Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Recit] Les Chroniques d'Orelym

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Sam 22 Sep 2007 - 13:11

Merci de votre fidélité, chers lecteurs :thumright:

Pour répondre à vos impressions, je dirais que j'aime bien jouer sur le point de vue des différents personnages.

Pour la suite, malheureusement, je vais sans doute ralentir le rythme, car je n'ai plus trop le temps d'écrire...

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 23 Sep 2007 - 17:58

Pfiou, entre deux exos de maths et motivé par le visionage d'un film génial hier, j'ai trouvé le temps et l'inspiration pour le chapitre suivant :



EARNIL



Le capitaine des Heaumes d’argent gravissait les escaliers qui semblaient tourner jusqu’à l’infini.
Il était épuisé. Non parce que les marches ne semblaient pas avoir de fin, mais parce qu’il ne se reposait jamais ces temps-ci. Du fait de l’enquête, il ne dormait presque plus.
S’il n’était pas en train d’interroger des gens, de recueillir des informations dans les archives ou dans les dossiers de l’administration, de faire un rapport au Seigneur Dragon, il était en train de réfléchir à cette histoire, analysant une énième fois la situation, cherchant une piste, un mobile.
Peut-être que la personne qu’il allait voir lui apporterait des réponses.
Il arrivait enfin devant une porte. Il frappa au battant. Après quelques secondes d’attente, la porte s’entrouvrit. Derrière, un elfe le toisait avec méfiance.
- Bonjour, je suis Earnil, capitaine de la Garde d’argent. Je souhaiterai vous poser quelques questions.
Comme l’homme ne répondait pas, Earnil continua :
- En tant que témoin.
Quelques secondes passèrent sans que personne ne bouge, puis la porte s’ouvrit en grand.
L’homme, tout de rouge vêtu, fixait le heaume d’argent de ses yeux violets.
- Entrez.
Earnil ne se fit pas prier. Il retira son heaume poli et franchit le seuil. L’homme l’invita à s’asseoir à une table où il repoussa les parchemins et l’encrier qui y étaient posés. La lumière du jour irradiait la salle où ils se trouvait, pénétrant par une grande fenêtre en forme d’arche.
- Bien. J’ai cru comprendre que vous avez été lié à un groupe connu sous le nom d’Ordre du Dragon.
Le visage de l’homme se figea, pâle comme la mort.
- Entendez moi bien, dit Earnil, si vous me donnez des informations sur ce groupe, vous ne ferez l’objet d’aucune charge. Je m’engage même personnellement à ce que vous soyez protéger si vous le désirez.
L’homme sembla se détendre. Il reste silencieux quelques temps avant de demander :
- Comment savez-vous que j’ai fréquenté des membres de l’Ordre ?
- Peu importe. Avez-vous des informations ?
- Je n’ai jamais fait parti de l’Ordre. C’est un cercle très fermé. Mais j’ai été proche de certains membres.
- De quoi s’agit-il exactement ?
- En fait, c’est un groupe de gens de la haute noblesse, des conservateurs. Ils sont très influents et essaient de modeler la politique selon leurs intérêts. Mais…
Earnil prit un air interrogateur pour inciter son interlocuteur à continuer.
- Mais ils ont changé. Maintenant, ils veulent vraiment diriger. Ils veulent restaurer la gloire de Caledor, de leurs propres mains. Je me suis éloigner d’eux depuis quelques temps, car je n’aime pas du tout leur pensée bien trop radicale et dangereuse…
- Qu’entendez-vous par, « vraiment diriger » ?
- Ils veulent dicter les lois. Je ne sais pas comment, mais ils veulent participer au jeu des trônes.
Earnil médita ces dernières paroles. Toutes les bruits de la rue qu’il avait entendu sur l’Ordre lors de l’enquête ne semblaient donc pas tous non fondés. Des intrigues souterraines, des menaces de complot…
C’était tout de même incroyable, il avait fallu attendre un évènement grave pour que les autorités s’intéressent à la vie des citoyens et s’aperçoivent de l’existence de groupe d’extrémistes. Earnil avait beau avoir un respect incommensurable pour le Seigneur Dragon, il devait reconnaître que sur ce point Llomarin n’avait pas été le plus sage.
- Qui les dirige ? Demanda le capitaine des heaumes d’argent. Ils ont bien un chef, non ?
L’homme se mit à parler à voix basse, comme s’il se sentait espionner :
- Oui. C’est une femme. Je ne l’ai jamais vu, mais ils avaient l’air de tous la respecter. Ils l’appellent la Dragonne.
L’individu semblait maintenant anxieux. Ses doigts s’agitaient sur la table. Earnil ne savait trop pourquoi, mais il en eût la réponse de sa bouche :
- Vous avez bien dit que vous m’offrez votre protection ? Je voudrais que ça commence tout de suite.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
drakan
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 21
Date d'inscription : 23/06/2007

Feuille de personnage
Nom: Aluzzen Ombrepourpre
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 25 Sep 2007 - 17:32

génial, mais un peu court. Continue comme ca llo **yeha**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mer 26 Sep 2007 - 13:56

Super, mais c'est court
Citation :
- Oui. C’est une femme. Je ne l’ai jamais vu, mais ils avaient l’air de tous la respecter. Ils l’appellent la Dragonne.
Rhala, depuis qu'elles ont le droit de vote....

Arc'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Sam 29 Sep 2007 - 21:44

La suite tant attendue **siffle**




ARSYK



Arsyk ouvra doucement le volet. Dehors, c’était la nuit noire. Seuls quelques étoiles et quelques rares braseros dans la rue déserte apportaient un peu de lumière. Il monta sur le rebord et estima la distance qui le séparait du sol. Cinq mètres au plus. Un jeu d’enfant pour lui.
Il vérifia d’un regard qu’aucun garde ne patrouillait dans les environs, puis il se laissa tomber.
Après une courte chute, il atterrit sur les pavés et effectua un roulé boulé au sol, pour se relever vivement.
Une sensation de liberté l’envahit. Il y avait tellement longtemps qu’il attendait ce moment. Cela faisait des jours et des jours qu’il était enfermé dans la demeure de son oncle, enfin il pouvait sortir à l’air libre. Et cela, il devait le faire malgré son oncle et malgré le couvre-feu. Mais il se fichait de l’avis de son oncle comme du couvre-feu. Il fallait qu’il sorte. Il ne pouvait rester une journée de plus comme un oiseau dans une cage. Il profiterait donc de la nuit pour se dégourdir les jambes. Même si en fait, il avait aussi un autre but.

Silencieux comme une ombre, il se mit en marche. Rasant les murs, l’obscurité empêchait quasiment de le voir. Il vérifiait tout de même à chaque coin de rue que personne n’arrivait. Avec le couvre-feu, il n’aurait pu tomber que sur des Heaumes d’argent, mais en cas de besoin, il avait ses deux rapières, et son poignard dans sa botte.
Alors qu’il approchait de l’endroit où il se rendait, il entendit au détour d’une énième rue une voix bien familière. Son cœur s’accéléra. Tapis dans l’ombre, il chercha du regard la personne connue.
C’est entourée de deux Heaumes d’argent brandissant des torches qu’il l’a vit, en plein milieu de la voie pavée.
L’accuité visuelle elfique de Arsyk lui permit d’admirer en détails la jeune femme.
Ses yeux noisettes auraient attendri même un forgeron aveugle de Vaul. Son sourire illuminait son visage parfait encadré d’une longue chevelure auburn. Sous une courte cape, elle portait une légère robe rouge bordeaux qui laissait entrevoir ses magnifiques formes et laissaient deviner le début des multiples tatouages qui lui parcouraient la peau. Pour les avoir déjà vu entièrement, Arsyk savait qu’ils représentaient des flammes et des dragons, nichés jusque dans les parties les plus intimes.
La seule vue de la femme qu’il aimait éveilla le désir en lui. Cela faisait si longtemps qu’il ne l’avait approché, senti, touché.
- Ce n’est pas une heure pour les demoiselles comme vous, fit l’un des Heaumes d’argent, qui ne pouvait s’empêcher de loucher sur le décolleté de la dite demoiselle.
- Je sais, messire, mais j’étais allé rendre visite à mon arrière grande tante, et je n’ai pas vu le temps passé. Il faut dire qu’on ne s’y fait pas, à ce couvre-feu. Avant, on pouvait rentré un peu tard.
- C’est pour votre sécurité, s’empressa de répondre le garde. Il se peut que vous rencontriez des gens dangereux, à cette heure.
- Des gens dangereux ? C’est impossible, puisque vous êtes là pour me protéger.
- Certes…heu…
Remarquant le teint pourpre de son camarade, le second Heaume d’argent prit la relève :
- Voulez-vous que l’on vous escorte jusque chez vous, mademoiselle ?
- Oh non, merci. J’habite à quelques pas. Ai-je l’autorisation de rentrer toute seule ?
- Oui, mais ne traînez pas. Et ne flânez plus toute seule la nuit. C’est dangereux, et c’est interdit en théorie à l’heure actuelle.
- Oui messire. Je file.
Après leur avoir adresser un sourire ravageur, elle partit en courant sur la pointe des pieds. L’air faisait voleter sa robe ciselée, laissant entrevoir le haut de ses jambes.
Arsyk attendit patiemment que les Heaumes d’argent aient finis de regarder dans la direction où elle venait de disparaître dans le noir.
- On aurait du l’escorter. S’il lui arrive quelque chose, je me le pardonnerai pas.
- C’est bon, elle a dit qu’elle habitait tout près. D’ailleurs, c’est à savoir. Faudra que je revienne patrouiller par ici.
- Pas sans moi. Bon, continuons maintenant.
A peine avaient-ils tourner le dos qu’une ombre traversait la rue, à quelques mètres d’eux. Mais ils ne s’aperçurent de rien…

La porte se rabattait lorsqu’Arsyk se glissa dans l’ouverture. La chaleur douillette du hall d’entrée contrastait avec la froideur de la nuit.
Elle était là, devant lui, le dos tournée. Elle enleva sa cape et la jeta sur une petite table. Arsyk admira quelques secondes la chevelure sur le haut de son dos nu où rugissait un dragon.
- Alors, dit Arsyk, on ne tient pas la porte à son chevalier servant ?
Elle se retourna aussitôt. La surprise, la joie puis la détermination s’affichèrent sur son visage.
Elle fit deux pas en avant. Arsyk se prépara à la serrer dans ses bras. Mais c’est d’une gifle qu’il écopa.
L’incompréhension s’empara de lui.
- Ca, c’est pour avoir mis en péril l’Ordre, dit-elle sévèrement. Et pour avoir braver le couvre-feu alors que tu es recherché.
Elle sourit à nouveau.
- Et ça, c’est pour être venu me voir.
Elle se jeta à son coup et l’embrassa longuement.
Arsyk la serra contre lui. La chaleur devenait insupportable.
- Tu es parti de chez ton oncle ? lui demanda-t-elle en se dégageant gentiment.
- Oui, je ne pouvais pas rester une seconde de plus enfermé. Et puis, j’avais envie de te voir. Tu me manques tellement, Alexstraza.
- Si tu n’avais pas tué cet homme dans l’auberge, tu aurais pu me voir d’avantage.
- C’était un accident. Je ne voulais pas le tuer, je ne suis pas bête à ce point. Mais je ne regrette pas qu’il soit mort… Que ça serve de leçon à tous les faibles.
- Tout le monde ne peut pas être aussi fort que toi.
Elle posa ses mains sur ses pectoraux. Arsyk eut la soudaine envie de lui enlever sa robe, pour voir à nouveau les tatouages qui se cachaient dessous.
- Nous irons ensemble à la réunion, demain, dit-il.
- Oui, et d’ici là, nous avons toute la nuit pour nous…
- Une nuit avec la Dragonne, dit Arsyk en souriant et en commençant à enlever sa robe, ça ne se refuse pas.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 30 Sep 2007 - 9:58

**fou** **siffle** . Hum, c'est particulier, mais plaisant, que dire d'autre, ha si, les HA sont vraiment des pervers, en fait tout les asurs le sont, mouais.
Arc' :thumright:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
drakan
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 21
Date d'inscription : 23/06/2007

Feuille de personnage
Nom: Aluzzen Ombrepourpre
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Lun 1 Oct 2007 - 20:47

c'est très... léger... **love** très mignon le dragon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Sam 6 Oct 2007 - 21:52

Mouahahahaha. La suite !




AENOR



Le Prince Dragon fendait littéralement la foule. Il bousculait quiconque ne s’écartait pas assez vite de son chemin. L’armure dragon et le visage balafré d’Aenor dissuadaient quiconque de protester. Mais le comble de la chose, c’était qu’il s’en rendait à peine compte. Ses épaulettes massives amortissaient les chocs et surtout, il était en colère.
En colère parce que son neveu lui avait désobéi. En colère parce qu’il les avait encore tous mis en danger. En colère parce que la Dragonne le défendait. En colère parce que son neveu n’avait rien à faire avec elle.
Après tout, ce n’était même pas un Prince Dragon. Pourquoi méritait-il la Dragonne ?

Aenor était tellement préoccupé qu’il passa devant le lieu du rendez-vous sans le voir. Il dut revenir sur ses pas. Cela le mit encore plus en rogne. A l’entrée de la bâtisse aux multiples tours, il faillit traverser la porte en bois avec son poing tellement il frappa fort.
La porte s’ouvrit tout doucement. L’homme derrière jeta un œil pour regarder qui venait de se faire connaître ainsi, et lorsqu’il eut reconnu il voulut s’écarter pour le laisser passer. Mais en fait, il n’en eût pas le temps. Aenor se fraya lui-même un passage, bousculant porte et portier.
Il grimpa les marches trois par trois et frappa à la nouvelle porte. Il attendit une fraction de seconde avant d’entrer.
Une grande table occupait la plus grande partie de la pièce. Les murs étaient décorés de draps blancs tissés de runes. Une quinzaine de personnes était assise. La plupart portaient des armures dragons, signes qu’ils étaient des hauts et anciens nobles de Caledor.
La Dragonne trônait au bout de la table, parée de son habituelle robe rouge si légère. On ne voyait qu’elle. Sa seule vue suffit à calmer Aenor. C’était dire car la présence d’un Arsyk affichant un sourire cynique juste à côté de la dirigeante de l’Ordre aurait dû exacerber sa colère. D’autant plus qu’il jouait encore avec son poignard. Le poignard de son frère. Son si regretté frère, qui avait péri pour défendre des étrangers. Depuis ce jour, Aenor savait que seule la défense de Caledor comptait.
Tous les regards s’étaient tournés vers le nouvel arrivant.
- Messire Aenor, nous n’attendions plus que vous, fit la Dragonne d’une voix suave. Veuillez prendre place parmi nous et nous annoncer les bonnes nouvelles que vous avez.
Les bonnes nouvelles, c’est vrai. Cela, avec le sourire de la Dragonne, étaient les seules choses actuellement qui modéraient son ire.
- Certes, je…
Il s’assit et essaya de se calmer. Qu’était la désobéissance de son neveu devant l’Ordre ?
- Je… Nous avons trouvé l’élément qui nous manquait. Celui qui nous permettra de mettre nos plans à exécutions.
Un murmure parcourut l’assemblée, puis il eut toute l’attention. Même la Dragonne n’attirait plus aucun regard… sauf celui d’Arsyk. Aenor ravala sa colère pour continuer :
- Nous avons trouvé quelqu’un qui va nous permettre de mettre en place la phase finale de notre plan de Contrôle de Situation.
- Qui est-ce donc ? Demanda un Prince Dragon avec lequel Aenor avait mené de nombreuses batailles jadis.
- Gregor. Gregor le Déchu. Sa haine l’aveugle et le rend manipulable. Il sera un parfait instrument.
- Instrument éphémère, d’ailleurs, renchérit la Dragonne, à l’autre bout de la table. Nous avons fait miroiter à Gregor le poste de Seigneur Dragon, mais il n’en est rien. En cas de problème, il sera notre bouc émissaire. Pour calmer le peuple, il sera le coupable qui paiera. Je dois avouer qu’il est un noble de haut rang et un guerrier de qualité, mais il ne fait pas parti de l’Ordre et nous accepterons ce sacrifice en cas de besoin. Je crois que vous connaissez tout le reste. Des questions ?
Le regard perçant de la Dragonne parcourut l’assemblée. Ses yeux avaient quelque chose de fascinant et de terrorisant en même temps. A coup sûr, avec une meneuse comme elle, l’Ordre triompherait, pensa Aenor.
- Quand commence-t-on ? Demanda quelqu’un.
« Bientôt » fut la seule réponse d’une Alexstraza… souriante.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 7 Oct 2007 - 8:32

Enfin, bref, elle se lit vite, mais se comprend. Par contre, le fait qu'un femme puisse le calmer me.........perso, je lui aurais mis mon point dans la goule.
Allez, la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Sam 13 Oct 2007 - 16:57

Ca continue joyeusement :





LLOMARIN



Encore et toujours perché sur sa fenêtre, Llomarin observait la cité qui s’étendait sous ses pieds, en bas de la forteresse. L’attente était insupportable. Le meurtrier se trouvait sans doute là, sous ses yeux. Mais peut-être Earnil l’avait-il attrapé.
Dès qu’on lui avait rapporté que quelque un disait avoir vu l’homme dans les quartiers sud, le Seigneur Dragon avait fait envoyé le capitaine des Heaumes d’argent, qui revenait à peine de ses investigations quotidiennes. Il ne fallait pas perdre de temps. Si la chance lui souriait, il retrouverait le forcené.
Ou peut-être pas. Après tout, tout reposait sur le témoignage d’un badaud, et si le fugitif était malin il n’avait pas du traîner longtemps au même endroit à découvert. Pour avoir échapper jusqu’ici aux recherches, il devait être très intelligent, ou alors très bien couvert… par l’Ordre ?

On frappa à la porte. Llomarin sursauta. Earnil, ce ne pouvait être que lui. Il revenait avec l’assassin. Il…
Mais non, ce fut Gregor qui apparut dans l’encadrement. Son armure émeraude figurant un dragon bicéphale sur le plastron rappela à Llomarin des souvenirs de tournois et de titres.
Gregor ? Tiens, tiens. Que lui voulait son meilleur ennemi ? Ils n’avaient pas fixé d’audience.
- Bonjour, messire, dit l’ancien Seigneur Dragon.
- Bonjour, répondit le nouveau.
- J’ai des informations de la plus haute importance à vous communiquer, messire.
Llomarin haussa ses sourcils d’un blond presque blanc. Gregor saurait-il des choses importantes pour l’enquête ?
- Voyez-vous, j’ai mené quelques recherches de mon côté, à propos de cette terrible histoire. J’ai essayé de me rapprocher de certaines personnes. Et il se trouve, que j’ai rencontré quelque un qui pourrait nous être très utile.
- Qui est-ce ?
- Un membre de l’Ordre, comme ils se font appeler. Je suppose que vous connaissez l’affaire. Cette personne se serait détournée de la secte et accepterait de divulguer des informations secrètes. Mais elle voudrait vous parler directement à vous. Elle cherche une protection.
- Hum, pourrais-tu faire venir cette personne ici ? Demanda Llomarin, conscient de l’importance d’un tel témoignage.
- Justement, non. Se rendre ici la condamnerait. Elle est sans doute surveiller par ses anciens amis. Non, il vous faudrait aller à sa rencontre.
Llomarin pesa l’alternative. Si cette personne avait vraiment fait partie de l’Ordre, elle pourrait lui apprendre des informations capitales.
- Quand pourrais-je la rencontrer ?
- Maintenant. Je l’ai prévenu. Je peux vous conduire à elle.
Et bien, Gregor l’étonnait par son efficacité. Peut-être avait-il jugé trop rapidement l’importance de l’antipathie de l’ancien Seigneur Dragon envers lui. Peut-être ses sentiments étaient restés ceux de simples rivaux dans la lice et d’adversaires politiques, où Caledor passait toujours avant leurs divergences.
- Soit, allons-y, dit Llomarin en descendant du rebord de le fenêtre.
Il attrapa sa cape bleu nuit sur le trône et emboîta le pas à Gregor.
Llomarin remarqua que son prédécesseur au poste de Seigneur Dragon n’avait pas oublié la configuration des lieux. Ils furent dehors en un rien de temps, et Llomarin aurait difficilement pu trouver un meilleur itinéraire dans le dédale de couloirs du Weyr. Il faut dire qu’il y résidait depuis moins longtemps que n’y avait habité Gregor.
Le Seigneur Dragon informa succinctement les gardes de la porte en faction de son absence temporaire.
Les deux elfes s’engagèrent ensuite dans les rues de la ville, encadrés par les silhouettes de dizaine et dizaines de hautes tours blanches, bleues, vertes. La plupart des passants qu’ils rencontraient inclinaient respectueusement la tête à leur passage, mais certains leur jetaient un regard sombre. Llomarin avait l’habitude de cette dernière réaction. Le fait qu’il n’ait jamais chevauché de dragon faisait de lui, pour certains habitants, les plus conservateurs, un faux Seigneur Dragon. Certes un fils de la haute noblesse, mais aussi un homme qui avait gravi les échelons illégitimement, selon eux.

Gregor s’engouffra sous l’arche d’entrée d’une bâtisse qui possédait parmi les plus hauts pics de la ville.
Llomarin avait l’habitude des longs escaliers, mais il trouva la montée terriblement longue. Il avait tellement hâte d’être en haut et d’obtenir enfin des réponses à ses questions. Une indication sur le forcené, une preuve de la dangerosité de l’Ordre, tant de choses auraient pu être utiles et salvatrices.
Enfin l’escalier prit fin. Une arcade donnait sur une longue salle au plafond soutenu par des piliers autour desquelles s’enroulaient des dragons de pierre. Ce lieu semblait être ancien… et peu fréquenté. Désert, il avait le même air que les plus anciennes salles du Weyr.
Ils la traversèrent rapidement, comme épiés par ses reptiles figés.
La pièce donnait sur un grand balcon. Une silhouette regardait par-dessus la rambarde, leur tournant le dos. Elle avait devant elle une vue presque aussi belle que depuis la salle du trône du Weyr. On voyait tous les toits de la ville et les autres tours d’en haut.
La femme se retourna à leur approche. Gregor s’arrêta, imité par Llomarin.
C’était une magnifique femme aux cheveux auburn et portant une robe bordeaux qui laissait voir ses jambes fines et sveltes ainsi que le haut de son buste décoré de tatouages en forme de flammes. Ses yeux noisettes étaient d’une malice extrême et son sourire mystérieux.
Si un détail important n’avait pas perturbé la scène, Llomarin aurait juste trouvé cette femme d’une grande beauté.
Mais le seul bémol, de taille, c’était que Llomarin connaissait bien cette femme.
- Alexstraza ?

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 14 Oct 2007 - 13:14

Hum, c'est bien, par contre un truc me chiffone, la femme devait très bien savoir que c'est Llomarin (bizarre de dire ça) qui allait s'occuper d'elle (nan, pas comme ça :(maul): ).
M'enfin, la suite
Arc, je préfère ton avatar des chevalier du zodiaque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Sam 20 Oct 2007 - 23:51

La suite :



ARSYK



Un frisson parcourut Arsyk à l’entente de la voix de Llomarin.
Il se tassa dans sa cachette, serrant la garde de ses rapières. Il jeta un rapide coup d’œil derrière la statue reptilienne qui le dissimulait. Paré de son Armure dragon dorée, le Seigneur Serpent était enfin là, si près, et à découvert.
Llomarin et lui étaient des personnages totalement antagonistes.
Tous deux étaient nés dans des familles de la haute noblesse Calédorienne, porteuses de Princes Dragons depuis des générations. Ils auraient du avoir des destins similaires, glorieux, malgré le sommeil des dragons. Mais Llomarin avait connu honneur et renommée tandis qu’Arsyk n’avait récolté que des larmes.
Llomarin vivait pour la gloire de Caledor, Arsyk pour se venger.
Se venger de belligérants qui avaient envoyé son père à sa fin en protégeant les autres royaumes. Qui avaient laissé sans défense leur foyer, provoquant ainsi indirectement la mort de sa mère des mains des Druchiis, presque sous ses yeux.
Se venger d’un système qui n’avait su que lui exprimer des condoléances, sans lui donner sa chance, malgré ses talents certains.

Les divergences de destin et de personnalité des deux elfes se traduisaient physiquement.
Paré de son armure dragon ancestrale, auréolé par sa chevelure blond platiné, Llomarin avait l’air des grands héros elfiques de l‘Age d‘Or, comme on pouvait les voir sur les fresques ou les étendards.
Arsyk, quand à lui, était un guerrier pour le moins sombre. Sa longue chevelure d’un noir de jais tressée comme par tradition martiale, il avait les sourcils constamment froncés et les yeux cernés, ce qui donnait l’impression qu’il bouillait d‘une colère permanente. Vêtus des couleurs verts clairs de sa maisonnée, il ne portait que quelques pièces d’armures. Il n’avait pas la chance de posséder une armure dragon. Celle de son père lui avait été rendue littéralement broyée par les lames des elfes noirs.
Mais maintenant, les rôles allaient s’inverser. La chance de Llomarin s’arrêtait là. Celle d’Arsyk allait enfin commencer.

- Bonjour, Llomarin, dit la seule femme qui avait su réellement plaire à Arsyk.
- Mais que fais-tu là ? C’est toi la repentie de l’Ordre ? Demanda le Seigneur Dragon.
- Repentie, pas vraiment. Mais membre de l’Ordre, oui. A vrai dire, j’en suis même la dirigeante.
- Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ?
- La vérité. Je suis la dirigeante de l’Ordre. Et ton très cher ami Gregor t’a amené à moi, selon mes ordres.
- Hein ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?
- Oui. Je t’ai fait venir ici. Tu pourras d’ailleurs y apprendre tout ce que tu veux, puisque de toutes façons… tu vas mourir ici.
- Gregor ? S’insurgea Llomarin.
Il n’y eut pas de réponse de la part de l’intéressé.
- Tu aurais pu t’en douter, remarqua la Dragonne. Gregor ne te porte pas vraiment dans son cœur. Mais passons. Maintenant que tu es là, que veux-tu savoir ?
- Quelle est toute cette mascarade ?
- C’est bien simple. L’Ordre veut prendre le contrôle de pouvoir, ou tout du moins l’encadrer. Pour cela, nous avons besoin des postes importants. Comme celui que tu occupes. C’est d’une ironie folle d’ailleurs, ne trouves-tu pas ? En tout cas, ta mort accidentelle fera bien l’affaire.
- Es-tu folle ? Tu veux me tuer ? Prendre le contrôle du royaume?
- Nous devons encadrer Imrik. Et recadrer sa politique. Si cela ne suffit pas, il connaîtra le même sort que toi. Caledor n’est plus que l’ombre de sa gloire passée. L’amour des humains, la paresse et la peur de la guerre s’insinuent dans le cœur de nos concitoyens. Le royaume est devenu trop laxiste, il doit y avoir une reprise en mains rapide.
- Es-tu bien la Alexstraza que j’ai connu ? Elle était si douce et bien intentionnée.
- Je n’étais pas consciente des dangers qui guettaient notre société. Et je dois avouer, j’étais aussi un peu amoureuse. Je croyais que tu étais un héros. Mais tu n’es qu’un faible irresponsable et entiché des humains.
- Irresponsable ? Tu veux parler de ma politique tant critiquée par les conservateurs ? Mais c’est toi qui es aveugle. Ne vois-tu pas que depuis que l’on subventionne les marchands étrangers qui s’installent dans la région, le commerce a été dopé ? Ne vois-tu pas que le développement des régiments de Heaumes d’argent a permis d’alléger les tâches des Princes Dragons ?
- Les elfes des autres royaumes nous volent nos richesses ! Et les Heaumes d’argent ne sont que des petits nobliaux qui ne méritent pas de place dans nos armées ! Il suffit. Ta fin est arrivé, Llomarin ! Gardes !
A peine ces mots avaient franchi les lèvres de la Dragonne que les bruits de pas d’une dizaine de gardes en se fit entendre à l’entrée du balcon.
Arsyk jeta un œil derrière sa statue. Les gardes de l’Ordre, en armure rouge sang, bloquaient la sortie.

Au grand étonnement d’Arsyk, Llomarin ricana.
Il dégaina calmement sa lame. Une lame antique, à la garde décorée d’une magnifique gueule de dragon encadrée d’une paire d’ailes.
- Sincèrement, dit Llomarin. Vous pensez… que j’ai peur de la mort ?
- Je vais t’enseigner la peur, dit Arsyk en dégainant ses deux lames et en sortant de sa cachette.
Tout le monde regarda dans sa direction. Le visage de Llomarin exprima la surprise, puis la colère.
- Toi ! C’est toi qui a tué ce pauvre homme ! Je te reconnais !
- Oui, c’est bien moi. Je dois avouer que ces portraits de moi aux quatre coins de la ville étaient plutôt ressemblant. Vos dessinateurs ont du talent. Mais je suis tout de même mieux en vrai…
Il regarda Alexstraza.
- Chérie, tu m’accordes un petit duel avec messire ?
- Accordée, fit l’intéressée avec un sourire cruel.
- Très bien, dit Llomarin. J’aurai donc la chance de débarrasser Ulthuan d’un monstre comme toi.
- Ne soit pas si sûr de ta victoire…
Le Seigneur Dragon se mit en garde.
Arsyk fléchit ses jambes comme un félin, puis bondit sur sa proie.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 21 Oct 2007 - 13:09

Ah là là, les femmes depuis qu'elle ont le droit de vote....
Je m'y attendait pas et là je suis surpris, allez continue, ton histoire commence à prendre une belle forme. Viens de me rendre compte que les titre de chapitre n'était pas variment des titres...
Bon allez je donne Llomarin vainqueur (sinon y aurait pas de suite), m'enfin ca va me donner l'occasion de voir la règle "speed of asuryan", il semble que son ennemi ai une meilleur initiative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 21 Oct 2007 - 19:54

arckal a écrit:
allez continue, ton histoire commence à prendre une belle forme.

Mon histoire ne va pas durer éternellement **siffle**


Citation :

Viens de me rendre compte que les titre de chapitre n'était pas variment des titres...
A croire que tu ne lis même pas les titres XD
J'ai "pompé" ce type de titre portant le nom des persos centraux du chapitre à George R R Martin, l'auteur de la sublissime geste de la glace et du feu, plus connu en France sous le nom de Trône de Fer. Je conseille vivement ces livres d'ailleurs (c'est de l'heroic fantasy). Y en a actuellement 11, le 12ème arrivant bientôt.


Citation :
Bon allez je donne Llomarin vainqueur (sinon y aurait pas de suite), m'enfin ca va me donner l'occasion de voir la règle "speed of asuryan", il semble que son ennemi ai une meilleur initiative.
Et oui, gros dilemne n'est-ce pas ?
Les hauts elfes ont tous "frappent en premier".
Du coup, est-ce que lorsque deux Asur s'affrontent, le temps s'arrête, car aucun ne peut frapper avant l'autre ? XD
C'est un nouveau théorème physique, des plus interessants.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mer 31 Oct 2007 - 22:29

Pom pom pom




EARNIL


Le capitaine des Heaumes d’argent était tellement préoccupé qu’il ne s’aperçut qu’ils étaient arrivé devant le Weyr que lorsqu’un de ses hommes lui fit remarqué.
Il ne répondit même pas. Il descendit de sa selle, en continuant à recenser toutes les dernières informations qu’ils venaient d’apprendre ces dernières heures.
Il faut dire qu’elles avaient été plutôt mouvementées.
D’abord sa nouvelle rencontre avec le témoin capitale qui avait été proche de certains membres de l’Ordre, puis sa visite dans les quartiers Sud suite au rapport d’un citoyen qui aurait vu l’homme qu’ils recherchaient.
Le premier évènement avait été très intéressant, et inquiétant, tandis que le second s‘était avéré inutile.
En effet, les recherches dans le quartier Sud n’avaient rien donné, et Earnil soupçonnait même l’homme qui avait dit avoir vu le tueur d’avoir tout simplement rêver.
En revanche, les dernières révélations de son témoin, lors une entrevue rapide dans une auberge, avaient été très riches. D’après lui, l’Ordre possédait un complice dans l’entourage proche du Seigneur Dragon et comptaient s’en servir pour agir prochainement. Agir dans quel but ? Earnil n’en savait rien : les connaissances de son indicateur n’avaient pas voulu en dire plus.
Mais tout cela ne présageait rien de bon. Oh non, rien de bon.
Il arriva devant la salle du Trône sans vraiment avoir eu conscience du chemin parcouru.
Ses pensées étaient focalisées sur la personne qui pourrait être ce fameux complice de l’Ordre. Cela pouvait être n’importe qui. Comment savoir ?
- Messire Llomarin n’est pas là, lui apprit un des gardes de la porte.
- Comment cela ? Où est-il ? J’ai des informations extrêmement importantes à lui communiquer.
- Il s’est absenté. En compagnie de Sire Gregor. Ils ont quitté le Weyr.
Quitter le Weyr ? Avec Gregor ?
Cette révélation eut l’effet d’un coup de marteau sur le crâne d’Earnil. Mais en fait, ce fut le déclic qui lui rendit la situation claire.
Le complice dans l’entourage proche du Seigneur Dragon.
Agira prochainement.
Gregor.
- Messire ? S’inquiéta le garde devant la mine consterné de son supérieur.
- Où sont-ils parti exactement ? Demanda Earnil qui revenait enfin sur terre.
- Je n’en sais rien. Il ne nous a rien dit.
Cette réponse mécontenta passablement le capitaine des Heaumes d’Argent. Le Seigneur Dragon était en danger. Peut-être même en danger de mort. Gregor, c’était forcément lui. Il fallait savoir où ils se trouvaient.
Mais comment le savoir ? Earnil n’était pas devin.
Devin…
Il fit brusquement volte-face et s’élança dans les escaliers, à la grande surprise des gardes.
Quelques minutés plus tard, il tambourinait à la porte d’un des nombreux appartements de la forteresse.
Aux bouts de quelques instants, la porte s’ouvrit d’elle-même. Earnil, qui ne s’en était pas rendu compte et continuait de frapper, faillit tomber en avant.
Alors qu’il se demandait comment la porte avait bien pu s’ouvrir alors que personne ne se trouvait apparemment derrière, une voix l’appela :
- Entrez, Earnil.
L’intéressé passe le coude que formait le hall d’entrée et déboucha dans une pièce qui ressemblait fortement à un laboratoire. Une grande table occupait la majeure partie de l’espace. Elle était presque entièrement recouverte d’instruments tous plus étranges les uns que les autres. Certains émettaient même des sons semblables à des sifflements
Si Earnil n’avait pas été pressé par le temps et la gravité de la situation, il aurait volontiers examiné par curiosité tous ces objets singuliers, qui constitué de prismes assemblés ensemble, qui ressemblant à des baguettes magiques gravés de runes.
Pour observer ces instruments, il aurait aussi fallu qu’il ne soit pas fasciné par la femme vêtue d’une ample robe blanche qui se tenait assise devant la table, un livre ouvert sous les yeux.
- Dame Maella ?
- Oui ? Dit-elle en tournant ses yeux d’un bleu électrique et surnaturel vers lui.
Son front était orné d’une fine couronne dorée décorée d’aigue-marine, qui dégageait son front de sa belle chevelure blonde.
- J’ai besoin de votre aide, dit Earnil en reprenant ses esprits. Messire Llomarin est en danger. Il est la cible de l’Ordre. Il faut que je sache où il se trouve. J’ai pensé que vous pourriez…m’aider.
Le visage de la magicienne se figea dans une expression de réflexion intense, qui n’enlevait rien à son charme.
Elle repoussa le livre devant elle et fit un geste de la main. Une boule de cristal, situé à quelques mètres sur la table, s’éleva dans les airs et vînt se poser à la place du grimoire.
La sorcière saisit l’orbe entre ses mains.
Le capitaine des Heaumes d’argent vit la boule changé d’image. Alors qu’une seconde avant, elle ne reflétait qu’un aspect déformé du visage si séduisant de l’érudite, elle semblait maintenant montrer les toits d’une ville… non, de LA ville.
Maella se leva d’un bond. Elle attrapa un long bâton qui reposait contre un mur. Au vu du crépitement d’énergie qui émana de l’orbe bleu qui se trouvait à son extrémité lorsqu’elle s’en saisit, Earnil devina qu’il s’agissait de son arme.
- Je sais où Llomarin se trouve, furent les seuls mots de la magicienne avant de quitter rapidement la pièce.
Le capitaine des Heaumes d’argent mit quelques secondes à réagir. Tout avait été plus rapide et plus facile que prévu.
Il dut courir pour rattraper la sorcière dans le couloir.
Ses hommes les attendaient déjà en bas du Weyr.
Pourvu qu’il ne soit pas trop tard…

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Jeu 1 Nov 2007 - 13:14

Ah, fait chié, tu sais comment tenir en haleine toi !
Tu serais pas un druchii ? M'enfin, c'est bien, un peu court (surtout que t'a mis du temps pour l'écrire), mais t'as pas oublié de t'en occupé, c'est bien :thumright:
Allez, la suite (faudra bientôt changé le titre du sujet)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 18 Nov 2007 - 0:13

Je changerai bien le titre du topic, mais je n'ai pas encore trouvé de nom à ma saga XD
J'en trouverai peut-être jamais...
En attendant, enjoy (ou non XD ) :

GREGOR




Un combat d’une intensité et d’une beauté esthétique peu commune se déroulait sous les yeux du Haut Prince.
En tant que guerrier, Gregor reconnaissait en ces deux protagonistes qui se battaient devant lui deux maîtres de l’art de la guerre, au même titre que lui, à vrai dire.
C’était un des plus beaux duels auquel il ait assisté, d’autant plus beau qu’il ne pouvait se finir que par la mort d’un des deux combattants.
Le désir de la mort de l’autre et l’instinct de survie se lisait dans chacun de leurs mouvements, vifs et précis.
Les lames allaient si vite que Gregor avait du mal à suivre leur danse. Plus que les lames, le corps entier de Llomarin et d’Arsyk constituait une arme. Le Seigneur dragon cherchait à frapper son adversaire de chacune des parties de son corps, protégées par le dur acier calédorien. Arsyk, quant à lui, n’hésitait pas à décocher des coups de pieds ou de coudes en direction du visage de son ennemi, qui ne portait pas de heaume. Mais ses coups étaient toujours parés, sans qu’Arsyk semble éprouver la moindre douleur au contact du métal.
Gregor avait dû se coller à la barrière du balcon, aux côtés de la Dragonne, qui regardait avec autant de fascination que lui le combat, car les deux duellistes utilisaient entièrement l’environnement.
Maintes fois, Arsyk avait pris appuis sur le sol ou la barrière pour se projeter avec grâce sur son adversaire qui avait du esquiver. Llomarin effectuait souvent des pirouettes en arrière pour éviter la tempête de lames adverses, défiant les lois de la pesanteur malgré son armure. Il avait appris à se mouvoir avec tant de facilité à la tour blanche, et Gregor connaissait bien ce style pour l’avoir éprouvé lors de leur dernier duel.
Arsyk, quant à lui, était un des elfes les plus rapides que Gregor n’ait jamais vu. Même Llomarin, qui faisait des acrobaties surprenantes, faisait pâle figure à côté de lui. Lorsqu’Arsyk sautait dans un tournoiement de cape, on aurait dit qu’il s’envolait littéralement en battant des ailes. Il paraissait si léger… et rapide. Pas un seul coup de Croc du Dragon, l’épée de Llomarin, n’avait pu le toucher. A un moment, Arsyk avait même tout simplement couru sur le mur auquel était suspendu le balcon. Couru pour retomber dans un tourbillon de lames sur Llomarin. Seul la parfaite maîtrise de l’art de la forge des prêtres de Vaul qui avaient confectionné l’armure qu’il portait avait pu sauvé le Seigneur Dragon d’une mort aussi rapide que certaine.
- Cela suffit ! Jaqueta la Dragonne alors que les adversaires s’étaient séparés un court moment, chacun prêt à bondir sur l’autre.
Pas un des deux ne jeta un regard vers elle. Détourner son attention ne serait-ce qu’une fraction de seconde aurait condamné le distrait.
- Gregor, va aider Arsyk ! Nous n’avons plus le temps de jouer. Llomarin doit mourir.
Le Haut Prince ne réagit pas. Deux contre un ? C’était d’une sournoiserie et d’une déloyauté sans borne.
- Gregor ! Hurla la Dragonne dont le gracieux visage était désormais rendu difforme par la colère. Je vous ai donné un ordre ! Pensez à notre accord.
Il regarda quelques instants le visage rouge et crispé et les yeux exorbités de la Dragonne. Son expression lui faisait presque peur. Il comprit pourquoi tant de gens avaient suivi cette femme, à la fois charismatique et sévère. Il se décida enfin à bouger, se dirigeant vers les deux combattants, toujours en garde.
Percecoeur jaillit de son fourreau. Son épée familiale avait la garde d’un vert de jade pure, comme son armure dragon. Deux gueules de dragons sculptées encadraient la poignée. L’acier calédorien lança des éclairs.
L’adrénaline de Gregor monta. Il s’était enfin décidé à le faire. Il avait bien réfléchi.
Le Haut Prince se plaça à droite d’Arsyk, défiant Llomarin du regard.
Le regard bleu de glace du Seigneur Dragon trahissait une grande haine. Pendant un instant, Gregor s’attendait même à voir son adversaire lui cracher dessus.
Gregor se mit lui aussi en garde, l’épée levée à la perpendiculaire du sol, la garde pointée vers son épaule droite.
Le temps s’était comme figé.
Chacun attendait l’attaque de l’autre, surveillant chaque infime mouvement de respiration.
Llomarin avait adopté une garde de maître des épées, son arme presque collée au torse. C’était une position d’attaque. Un coup d’estoc de sa part aurait tranché un homme en deux.
Arsyk se tenait une lame en avant, pour parer tout assaut, et l’autre en retrait, pour contre-attaquer .
Dommage, se dit Gregor, un tel combat aura pu être intéressant.
Puis, il frappa.
Il frappa si vite qu’il ne laissa aucune chance à son ennemi et que personne ne vit venir son coup.
La tête d’Arsyk vola dans les airs par-dessus la barrière et tomba dans le vide.
Le corps sans vie qui allait avec chuta lourdement sur le sol de pierre, dans un bruit métallique due aux deux lames qu’il lâcha.
- Non !!!
Le cri de la Dragonne était déchirant. Son visage devint blanc, puis rouge.
- Qu’as-tu fait, idiot ? Rugit-elle. Tu es un traître ! Arsyk, oh, Arsyk !
Des larmes s’étaient mises à couler sur ses traits déformés par la colère et la tristesse.
Llomarin, quant à lui, avait l’air perplexe, mais il ne défit pas sa garde pour autant.
- J’ai sauvé Caledor de la folie de ton amant, répondit Gregor. Désolé pour vos plans monstrueux et sournois, mais je n’y participerai pas. L’avenir de Caledor est plus important qu’une simple vengeance personnelle. Et Asuryan sait qu’entres vos mains, Caledor court à sa perte.
- Tu vas me le payer très cher ! Gardes, tuez-les !
Encore atterrés par ce qu’ils venaient de voir, les soldats mirent quelques secondes avant de s’avancer vers les deux seigneurs, hallebarde en position horizontale. Ils étaient presque quinze. Même deux bretteurs extraordinaires comme le Haut Prince et le Seigneur Dragon ne pouvaient espérer s’en sortir indemne.
Gregor vînt se mettre en garde aux côtés de Llomarin.
- J’ai cru que vous étiez passé de l’autre côté pour de bon, Gregor.
- J’aura aimé revenir du bon côté plus tôt, répondit celui-ci. Cela nous aurait évité cette mort stupide.
- Mourir aux côtés d’un guerrier comme vous dans un combat à deux contre quinze, cela ne me dérange pas, dit Llomarin.
- J’espère seulement qu’Asuryan me pardonnera.
Avoir aider cette bande de fous qu’était l’Ordre dans leurs manigances le remplissait désormais de honte, et il espérait que son revirement tardif suffirait à le faire pardonner aux yeux des Dieux.
Il en était tellement proche, des Dieux, maintenant, comprit-il alors que les hallebardes luisantes se rapprochaient d’eux.
Que pouvait-il donc y avoir, après la mort ?

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
arckal
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 24
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Nom: Arckal draïch en pleine tête
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 18 Nov 2007 - 10:04

Ah, je pensais que t'avais oublié, ma foi, c'est bien. Par contre, je comprend pas pourquoi ils obéissent à une femme **siffle**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laerthis
Héraut
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 28
Date d'inscription : 13/08/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 18 Nov 2007 - 11:48

Je viens de lire l'ensemble.
Et j'aime bien. Il y a du suspens, de très bonnes surprises et ça se laisse lire facilement. (Bon, y'a juste quelques petites fautes que t'aurais pû éviter, mais c'est pas la mort non plus hein).

Chapeau.

A quand la suite?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheena Powaaaaa !!
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 330
Age : 107
Localisation : Dans une petite maisonnée elfique.
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 18 Nov 2007 - 16:33

**yeha** Ca me plaît bien !

Continue sur cette voie là **aplause** !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 18 Nov 2007 - 19:44

Merci à tous :thumright:

Je posterai la suite le week end prochain, comme d'hab.
A moins que je n'ai point le temps d'écrire cette semaine, ce qui est possible aussi...


Llomarin, qui bosse la semaine, et le week-end aussi, en fait XD

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
ilirik
Guerrier
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : tour des etoiles
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 11 Déc 2007 - 12:57

magnifique **love** trop hate de lire la suite continue comme sa **yeha** **yeha**

jsuis fan ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 16 Déc 2007 - 16:37

Merci **love**

Pour la suite, ça devrait venir le week-end prochain ou bien plus tard pendant les vacs.
Désolé, j'ai pas eu le temps d'écrire ces temps et puis j'ai du mal à mettre en forme ce passage.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Kouran
Noble
avatar

Nombre de messages : 478
Age : 23
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 14/07/2007

Feuille de personnage
Nom: Sargon
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 16 Déc 2007 - 19:22

Llomarin a écrit:


Et Ulthuan suivra. Elle retrouvera ses vrais maîtres.

Tu parle des druchii? Non sérieusement, ton histoire est envoutante. Avec toi, ont se demande pourquoi la v7 ne garde pas "intrigues a la cour"^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SunHunter
Dynaste
avatar

Nombre de messages : 2184
Age : 27
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 06/08/2005

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Dim 16 Déc 2007 - 19:48

Décidement, ce topic abime les claviers... Je vai de ce pas copier tous les morceaux d'histoire sur mon pc pour tout lire ^^ ça promet !

Citation :
Avec toi, ont se demande pourquoi la v7 ne garde pas "intrigues a la cour"^^.
Il ne faut pas se leurrer, Ulthuan est aussi sombre que Naggaroth. Les intrigues en sont juste l'aspect le plus visible...

SunHunter - Asur V6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Recit] Les Chroniques d'Orelym
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Recit] Les Chroniques d'Orelym
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Les Chroniques du Père Bugli !
» [Récit/Morts Vivants]Les chroniques de Lybaras
» Les Chroniques d'Yggdrasil.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: