Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Recit] Les Chroniques d'Orelym

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Lun 16 Juil 2007 - 20:12

Alors voilà le début d'une histoire que j'écris et qui se passe dans le monde de Warhammer, en Caledor pour être exact. C'est lié au Background de Llomarin.
En espérant que ça vous plaise, mais vous avez aussi le droit de me saquer XD

EDIT : le premier cycle de la saga dure des pages 1 à 4.
De la 5ème à la 12ème page figure le deuxième cycle.
Les deux cycles sont relativement indépendants, vous pouvez donc lire le deuxième sans avoir lu le premier.



EARNIL



Earnil marchait dans les rues encore endormies de la cité, encadré par deux de ses hommes et guidé par le serveur. Le soleil qui pointait à peine au-dessus des habitations luisait sur les heaumes d’argent des trois soldats. Mais l’armure d’Earnil était plus finement ciselée et agrémentée d’or, révélant un grade supérieur.
Les pensées de celui-ci fulminaient. Il ne revenait toujours pas de ce qu’on venait de lui dire.
Un meurtre. Un meurtre !
Ici, à Orelym. Sous les fenêtres du Weyr. Presque sous les yeux du Seigneur Dragon !
- C’est ici, fit le serveur en indiquant une bâtisse.
Il s’agissait d’une construction classique, quoique peu fournie en tours. Si un dragon avait coupé ses quelques tours en forme de pointe, on aurait eu affaire à un bâtiment de plein pied.
Sur le blanc d’ivoire du mur, une peinture encadrait la porte. Il s’agissait de femmes reptiles buvant du vin.
- Ou du sang ? se dit Earnil en poussant lui-même la porte.
La salle principale était plongée dans une semi obscurité. Seuls quelques rayons de lumière filtraient par les fenêtres barrées de volets. Earnil n’eut pas de mal à discerner celui qui devait être le patron, planté au milieu de la pièce, devant une forme sombre allongée par terre.
Il sentit qu’un de ses hommes eut un haut le cœur.
Encore un bleu… C’est peut-être mieux qu’il soit confronté à la mort pour la première fois ici que sur le champ de bataille. Quoique… Ca a coûté la vie à l’un des nôtres…
- Ca c’est passé quand ? demanda Earnil après avoir salué l’aubergiste et s’être penché sur le corps.
La victime donnait l’impression d’être seulement assoupie.
- Cette nuit. Peu avant la fermeture du bar.
- Je veux que vous me disiez exactement tous les détails qui vous viennent à l’esprit.
- C’est une rixe qui a mal tourné. Un client s’est mis à critiquer un autre venant de Lothern parce qu’il avait l’apparence d’un commerçant riche. Il disait que seuls les lâches réussissaient dans le commerce. Que les vrais elfes se devaient d’être des guerriers. L’autre l’a traité de brute intolérante et fanatique. Ca n’a pas plu au premier qui s’est jeté sur lui. Avant qu’on ait pu les séparer, celui de Lothern a glissé en se prenant un coup de poing et sa tête a percuté une statue.
Earnil resta pensif.
Certains d’entre nous sont assez orgueilleux pour penser que la race elfique n’est vouée qu’à la guerre ? Pensées druchiiesques…
Après un rapide examen de la victime, il put constater qu’il y avait eu un choc violent à l’arrière du crâne ayant pu entraîné la mort.
Et la statue qu’indiquait l’aubergiste, une femme reptile avec une cruche de vin, était effectivement tâchée de sang. On aurait dit que du vin débordait de son récipient.
« Il faudra faire examiner le corps par un spécialiste, songea Earnil. »
- Nous amènerons le corps au Weyr à la nuit tombée. Je veux que personne ne le voit. En attendant, votre établissement restera fermé. D’ailleurs, ce sera le cas tant que je ne vous aurais pas dit de le rouvrir.
- Mais, comment vais-je faire pour vivre ?
- Le Seigneur Dragon vous indemnisera.
Il fallait qu’Earnil connaisse très bien celui-ci pour pouvoir assurer des choses en son nom. Mais c’était le cas, Earnil était son homme de confiance. Lui, simple Heaume d’argent. En même temps, le Seigneur Dragon ne pouvait pas compter les yeux fermés sur ses Princes Dragons du fait de sa carrière atypique et pour beaucoup illégitime…
- Bon, maintenant, dîtes moi à quoi ressemblait le… meurtrier.
Earnil eut bien du mal à prononcer ce dernier mot. Un mélange de dégoût et de colère lui serrait la gorge. Un meurtre… Orelym n’en avait pas connu depuis la Déchirure, aurait-il parié. Il irait vérifier ça dans les Chroniques de la ville.
- Je vais vous envoyer un soldat spécialiste en calligraphie, vous lui ferez une description détaillée de l’agresseur. Il me faudrait aussi une liste des clients présents hier au moment de la mort.
- Oui bien sûr, je l’ai déjà faite.
L’homme lui tendit un parchemin griffonné.
- Très bien, merci.
Earnil se tourna vers ses gardes. Il donna l’ordre à l’un d’eux d’aller chercher ledit spécialiste en calligraphie et à l’autre de commencer l’enquête auprès des témoins. Lui-même s’occuperait d’une partie de cette démarche.
- Je vous remercie, maître hôtelier. Je vous prierai de rester à notre disposition jusqu’à nouvel ordre. Au revoir.
Earnil sortit du bâtiment. Les rues étaient déjà plus animées qu’à leur arrivée. Des elfes marchaient dans les rues, vaquant à leurs occupations.
Tout ces gens avaient l’air si tranquille. Pourtant, il se cachait un forcené parmi eux.
Earnil se dirigea vers l’adresse la plus proche sur le parchemin que lui avait donné l’hôtelier.
Une longue journée l’attendait…

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins



Dernière édition par Llomarin le Sam 4 Sep 2010 - 23:01, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Roujio
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 01/03/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Lun 16 Juil 2007 - 22:24

Citation :
serveur

Serviteur, s'pice de geek :p

Citation :
Les pensées de celui-ci fulminaient

Pas sur que ce verbe soit adapté à des pensées. Je crains que non.

Sinon, je ne sais pas si tu as voulu donner cette impression, mais l'auberge me semble... crasseuse. Ce ne sont pas des mon keighs quand même, les elfes ne vont aps s'enterrer dans des tavernes sordides boire de la mauvaise bière. Faut que ça brille. :p

Et, fichtre, début d'une saga? Bon courage, alors ^^

Rouj'
J'attends donc la suite :]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 17 Juil 2007 - 11:10

Roujio a écrit:
Citation :
serveur

Serviteur, s'pice de geek :p
Je parle du serveur de l'auberge, et non pas d'un serviteur. Donc c'est bien "serveur" XD

Citation :
Sinon, je ne sais pas si tu as voulu donner cette impression, mais l'auberge me semble... crasseuse. Ce ne sont pas des mon keighs quand même, les elfes ne vont aps s'enterrer dans des tavernes sordides boire de la mauvaise bière. Faut que ça brille. :p
J'ai voulu donner au lieu une atmosphère glauque de scène de crime, voilà tout.

Citation :
Et, fichtre, début d'une saga? Bon courage, alors ^^
Merci, car je vais en avoir besoin **siffle**

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Fëanáro Númenessë
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 298
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
Nom: Fëanáro
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 17 Juil 2007 - 15:41

Llomarin a écrit:
Citation :
Sinon, je ne sais pas si tu as voulu donner cette impression, mais l'auberge me semble... crasseuse. Ce ne sont pas des mon keighs quand même, les elfes ne vont aps s'enterrer dans des tavernes sordides boire de la mauvaise bière. Faut que ça brille. :p
J'ai voulu donner au lieu une atmosphère glauque de scène de crime, voilà tout.

Je ne penses pas que ce soit bien adapté aux HE mais bon courage comme même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayne
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 29
Localisation : Sur une chaise... Ou Lorient, ça dépend...
Date d'inscription : 12/12/2004

Feuille de personnage
Nom: Madusel'th
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 17 Juil 2007 - 20:36

Citation :
Earnil resta pensif.
Certains d’entre nous sont assez orgueilleux pour penser que la race elfique n’est vouée qu’à la guerre ? Pensées druchiiesques…
Après un rapide examen de la victime, il put constater qu’il y avait eu un choc violent à l’arrière du crâne ayant pu entraîné la mort.
On a pas, mais alors pas du tout l'impression que la ^hrase du centre est une pensée.
Mais alors vraiment pas...

Citation :
la race Elfique

Citation :
Ou du sang ? Se dit

Citation :
dans une semi-obscurité

Citation :
passé quand ? Demanda

Citation :
Tous ces gens

De petites étouderies au niveau des fautes en somme...


Hin hin, les HE commencent à s'entretuer entre eux XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/saroarha/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Jeu 19 Juil 2007 - 8:26

Ca éxiste les bars en Ulthuan ? ***gné***

Pour le "combat", je ne pense pas que les elfes soient aussi enclain à la colère (sauf les ES), donc c'est peut -être disproportionné comme réaction, là on aurait dit des hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Jeu 19 Juil 2007 - 8:37

arckal a écrit:
Ca éxiste les bars en Ulthuan ? ***gné***
Attend, on a bie le droit de boire un ptit coup bon sang XD

Citation :
Pour le "combat", je ne pense pas que les elfes soient aussi enclain à la colère (sauf les ES), donc c'est peut -être disproportionné comme réaction, là on aurait dit des hommes.
Bah en fait c'est un peu la base de ma saga, ces elfes un peu "enclins à la colère" **siffle**

Et pis ça me fait bien rire que ce soit un elfe noir qui dise ça. "Nan nan nous ne sommes pas enclins à la colère... Oui je viens d'étriper 10 esclaves ? et alors ?" **laugh*

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Jeu 19 Juil 2007 - 10:39

Citation :
Et pis ça me fait bien rire que ce soit un elfe noir qui dise ça. "Nan nan nous ne sommes pas enclins à la colère... Oui je viens d'étriper 10 esclaves ? et alors ?"
C'est un divertissement, c'est pas pareil. :(maul):
Citation :
Bah en fait c'est un peu la base de ma saga, ces elfes un peu "enclins à la colère"
Ah, de futur Druchiis, c'est pas mal.

Allez, la suite :twisted:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Sam 1 Sep 2007 - 16:03

Et voilà la suite en fanfarre :

LLOMARIN


Le soleil commençait à disparaître derrière les plus hautes tours. Ses rayons se difractaient aux quatre coins de la cité, éclairant les bâtiments d’une douce couleur orange.
Cette éclairage, sur la subtile architecture elfique, donnait un spectacle magnifique. Les statues, ornements et tours en forme de dragon qui foisonnaient dans la région, semblaient prendre vie, tels des immenses wyrms de feu.
Le maître de cette cité, et de tous les alentours sur plusieurs lieux à la ronde, c’était Llomarin.
Assis au bord d’une des fenêtres du donjon du Weyr, il avait une vue imprenable sur le spectacle du soleil couchant. Malgré la beauté du spectacle, le Seigneur Dragon avait du mal à s’abandonner à la contemplation.
Des images de meurtre venait le hanter. Des meurtres, dans son propre fief. Sous ses fenêtres.

Soudain, on frappa à la porte. Le cœur de Llomarin s’accéléra. Son plus fidèle homme de main, Earnil, le chef des Heaumes d’argent de la cité, venait faire son rapport.
- Entrez.
La porte s’ouvrit lentement. La personne derrière devait chercher des yeux quelqu’un sur le trône.
Ce fut en poussant complètement le battant de bois qu’Earnil put voir son seigneur et maître assis sur le rebord d’une des fenêtres, les jambes dans le vide.
- Monseigneur, que faites-vous ?
- J’admire notre cité. Et je me pose des questions. J’espère que ta venue va m’apporter des réponses.
Llomarin se repositionna sur la fenêtre pour faire face à son interlocuteur.
- Certes oui. J’ai passé la journée à interroger les témoins. Le… corps sera bientôt ramené au Weyr. J’ai donné l’ordre d’attendre la nuit.
- Tu as eu entièrement raison. Je veux que personne en dehors des soldats chargés de l’enquête ne voient de cadavre. Nul ne doit s’alarmer.
- J’ai peur que les rumeurs circulent vite.
- Ce ne seront que des rumeurs. La version officielle, c’est moi qui la donnerait. Et j’espère que la vérité n’est pas assez horrible pour qu’elle me force à mentir au peuple.
- Ce n’était apparemment pas un meurtre prémédité.
Llomarin eut un soupir de soulagement. Cette idée l’avait hanté toute la journée. Il n’en avait pas mangé.
- C’est une sorte de rixe d’auberge qui a mal tourné, reprit le chef des Heaumes d’argent. Le meurtrier était très fier. Il a provoqué un commerçant d’Eataine en assurant que la destinée des vrais elfes était la voie martiale, pas celle du commerce. L’autre a répliqué. Le meurtrier s’est vite énervé, a bousculé son vis-à-vis. La rixe a tourné court, puisqu’au premier coup de poing du meurtrier, sa victime a trébuché et a heurté violemment un coin d’une statue. Les témoignages concordent tous.
- Le meurtrier ? Ou est-il ?
- Disparu. Il a fuit l’auberge dès qu’il a vu le sang couler du crâne de sa victime. Sur le moment, personne n’a compris que l’autre était mort, et personne n’a donc essayé de retenir l’assassin. De plus, j’ai eu l’impression en les interrogeant que beaucoup avaient eu peur.
Llomarin tourna la tête vers la cité. Seuls deux tiers de l’astre du jour étaient désormais visibles.
Le Seigneur Dragon resta plongée quelques temps dans ses pensées. Il imaginait la scène, les témoins, le coup mortel. Quand il revînt à ce qui l’entourait, il s’aperçut qu’Earnil attendait pour reprendre la parole. Le chef des Heaumes d’argent, sur un signe de son supérieur, déclara en tendant un parchemin :
- Voilà un portrait du meurtrier.
Llomarin saisit le papier et l’inspecta. Il représentait les traits d’un elfe jeune, sans signe particulier ni distinctif. Pourtant, cet homme était malveillant au poing de se battre sans raison valable, seulement pour le mépris des étrangers et de leurs mœurs pacifistes.
Parfois, la tradition martiale Calédorienne, poussée à l’extrême, devenait dangereuse.
Le Seigneur Dragon rendit le parchemin à son homme de main.
- Tu fera appel à Téris et à Maella pour l’examen du corps.
Earnil hocha la tête puis se retira, non sans avoir assurer à son supérieur qu’il le préviendrait dès que le corps de la victime aurait été ramené au Weyr.

Le ciel était presque entièrement noir lorsqu’on frappa à nouveau à la porte.
Llomarin, toujours assis au même endroit, descendit du montant de la fenêtre et alla ouvrir la porte lui-même. Le visage fatigué d’Earnil éclairé par une torche lui fit face.
- Ils ont ramené le corps. Ceux que vous avez demandé sont déjà là-bas.
- Très bien.
Llomarin se mit à suivre le Heaume d’argent dans les couloirs endormies de la forteresse. Les proportions gigantesques des escaliers, des salles et des statues, avec pour seule lumière la torche d’Earnil, avaient quelque chose d’inquiétant. D’une de ces ombres, le Seigneur Dragon n’aurait pas été surpris de voir surgir l’homme qu’il avait vu sur ce dessin, même si celui-ci n’avait aucune raison de se trouver là.
Après être descendu de plusieurs niveaux, Earnil s’arrêta devant une petite porte. Il frappa sur le battant d’une manière bien particulière : deux coups brefs, un long, puis à nouveau deux brefs. On entendit presque aussitôt le bruit d’une clef tournant dans la serrure.
Le Heaume d’argent se tourna vers son supérieur :
- C’est…
- …le code, termina Llomarin, qui avait compris.
La porte s’ouvrit, laissant apparaître une belle femme blonde vêtue d’une robe bleu nuit. La fine couronne dorée, les bracelets, les pendentifs et les innombrables anneaux qu’elles portaient, le tout constellé de gemmes, aurait permis à n’importe qui de reconnaître là une magicienne. Non seulement Llomarin le savait car il la connaissait, mais il sentait aussi la puissance qui émanait des artefacts, ainsi que de la sorcière elle-même.
- Bonsoir Llomarin, fit-elle en plongeant son regard bleu électrique dans celui de son interlocuteur.
- Bonsoir, Maella.
Cette dernière fit un pas de côté pour laisser passer les deux hommes, puis referma derrière eux.
Dans la salle elle-même, au centre, se tenait un vieil elfe, debout à côté d’une table où reposait un corps. Quatre sphère de feu magique, du même bleu que les yeux de leur conceptrice, flottaient au dessus d’eux et diffusaient leur lumière.
Il s’agissait d’une des pièces que le Seigneur Dragon avait prêtée à la magicienne, et leur disposition changeait régulièrement. La dernière fois, Llomarin n’avait vu ici qu’une bibliothèque. Maintenant, sur les murs, une multitude d’instruments bizarres les avaient remplacés. Au vue de la forme et l’affûtage de certains, on avait tendance à penser qu’il s’agissait d’instruments… de dissection.
- En fait, bon nombre des choses que vous voyez là m’appartiennent, monseigneur, fit la voix tremblotante du vieil elfe.
- Je lui ai demandé de les apporter, car ils pourront peut-être nous servir, expliqua Maella.
- Voyons, nous n’allons pas disséquer ce pauvre homme, répondit le Seigneur Dragon en regardant tour à tour la sorcière et le vieil homme.
Ce dernier s’appelait Téris, c’était l’apothicaire du Weyr. Il travaillait ici depuis qu’il avait quitté l’école. Il avait pu officier directement là car il était le cousin du Seigneur Dragon de l’époque. Depuis, en plus d’un millénaire et demi, il avait vu passé de nombreux maîtres des lieux. Il se plaisait à raconter leurs histoires lors des banquets. Il incarnait la sagesse, et la mémoire des lieux.
- Certes, fit Maella. Cela ne semble plus nécessaire, maintenant que nous avons examiné le corps.
Llomarin se rapprocha de la table. Le corps pâle et nu de la victime était recouvert d’un drap blanc. Du sang séché maculait ses cheveux tressés.
- Je n’ai détecté aucune trace de maléfice. C’est une mort non magique, conclut la sorcière.
- Bien évidemment, répliqua Téris, c’est cette blessure qui a entraîné la mort.
Sa main veineuse saisit le menton de la victime et tourna la tête, laissant voir un hématome à l’arrière du crâne, là où il y avait le plus de sang. Llomarin ne cilla pas. Des cadavres, il en avait vu des centaines, et des blessures, des biens atroces que celle-là.
- Qu’est-ce qui pourrait avoir provoqué ça ? questionna le Seigneur Dragon.
- Un objet lourd et pointu.
- Un angle de statue, par exemple ?
- Tout à fait, pour peu qu’il l’est heurté violemment.
- Bon, et bien, il s’agirait donc bien d’un accident, dirait-on.
Cela ne rassurait pas pour autant le Seigneur Dragon. Qu’un elfe soit suffisamment haineux pour en venir aux mains sur des différences de culture, cela n’avait rien de rassurant. Mort accidentelle ou pas, le meurtrier devait avoir affaire à la justice.
- Merci à vous, mestre. Merci à toi aussi, Maella.
- De rien, Llomarin, répondit cette dernière d’un sourire enivrant. N’hésites pas à venir me voir un jour. Cela fait longtemps que nous n’avons pas eu le temps de bavarder tous les deux.
- Oui, pourquoi pas, répondit le Seigneur Dragon.
Les quatre elfes se dirigèrent vers la sortie.
- Oh, j’allais oublier, s’exclama Maella.
Elle se retourna, et d’un geste dans l’air, éteignit les sphères de feu. Llomarin remarqua qu’en même temps, le corps avait disparu. Avant qu’il n’ait pu dire un mot, la magicienne expliqua qu’elle lui avait jeté un sort d’invisibilité, et que seules ces sphères permettaient de le voir.
- Très bien, comme ça personne ne verra le cadavre. Enfin, cela n’est pas pour ça que personne ne saura la funeste nouvelle. Les témoins de la scène auront tôt fait d’alerter la cité entière.
Ils quittèrent la pièce. Maella fit jouer la clef dans la serrure, puis ils se séparèrent.
Téris, une torche à la main, allait vers sa chambre, situé à l’étage en dessous. Maella se dirigeait vers une de ses activités mystérieuses. Quant à Llomarin, il repartait vers les étages supérieurs, accompagnés d’Earnil et de sa torche.

Le Seigneur Dragon remarqua que son subordonnée regardait la magicienne jusqu’à ce qu’elle est disparue dans les ténèbres du couloir.
- Elle est belle, n‘est-ce pas ? fit Llomarin.
Surpris, le Heaume d’argent bafouilla quelques mots avant d’arriver à articuler une phrase.
- Heu oui, dame Maella est d’une grande beauté. Je n’arrive pas à la quitter des yeux… Lorsqu’elle me parle, je n’arrive pas à lui répondre sans bredouiller… je suis comme ensorcelé.
- Tu ne crois pas si bien dire, elle utilise des charmes.
- Pardon ?
- Oui, elle utilise un aura magique, pour séduire. Si je n’avais pas quelques compétences en magie, je serai comme toi, pendue à ses lèvres, bégayant.
La nouvelle eut l’air de choquer le Heaume d’argent, qui ne décrocha plus un mot, même lorsqu’il alluma une deuxième torche avant de la tendre à Llomarin et de se retirer vers les quartiers des soldats.
Le Seigneur Dragon en sourit alors qu’il montait seul les marches vers les derniers étages.
Mais il ne se dirigea pas vers ses appartements. Sa compagne l’attendait pourtant là-bas. Toutefois, il n’avait le cœur ni à dormir ni à voir quelqu’un. Trop de pensées le harcelaient. Tant qu’un meurtrier courrait librement dans sa cité, il avait l’impression qu’il ne pourrait trouver le repos.
Il poussa la porte de la salle du trône.
La lune était désormais haute dans le ciel.
Llomarin avait toute la nuit pour observer sa course.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 2 Sep 2007 - 13:51

Alors, ma première réaction.

-Ah toutes les unités, rendez vous dans le 13, ont à un mmeutre, diffusez un appel à témoin, ont à besoin d'un portrait.
.......Tu lu lu lu

-Bonjour, nous sommes les experts Ulthaunais, nous avons éxaminaient le corps, il semblerait qu'il y est eu, une double perfusion avec trible arrêt cardiaque sur le moment, puis une frature des côtes qui à perforer les poumons. Nous avons essayé le défrébrilateur, mais ça n'a pas marché.


Tout ça pour dire, que c'est pis t'être un peu trop moderne (eh oui 8 lignes pour expliquer une seule phrase, c'est le stress). :(maul):

Aussi, normalemnt, la sorcière elle devrait pas lui parler comme ça, je veut dire que normalemnt, elle devrait lui dire "mon seigneur, ou un truc comme ça"

arc' les experts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 2 Sep 2007 - 14:02

arckal a écrit:

Tout ça pour dire, que c'est pis t'être un peu trop moderne (eh oui 8 lignes pour expliquer une seule phrase, c'est le stress).

Hi hi hi (pensez au rire de Eddy Murphy)
Je sais je sais, mais je veux donner un style d'enquête policiaire, donc je suis un peu influencé **siffle**
Pis attends, les elfes, "k'ils son tro faurs" donc voilà quoi les experts peuvent aller se rhabiller XD


Citation :
Aussi, normalemnt, la sorcière elle devrait pas lui parler comme ça, je veut dire que normalemnt, elle devrait lui dire "mon seigneur, ou un truc comme ça"
IRL, Llomarin et Maella se connaissent depuis longtemps (avant que le premier soit Seigneur Dragon), et vu que Maella est plutôt délurée, enfin sans gênes quoi, elle ne marque aucun signe de respect particulier.
Donc c'est du fait exprès.



La suite bientôt :thumright:

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 2 Sep 2007 - 23:28

Bon, sur la demande d'une foule en délire, voilà la suite :P



ARSYK



- Arrêtes de jouer avec ce couteau, c’est horripilant !
Arsyk ne fit pas attention à la remarque. Il continua de lancer le poignard dans les airs en lui faisant faire des tours, pour le rattraper à quelques centimètres de la table devant laquelle il était assis. Il avait pris ce tic depuis la mort de ses parents. Manipuler ce couteau qui avait appartenu à son père, c’était ourdir sa vengeance. C’était en même temps une fierté et un malheur d’avoir ce poignard. Malheur, car c’était l’arme de son père et qu’il faisait partie de son héritage, reçu après sa mort pendant la dernière guerre elfe noir. Fierté, car son tranchant extraordinaire, son manche ciselé en forme de dragon, et ses gemmes scintillants étaient la preuve que cette arme datait de l’ère du Défenseur. Elle avait été une des premières armes à avoir été forgées sur l’enclume de Vaul. La tradition voulait que le détenteur d’une telle arme soit nommée Prince automatiquement. Mais on lui avait refusé ce droit !
- Arrêtes avec ce couteau ! Hurla Aenor.
L’oncle de Arsyk s’était levé. Son regard, empli de colère, et son visage crispé parcouru d’une balafre insinuèrent la peur dans l’esprit du jeune elfe.
Son oncle, comme son père, était un vrai Prince dragon, un digne représentant de Caledor. Malgré son âge respectable, Aenor était resté un homme d’une force incroyable et d’une poigne de fer.
- Désolé, mon oncle.
Arsyk glissa son poignard dans sa botte.
- Prend ton mal en patience, neveu. C’est par ta faute que tu es coincé ici.
L’intéressé soupira. Il avait entendu ce discours plusieurs fois depuis hier.

Soudain, on frappa à la porte. Arsyk fit mine de se lever.
- Non, reste. Bael est un homme de confiance.
Le dénommé Bael, cheveux gris coiffés en un catogan et vêtements en cuir, ouvrit la porte presqueau même moment. C’était le serviteur de Sire Aenor. Il était à son service depuis des lustres, à ce qu’il savait.
- Messire, la Garde d’argent est là.
Arsyk posa instantanément la main sur le manche de son poignard. Que n’aurait-il aimé faire ce geste et planter l’arme dans le cœur du faible, l’autre jour. La mort qu’il lui avait infligée n’était pas celle qu’il aurait préférée.
- Du calme ! Grinça Aenor. Il va falloir que tu apprennes à garder ton calme. Sinon, des catastrophes comme il y a deux jours, il en arrivera tout le temps.
- Catastrophe ? J’ai purifié notre race, oui.
- Ce n’est pas comme ça que nous restaurerons notre société ! Tiens-toi en à nos plans, et peut-être aurons-nous une chance d’arriver à nos fins. Mais pour l’instant, tu t’es mis sur la touche toi-même.
Tu m’as bien dit que personne ne t’avait reconnu là-bas ?
- Oui, c’était la première fois que j’y allais. Je n’ai vu personne que je connaissais.
- Bon, reste ici pendant que je vais parler aux Gardes du Seigneur Serpent, ce n’est sûrement qu’une visite banale.
Arsyk ne put s’empêcher de sourire au quoliquet. Le faux Seigneur Dragon avait attaché beaucoup d’importance aux Heaumes d’argent, d’où leur surnom de garde. Le nom de Seigneur Serpent, ça c’était parce que il n’était même pas un vrai Prince Dragon, il n’avait jamais chevauché de Wyrm. Il avait été nommé comme tel juste pour quelques faits d’armes dans des tournois.
Mais Arsyk, lui aussi était brillant. Pourtant, on ne lui avait jamais accordé de privilège. Malgré la mort tragique de ses parents pour leur patrie. Il fallait changer la société, elle était viciée. Elle avait perdu toutes ses valeurs.
Prenant le silence de son neveu pour une approbation, Aenor quitta la pièce, accompagné de son majordome.

Arsyk entendit leurs pas s’éloigner, puis il entendit des voix.
Pris de curiosité, il se leva silencieusement de sa chaise, et se dirigea à pas de loups vers la porte.
Il eut tôt fait de rejoindre le hall d’entrée, où son oncle recevait les Heaumes d’argent. Tapis derrière l’angle du mur, il restait invisible mais pouvait tout entendre.
- Vous êtes peut-être au courant, messire, que quelque un a été tué dans une auberge de la ville. Il s’agirait apparemment d’un accident, mais le Seigneur Dragon conseille à tout le monde de se méfier et de signaler tout individu suspect.
- Tout à fait, je comprend, répondit Aenor.
- Vous avez vu des choses étranges ces temps-ci, des personnes suspectes ?
- Non. Mais je serais sur mes gardes à présent.
- Merci. Bien sûr, nous comptons sur votre discrétion.
- Vous pouvez.
Arsyk entendit des bruits de pas, puis, sur des adieux, la porte se ferma.
- Le Seigneur Serpent prend la peine de prévenir les vrais familles nobles, il n’est pas complètement idiot, dit le jeune elfe en sortant de sa cachette.
- Tu étais là ? S’exclama Aenor. Enfin, comme ça tu as entendu, ils pensent que c’est bien un accident.
- C’est le cas, après tout. Je ne suis pas bête au point de me compromettre par un meurtre prémédité.
- En tout cas, tu l’es au point de semer la méfiance dans toute la cité alors que nous n’avons jamais été aussi actifs.
- Ce n’est pas de ma faute ! Je ne voulais pas tuer cette loque !
- Il suffit ! Tu nous as mis dans l’embarras, un point c’est tout. Et tu ne te rend pas compte des efforts que je dois faire pour traiter avec courtoisie tous ces fils de petits nobliaux que sont les Heaumes d‘argent.
- Oh si, j’ai souvent fait la même chose. Tous ces gens aux titres ridicules qui m’ont apporté leurs condoléances. C’est leur faute, la faute à tous ces laquais de Finubar. Ils ne pensent plus à Caledor, ils pensent à Ulthuan. Mais à qui Ulthuan doit tout ?
- Bientôt, Caledor rentrera dans le droit chemin. Et Ulthuan suivra. Elle retrouvera ses vrais maîtres.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins



Dernière édition par le Sam 8 Sep 2007 - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Lun 3 Sep 2007 - 10:32

Tu écrit vite, c'est bien.
Bon, après Les experts, là, c'est les feux de la mort.
Je le sens bien le complot, j'attend la suite :thumright:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Ven 7 Sep 2007 - 21:09

Et qui c'est qui arrive à trouver du temps pour écrire la suite alors qu'il a repris les cours ?
C'est moi.
Bon, trêve de bavardages, voici (en espérant que quelqu'un lise XD ) :


GREGOR



En passant sous l’arche d’une des entrées de la ville, Gregor eut un pincement au cœur. Cette ville, il en avait été le dirigeant, il y a quelques années encore. Et c’est l’énergumène dont il allait assisté au discours qui lui avait enlevé tout ça. La gloire, le pouvoir, la reconnaissance. Certes, il n’avait pas tout perdu. Il était toujours Haut Prince. Mais le château qu’il occupait désormais n’avait rien à voir avec le Weyr. Son cercle d’amis n’était pas la cour d’Orelym. Le dragon bicéphale de sa famille ne flottait plus aux quatre coins de la ville. Depuis qu’un dragon ophidien l’avait remplacé, sa vie n’était plus la même. Tout ça à cause d’un stupide combat. Ses duels contre Llomarin, il les avait tous gagné, sauf celui-là, le plus important. Mais il aurait sa revanche…
- Messire ? Fit la voix du Prince dragon qui chevauchait en compagnie du Haut Prince.
- Oui ?
- Nous y sommes.
Gregor avait été si absorbé par ses pensées qu’il n’avait pas fait attention à leur progression à travers la ville. La silhouette extraordinairement imposante du Weyr se dressait devant eux.
Il descendit de cheval, et monta les quelques marches d’escalier qui menaient à une des portes secondaires.
Les gardes décroisèrent leurs hallebardes dès qu’ils le virent. En tant qu’ancien possesseur de lieux, il jouissait encore d’un respect non négligeable.
Traverser le Weyr pour arriver dans la salle du conseil, ce fut un jeu d’enfant pour Gregor. Il connaissait l’endroit par cœur. A l’avance il savait quel escalier prendre, quel couloir emprunter. Le Prince Dragon qui l’avait accompagné n‘avait pas cette connaissance et était à la traîne.
Lorsqu’il ouvrit la dernière porte, il put voir qu’il était le premier arrivé.
Ah, que cette salle lui rappelait des souvenirs. Il y a tellement peu, il s’asseyait sur le petit trône, sur l’estrade.
Comme en temps de réunion, une dizaine de sièges avaient été disposés en demi-cercle en face.
Et s’il s’installait sur le trône, pendant que personne n’était encore là ?
Il pourrait à nouveau dominer la salle et se souvenir du temps où cette place lui était due
Gregor avança à pas lent vers la masse de granit. Il dévorait des yeux les dragons ciselés des appuis-main, les statues reptiliennes qui encadraient le trône.
- Ah, Gregor, tu es déjà là, fit une voix derrière lui Moi qui pensais être en avance.
MESSIRE Gregor.
Il avala sa réplique. Il n’était plus en droit d’exiger ce titre. Il n’était plus Seigneur Dragon.
Lorsqu’il se retourna, il vit le Haut Prince Varelion, un de ses anciens vassaux, comme la plupart de ceux qu’il allait voir dans cette salle.
- Bonjour, Varelion. Je viens juste d’arriver.
Se disant, Gregor s’assit sur un des sièges. Il ne chercha pas à discuter , et il était soulagé que l’autre en fasse autant. Parler aux autres Hauts Princes comme à ses égaux alors qu’il avait été leur supérieur lui était cruel.
Un autre Haut Prince fit bientôt son entrée. Il salua ses homologues puis alla s’asseoir. Un autre fit de même, puis encore un autre. Gregor put ainsi voir arriver tous ses anciens bannerons. La plupart d’entre eux avait aussi participés aux défis pour la seigneurie, mais Llomarin les avait tous vaincu, comme dans maints tournois avant cela. Sauf que là, Gregor n’avait pas réussi à mettre un terme à sa série de victoires.
Alors que tous les sièges normaux étaient maintenant occupés, le responsable de sa Chute entra.
Vêtue de son armure dragon ancestrale, en or constellée d’aigues-marines, Llomarin alla se percher sur son trône. Si cela avait pu lu rendre son titre, Gregor l’aurait défié sur le champ, car cela n’était pas l’envie qui lui manquait de rosser ce prétentieux, mais malheureusement une victoire n’aurait de sens que lors d’un défi seigneurial, qui n’avait lieu que tous les xXx ans.
- Bonjour et bienvenue à tous, dit Llomarin en baladant son regard bleu glacial sur l’assemblée. Je vous ai convoqué car nous avons connu un évènement grave. Comme vous le savez grâce aux missives que je vous ai envoyé, une rixe nocturne a provoqué la mort d’un de nos concitoyens. Un affrontement violent comme celui, hors de toute manifestation martiale réglementée, j’entends par là tournoi où autres, ne devrait pas se dérouler dans notre patrie. Une telle haine n’est pas digne de nous, et serait plutôt l’apanage de nos sombres cousins. Pour que rien de ceci ne se reproduise, vous comprendrez que j’ai du prendre des mesures drastiques. Un couvre-feu sera en place tant que le responsable de l’accident n’aura pas été arrêté.
A cette annonce, il y eut des murmures dans l’assemblée. Gregor eut un sourire cynique. Il doutait fort que les méthodes de son successeur soient appropriées.
- Mais nous ne sommes pas en guerre, enfin ! Répliqua un des Hauts Princes, réputé conservateur.
- Si, renchérit le Seigneur Dragon, nous sommes en guerre contre la haine qui s’insinue petit à petit dans notre société. Je n’ai pas fini. Des soldats sont en train d’afficher partout dans la ville cet arrêté seigneurial, ainsi que le portrait du présumé responsable des faits. Vous allez repartir avec des affiches similaires, et je compte sur vous pour qu’elles sont incessamment placardés dans vos propres fiefs. Je veux aussi que vos milices soient mobilisées. Je veux qu’il y ait autant de patrouilles de nuit que de jour actuellement. Il n’y a que comme cela que nous aurons des résultats.
- Nos villes et nos villages ne sont pas concernés ! Reprit le même Haut Prince. C’est ici qu’il faut chercher.
- Vous savez donc où se cache le responsable des faits ? Plus sérieusement, je vous l’ai déjà dit, nous ne recherchons pas qu’un homme, nous recherchons un vice. Alors que l’annonce officielle de la mort violente d’un de nos concitoyens va apeurer la population, la présence bienveillante de la milice la rassurera. Je vous rappelle que cette milice est constituée de guerriers citoyens, et qu’il ne s’agit donc pas d’une domination de l’armée.
Sur ce, plusieurs Hauts Princes quittèrent l’assemblée, visiblement agacés. Il s’agissait du Haut Prince qui avait protesté, accompagnés de deux autres nobles.
Gregor lut de la surprise sur le visage du Seigneur Dragon, mais cette expression dura un quart de seconde, car il reprit bien vite un air stoïque.
Gregor se leva lui aussi. Il avait l’occasion d’énerver Llomarin, il la saisissait.
Il quitta la pièce, non sans jeter un regard à son rival. Cette fois, il vit de la colère. Gregor eut du mal à ne pas sourire tellement il était content de lui.
S’il ne pouvait diriger, il ferait tout pour insupporter celui qui lui avait ravi ce droit.
Fier de ses actes, il se mit à dévaler les escaliers de la tour. Il commençait à prendre le même chemin qu’à l’allée, mais en sens inverse, lorsqu’il reconnut une statue dans un couloir adjacent.
La statue d’un ancien Seigneur Dragon. Et surtout, statue qui cachait un passage secret.
En tant que maître des lieux, Gregor avait eu jadis l’immense honneur d’apprendre par la bouche même du doyen Téris l’emplacement de tous les passages secrets de la forteresse. Si ses souvenirs étaient bons, celui-là lui raccourcirait grandement le chemin jusqu’à la sortie.
Par rapport à l’affront qu’il venait de faire à Llomarin, emprunter un des passages secrets du Weyr ne représentait pas grand chose.
Après avoir vérifié que personne n’approchait, Gregor tira sur le fourreau de la statue, déclenchant un mécanisme qui fit pivoter l’elfe de pierre, révélant une mince ouverture. Gregor s’y glissa le sourire aux lèvres.
Le seul inconvénient de l’endroit, c’était l’absence quasi-totale de lumière. Le Haut Prince se mit à avancer tout doucement, les bras devant lui. Tout ce qu’il avait à faire, c’était trouver une paroi et la suivre. Lorsqu’il sentit la pierre sous ses doigts, il put avancer plus facilement.
Au bout de quelques temps, il y a des escaliers, se rappela-t-il.
Il ralentit à nouveau afin d’éviter d’y tomber. Grand bien lui en prit, car à peine avait-il fait quelques pas qu’il ne sentit plus le sol. Descendre un peu le pied lui permit de rencontrer une marche. Et il entama la longue descente.
Chemin faisant, il se souvînt que parfois, depuis ce passage, on pouvait entendre les bruits provenant des couloirs de l‘autre côté de la paroi. Cela lui avait jadis permis d’entendre les critiques que les gens émettaient dans son dos. Grâce à cela, il avait pu essayer de rectifier son comportement, ou tout simplement ajouter des noms à la liste de ses potentiels ennemis politiques.
Il s’arrêta quelques instants, guettant des bruits de conversation. Et ce qu’il entendit attira toute son attention.
- La haine qui s’insinue dans la société… Ce n’est pas la haine qui s’insinue, c’est la perte des valeurs, et des traditions !
Gregor reconnut la voix du Haut Prince qui avait si bien répliqué à Llomarin.
- A qui le dis-tu, fit une autre voix. Mais ce borné de Seigneur Serpent ne voudra jamais s’en compte. Lui-même est un briseur de traditions !
- Je commence à croire qu’Aenor a raison. Il est un danger pour notre société. Si nous pouvions l’écarter du pouvoir… Aenor y a déjà pensé, si seulement il…
Gregor ne put distinguer les paroles suivantes. Les deux nobles s’étaient trop éloignés.
Mais ce qu’il venait d’entendre lui suffisait. Des gens riches et hauts placés cherchaient à écarter Llomarin du pouvoir. C’était une aubaine, une chance inestimable.
En les aidant, Gregor pourrait arriver à éjecter Llomarin du pouvoir et se venger.
Si en plus il se faisait bien voir à leurs yeuxs, via un accord, il pourrait peut-être parvenir à récupérer son titre déchu !
Il pourrait régner sur la région à nouveau !
La tête bouillonnante d’idées de complots et de gloire renouvelée, Gregor se mit à descendre les marches deux par deux, malgré l’obscurité.
Il avait à faire.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Sam 8 Sep 2007 - 9:24

Je crois que je l'ai lu **sac**
Citation :
à éjecter Llomarin du pouvoir et se venger
Ouais, à mort, et après on dit les EN sauvage.
A part ça, ben, c'est bien (sinon je lirais pas).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Sam 8 Sep 2007 - 23:21

On continue dans la joie et la bonne humeur.
Merci à mon fidèle lecteur Arckal **yeha**


LLOMARIN



Un cavalier chevauchait à travers la plaine sous le soleil couchant.
Une longue cape bleu nuit volait derrière lui et une capuche cachait ses traits.
Llomarin avait mis des vêtements quelconques pour ne pas se faire reconnaître. De même, il avait délaissé son coursier blanc habituel pour un autre cheval, plus commun.
Dans cette période de troubles et de tensions, il préférait que la visite qu’il allait rendre reste secrète.
A l’approche du village qui l’intéressait, il ralentit l’allure. La maison qu’il cherchait se situait sur une colline et dominait les environs, il n’eut donc aucun mal à la trouver.
Sur la terrasse, une femme aux longs cheveux blonds admirait son jardin, qui n’avait rien à envier aux plus beaux modèles elfiques du genre. Derrière la véritable barrière de fleurs qui entouraient la terrasse s’étendait un bosquet clairsemé.
- Beau jardin, dit Llomarin en démontant.
La jeune femme se retourna. Vêtue d’une robe blanche surmontée d’une cape, parée de bijoux, elle avait tout d’une membre des classes aisées de Caledor, les petits nobles. Toisant le nouvel arrivant au dessus du petit muret couvert de fleurs multicolores, elle affichait un air interrogateur, mais son visage s’illumina lorsque Llomarin abaissa son capuchon une poignée de secondes.
- Messire Llomarin !
Le Seigneur Dragon mit un doigt devant sa bouche pour lui signaler de ne pas élever la voix, avant de lui rendre son sourire.
- Entrez donc.
Elle alla ouvrir le petit portillon qui donnait sur la rue.
- Que me vaut l’honneur de votre visite, monseigneur ? Cela faisait longtemps.
- Malheureusement, il ne s’agit pas d’une pure visite de sympathie.
- C’est à propos de la mort de ce pauvre homme ?
- C’est lié. Mais parlons d’abord de toi. Ta vie de femme mariée et riche te plaît-elle ?
- Oh oui. Elle est moins aventureuse qu’avant, mais je suis comblée. J’attends un enfant.
- C’est vrai ? Mais c’est une très bonne nouvelle !
- J‘avais pensé, que s’il s’agissait d‘un garçon, il pourrait porter votre nom.
- Oh, mais bien sûr. Ca me touche beaucoup.
- Vous avez fait tellement pour moi, c‘est presque normal. Voulez-vous boire quelque chose ?
- Non merci, je ne peux malheureusement pas rester très longtemps. Je préfère que personne ne remarque mon absence.
- Très bien. Nous pouvons tout de même marcher dans le parc pendant que nous discutons ?
- Bien sûr. C’est un endroit magnifique.
- Oui, j’adore m’y balader.
Ils quittèrent la terrasse par des escaliers qui descendaient dans le bosquet. Un tapis d’aguilles de pins recouvrait le chemin qui serpentait au milieu des arbres.
Llomarin rentra tout de suite dans le vif du sujet.
- Vois-tu, Olyne, l’enquête que mes hommes mènent actuellement m’a permis d’apprendre certaines choses. Il semblerait que le nombre de traditionalistes extrémistes croît de jour en jour. D’après mes informations, un club se réunirait, où les gens projetteraient entre autres de faire payer des taxes aux elfes des autres régions, de remplacer Imrik, et même de renverser le Roi Phénix pour que Caledor redevienne la région maîtresse d’Ulthuan. J’ai pensé que ton mari et toi auraient des informations, et que vous pourriez aussi en glaner.
- Hum. J’ai entendu qu’il y avait des gens comme ça, oui. Je ne pensais pas que c’était bien grave. Ils ne sont pas nombreux.
- On ne sait pas exactement. Mais surtout, la pensée qu’ils diffusent est responsable des accidents comme celui de l’autre jour. Si vous pouviez vous renseigner, vous qui avez des cercles d’amis assez important, et surtout une position où vous posez des questions facilement.
- Bien sûr, je vais en parler à mon mari. Nous ferons tout pour vous rendre service.
- Merci beaucoup. Je vais malheureusement devoir vous laisser. Faites moi parvenir des infos dès que possible.
Il la salua d’un signe de tête puis rejoignit la route. A peine avait-il sifflé son coursier, que ce dernier arrivait au galop. Les dresseurs de Caledor étaient plutôt bons, à vrai dire.
Il sauta sur la selle et s’engagea sur le chemin du retour. Comme chaque instant depuis la mort de cet elfe, il avait toujours un flot de pensées dans la tête.
La violence dans la ville.
La haine des autres régions.
Le culte de la guerre.
Autant de vices auquel venait maintenant se rajouter, d’après l’enquête d’Earnil, des menaces de complot contre le trône de Caledor et d’Ulthuan.
Llomarin avait la désagréable impression que les dragons étaient peut-être sur le point de s’entredéchirer.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 9 Sep 2007 - 13:16

Ca commence à bien concorder, bravo.
Citation :
de faire payer des taxes aux elfes des autres régions, de remplacer Imrik, et même de renverser le Roi Phénix pour que Caledor redevienne la région maîtresse d’Ulthuan
Et ouais, fait attention Llo, t'as de futur elfes noirs dans ta ville.
Allez la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
berserk
Héraut
avatar

Nombre de messages : 166
Age : 25
Localisation : en train de crever un nain
Date d'inscription : 15/06/2006

Feuille de personnage
Nom: khaleanos
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 9 Sep 2007 - 13:49

Mais ne t'inquiete pas Llomarin , arckal n'est pas seul a lire , nous sommes 2, tu viens de doubler le nombre de lecteurs d'un coup , c'est pas énorme ca!!!!
Non , franchement, j'ai plaisir a lire ce texte, et sortir du contexte Hauts elfes tout gentil est un bon sujet
Bonne chance a toi, et continue comme ca!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
drakan
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 21
Date d'inscription : 23/06/2007

Feuille de personnage
Nom: Aluzzen Ombrepourpre
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 9 Sep 2007 - 18:30

c'est grace a des textes come ca qu'on voit que c'est pas HE gentils et EN méchants sinon j'adore ce récit l'intrigue est très bien.

Tu viens de tripler ton audimat en 1 jour ça se fête **yeha**


Dernière édition par drakan le Mer 13 Aoû 2008 - 2:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mer 12 Sep 2007 - 13:31

Citation :
Mais ne t'inquiete pas Llomarin , arckal n'est pas seul a lire , nous sommes 2, tu viens de doubler le nombre de lecteurs d'un coup , c'est pas énorme ca!!!!
Argg, des concurents.... :(maul):
Sinon, tu nous ponds la suite quand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fëanáro Númenessë
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 298
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
Nom: Fëanáro
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mer 12 Sep 2007 - 18:01

Je viens de m'y mettre aussi !
Pof 50% d'audience en plus ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Ven 14 Sep 2007 - 21:57

**fou** 4 lecteurs ???
C'est incroyable XD
Merci cher public aimé.


La suite demain :thumright:

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 16 Sep 2007 - 11:52

Désolé pour le retard mais je me sers pas du portable vu que j'ai oublié mon fil enfin bref voilà :



AENOR


C’était le milieu de l’après-midi, et une certaine activité animait les rues d’Orelym.
Des marchands vantaient à gorge déployée les mérites de leurs denrées, des cracheurs de feu produisaient des boules incandescentes qui réchauffaient l’air, des forgerons battaient le fer en plein air pour montrer à tous leur savoir-faire.
Aenor slalomait rapidement au milieu des passants, l‘air préoccupé. Les raisons de son anxiété était multiples.
D’une part, il n’aimait pas laisser Arsyk seul. Ce garçon avait beau être le fils de son frère, il devait reconnaître qu’il n’avait aucune des qualités de son défunt père, à part le talent à l’épée. La patience, la retenu étaient pour lui des valeurs inconnues. Il avait mis en péril l’Ordre en se faisant remarquer, et il pouvait encore être dangereux pour la suite des opérations car, à rester enfermer chez son oncle, l’impatience du jeune elfe grandissait, menaçant de le faire exploser.
D’autre part, le rendez-vous auquel il se rendait était pour le moins étrange. L’ancien Seigneur Dragon, qui aux demeurant était bien mieux que l’actuel, lui avait demandé par lettre de se rendre à la taverne où il se rendait présentement, en lui disant simplement qu’ils avaient des intérêts communs.
Piège pour renverser l’Ordre ?
Simple intrigue politique ?
Il aurait des réponses très rapidement.
Il entra dans la taverne, et repéra très vite sir Gregor, assis à une table près d’une fenêtre. Il portait une ample robe verte, brodée du dragon bicéphale de sa maisonnée. Comme à son habitude, il avait deux mèches de ses longs cheveux châtains qui tombaient devant ses oreilles.
Aenor, lui, avait gardé son armure dragon. Il ne s’en séparait que pour dormir. Tous les combats et les guerres qu’il avait vécu l’avaient rendu fétichiste avec les armes et les protections.
Il alla s’asseoir en face de Gregor après l’avoir salué d’un signe de tête.
- Je suis content que vous soyez venu, dit l’ancien Seigneur Dragon. Je peux vous assurer que vous ne le regretterez pas.
Phrase sincère ? Ironie ? Aenor n’arrivait pas à lire de réponse sur le visage de son interlocuteur.
- Vous voulez boire quelque chose ? Demanda l’autre.
- Non merci.
- Vous avez tort, leur hydromel est délicieux.
Gregor fit tourner le contenu de son gobelet, comme pour prouver ses dires.
- Bien, reprit-il. Je sais que vous, et d’autres, avez remarqué que les traditions s’élidaient. Et cela en grande partie à cause de mon successeur. L’amélioration du statut des Heaumes d’argent, ces petits nobliaux qui n’ont jamais vu un dragon de leur vie. Sur ce dernier point, ils sont comme Llomarin, d’ailleurs. Seuls les personnes comme nous méritons vraiment une haute place. Nous sommes la gloire de Caledor.
Gregor faisait allusion au fait qu’Aenor et lui étaient de vrais Princes dragons, qui avaient chevauché des dragons en temps de guerre.
Aenor partageait l’avis de son vis-à-vis, mais n’ayant encore pu décerner s’il s’agissait d’une ruse ou non, il ne dit mot.
- Les aides versées aux commerçants des autres régions voulant s’installer en Caledor, encore une brillante idée de mon bien aimé successeur. Bientôt, il y aura plus de Lothernois que de Caledoriens ici.
Finalement, la seule bonne initiative de Llomarin, c’est l’encouragement à l’organisation de tournois. En fait, il ne joue que là où il gagne. Bref, vous l’avez compris aussi bien que moi, la société doit être reprise en main. Et par des mains méritantes et légitimes. Les mauvais dirigeants doivent être écartés. Et bien, voyez-vous, je suis prêt à vous aider dans toute tentative de reprise en mains.
Aenor réfléchit. Gregor… Il pourrait bien être le rouage qui leur manquait. L’Ordre avait besoin de quelque un de très haut placé, à même de…
- Car plus que tout autre chose, continua l’ancien Seigneur Dragon, j‘ai pour Llomarin un dégoût profond, et l’éjecter du pouvoir sera pour moi un grand plaisir. Bien entendu, je me propose même pour reprendre en mains la situation, si vous le désirez.
La félicité d’Aenor grandissait à chaque mot de son interlocuteur.
Il l’avait trouvé.
Il avait trouvé l’ultime rouage, le dernier maillon de la chaîne qui permettrait à l’Ordre d’arriver à ses fins.
Le parfait imbécile, assez haineux pour agir sans connaissance de cause, idéalement placé dans l’échiquier, et qui ferait un parfait bouc émissaire en cas de problèmes.
- Un verre d‘hydromel, s’il-vous-plaît, fit Aenor à un serveur.
Avant de reprendre, le sourire aux lèvres :
- Je crois que nous avons à parler.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
drakan
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 21
Date d'inscription : 23/06/2007

Feuille de personnage
Nom: Aluzzen Ombrepourpre
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 18 Sep 2007 - 7:41

j'aime beaucoup **yeha** on voit bien que llomarin é pas un gars parfait et que les HE peuvent etre EN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mer 19 Sep 2007 - 13:27

Arf, j'ai pu répondre que maintenant, bon, comme l'a dit Drakan, pour faire plus simple, c'est un conn***, oui, un mécahnt qui n'est pas un druchii.
Mais, je me demande, serait-ce une autobiographie caché, serais tu le suppot du mal ?

Arc'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Recit] Les Chroniques d'Orelym
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Recit] Les Chroniques d'Orelym
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Les Chroniques du Père Bugli !
» [Récit/Morts Vivants]Les chroniques de Lybaras
» Les Chroniques d'Yggdrasil.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: