Druchii pour tous ce qu’ils leurs avaient fait. La plupart des humains se méfiaient également des Hauts Elfes, mais ils ne les attaquaient pas.
Cela lui coûtait de se faire passer pour un Asur, mais moins que sa vie.
Son apparence était un gage de ses origines, mais personne ne mettrai sa parole en doute. D’autant que les connaissances des humaines sur la race Elfique entière étaient floues.

- Excusez-moi, seigneur Elfe, mais je dois vous demandez votre nom…vous comprenez, pour faire mon rapport…
Vealath souria.
- Vealath.

Il continua sa marche, et eu la satisfaction de voir les soldats impériaux s’écarter de son chemin.
Ils ne l’importuneraient plus.
Le sergent ferait son rapport, et les autres patrouilles impériales seraient bientôt au courant de ‘l’étranger Elfique’, et lui ficheraient la paix.

*
**


Il déambula bientôt dans une rue qualifié de ‘mal famée’.
La crasse s’amoncelait de plus en plus à mesure qu’il avançait, le rue devenait plus sombre et de moins en moins de personnes s’y trouvaient.
Il n’y pas besoin d’attendre très longtemps.

Un jeune garçon qui s’était caché entre deux fut de vin vides apparut tout à coup et le frôla.
C’était une manière grossière pour attraper sa bourse pleine d’argent impérial et de s’enfuir.

Mais Vealath était bien plus rapide que n’importe quel humain.
Il attrapa la main du garçon et la balançant au sol. Un bruit de craquage lui indiqua qu’il lui avait brisé le poignet.
Le garçonnet se mit à gémir en massant douloureusement sa main.

- Et bien mon garçon, tu ne manque pas de cran pour tenter de me voler… J’ai justement besoin de quelqu’un comme toi.
Le regard de l’enfant fut assez éloquent, il paniquait.
- J’ai besoin d’un renseignement. Et si l’information est exacte, je te laisserai tranquille.

*
**

Quelques instants plus tard, Vealath se tenait devant une auberge miteuse.
‘La sirène rieuse.’
Mais l’effigie de sirène au-dessus du nom de l’enseigne, ne donnait vraiment pas envie de rire.
Elle était sale, cabossée et la crasse au niveau des yeux lui donnait l’apparence d’être en trait de pleurer.

A Hag Graef, une telle auberge n’aurait attiré comme seuls clients que des esclaves. Et encore…

Il entra et la puanteur qui y régnait lui intimèrent de déguerpir aussitôt. L’odeur de sueur, de nourriture immonde et de relents d’alcool étaient peu fréquents chez lui.
Mais si le gamin était dans le vrai, il devait rentrer.
Ce qu’il fit.

Tous les regards convergèrent vers lui.
Il faut dire qu’il attirait l’attention avec son apparence.

Il avança d’un pas décidé vers la plus grande table, là où se tenait une bonne vingtaines de gaillards. Tous une choppe à la main et la plupart avec une fille dévergondée sur les genoux.

- Je cherche le capitaine Segnar Doiran !

Tous les visages conversèrent sur lui. Cela ne l’intimida pas le moins du monde.

Un des marins se leva. Sans doute ivre mort, il se jeta sur Vealath…qui s’attendait à ce genre d’accueil de gens grisés. Il l’attrapa par l’épaule et le propulsa contre une poutre en bois. L’homme fut assommé et s’écroula sur le sol.
Les autres hommes éclatèrent d’un rire gras.

- Boagan s’est encore frotté à plus fort que lui !
Ils se mirent alors à chanter une chanson grivoise.

Vealath était déconcerté. Et amusé à la fois devant tant de gaucherie…

- Qu’est ce qui s’est encore passé ici ?

Vealath se retourna pour voir un homme à l’habit impeccable et pourvut d’une forte barbe rousse et ornant une pipe à la bouche. Son regard était sévère.

- Seriez vous Segnar Doiran par hasard ? S’enquit Vealath.
- Et si c’était le cas ?
Vealath se rapprocha de lui.

- J’ai besoin de ce capitaine, on m’a dit que votre navire faisait de fréquentes escales vers un endroit où je veux me rendre. J’ai de l’argent, je pourrai payer ma traversée.

Le capitaine le regarda d’un œil critique et indécis.

- Et c’est quoi ta destination mon gaillard ?
Vealath ôta son capuchon.
- Nippon.




Citation :
sinon, je trouve ou tu habites et je te botte le derrière pour que tu te dépeches
Th'abite bordeux, bonne chance pour venir me voir ^^

Merci de vos commentaires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/saroarha/
dark35
Noble
avatar

Nombre de messages : 444
Age : 25
Localisation : Là ou me guide mon destin.
Date d'inscription : 15/03/2006

Feuille de personnage
Nom: Kalannar Ombrelame
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Mer 16 Mai 2007 - 16:51

Cette fois je le suis depuis le début! J'adore le début, tu a gardé le tout assez flou, je pense que c'est volontaire. J'attend la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fëanáro Númenessë
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 298
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
Nom: Fëanáro
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Mer 16 Mai 2007 - 18:17

Bah une chose à dire c'est quand la suite ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayne
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : Sur une chaise... Ou Lorient, ça dépend...
Date d'inscription : 12/12/2004

Feuille de personnage
Nom: Madusel'th
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Ven 18 Mai 2007 - 21:47

Citation :
Bah une chose à dire c'est quand la suite ? ^^
De suite mon jeune ami.



Acte 3 - Les reflets de l’eau

Le Druchii se tenait accoudé au bastingage.
Il regardait, mélancolique, l’étendue bleutée devant lui. Bien que dans la nuit, la mer fut d’avantage noire que bleue. Des milliers et d’autres milliers encore d’étoiles se reflétaient dans les remous que dégageait-la ‘mouette rieuse’. Le navire qui le menait en Nippon.

L’équipage passait la majeur partit de son temps à s’occuper des tâches propres à la traversée…et à éviter de croiser l’Elfe Noir.
Le seul humain qui l’approchait, était le jeune mousse. Tinit. Non, Tinuit…
Au fond il s’en fichait.
Si le jeune matelot venait vers lui, c’était uniquement pour lui apporter ses repas, l’informer de la position du navire et de rares fois, lui poser des questions.
Et aucun autre matelot ne voulais le faire. C’est pour cela qu’ils envoyaient un gosse.

- Heu…monseigneur ?
Vealath ôta sa tête de ses mains, ses bras du bastingage, et pivota.
C’était le jeune mousse.
Quand on parle de l’hydre, on en voit les têtes…

Il portait un plateau repas. Pour des humains il s’agissait d’un régal. Mais pour Vealath, ceci était tout juste bon pour une nourriture d’armée en guerre…
Vealath fit un léger sourire.
- Cela fait longtemps que je n’ai pas dîné sous les étoiles…

*
**

L’Elfe Noir acheva de déguster une pomme pas assez mûre. Le jeune matelot était resté à côté de lui.
- Quel est ton nom déjà jeune humain ?
Il tressaillit.
- Tyneth, mon seigneur…
Vealath comprenait sa peur, il était en présence de l’un des si craints guerriers de Naggaroth. A juste titre…

- Excusez-moi monseigneur… Mais les gars…heu, je veux dire…j’aimerai savoir qu’est ce que vous voulez faire à Nippon…
Le Druchii balança le trognon de pomme à la mer. Puis son regard se perdit au travers des nuages et de la mer.
- Recommencer ma vie…
Une vie qui pourtant, était déjà bien comblée.

- Pour sûr, monseigneur…mais il y a d’autres endroits pour recommencer sa vie…La plupart du temps, c’est en Tilée que les hommes se rendent.
Vealath fut prit d’un petit rire moqueur.
- En effet mon garçon, un ‘homme’ se rendrait sûrement en Tilée… Mais pas un être tel que moi…

Il replongea dans ses pensées.
A dire vrai, s’il avait choisit Nippon, ce n’était pas par hasard.
Il avait entendu l’histoire d’un jeune noble appelé Madusel’th qui avait tenté de fuir Naggaroth. Il avait choisit Nippon comme terre d’exil car il trouvait que cette patrie, bien qu’elle soit moins évoluée technologiquement, avait selon sa réputation des hommes très valeureux, plus civilisés et faisant preuve d’une maîtrise des armes blanche remarquable.
Et il s’y rendait.
Peut importe ce qu’il y ferait, lui-même l’ignorait.
Il ne se voyait vraiment pas en mercenaire, même s’il aurait un franc succès.

Qui pouvait dire ce qui pouvait arriver ?

Il eu le loisir d’appliquer cette phrase la seconde qui suivit.
Alors que tout était calme, une chose bondit hors de l’eau et se réceptionna sur la rambarde à quelques pouces de l’Elfe Noir.
La chose était de taille moyenne, elle avait un air vaguement humain, mais des branchies, une peau de couleur bleue et deux grandes rétines noires réfutaient cette idée.
Tout au plus, ç’aurait été le croisement d’un poisson et d’un homme.
La créature possédait un trident de métal et une cape de mailles de fortunes sur l’épaule.

- Mon dieu ! Un amphibien !
Tyneth partit en courant prévenir les autres membres d’équipages.
Plusieurs autres créatures similaires à la première sautillèrent également hors de l’eau et se réceptionnèrent également sur la barrière.

- On ne change pas son destin c’est ça ?
Vealath fit quelques pas en arrière, en faisant face à ses ennemis et avec un malicieux sourire sur les lèvres…
Il dégaina ses lames courbes.
Les créatures se jetèrent sur lui.

*
**

Au départ l’équipage, qui se tenait à la cale, ne crut pas Tyneth. Mais passé la surprise, il paraissait logique que des amphibiens puisse aborder le navire, puisque comme le fit remarquer le second, c’était la zone maritime où le risque d’en rencontrer était le plus grand.
Mais personne ne voulais aller secourir Vealath.

- La ferme Tyneth ! Ce sale Elfe n’a qu’à se débrouiller tout seul !
- Ouais il a raison !
Les marins continuèrent d’houspiller l’Elfe Noir, quand le capitaine Doiran fit son apparition. Il mit fin au tumulte d’un seul mot.
- Mollassons !
Ils tournèrent des regards incrédules vers lui.
- Bande de mollassons, ceci est autant mon navire que le vôtre, alors même si notre passager peut se débarrasser de cette vermine, cela ne veut pas dire que l’on peut tolérer une présence ennemie à bord ! Vous allez me faire le plaisir de prendre vos armes et de me refoutre à la flottes ces poiscailles !
Les marins maugréèrent, mais obéirent.
Ils prirent chacun leur arme personnel. Une arquebuse, un sabre, un pistolet, des dagues… L’image qu’ils donnaient leur faisaient davantage penser à une bande de pirates plutôt que d’honnêtes marins…

*
**

Ils arrivèrent en courant sur le côté gauche du navire, à la poupe.
Mais ils n’eurent pas besoin d’intervenir.
Le spectacle devant eux était à glacer le sang.

Une ombre noire, drapée et couverte d’éclabousses de sang violet, se tenait au centre du carnage.
Des corps découpés, calcinés et baignant dans leurs sang se tenaient tout autour de lui.
Pour rajouter encore à l’horreur, des flammes inondaient le plancher du navire, elles léchaient le bois du sol derrière l’ombre et donnaient une dimension cauchemardesque à la scène.

Deux yeux rouges sanguins, apparurent malgré la noirceur de la nuit, qui masquait les traits du visage de l’Elfe Noir. Les yeux paraissaient portés au fer rouge et auraient pus tuer ne serais-ce que par la peur qu’ils provoquaient.

L’ équipage frémit, et espéra qu’il restait assez de raison au Druchii pour ne pas qu’il sombre dans une transe mortelle et anéantisse l’équipage dans sa colère.

Une voix similaire à un démon parla :
- Et bien, trouvez-vous ça aimable de laisser les corvées aux passagers ?

Un homme s’enfuit en pleurnichant sur son sort.

- Capitaine !
Non sans déglutire, il répondit à l’appel de l’ombre.
- Non…bien sûr que non…
- Dans ce cas, vous allez me rembourser la somme du voyage. En intégralité !

Doiran se surprit à fuir du regard les yeux sanguins devant lui.
- Oui bien sûr…Je comprend…
- Parfait.

Sans un mot, le guerrier Elfe Noir passa à côté des marins. Sans même un regard pour eux.
Dans les reflets d’une des lampes du pont, tous purent l’apercevoir parfaitement.
Ses traits étaient déchirés par la colère.

Il monta dans sa cabine réservée au seul passager à bord et commença à se nettoyer.
Intérieurement, il ne ressentait que colère.

Je déteste les humains pour ce qu’ils sont capables de faire…






Petit jeux : Deux références de deux BD assez connues se sont glissées dans ce texte, saura-tu les retrouver ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/saroarha/
eagle
Eclaireur
avatar

Nombre de messages : 19
Localisation : Sérieusement ca va vraiment vous servir d'avoir la réponse ?
Date d'inscription : 06/05/2007

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Ven 18 Mai 2007 - 21:59

Encore une fois c'est vraiment classe!

Citation :
Quand on parle de l’hydre, on en voit les têtes…

J'aime beaucoup cette expression ! C'est vraiment bien trouver ^^

J'ai vu que tu parler de Madusel’th, (c'est un de tes persos je crois nn ?) qui sait, peut etre une rencontre entre les 2 hommes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 28
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Ven 18 Mai 2007 - 22:02

Hum texte très sympa. Vealath est vraiment très (trop ?) fort, mais je te l'avais déjà dit.

Moi perso je pense deviner certaines de tes influences (aucun rapport avec les BD dont tu parles) qui suintent de ce texte-ci : Final Fantasy et Prince of Persia, me trompes-je ?
Il y a peu de chance vu que j'avais déjà parlé de ces jeux avec toi XD

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
dark35
Noble
avatar

Nombre de messages : 444
Age : 25
Localisation : Là ou me guide mon destin.
Date d'inscription : 15/03/2006

Feuille de personnage
Nom: Kalannar Ombrelame
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Ven 18 Mai 2007 - 23:30

T'a t'on déjà dit que tu écrivais très bien? Ton style est vraiment très agréable à lire. Un reproche tout de même, Vealath commence à se servir un peu trop souvent de son bracelet, ça devient trop facile!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayne
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : Sur une chaise... Ou Lorient, ça dépend...
Date d'inscription : 12/12/2004

Feuille de personnage
Nom: Madusel'th
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Mar 22 Mai 2007 - 18:52

Acte 3 - Le début d’une nouvelle vie

Le passager descendit de la ‘mouette rieuse’. Il abaissa sa capuche et observa autour de lui.
Nippon.
Pour le moment il se tenait dans un port.
Mais qu’elle différence avec toutes les constructions qu’il avait vu auparavant !

Les maisons étaient pour la plupart petites, fabriquées de bois et couvertes de chaume en guise de toits. Certains bâtiments étaient en revanche plus cossus et étaient fait de pierre, avec des toits de tuiles rouges sombre.
Ces constructions auraient parues obsolètes en Empire, de même que le pont pour débarquer était lui aussi fait de bois, et particulièrement usé.
Ce petit port était situé sur un renfoncement abrupt, des nombreux habitants se tenaient ici et là, certains étaient des paysans, d’autres de simple habitants, et enfin des gardes en faction se tenaient dispersés dans les environs.
Ces gardes possédaient d’élégantes armures feuilletées dans un matériau étrange, de loin il croirait presque qu’il s’agissait de bambou peint… Chacun portait une lance et une paire de lame sur leur flanc gauche. C’était surtout les lames qui l’intéressait, elles étaient incurvés et leur tranchant était dirigé vers le ciel.

Bien malgré lui, Vealath fut forcé de penser que le paysage était magnifique.
Le soleil se couchait doucement derrière la colline, inondant chaque recoin de ce village côtier. Les arbres se mêlaient harmonieusement au paysage, les constructions n’étaient ni trop grandes et ni trop petites, les nuages eux-mêmes s’en allaient…
Magnifique.

En y regardant de plus près, il constata que ce qu’il avait entendu était vrai. Il ne voyait aucune trace des grossières technologies typiques des humains. Pas de machines à vapeur, pas de fusils…

Il allait se plaire ici.

Le retour à la réalité fut plus dur.
Deux soldats en armes vinrent se poster devant lui. Vealath pus voir leurs traits.

Ils étaient légèrement plus petit que lui. Leur teint était légèrement halé et leurs expressions étaient nobles. Ils ne trahissaient aucune hésitation et paraissaient sûrs d’eux.
Ils se postèrent deux pas devant lui et le jaugèrent.

- Quel est le but de votre arrivée ici, sieur l’elfe ?
Etre appelé sieur ne manqua pas d’amuser Vealath.
- Moi-même je l’ignore. J’ai besoin d’un endroit pour recommencer ma vie…

Le second garde chuchota quelque chose au premier, plein de méfiance et en dévisageant l’apparence de l’Elfe Noir. Le premier garde acquiesça et demanda :
- Pardonnez mon manque de courtoisie, mais mon compagnon me dit que vous ressemblez fort aux kokujin kaijuu. Est-ce le cas ?
Il haussa un sourcil.
- Je ne sais même pas ce qu’est un kokujin kaijuu, comment pourrais-je répondre à cette question idiote ?
Loin de se faire démonter, le premier garde leva les yeux au ciel et sembla chercher un mot approprié.
- Cela pourrai se traduire par ‘monstre noir’. C’est ainsi que nous appelons les guerriers du continent de l’Est. Ils sont vêtus similairement à vous, et sont des êtres retors et maléfiques.

Vealath ne voulu pas se mettre à dos la milice aussitôt être arrivé a Nippon. Il devinai que bon nombres d’expéditions Druchii avaient dus se solder par des combats avec l’armée de ce petit pays. Et s’il avouait être l’un d’entre eux, il serait sûrement abattu sans sommation.
- Non je n’en suis pas un. Je me revêt ainsi pour tromper certaines personnes malhabiles à mon égards voilà tout. Cependant je n’aime pas que l’on pose trop de questions à mon sujet…
Il fronça les traits de son visage.

Le second garde fit de même, nullement intimidé.
- Fort bien sieur Elfe. Mais je dois vous avertire que fort peu de vos congénères sont tolérés ici. Je vous souhaite vivement de ne pas attirer l’attention sur vous ou de vous risquer à faire quelques viles bassesses. Sinon sachez que mon Daisho sera aisément à portée de votre nuque.
L’Elfe Noir devina que le Daisho en question était les deux lames pendant à la ceinture du garde.

Les deux soldats se retournèrent.
- Attendez !
Ils regardèrent par-dessus leurs épaules le sombre voyageur.

- Pourriez vous m’indiquer avant de disparaître de ma vue l’adresse d’une auberge ?
Tout stoïque qu’ils furent, ils lui indiquèrent du doigt une masure au loin.
Puis ils s’en furent.

*
**

Les idéogrammes de Nippon étaient très difficiles à comprendre. Mais ceux des Druchii étaient encore pire.
En quelques temps il apprendrait déjà l’écriture.
Mais le plus urgent était d’apprendre à parler la langue de Nippon. Heureusement que le garde savait parler l’impérial, mais il n’y aurai pas toujours d’interprète pour lui faciliter la tâche.

Pour l’heure, il essayait vaguement de déchiffrer les écritures au-dessus de l’entrée du bâtiment. En pure perte. Il n’y comprenait rien.
Il entra donc dans la magnifique construction de bois et amoureusement décorée de plantes orientales et d’esquisses faites de fusains sur de la toile.

La tenancière, une femme d’âge moyen, l’accueillit avec bonne humeur et humilité.
Elle ne parlait pas l’impérial.
Vealath se maudissait déjà de son mauvais sort.
Une chance, le mari de la tenancière arriva et ils purent discuter sur le prix d’une chambre et les modalités de séjour.

*
**

La nuit commençait à tomber sur Nippon.

Pour l’heure, il se tenait dans sa chambre. Une petite pièce carrée de cinq mètres carrés.
Une sorte de tissus recouvrait le sol, il se révélait très confortable. De plus il n’y avait aucune chaise dans sa chambre, ce qui était peu courant, mais un peu de changement ne lui ferait pas de mal !
Une femme s’occupant des chambres étaie passée pour installer un simple matelas, une couverture légère et un oreiller.
A sa grande surprise, ce qui lui paraissait être un lit de fortune, se convertit en une couchette très accueillante.

En effet, que de changements… Pensa t’il bientôt en s’endormant d’un sommeil léger.
Par habitude de ne pas se faire surprendre en plein sommeil…

Mais il n’eut pas le loisir de se reposer longtemps.

Quelques heures après que le soleil se soit couché, son sommeil léger partit en fumé quand des bruits lui parvinrent aux oreilles.
Ils tendit l’oreille, bien qu’il aurait préféré dormir.
Ce qu’il entendit lui intima de ne pas replonger dans le sommeil.

Il entendit des bruits étouffés, provenant de la chambre située sous la sienne, puis des bruits brusques tels des meubles renversés. Et enfin il entendit un hurlement effroyable, mais peu inaudible, comme il une main empêchait un pauvre bougre de crier. Mais de toute évidence le cris était trop douloureux pour être masqué par une main.

Vealath enfila ses bottes, les seules choses qu’il retirait pour dormir, et sortit de sa chambre, attiré par curiosité. Des visages de résidents de l’auberge regardait au dehors de leurs chambres, avec des regards peureux.
Il arriva à la chambre de l’étage dessous le sien.

La porte était ouverte.

La chambre était bien plus coquette que la sienne, de nombreux meubles la décorait.
Mais tout étaient tâchés de sang.
Un corps que la vie quittait se tenait au centre de la chambre, le visage tordue par la peur dans une grimace infâme. Cet homme paraissait riche, mais il baignait pour l’heure dans son sang.
Malgré la pénombre, Vealath pus voir que beaucoup de sang coulait du cou de l’humain, l’attaque mortelle avait dû être portée ici.

Lorsqu’il entendit des bruits de pas typiquement martiaux résonner dans l’escalier proche, appartenant à la milice, il se maudit de son mauvais sort.

Tout le monde penserai que l’Elfe Noir aurait tué l’humain. Son masque tomberait si les autorités s’en mêlaient.

Personne ne le croirait.




Citation :
Vealath commence à se servir un peu trop souvent de son bracelet
Il est prévu qu'il y ai des changements...je n'en dit pas plus ^^

Citation :
Final Fantasy et Prince of Persia, me trompes-je ?
Oui, il s'agissait de troll de troy pour 'tyneth' et de gaston lagaffe pour la 'mouette rieuse'.

Citation :
Madusel’th, (c'est un de tes persos je crois nn ?) qui sait, peut etre une rencontre entre les 2 hommes ?
Peu de chance vu que dans le récit de madusel'th, il réussit à rentrer à Naggaroth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/saroarha/
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 28
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Mar 22 Mai 2007 - 20:29

Que de suspens !
Tu es un sadique de t'arrêter là XD


Slayne a écrit:
Citation :
Final Fantasy et Prince of Persia, me trompes-je ?
Oui, il s'agissait de troll de troy pour 'tyneth' et de gaston lagaffe pour la 'mouette rieuse'.
Heu, j'ai pourtant bien préciser que je ne parlais pas des BD exprès mais d'autres influences générales que je devinais. C'est peut-être tout simplement ton inconscient, mais je m'explique :
Vealath sur le pont avec son manteau et ses lames courbes c'est le Prince de Perse au début du 2.
Le coup des flammes sur lesquelles se dessine la silhouette de Vealath ça me fait penser à Séphiroth dans Nibelheim en flammes.
Voilà XD

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Slayne
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : Sur une chaise... Ou Lorient, ça dépend...
Date d'inscription : 12/12/2004

Feuille de personnage
Nom: Madusel'th
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Mer 23 Mai 2007 - 21:51

Citation :
Tu es un sadique de t'arrêter là
Ben je suis un Elfe Noir...^^

Citation :
ça me fait penser à Séphiroth dans Nibelheim en flammes.
Ha ha ha ? Un connaisseur ? XD C'est vrai j'adore Sephiroth (l'un de mes perso préféré toute catégorie) mais je n'avais pas songé à cette relation. Sephiroth me l'aurait-il soufflé avant de redevenir un souvenir ? ^^


Allez, je suis de bonne humeur :


Acte 4 - Pieds et poings liés

Il regarda tout autour de lui.
A sa droite, l’escalier pour monter l’étage au-dessus, mais des curieux le descendait, lui barrant ainsi le passage.
A sa gauche, des reflets dorés sur le papier du couloir lui indiquaient que des soldats arrivaient armés de torches.

Que fallait-il faire ? Les attaquer et se frayer un passage au fil de son épée ?
Non.
Ce serait se condamner une fois de plus. Et il ne pouvait pas fuir Nippon.
Il ne dégaina pas ses lames. Mais si on l’attaquait, il le ferai, il frapperai avec le plat de ses lames.

Les soldats apparurent à portée de vue, Vealath pivota vers eux.
Pendant une seconde, les miliciens de Nippon hésitèrent.
Puis ils avancèrent et dégainèrent leurs lames en hurlant des mots que le Druchii ne comprit pas.

Les trois premiers miliciens dégainèrent des épées recourbées et les abattirent sur l’Elfe.
Il esquiva la première lame para la seconde avec son fourreau.
Il fit un pas sur la droite et le troisième garde se trouvait dans l’incapacité de le frapper puisque le second garde le gênait.

Vealath envoya son second fourreau dans les côtes du garde devant lui, l’envoyant au tapis.
Le premier garde revient à la charge et reçut un coup de pied à la mâchoire qui lui fit percuter le mur le plus proche.
Le troisième, nullement intimidé, frappa de taille.

Le Druchii esquiva en reculant d’un pas. Il fut effaré en voyant la longue entaille que provoqua l’épée effilée du garde sur le mur.
Ces lames étaient extrêmement tranchantes !

Vealath se refusa à tuer, mais l’envie augmentait à chaque fois qu’il se forçait à esquiver ou à parer.

Un bruit de choc lui traversa les oreilles. Sa vue se brouilla et son corps défaillit son poids. Ses jambes ne le retenait plus. Il sentit un mince filet de sang couler du sommet de son crâne.
Il s’effondra sur le sol.

Juste avant de perdre connaissance, Vealath pus voir que quelqu’un se tenait derrière lui.
Comment ce soldat avait-il pu le contourner ? Aucun homme n’avait auparavant été aussi rapide face à lui.

C’était un guerrier à ne pas en douter. Il portait une armure plus magnifique encore que celle des simples soldats et sa ceinture se tenait deux magnifiques sabres dont le fourreau représentait un dragon.
Des magnifiques vêtements bleus parsemés de pointes d’or ajoutaient une touche de noblesse à son apparence.
Mais sa vision se brouillait et il ne pu voir son visage.
Il ferma les yeux.

Il entendit les paroles des gardes, mais elles lui paraissaient distantes et fantomatiques.

Il sombra dans l’inconscience.

*
**

Des dalles de marbre.
C’était la seule chose qu’il pouvait voir dans sa position. Il était à genoux dans une vaste salle apparemment. Ses mains étaient attachées dans son dos et il avait été délesté de ses possessions les plus importantes ; ses lames barbelées, son armure et son bracelet.

Son crâne lui faisait atrocement mal les voix autour de lui étaient brumeuse.
Il réussit à redresser sa tête pour voir des jambes.
Elles étaient habillées par un tissus bleutés aux pointes d’or.
Le guerrier qui l’avait assommé était devant lui. Il conversait avec un autre homme.

Tout à coup il sentit deux bras le porter et le mener plus loin dans la pièce, elle paraissait faire des lieues, ou alors il s’agissait d’une maison dallée d’un riche humain.
Peu à peu, la douleur s’effaça, sa vision redevint normale et ses idées furent de nouveaux claires.

Le guerrier noblement vêtu était devant lui, il ne pouvait toujours pas voir son visage. Mais il s’avait désormais que cet homme avait des cheveux de couleur de jais, comme la plupart des gens de Nippon, et qu’il les attachait avec une anneau pour en faire une natte derrière la tête.
Deux soldats, eux aussi affublés de vêtements princiers, le soutenait par les bras et l’empêchaient de bouger.
De toute façon il n’avait pas la force de se débattre.

Ils s’arrêtèrent de marcher.
Vealath leva la tête.

Devant lui se tenait un trône. Et dessus était assis un humain.
Peut être l’empereur, il n’en savait rien…
Il était vêtement d’une tunique magnifique, selon les critères orientaux. Des dizaines de gemmes, de tissus colorés et d’ornement divers le rendait indubitablement royale. Ou prince.

- Serais-ce lui Shigeo ?
Le guerrier devant Vealath inclina la tête et fit quelques pas de côté.
L’homme richement vêtu parlait l’impérial. Quoi de plus normal vu que Nippon commerçait beaucoup avec l’empire…
L’homme sur le trône dévisagea longuement, l’air grave.

- Me comprends-tu damnée personne ?
Vealath plissa les sourcils.
- Pourquoi ne le devrais-je pas ?

L’humain secoua la tête, d’irritation.
- En tout cas nous avons trouvé ça étrange qu’ils t’aient envoyé alors que tu n’est pas l’un d’eux. Il s’agissait peut être d’un test pour prouver à leurs yeux que tu vaux la peine de recevoir ce maléfique don ?

Vealath ne comprenait rien.

- Que me racontez-vous là ? Je suis sensé être envoyé par qui ?
Une voix derrière l’Elfe Noir parla en direction du souverain.
- Répond à ma question ? Etait-ce toi qui a tué Mahana Kaneshiro ?
- L’homme qui baignait dans son sang ? Si c’est lui, alors non.

Le monarque réfléchit longuement.
- Etrange ce qui c’est passé cette nuit. Kaneshiro était un très bon ami, il tentait de ‘les’ fuir, mais a été selon toute vraisemblance rattrapé. Et lorsque les gardes arrivent sur le lieu du meurtre, qui trouvent-il ?
Vealath connaissait la réponse.
- Une personne qui leur ressemble en tout point. Mais qui se révèle en réalité être un kokujin kaijuu ! Etrange fatalité…
- Ce qui va être fatalité, c’est votre mort si vous ne me dite pas à quoi j’ai été mêlé !
Le guerrier derrière lui se tendit légèrement.

- Apparemment seigneur, les paysans qui logeaient au même étage que lui à l’auberge disent tous qu’il s’est rendu à la chambre de feu Kaneshiro après qu’il y ai eu du tapage dans sa chambre.
Le guerrier mystérieux parlait aussi l’impérial.
- Donc tu ne serai pas de leurs bords kokujin kaijuu ?
- Méfier vous monseigneur, cela pourrai être une manœuvre pour nous attirer sa confiance ! Vous savez autant que moi à quel point ‘elles’ sont habiles pour les intrusions et les traîtrises au sein de notre hiérarchie !

L’Elfe Noir soupira.

- Allez vous me dire de qui vous parlez ! Je n’ai rien à voir la dedans et si vous continuez à me faire bouillir de colère, cela risque de mal finir !
L’humain derrière lui renchérit.
- Oui. Cela finirai mal pour toi kokujin kaijuu

Le monarque continua.
- Shigeo, mon fidèle capitaine de la garde… S’il n’est pas de leur bord, il a tout intérêt à être du notre, sinon il serait hâtivement mis à mort pour ses origines. Non n’allons pas lui laisser le choix… De plus le capitaine du navire qui l’a déposé ici m’a parlé de ses ‘exploits’. Il s’agit pour la plupart de rumeurs bien sûr, mais j’ai appris qu’il a aidé il y a peu des humains. Peut être n’est-il pas totalement fidèle à la cause des kokujin kaijuu
- Cela suffit ! Cessez de parler de moi comme d’un vulgaire objet ! Répondez moi ! Qui m’a impliqué la dedans ? Qui est cet ennemi dont vous parlez tant depuis tout à l’heure ?

Le guerrier derrière lui marcha et vint se placer devant Vealath.
Il avait un visage très altier, une balafre lui avait condamné l’œil gauche et l’autre était vert, une petite barbe finissait d’ornementer ce singulier personnage.
- Les vampires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/saroarha/
Kormin
Druchii légendaire
avatar

Nombre de messages : 2040
Age : 29
Localisation : Angers
Date d'inscription : 20/11/2004

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Mer 23 Mai 2007 - 21:59

Citation :
C'est vrai j'adore Sephiroth

Tiens, un connaisseur de la Kabbalistique ? XD



http://gohan54.free.fr/sephiroth.jpg


Kormin, Requiem est mieux d'abord, et vous fait entrer dans le monde de la Kabbal et d'Aleister Crowley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayne
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : Sur une chaise... Ou Lorient, ça dépend...
Date d'inscription : 12/12/2004

Feuille de personnage
Nom: Madusel'th
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Mer 20 Juin 2007 - 19:13

Citation :
un connaisseur de la Kabbalistique ?
Pas ce Sephiroth là andouille ! **siffle**

Rien de tel quand on sort du bac qu'un bon petit changement d'idée.
Pour ça rien de mieux que de l'écriture et de la peinture.

Concernant l'écriture, ça donne ça :


Acte 5 - Une union fortuite

Le petit groupe défilait dans les couloirs du palais du noble Nippon. La fin de l’entretient tourna court, les soldats et le noble avaient parlé à la langue propre à cette île et Vealath n’avait put comprendre leur sujet de concertation.

Néanmoins, ils lui avaient délié les mains et apparemment, ils s’apprêtaient à lui rendre ses armes, son bracelet et son armure.
Et pour faire quoi ensuite ?
L’idée d’entrer en conflit avec les seigneurs de la nuit n’avait rien de bon augure, mais en y réfléchissant plus minutieusement, il se dit qu’il avait deux bonnes raisons de s’associer avec l’armée de Nippon.

La première raison était que s’il refusait cette offre, il serait sans doute condamné à mort ou mit en cellule pour le restant de sa vie. Quand bien même s’il réussissait à s’enfuir d’ici, il ne saurait pas vraiment où aller. Il ne voulait pas retourner en Empire et les autres royaumes ne le tentaient guère…

La seconde raison était tout autre.
La perspective de combattre des adversaires aussi puissants était un défi à sa mesure…
Il s’en frotterai presque les mains…

Ils arrivèrent à l’armurerie du palais.
Un soldat les y attendait.

Il était plutôt jeune selon les critères humains, mais semblait être déjà un guerrier aguerri.
Son allure ressemblait étrangement à celle du vétéran qui l’avait assommé.
Il portait lui aussi une belle tunique bleue parsemée de pointes dorées et empoignait un sabre à sa ceinture avec une représentation de dragon ornant le fourreau.
Il devait avoir environ vingt-cinq ans, ses cheveux noirs étaient retenus en une natte et son visage à la fois fin et profond contrastait avec son léger sourire qui enjolivait ses expressions.
Il se tenait d’une allure désinvolte sur un coffre cerclé de fer.

L’homme balafré se tourna vers Vealath.

- Voici Shuei Hisagi, c’est mon disciple et homme de confiance.
L’intéressé salua l’Elfe Noir de la tête, qui ne répondit pas.

- Ce sera votre ‘intermédiaire’, il aura la charge de vous escorter et de vérifier que vous vous acquittez bien de vos tâches.

Autant dire qu’il s’agissait à la fois d’un garde de corps et d’un ‘punisseur’ si Vealath s’écartait des intérêts des hautes sphères de Nippon.

- Il me faudrait plus de précision sur les ‘vampires’. Vous ne m’avez quasiment rien dit à leur sujet.
Le vieux guerrier sembla réfléchir par où commencer.

- Il y a environ deux lunes, nous avons fait un bien étrange constat. Nous remarquions que de nombreuses personnes manquaient sur les listes de recensement. Après quelques enquêtes, nous avons pus savoir que ces personnes disparues s’étaient…fondues dans la nuit.

Vealath n’en laissa rien paraître, mais pour le moment, ce discours l’ennuyait.

- Ces personnes étaient enlevées, et ce toujours de nuit. De nombreux témoignages nous ont parlés d’ombres furtives et mortelles qui ne pouvaient jamais être vues dans la lumière. Puis nous avons eut des manœuvres d’infiltrations très subtiles au sein de notre société. De plus en plus de gardes et de capitaines disparaissaient, et étaient remplacés par d’autres, peu connus alors, mais qui avaient gagnés une force prodigieuse. Mais qui ne sortait plus de chez eux non plus.

Un autre humain prit la parole.
- De plus l’apparition de cet ‘ennemi de l’intérieur’ à semé le doute au sein de nos rangs. De nombreux nobles comme Oka Mayuri, la personne que vous avez vus à l’instant.
- Ce n’était le seigneur de l’île de Nippon ?

Ils sourièrent.
- Bien sûr que non. Seigneur Mayuri est important, mais pas au même titre que le seigneur de notre île entière.
- Toujours est-il, continua le guerrier, que nous nous savons envahit de l’intérieur, et qu’il est très difficile de débusquer qui fait partis de leurs rangs, et qui n’en fait pas partit. D’autant que certains de leurs partisans n’ont pas été transformés en vampire, et peuvent donc jouer de leurs intrigue de jour comme de nuit.

Vealath mit son menton dans sa paume.
- Il m’a semblé entendre quelques fois d’un clan de vampire, qui depuis fort longtemps, s’est consacré à l’intrusion dans la société humaine.
- Ha vraiment ? Et comment s’appelle ce clan ?
- Il me semble qu’il s’agit des Lahmianes.
- Très bien, je vais en faire-part à nos autres éléments. Pour l’heure j’ai une mission à vous confier, à vous et à Hisagi. Vous êtes de ceux des rares sur qui on peut compter.

Compter sur un Elfe Noir ? En voilà un qui ne sait pas ce qui l’attend…Pensa intérieurement Vealath.

- Vous allez vous rendre à un bâtiment, situé en pleine campagne. En théorie, il est sensé être désert et en état de délabrement, mais la vérité est autre, cela fait plusieurs jours que nous entendons des rumeurs comme quoi les habitants proches auraient vus un grand humain avec deux canines prolongés et qui fuit toujours le soleil. Même si cela est faux, nous devons nous en assurer. Vous partez dans l’heure à cette masure, et vous ne reviendrez que lorsque vous serez au courant de tout ce qui s’est tramé là-bas !
- Je ne partirai pas sans mon équipement.

En effet, ses armes, son armure et son bracelet ne lui avaient pas encore été rendus.

Shigeo, le vieux guerrier, fit un signe de tête à Hisagi, son disciple, qui se leva, ouvrit le coffre et en sortit le bagage de Vealath. Il les lui donna, et ils le laissèrent s’équiper tranquillement.

- N’oublie pas, lui rappela Shigeo, si tu tente de t’enfuir ou de nous nuire, sois certain que nous te retrouverons et qu’il t’en coûtera !
- Comment ferai-tu pour retrouver un Elfe Noir, qui se déplace mieux qu’une ombre ?

Vealath fit un sourire de défi.
- Je connais mon pays comme si j’en avait fait cent fois le chemin à pieds ! Ne nous sous estime jamais, kokujin kaijuu
- Mon nom est Vealath.
- Fort bien, Vealath…

Les portes de la caserne s’ouvrirent, dehors, c’était l’aube.

- Si le soir se couche, arrêtez immédiatement de traquer ce vampire. La nuit est son domaine…
- Comme le nôtre, souria le Druchii.
- Ne faites rien d’inconsidéré.

Shigeo parla alors à Hisagi en Nippon. Vealath ne pus saisir leur conversation, mais il était certain que cela le concernait.
Leur dialogue terminé, le vétéran se tourna vers Vealath.

- Bien, vous pouvez aller à présent. Qu’Ashura vous accompagne.

Ils sortirent du bâtiment.

Le soleil se levait.

La journée promettait un temps radieux et ensoleillé.

Du moins Vealath l’espérait…





Un peu de bla bla, mais il est nécessaire pour la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/saroarha/
drakan
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 22
Date d'inscription : 23/06/2007

Feuille de personnage
Nom: Aluzzen Ombrepourpre
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Dim 24 Juin 2007 - 19:54

pitié la suite!!!!!!!! **yeha** **aplause**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayne
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : Sur une chaise... Ou Lorient, ça dépend...
Date d'inscription : 12/12/2004

Feuille de personnage
Nom: Madusel'th
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Sam 14 Juil 2007 - 11:11

Acte 6 - Un jour incertain

Le duo arpentait un chemin de terre qui traversait de longes plaines tantôt parsemées de forêts, tantôt désertes. Ils croisaient fréquemment des groupes de paysans Nippon qui vaquaient à leurs occupations. Ils saluaient toutefois les deux voyageurs.
Mais Vealath se rendit très vite compte que les salutations étaient uniquement adressées à son jeune associé. Il devait être assez populaire auprès d’eux pour mériter toutes ces révérences.

Après une bonne heure de marche sans un mot entre eu, Vealath décida de prendre les devants.
Il demanda dans un Nippon très écorché et avec un fort accent de Naggaroth, s’ils en avaient encore pour longtemps à marcher.

Shuei se retourna, l’air à la fois atterré et amusé.

Je parle si mal que ça sa langue ?

Mais le jeune guerrier ne dit mot, se retourna et reprit sa marche.
Mais Vealath ne le suivait pas.

- Non pas que j’aie profondément envie de m’attirer ton amitié ou même une quelconque preuve de sympathie à mon égard, j’aimerai tout de même une réponse quand je te pose une question.

Shuei poursuivit sa marche, sans même regarder en arrière.

Vealath jura si fort qu’un paysan qui péchait non loin de là quitta sa ligne des yeux pour voir ce qui était la cause de cette tonalité.

L’Elfe Noir ne le voyait pas, mais le guerrier souriait.

*
**

- Ne me dit pas que l’on s’arrête ici !

Une vieille bicoque en ruine se dressait face à eux. Elle était sur le déclin, bien loin d’être divine.
Shuei s’adossa contre un mur délabré et se prélassa. Il sortit un morceau de tissus, le déplia et des sortes de biscuits fait à base de riz se révélèrent. Il en mangea un et en proposa un autre à Vealath, qui réprouva de la tête.

- Regardez-moi ça ! Ca se prétend être guerrier et ça lambine, on dirait que cette petite promenade la fatigué ! Viens donc marcher à Naggaroth et tu comprendras vraiment comment on peut être exténué de marcher…

Le chemin de terre continuai tout droit, sur sa gauche se tenait la maison abîmée et sur la droite était un ruisseau, une branche de ce ruisseau passait juste à côté de l’édifice. La maison avait un moulin à eau sur le côté, mais il ne semblait pas avoir tourné depuis longtemps.

Vealath alla jusqu’au ruisseau et s’accroupit afin de voir ce que se tenait dans le fond de l’affluent. Il vit des dizaines de poissons, tous plus bariolés et différents des autres. C’était à la fois quelque chose de très commun de voir un banc de poisson, mais ceux-ci paraissaient en total harmonie avec les autres.
Dans les terres de Naggaroth, les poissons se serraient sans doute entretués pour qu’un seul ne survive.
Ainsi était la vie dans le pays des Elfes Noirs.

Il regarda encore quelques instants les poissons, puis se releva et vit que Shuei l’attendait pour repartir.
Il avait fait une courte pose.

Ils reprirent une marche qui paraissait bien longue à Vealath. Même s’il trouvait que le paysage de Nippon valait la peine d’être vu.

*
**

Lorsqu’il regarda le ciel, le Druchii constata qu’il ne restait plus qu’une heure ou deux avant que le soleil ne se couche. Ils avaient marché la majeur partie de la journée.

Il n’avait cessé de jurer et de calomnier tout au long de la route. Et la cible de sa mauvaise humeur était Shuei. Il ne supportai de le voir aussi stoïque, il n’avait pas ouvert la bouche une seule fois et se contentait de fixer la route devant lui.
Et surtout Vealath le maudissait de ne pas avoir prit des chevaux. La distance à parcourir aurait été bien moins pénible.

Peu à peu, les verdoyantes plaines et champs Nippon furent remplacés par des taillis et des défilés peu accueillants. C’est au détour d’un virage qu’ils purent l’apercevoir.

La masure.

Elle était en aussi bon état que la petite maison où il avait fait une pause précédemment. Elle tombait en ruine. Des pans de murs entiers étaient tombés, de grands trous ornaient la façade et la toiture. Les murs étaient recouverts par endroit de lierre et le bois paraissait en partie rongé par le temps. Elle se tenait là, non loin d’une butte, semblait aussi vieille que le paysage.
Si on l’avait dit à Vealath, il aurai volontiers pus croire que cette demeure habitait un fantôme.

Il secoua la tête. Pas un fantôme, un vampire.

Si ce n’est plus…

- Le but de notre mission est de pénétré dans cette battisse et de constater s’il y a effectivement ou pas la présence de vampires.

Vealath en resta bouche bée, et muet de colère.

- Tu parle l’impérial !
- Bien sûr, je n’ai jamais prétendu le contraire…

Tout Elfe Noir qu’il était, il bouillonnait d’irritation.

- Et pourquoi ne m’avoir rien dit ?
- Cela était plus amusant de vous entendre parler comme si ne comprenait pas. J’ai pu ainsi saisir votre personnalité…orageuse.
- Orageuse hein ?

Un bruit de roulement de pierre les fit revenir à la réalité.

Le bruit provenait de la maison, mais ils ne distinguaient rien de là où ils se tenaient.

- Allons-y Vealath.
- Humpf.

Etre appelé par son prénom de la part d’une personne qu’il ne connaissait pas ne lui plaisait pas. Mais ce n’était pas le moment de lui rendre des comptes, d’autant que pour affronter un vampire, il aurai peut être besoin de son aide.

Ils avancèrent doucement et silencieusement.

La porte d’entrée vacillait sur ses gonds.
- Faudrait-il frapper ? Nous serions alors fixés s’il y a un quelconque occupant.
Shuei le regarda avec interrogation, mais souria.

Il entrèrent en regardant tout autour d’eux. L’intérieur était désert. La plupart des meubles étaient brisés et trônaient un peu partout sur le sol.
Un détail attira l’œil de l’Elfe Noir, il se rapprocha d’une commode sur le sol et vit qu’elle reposait en deux parties.

- Ne te soucie pas du mobilier et continuons.
- Un instant.

Il regarda comment une telle commode pouvait-elle être brisé en deux. Elle était tout de même imposante, et le temps n’aurai pu suffire.
La réponse lui vit en rejoignant les deux parties. Le sectionnement était trop net.

Un coup d’épée.

Vealath dégaina ses lames et murmura en direction de Shuei.
- Je te conseil d’en faire autant, je doute que nous soyons seul…ou alors les anciens occupants de la maison avaient de curieux lubies.

Il avancèrent jusqu’à la salle principale, on pouvait y voir le ciel au travers d’un grand trou d’au moins dix pas de large au travers de tous les étages, comme si quelque chose de circulaire et de lourd avait chuté du toit jusqu’au sol, en épargnant celui-ci toutefois. Mais en regardant le ciel, ils le trouvèrent sombre. En effet, la butte à proximité de la maison projetait une ombre sur la maison lorsque le soleil se couchait.

Cet endroit n’est pas au soleil !

- Redoublons de vigilance…

Lorsqu’ils se tinrent exactement au milieu de la pièce, un autre bruit se fit entendre.
Mais cette fois ils en virent la cause, et l’entendirent.

Une voix forte tonna un éclair.
- Que faites-vous ici ?

Ils levèrent les yeux et virent une silhouette, elle se tenait à l’étage supérieur et à un pas du trou. Elle les dominait de sa taille et les toisait.
Vealath voyait mieux que Shuei et il distingua tout de ce nouvel arrivant.

Il était grand, plus grand encore que Vealath et arborait tout comme lui, des cheveux noirs jusqu’aux épaules. Ses yeux étaient totalement noirs et les traits de son visage avaient un air bretonnien.
Il portait une épée à deux mains dans sa main gauche et la soutenait sur ses épaules, d’un air nonchalant. Il avait un pantalon de cuir sombre et une paire de botte de cuir d’apparence princière. Mais il ne portait pas de chemise ou d’armure et avait donc son torse dénudé, il était musclé, plus que la moyenne humaine, et plusieurs dizaines de cicatrices tailladaient la moindre parcelle de sa peau. C’est d’ailleurs sa peau qui attisa l’intérêt de Vealath. Elle était très pâle et argentée, un peu sa propre peau…Mais cette personne n’avait pas du tout l’air d’être un Elfe Noir, cela signifiai donc…qu’il n’avait que très peu de sang dans le corps.

- Shuei, c’est un vampire !

Ils se mirent en garde.

Il les dévisagea, et fit un rictus moqueur. Il sauta de l’étage supérieur et atterrit très lestement, comme s’il n’avait pas sentit le saut de quatre mètres qu’il venait de faire.

- Vous comptez me défier ? Tous les deux ?
Il se mit également en garde.
- C’est parfait, vous êtes pour ainsi dire, ceux que j’attendait.
- Comment ça ? Lui demanda naïvement Shuei.
- Ne t’occupe pas de ça petit, de toute façon tu va mourir dans l’instant.

Il se jeta sur eux avec une rapidité démente, il était au moins aussi rapide que Vealath ! Non. Plus encore.
Il abattit sa lourde épée à deux mains - comme si elle ne pesait pas plus qu’une dague - sur Vealath. Il mit ses lames en croix pour parer ce coup plus facilement mais l’impact fut tel qu’il le repoussa et l’envoya percuter un meuble situé derrière lui. Le mobilier s’effondra dans un craquement de bois et un nuage de fumé s’en écoula.
Shuei fit face au vampire et prit l’initiative, il attaqua de taille. Mais le vampire para l’attaque de sa lame et empoigna son bras délicat. Il tourna sur lui-même et projeta le jeune guerrier sur le mur le plus proche, et ce avec une telle force qu’il traversa le mur fait de planches usées par le temps.

- Et bien alors quoi ? Ne me dites pas que c’est tout ce que vous avez à me proposer !

Il soupira.
Un petit rire mauvais le fit se retourner.

Vealath trônait au milieu des débris du meuble. Il souriait à pleine dent et essuya un mince filet de sang au coin de sa bouche avec sa manche.

- Cela fait longtemps également que j’attendait d’affronter un adversaire aussi puissant. Ce duel risque de me plaire…
Il se mit en garde.

Le vampire le regarda, lui rendit son sourire dément et se mit en garde également.







Si possible essayer de lire cet acte avec la musique 'Death of a dream' du dernier album de epica, elle est génial pour écrire ! (elle doit donc être bien pour lire ^^ ).

Pour moi le tripe commence ! Les scènes de combat :green:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/saroarha/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Sam 14 Juil 2007 - 13:45

C'est super, nul doute que l'elfe noire va gagner, n'est-ce pas ? **evil**
Pour la musique, y a aussi intouchable de korn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roujio
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 01/03/2005

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Sam 14 Juil 2007 - 14:57

Citation :
Il avait fait une courte pose.

Pause

Citation :
- Tu parle l’impérial !
- Bien sûr, je n’ai jamais prétendu le contraire…

Tout Elfe Noir qu’il était, il bouillonnait d’irritation.

- Et pourquoi ne m’avoir rien dit ?
- Cela était plus amusant de vous entendre parler comme si ne comprenait pas.

Harry Potter staïle (ne nies pas :p) Il manque un "je" dans la phrase d'ailleurs.

Citation :
- Humpf.

Un "Vealath répondit d'un grognement", ou truc du genre, ne serait-il pas plus approprié? Personellement, je n'ai jamais pu m'habituer aux onomatopées dans les dialogues. M'enfin, c'est mon avis :p

Citation :
Shuei le regarda avec interrogation, mais souria.

Sourit (pas sur de la terminaison, mais, pas souria en tout cas :^^). Regarder quelqu'un avec interrogation me paraît spécial, aussi. D'un air interrogateur, à la limite :)

Et enfin, un truc que j'ai pas compris:
Citation :
Une voix forte tonna un éclair.

Gné? :]

Bon, voila pour la forme. Pour le fond, comment dire... La suite? Bah, oui, la suite. **love**

Rouj'
Je floode assez comme ça Llo?
[Llo] mais quel vil **laugh*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayne
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : Sur une chaise... Ou Lorient, ça dépend...
Date d'inscription : 12/12/2004

Feuille de personnage
Nom: Madusel'th
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Sam 14 Juil 2007 - 16:33

Citation :
Harry Potter staïle (ne nies pas :p)
Je me voit dans l'obligation de nier vu que j'aime pas Henry Potier :silent:

Citation :
Une voix forte tonna un éclair.
Exact, il fallait lire :
"Une voix forte tonna tel un éclair."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/saroarha/
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 28
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Sam 14 Juil 2007 - 17:18

Slayne a écrit:

Si on l’avait dit à Vealath, il aurai volontiers pus croire que cette demeure habitait un fantôme.
-pu sans "s"
-"abritait un fantôme", ou alors "dans cette demeure"
**siffle**


Sinon, j'attend la suite avec impatience :thumright:

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Slayne
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : Sur une chaise... Ou Lorient, ça dépend...
Date d'inscription : 12/12/2004

Feuille de personnage
Nom: Madusel'th
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   Lun 23 Juil 2007 - 13:56

Romploploplom ! Pour une fois que j'ai écrit un acte avant qu'on ne se mette à me gouler dessus :green:


Acte 7 - Combattre pour vivre

Les deux adversaires continuaient de se juger. En silence, mais avec attention.

Vealath afficha un rictus malsain, comme s’il se réjouissait d’un tel adversaire.
Et le vampire affichait le même sourire.

Soudain, comme si un signal inaudible avait retentit, ils se jetèrent l’un sur l’autre.

La Vampire frappa à l’horizontale, à hauteur du torse de l’Elfe, qui s’aplatit presque sur le sol tel un félin près à bondir. L’épée à deux mains lui frôla le haut du crâne, l’instant d’après, il bondit.
Lui-même passa si près du corps sans vie de son adversaire, que sa peau caressa la sienne, et ses lames tranchèrent sa cuisse.
Il fit un deuxième bond, une fois dans l’angle mort du vampire, pour se mettre hors de portée d’un retour de lame. Il pivota sur lui-même et étudia en une fraction de second ce que faisait le vampire.

Il se jetai sur lui.
Comme si la blessure qu’il lui avait infligé ne le gênait pas le moins du monde !
Il frappa cette fois à la verticale et si Vealath n’avait une rapidité Elfique, ce ne serai pas quelques cheveux qui seraient coupés à l’instant.
Il fit un pas de côté et la lame de son adversaire s’enfonça dans le sol.
Vealath fit glisser ses deux lames l’une sur l’autre pour couper comme un ciseau. Il infligea deux entailles très profondes au bras gauche du mort-vivant.

Il fit un autre bond en arrière, pour éviter la réplique du vampire, qui bondit également, presque au-dessus de Vealath.
Le vampire prit son épée dans sa main gauche, sans même sentir de douleur et tendit le bras droit à une vitesse alarmante pour atteindre le cou du Druchii.
Pour éviter de se faire briser la nuque, il plaça un coup de pied dans le torse du mort et le repoussa en arrière.
Tous deux se remirent sur leurs pieds en une fraction de seconde.

Et la danse reprit.
Vealath réussissait à chaque fois à suivre les attaques de son adversaire de façon in extremis. Il n’avait jamais rencontré un adversaire aussi rapide. Nul doute que si le vampire ne devait pas traîner une lourde lame à deux mains mais à la place une épée courte plus légère, il aurai été prit de vitesse.
Mais autre chose inquiétait Vealath, à chaque fois qu’il était attaqué, il répliquait immédiatement, paraît ou esquivait. Et cela le fatiguait, ce qui n’était pas le cas de l’homme en face de lui qui avait vaincu la mort.
En sus, il avait blessé son adversaire plus d’une dizaine de fois. Et pas uniquement avec de petites coupures, mais avec de longues entailles très profondes. Et son adversaire semblait ne pas les ressentir, tout comme le fait que pas une goutte de sang ne coulait des plaies.

A chaque seconde qui passait, c’était la vitalité de Vealath qui était confronté à l’endurance de son terrible adversaire. D’autant qu’il ne lui laissai pas le temps d’utiliser son bracelet. Si Vealath venait à recevoir ne serais-ce qu’un seul coup de l’épée à deux mains, il serait littéralement tranché en deux.

Le vampire effectua une autre attaque horizontale. Vealath l’esquiva en mettant une main à terre et en lui fauchant les jambes avec un coup de pied bien placé. Il s’effondra au sol et l’Elfe Noir fit tournoyer sa lame courbe entre les doigts de sa main droite dans le but de s’en saisir comme une dague et de poignarder le cœur du mort-vivant.

Mais ce dernier ne se laissa pas faire et roula sur le côté. La lame se planta dans le sol. Ventre au sol, le vampire fit une nouvelle frappe horizontale et Vealath dû sauter pour ne pas se faire trancher les jambes. Alors qu’il était toujours en l’air, son adversaire se redressa en un éclair. Le Druchii lui balança son pied au visage avant de retoucher le sol.

Pendant un moment, il ne se passa plus rien.

Vealath reprenait son souffle et regardait son adversaire. Après avoir été rejeté au sol par le coup de pied, il se tenait assit et regardait l’Elfe Noir de façon neutre, son épée toujours à son côté.

Il se passa une minute de silence ou seule le bruit de la respiration rapide de Vealath se fit entendre, jusqu’à ce qu’elle reprit un cours normal.

Le vampire se leva de nouveau.

- Peut-on reprendre à présent ?

Il avait attendu que son adversaire se remette d’aplomb !

- Oui nous le pouvons.
Après ses paroles, Vealath se remit en garde.

- Me ferait-tu l’honneur de me dire ton nom ?

Il fut surprit de cette question.

- Vealath.
- Fort bien Vealath, je me nomme Faustin, j’appartiens à la lignée des Dragons de sang.
- Quoi ?

Comment cela était-il possible ? Les dragons de sang sont des vampires en effet, mais ils ne s’abaisseraient jamais à tenter d’infiltrer un pays. S’ils voulaient se rendre à Nippon, cela aurait été en l’attaquant avec une armée, pas en se faufilant discrètement !

- La lignée Dragon de sang. Je combat les adversaires les plus puissants que je peux rencontrer dans mes périples afin de contenter mon seigneur abhorash sur mes capacités physiques. Et tu es le premier à avoir combattu aussi longtemps contre moi.
- Tu m’en vois ravit, mais es-tu alliés aux Lahmianes ?
- Comment ?

Il sembla tout aussi surprit de cette question, et presque énervé.

- Jamais je ne m’allierai à cette lignée de bonne femmes incapables de se défendre et qui séduisent leurs sujets ! Jamais !
- Dans ce cas, que fait-tu à Nippon si ce n’est pas pour les aider à contrôler ce pays ?
- Quoi ? Elles tentent de…

Faustin reçut tout à coup de nombreuses gouttes d’eaux sur le visage et le torse qui firent instantanément brûler sa peau. Il poussa un cri de douleur qui déforma ses traits. Vealath se tourna vers la provenance de ce liquide et vit Shuei, une flasque à la main, ornée du symbole de Sigmar.
Le vampire, qui avait enduré tous les coups de Vealath sans sourciller, poussait un terrible hurlement de douleur mêlé à de la colère.
Très vite, il empoigna son épée, et à la surprise des deux compagnons, il sortit en trombe dehors et disparut.

- Le soleil va le tuer, murmura Shuei.
- Non, le défilé entier est dans l’ombre maintenant que le soleil a décliné. Il va pouvoir s’enfuir …

L’Elfe Noir regarda le jeune guerrier.
Il portait une vilaine trace sur le côté droit du visage et un mince filet de sang perlait à la commissure des lèvres.

- Devons nous le poursuivre Vealath ?
- Non. Si par malheur il venait à nous tendre un piège, ou s’il venait à récupérer de ses blessures, il y a de grandes chances que nous serions condamnés, ou que l’un d’entre nous meurt.
Il fit un petit sourire.
- Et personnellement, je préfère savoir un vampire en liberté, que savoir un vampire en liberté qui a occis un Elfe Noir.

Shuei essuya le sang sur son visage et épousseta la poussière sur ses vêtements.

- Que faisons-nous alors ?
- Et bien, nous avons fait ce que l’on attendait de nous. Nous savons désormais que les Lahmianes ne sont pas les seules Vampires sur Nippon.

*
**

Le chemin du retour fut paisible. La nuit était tombée, douce et mystérieuse. Shuei n’avait eut qu’une blessure mineure à la tête et Vealath n’avait que quelques contusions. Un véritable miracle qu’ils s’en tirent de cette façon après avoir affronté un Vampire Dragon de sang. Quelque chose le tourmentait.

- Dis moi Shuei, comment se fait-il que le simple fait de lui balancer une flasque a put lui faire autant de douleur ? Et quel est ce symbole Sigmarite dessus ?
- Il ne s’agit pas d’une simple flasque. Peu avant votre arrivée, le seigneur Mayuri pensait en effet qu’il s’agisse de Vampires. Il a donc demandé de l’aide à un temple dédié à Sigmar situé dans un port non loin d’ici. Ses prêtres ont une aversion certaines pour les seigneurs de la nuit, et ils n’ont appris comment les affronter, de même qu’ils nous ont offerts des pieux, des symboles sacrés et un peu d’eau bénite.
- Alors ces ridicules colifichets et croyances de bonnes femmes sont vrai ?
- Oui, en tout cas nous sommes désormais certains que l’eau bénites fonctionne…
- Effectivement…

Ils marchèrent encore pendant quelques minutes avant que Shuei n’intervienne à son tour.
- Au fait, le Vampire a dit s’appeler Faustin…
- Et alors ?
- C’est un nom d’origine Bretonnien je crois.
- Cela importe peu qu’il soit Arabien, Bretonnien ou Kurgan ! Les Dragons de sang proviennent de toutes les contrées, et il n’est pas rare de…

Vealath stoppa net sa marche. Il entendait quelque chose, et se demandait s’il entendait bien…
- Qu’y a t’il ?
- Silence !

Il écouta plus attentivement, le son était lointain, mais très régulier.

- Dans quelle direction est la demeure de Mayuri et sa garnison ?
- Mais qu’est-ce que…
- Répond !

Shuei indiqua quasiment droit devant eux.

Vealath acquiesça.
- Je crains fort que c’est le bruit d’une alarme que j’entend depuis cette direction.
- Que…
- Ta cité est en alerte, et la nuit est tombée.

Nul besoin que Vealath précise la suite.

Ils se mirent à cavaler.





Avec le recul, je pense ne faire de cette époquée qu'un 'petit réçit' d'une douzaine d'acte... :green:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/saroarha/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Recit] A l'aube d'un nouveau jour   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Recit] A l'aube d'un nouveau jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un nouveau jour pour une nouvelle vie.
» L'aube d'un nouveau jour
» [Lycée Ostradia] Un nouveau jour, une nouvelle vie
» Zelda Majora's Mask - L'aube du 4EM JOUR !
» Digimon RPG: L'Aube du Nouveau Monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: