Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Recit] Les Chroniques d'Orelym

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Learyn
Héraut
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : Boulogne sur Mer
Date d'inscription : 21/02/2008

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Ven 22 Fév 2008 - 1:29

J'ai tout lu. Malgré quelques maladresses stylistiques c'est vraiment prenant.
Par contre j'ai du mal à imaginer que les Asurs aient des instruments de torture, même anciens.... ^^

Amaurea, Commandeur naïf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kouran
Noble
avatar

Nombre de messages : 478
Age : 23
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 14/07/2007

Feuille de personnage
Nom: Sargon
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Sam 23 Fév 2008 - 19:28

J'aime bien le maître des tortures et ses dents taillés en pointes **evil**
Euh sinon... Je suis d'accord avec Eruvas que le comportement de Llomarin est un peu suicidaire, par contre je ne suis pas d'accord avec lui que se perdre dans la forteresse donne un air de boulet a Tyrus. Après tout il est la pour massacrer les asurs, pas pour servir de guide touristique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Lun 25 Fév 2008 - 22:07

Citation :
Je viens de remarquer ..... il serait peut-être temps de changer le nom du sujet, non ?
Certes, mais j'ai du mal à trouver un titre qui me plaise. D'autant qu'il faudrait qu'il convienne aux deux cycles...
J'avais pensé à "La Lutte des Dragons", mais bon je suis pas super chaud...


Citation :
Par contre j'ai du mal à imaginer que les Asurs aient des instruments de torture, même anciens.... ^^
Il faut sortir des préjugés Peace and Love des Asur XD
Perso je vois la Déchirure comme une période vraiment sombre de l'histoire des elfes, et il devait y avoir de terribles actes de violence dans les deux camps.


Citation :
Je suis d'accord avec Eruvas que le comportement de Llomarin est un peu suicidaire
Vous verrez vous verrez...
**evil**

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Learyn
Héraut
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : Boulogne sur Mer
Date d'inscription : 21/02/2008

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 26 Fév 2008 - 1:02

Des actes de violence oui... Mais bon admettons, rien que pour la purge du Culte du Plaisir, c'était surtout les Maîtres des Epées qui s'y collaient, et ils ne sont pas vraiment connus pour obtenir leurs informations par la torture.
Les trucs les plus graves selon moi pendant la Déchirure côté Hauts Elfes, ce sont les éxécutions à tort suite aux manigances des Druchiis inflitrés à la cour.
Mais bon, ce n'est qu'un point de vue parmi d'autres :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 26 Fév 2008 - 11:15

En tout cas valà la suite :



NUHILIS



La ville d’Orelyn était désormais entièrement occupée par les Elfes noirs.
Le blason de Tyrus, un point griffu blanc sur fond noir, flottait aux quatre coins de la cité.
Les quartiers les plus bas, que Nuhilis traversa rapidement, étaient déserts. En revanche, les quartiers supérieurs avaient été transformés en véritable camp militaire.
Nuhilis passa devant de jeunes soldats citoyens effectuant quelques passes d’armes ou bien vérifiant le mécanisme de leur arbalète. Mais certains s’adonnaient à l’activité, bien plus intéressante, de piller les bâtisses elfique, récupérant tout ce qui semblait avoir de la valeur et détruisant le reste.
Plus haut, Nuhilis put admirer d’un œil distrait l’élite de Har Ganeth. Plusieurs exécuteur, recouverts de maille noire de la tête au pied, affûtaient des épées aussi grandes qu’eux au bord de la route.
Enfin, il atteignit la partie la plus haute de la ville, juste en dessous de l’entrée de la forteresse.
Les portes, immenses, étaient grandes ouvertes. Les gardes, des soldats citoyens en armes, baissèrent les yeux à l’approche de l’assassin, ce qui le fit sourire intérieurement.
Il s’engouffra à l‘intérieur. Le hall d’entrée était immense et richement décoré. Sans compter les fresques et les voiles rouges tombant du plafond, des statues représentant des Dieux, des Princes dragons et des reptiles s’alignaient contre les murs tous les deux mètres. Nuhilis n’y prêta toutefois aucune attention. Toutes ces parures ne montraient qu’une chose : les Hauts elfes passaient beaucoup trop de temps à faire des choses inutiles… Rien d’étonnant à ce qu’ils soient si mous à la guerre, et que leur forteresse soit actuellement occupée.

En parcourant la forteresse, l’assassin se remémora les évènements de la veille.
Tyrus, ne tenant pas en place et faisant appeler tout son état-major pour assister à l’exécution. Anakaella, transportée inconsciente jusqu’à ses nouveaux appartements dans la forteresse.
Nuhilis lui-même, désigné en tant qu’enfant de Khaine, pour mettre à mort la femme Asur.
La joie sadique dans les yeux de Tyrus plus que chez quiconque lorsque l’assassin avait brandit à bout de bras la rouquine au dessus du pic d‘empalement, juste avant de la lâcher et que son hurlement ne résonne dans la cour.
La requête empressée de Tyrus, qui semblait étrangement inquiet, pour Nuhilis. Éliminer un prince elfique qui devait arriver en navire le lendemain. L’assassin n’avait pas posé de question, car ce n’était pas dans ses habitudes. Mais il faudrait qu’il se renseigne. Ou bien peut-être que Tyrus parlerait de lui-même, maintenant que la tâche avait été effectuée.

Malgré la grandeur du Weyr, Nuhilis avait déjà mémorisé l’architecture des lieux depuis son arrivée, et il pouvait se rendre assez rapidement dans toute salle qu’il avait déjà vu. Cette fois, c’est à la salle du trône qu’il se rendait. Le fameux endroit où il avait trouvé la fille et le haut prince. Décevant, voilà comment avait été le combat, à y repenser. Nuhilis en avait attendu mieux de la part d’un seigneur calédorien. Toujours est-il qu’il avait pris un malin plaisir à trouver toutes les failles de son armure dragon.
Comme il avait pu s’y attendre, le sol avait été lavé, s’aperçut-il en poussant la porte de la salle. On ne voyait plus de trace de sang.
A la place de deux Asur, c’est Tyrus qu’il trouva, assis sur le trône.
- Ah, c’est toi ! Fit le dynaste en se levant aussitôt et en allant à sa rencontre. Alors ? As-tu rempli ta mission ?
Nuhilis hocha la tête.
- Comme vous l‘aviez dit, un bateau Asur se dirigeait bien vers la côte. Nous l’avons intercepté et j’ai tué leur chef.
- Tué ? Tu en es bien sûr ? Il est mort ?
- Oui. Je l’ai vu se noyer de mes propres yeux.
- Bien, bien.
Tyrus se mit à tourner en rond entre le trône et l’assassin. Il semblait absorber par ses pensées.
Nuhilis allait se retirer lorsque le dynaste reprit :
- Tu l’as vu se noyer, tu en es sûr ?
- Oui. Il a coulé et n’est jamais remonté. Je l’avais blessé juste avant.
- Pourquoi ne l’as-tu pas tué sur le pont ?
- Il est tombé à l’eau pendant le combat.
A vrai dire, Nuhilis lui-même n’avait pas prévu les choses ainsi. A la base, il voulait effectivement ramener sa tête à Tyrus, mais l’affrontement ne s’était pas déroulé comme il l’avait escompté.
Tout en continuant à faire les cent pas, le dynaste continua :
- Je te dois quelques explications, maintenant, mon cher Nuhilis. Je savais qu’un bateau Asur arriverait, car Annakaella l’avait prédit. En vérité, elle avait même prévu ma mort des mains de ce prince. Mais finalement elle avait tord, puisque tu l‘as tué. Le plus surprenant, c’est qu’elle ne se rappelait de rien de ce qu’elle avait dit, après qu’elle se fut réveillée… Qu’en penses-tu ?
Nuhilis ne répondit pas.
- Hum, oui, comprit Tyrus. Toi, la magie ça ne te parle pas beaucoup. Toujours est-il que j’ai une nouvelle mission pour toi. Une mission spéciale, qui n’a rien à voir avec la dernière.
Tyrus s’arrêta subitement, avant de se tourner vers l’assassin. Sur son visage se lisait de l’autosatisfaction.
- En fait… C’est une mission qui peut nous faire gagner la guerre.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Eruvas
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 22
Localisation : Dans le port d'Hanathond, à l'est de Karond Kar
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Aelis Feindil
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 26 Fév 2008 - 11:53

Rien à redire. Tu fait monter l'ambiance, et on a qu'une hâte, c'est de lire la suite.

J'ai simplement relevé un détail ..... étonnant :

Citation :
Arsyk passa devant de jeunes soldats citoyens effectuant quelques passes d’armes ou bien vérifiant le mécanisme de leur arbalète.

Arsyk .... il est pas mort, celui-là ? XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 26 Fév 2008 - 12:00

Eruvas a écrit:

Citation :
Arsyk passa devant de jeunes soldats citoyens effectuant quelques passes d’armes ou bien vérifiant le mécanisme de leur arbalète.

Arsyk .... il est pas mort, celui-là ? XD
Argh, j'ai fait un lapsus sur le nom des persos XD

Il s'agit bien sûr de Nuhilis, puisqu'Arsyk est effectivement mort...
Faut croire que les deux se ressemblent un peu finalement.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Kouran
Noble
avatar

Nombre de messages : 478
Age : 23
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 14/07/2007

Feuille de personnage
Nom: Sargon
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 26 Fév 2008 - 12:34

Llomarin a écrit:


Plus haut, Nuhilis put admirer d’un œil distrait l’élite de Karond Kar. Plusieurs exécuteur, recouverts de maille noire de la tête au pied, affûtaient des épées aussi grandes qu’eux au bord de la route.
C'est plutot l'élite d'Har Ganeth XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 26 Fév 2008 - 12:43

Kouran a écrit:

C'est plutot l'élite d'Har Ganeth XD
Certes, j'ai oublié de véririfer que je ne disais pas n'importe quoi avant de poster.

Excusez le pauvre Asur que je suis et qui fait des erreurs sur le fluff EN.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Kouran
Noble
avatar

Nombre de messages : 478
Age : 23
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 14/07/2007

Feuille de personnage
Nom: Sargon
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mer 27 Fév 2008 - 7:40

Mmmh... Tu devrais au moins connaître la ville de ceux qui t'auterons la vie. **evil**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narog
Fils de la lune sanglante
avatar

Nombre de messages : 2010
Age : 27
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/12/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mer 2 Avr 2008 - 15:52

juste comme ca c'est quand la suite??? XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Sam 19 Avr 2008 - 19:53

Et bien devant ta question et les vacances qui s'offrent à moi, je me suis mis à écrire la suit. Ca devrait venir, mais d'ici quelques jours quand même (voir semaines :s).

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
deathshade
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 320
Age : 25
Localisation : vers grenoble
Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Korith Deathshade
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Jeu 24 Avr 2008 - 13:32

Je viens de lire ta saga du début à la fin d'une traite et je n'ai qu'un mot à dire : chapeau bas!
Le seul élément négatif est que les druchii vont perdre mais je n'est encore jamais lu un récit asur où les druchii gagnaient (et vice verça).
J'attend la suite avec impatience, continue comme ça :thumright: .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Lun 30 Juin 2008 - 20:49

Et on fait un accueil en fanfare pour la suite !
**siffle**




LLOMARIN



Sur le toit où il se trouvait, Llomarin pouvait voir une bonne partie de la cité : hautes tours blanches effilées, toits de tuile aux couleurs variantes. Elle ne portait pas de traces du siège. L’armée elfe noire avait du paraître si importante à Elris, celui qui dirigeait la ville pendant son absence conjointement à sa compagne, qu’il avait du ordonner le repli dans le Weyr avant même que les Druchii ne soient aux portes de la ville.
En revanche, certains bâtiments avaient subi des dommages, mais c’était sans doute l’œuvre des elfes noirs, une fois dans la ville. Briser des statues, brûler des toits, casser des colonnes étaient bien le genre d’activité qui pouvaient amuser des Druchiis ayant conquis le fief de leurs cousins.
Le soleil se couchait sur la cité, la baignant de ses derniers rayons orangés.
C’est dans cet horizon coloré que Llomarin se jeta, pour retomber sur un autre toit, quelques mètres en dessous. Il roula sur les tuiles, sans en casser une. Dureté des matériaux elfiques ou adresse de l’acrobate ? Difficile à dire.
Se déplacer au niveau des toits, c’était le seul moyen que Llomarin avait trouvé pour traverser la ville sans se faire voir. C’était un niveau peu « fréquenté ». Les quelques Druchii qu’il avait croisé, des pillards ou des sentinelles, n’avaient pas vu venir leur mort, ou bien n’avaient pas eu le temps de faire grand-chose. Llomarin avait dissimulé grossièrement les corps lorsqu’il en avait ressenti la nécessité.
Cela faisait maintenant presque deux heures qu’il se déplaçait ainsi de toits en toits, et il en arrivait bientôt au bout.
Désormais, la haute silhouette du Weyr le dominait comme jamais auparavant.
Le Seigneur Dragon dut attendre patiemment la tombée efficiente de la nuit pour emprunter les escaliers du bâtiment où il se trouvait alors pour rejoindre les rues sombres de la ville.
On commençait déjà à festoyer : derrière lui, certains quartiers résonnaient du bruit des cris et des rires. Mais là où il se trouvait, à quelques encablures de l’entrée de la forteresse, il n’y avait pas grand monde. Trois ou quatre soldats citoyens fortement imbibés d’alcool étaient en pleine discussion assis sur les pavés et ne lui jetèrent pas un coup d’œil.
En revanche, dans la dernière cour juste devant l’entrée principal du Weyr, des lanciers patrouillaient.
Bien qu’il fut toujours revêtu d’un habit de Cavalier noir et que seule la lumière de la lune et de quelques torches ne balaient l’endroit, Llomarin n’essaya pas de se faufiler vers les lourds battants, d’ailleurs fermés, de la forteresse.
Il avait un autre plan en tête.
La cour était entourée par quelques grandes bâtisses particulièrement luxueuses. Et pour cause, la dernière cour avant le Weyr était le siège des demeures des plus riches vassaux de la région depuis des millénaires. Enfin, ce n’était plus le cas depuis quelques jours. Et à en juger par les lumières qui émanaient des fenêtres, les lieux étaient désormais occupées par la noblesse… Druchii.

Llomarin attendit que la patrouille se soit éloignée d’une des maisons à gauche pour se faufiler vers un des murs. Du lierre, tombant d’un balcon, en recouvrait la quasi-totalité. C’était presque trop beau.
Léger comme une plume, Llomarin agrippa des racines et commença l’ascension.
Un humain normal serait tombé à moins de deux mètres de hauteur, la végétation lâchant sous l’action de son poids. Un humain habile aurait peut-être fini par atteindre le balcon, mais après plusieurs minutes, ce qui laissait largement le temps à la patrouille de revenir et de le voir. Le Seigneur Dragon ne mit que quelques secondes, se déplaçant comme une araignée.
Après avoir jeté un œil au dessus de la balustrade pour s’assurer que personne ne se tenait au balcon, Llomarin l’enjamba. L’endroit était désert. D’après les bruits de voix qu’il entendait, c’était à l’autre bout de l’étage que l’on s’amusait.
Il s’engouffra dans l’encadrement en face de lui et traversa la zone comme une ombre. Il ralentit à l’approche des voix. Depuis le couloir plongé dans le noir où il se trouvait, il pouvait voir les ombres projetés sur le mur provenant de la salle juste à côté.
Deux personnes, s’adonnant apparemment à une danse étrange, analysa-t-il rapidement.
Il s’approcha de la porte ouverte afin de jeter un œil.
La scène le surprit fortement.
Des draps violets recouvraient les murs de la pièce, uniquement éclairée par un brasero et baignée d’encens aux senteurs enivrantes. Dans cet air légèrement trouble, deux elfes dansaient, presque nus. Un homme et une femme, la taille simplement enroulée dans des draps, leurs longs cheveux noirs volant en tous sens, psalmodiaient dans une langue étrange, inconnue de Llomarin. Leurs corps d’elfes, dévêtues, avaient une beauté certaine.
Soudain, un éclair indiqua au Seigneur Dragon que l’homme brandissait une dague courbe.
Un autre éclair. La femme aussi.
Llomarin dut jeter plusieurs autres coups d’œil furtifs pour comprendre ce qu’ils faisaient. Le couple s’adonnait à une danse rituelle qui consistait à mimer un corps à corps à la fois guerrier et sexuel. Si bien que leurs lames laissaient parfois de longs et fins traits vermeils sur leur peau blanche, mais d’après les élans de leur voix cela ne représentait pas vraiment une douleur pour eux.

Llomarin fut vite lassé du spectacle, car il avait compris que cette mise en scène n’était qu’une forme de vénération de Slaanesh, le Dieu du Plaisir.
Il réfléchit rapidement. Ces deux adorateurs des Dieux sombres, en plus de constituer une honte pour la race elfique, étaient un obstacle direct à ses fins…
Peut-être pourrait-il faire passer ça pour une purge du culte de Khaine ?
Le Seigneur Dragon bondit à l’encadrement de la porte, lame au clair.
Son apparition stoppa net les deux cultistes, qui le fixèrent, bouche bée.
- Désolé de déranger votre petite cérémonie, lança Llomarin.
Il arracha d’un geste la cape noire qu’il portait sur ses épaules et la jeta aux pieds de l’homme.
La surprise fit place à la colère sur les visages du couple diabolique.
L’homme pointa l’Asur avec sa dague dans un rictus de folie, tandis que la femme, avec un cri hystérique, se jeta purement et simplement sur l’intru, lame courbe en main.
Llomarin se mit lui aussi en action, balayant l’air avec son épée.
Il n’allait pas devoir faire dans la finesse, pensa-t-il, s’il voulait que l’on puisse attribuer tout cela à des Khainites…

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Narog
Fils de la lune sanglante
avatar

Nombre de messages : 2010
Age : 27
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/12/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Lun 30 Juin 2008 - 22:27

Ah on l'a attendu et la voila la fin, et tu l'art de couper au moment intéressant ( je te hais (maul): XD ) vivement la suite!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eruvas
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 22
Localisation : Dans le port d'Hanathond, à l'est de Karond Kar
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Aelis Feindil
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 1 Juil 2008 - 9:15

Ah, très bien, l'histoire reprend, elle se complique avec l'arrivée des slaaneshiis, et Llomarin s'amuse à sauter de toits en toits.

Une remarque, qui ne concerne pas l'orthographe / grammaire, mais un petit passage :

Citation :
Trois ou quatre soldats citoyens fortement imbibés d’alcool

Hihi, première fois que je vois un elfe ayant trop bu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kouran
Noble
avatar

Nombre de messages : 478
Age : 23
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 14/07/2007

Feuille de personnage
Nom: Sargon
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mar 1 Juil 2008 - 10:58

Llomarin a écrit:

Il n’allait pas devoir faire dans la finesse, pensa-t-il, s’il voulait que l’on puisse attribuer tout cela à des Khainites…
J'aime beucoup cette phrase **evil**
Mais qu'est ce qui dit a Llomarin que l'armée qui a envahit se ville n'est pas constituée exclusivement de Slaaneshis?
Pour les soldats souls, ça me parait bizarre, car j'imaginais plus les seigneurs Druchiis faisant respecter la discipline pendant les campagnes a coups de fouet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mer 16 Juil 2008 - 22:16

Voilà la suite. J'ai écrit assez rapidement ce chapitre car j'avais hâte de passer à la suite XD






GREGOR



Gregor n’arrêtait pas de jeter des regards derrière lui. A chaque fois, il avait le même espoir de voir arriver des cavaliers retardataires. Deux cavaliers retardataires. Mais à chaque fois, il ne voyait que la vallée derrière lui, et la poussière soulevée par l’interminable colonne de réfugiés et de soldats qui le précédait.
Il fallait se rendre à l’évidence, commençait-il à se dire. Nul ne les rejoindrait plus.
Elris, Haut Prince et remplaçant de Llomarin à la tête de la seigneurie en son absence, ne reviendrait pas.
Pas plus que la femme de Llomarin, à qui il avait pourtant juré qu’il veillerait sur elle.
Le dernier assaut des elfes noirs avait-il été si rapide qu’ils n’avaient pas eu le temps de s’enfuir ? Pourtant, Earnil et quelques uns de ses guerriers s’étaient sacrifiés pour ralentir l’ennemi…

Gregor fronça les sourcils. Il fallait qu’il arrête de penser à tout cela. Tout du moins pour l’instant. Peut-être que Llomarin lui-même était mort. Et puis il y avait d’autres choses, concernant le futur, qui étaient elles aussi préoccupantes. Combien les elfes noirs étaient-ils ? Quels autres lieux avaient-ils pris ? Gregor et les siens arriveraient-ils à Degry pour y voir des ruines fumantes ? Ou pire, une armée elfe noire…
Un heaume d’argent le tira de sa rêverie.
- Monseigneur ?
Gregor aurait peut être souri en d’autres circonstances. En l’absence de Llomarin et de son remplaçant Elris, tout le monde s’était tourné spontanément vers lui dans la recherche d’un leader. Son ancien statut de Seigneur Dragon y était pour beaucoup.
- Nous arrivons en vue de Degry, reprit le nobliau.
- Très bien.

Gregor éperonna sa monture pour remonter au trot la colonne en marche.
Il dépassa d’abord l’arrière garde, constitué essentiellement de Princes dragons montés.
Ensuite venait la longue file de réfugiés, encadrés par des guerriers citoyens en armes. Vieillards, femmes, enfants, voilà qui la constituaient. Les hommes étaient en fait aussi là, mais eux portaient la maille et la lance : c’était les guerriers citoyens qui les accompagnait.
Des gens de toute la région, qui s’était réfugié en hâte dans le Weyr avant son attaque, et pour lesquels Gregor et les autres officiers avaient tout fait pour permettre la fuite vers Degry lorsqu’il était apparu comme évident que les Elfes noirs allaient briser leurs derniers remparts.
A y repenser, la vitesse à laquelle les Druchii avait pris le Weyr était littéralement déconcertante. Jamais dans tout l’histoire de la forteresse, elle n’avait été prise. Et personne n’aurait parié sur quelques jours de siège, comme cela avait été le cas.
La soudaineté de l’attaque, les techniques rodées de sièges, la fureur des elfes noirs, autant de facteurs qui avaient fait la défaite des Asur.
Mais aussi l’excès de confiance de l’état major du Weyr. Gregor avait fini par se l’avouer lui-même. La prudence des hauts elfes s’était arrêté lorsque les portes de la forteresse s’étaient refermées sur eux. On croyait le weyr imprenable.
Il ne fallait pas repêcher par excès de confiance. Gregor retiendrait la leçon. Il fallait se méfier de ces elfes noirs, plus que de raison.

L’ancien seigneur dragon était maintenant au niveau de l’avant-garde, également constitué de princes dragons montés. Tous avaient le regard posé sur la ville fortifiée à l’horizon.
Degry.
Des murs de plusieurs dizaines de mètres en marquaient les contours, bloquant le passage entre deux montagnes, et son château aux nombreuses tours effilées dominait tous les toits, construit à flanc de colline.
Ici, pas de Weyr. Il y en avait eu un jadis, dans les environs, mais des guerres l’avaient transformées en ruines depuis des siècles et l’ampleur des travaux avait découragé tout le monde.
Un homme au plastron frappé de la livrée des [je trouverai le nom plus tard], la famille dirigeant Degry depuis des générations, était en discussion avec un Haut prince. Ils s’interrompirent à son arrivée
- Messire Gregor ! Voilà de biens sombres nouvelles que l’on m’apprend. Le Weyr est tombé… Je repars aussitôt pour en avertir Messire Reyl. Il faut prévoir quelque chose pour vous accueillir.
- Très bien, allez.
L’homme éperonna sa monture et partit au triple galop en direction de la ville.

Gregor resta silencieux pendant toute la fin du voyage, qui dura moins de deux heures.
A leur arrivée devant les immenses portes de la ville, désormais ouvertes, la colonne fit halte. Une véritable délégation d’une dizaine d’individus montés les attendait, juste devant.

Gregor et quelques hauts princes qu’il sélectionna les rejoignirent.
Il y avait là tout le gratin de l’état major du canton.
Le Seigneur Dragon Reyl montait un impressionnant étalon noir. Lui-même portait une armure dragon écarlate. Malgré son âge inférieur à un millénaire, ses traits étaient creusés, et sa chevelure blonde commençait à se décolorer. Il semblait porter sur ses épaules toute la tristesse et l’inquiétude du monde. Malgré cela, ses yeux étaient emplis d’une certaine détermination.
Les autres étaient tous des Hauts Princes, au vu de leur armure dragon et de leur équipement luxueux, mais Gregor ne les avait pour la plupart jamais vu auparavant.
- Et bien, Messire Gregor, commença Reyl, vous nous apportez de bien sombres nouvelles. Les plus sombres que j’ai entendu de ma vie, en fait. Votre Weyr été pris, comment cela est-il possible ?
- Nous discuterons de cela un peu plus tard, si vous le voulez bien. Le peuple et mes soldats qui m’accompagnent sont fatigués, et ils ont faim. Avez-vous de quoi les accueillir ?
- Malheureusement, pas à l’intérieur de la ville, mais j’ai pensé que vous pourriez tous vous installer devant les murs. Vos soldats, et les nôtres, formeraient un anneau autour de la population. J’ai déjà fait chercher du matériel pour fabriquer des tentes et des abris, ainsi que des vivres.
- J’imagine que nous ne pouvons faire autrement.
Gregor se tourna vers un des elfes qui l’accompagnait et lui transmit ses consignes, à savoir avertir toute la population de la suite. Puis il regarda de nouveau Reyl et sa compagnie.
- Bien, fit-il d’un air grave, je pense qu’il est temps d’ouvrir le conseil de guerre.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins



Dernière édition par Llomarin le Mar 11 Nov 2008 - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Narog
Fils de la lune sanglante
avatar

Nombre de messages : 2010
Age : 27
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/12/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Mer 16 Juil 2008 - 22:32

tss je vais te prendre en otage pour que tu finisse ca au plus vite ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kouran
Noble
avatar

Nombre de messages : 478
Age : 23
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 14/07/2007

Feuille de personnage
Nom: Sargon
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Jeu 17 Juil 2008 - 10:55

Llomarin a écrit:

A y repenser, la vitesse à laquelle les Druchii avait pris le Weyr était littéralement déconcertante. Jamais dans tout l’histoire de la forteresse, elle n’avait été prise. Et personne n’aurait parié sur quelques jours de siège, comme cela avait été le cas.
La soudaineté de l’attaque, les techniques rodées de sièges, la fureur des elfes noirs, autant de facteurs qui avaient fait la défaite des Asur.
C'est vrai qu'on est très forts **sac**
Dépèche toi de faire la suite, ou je vais céder a mes instincts de psychopathe **fight** **laugh*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eruvas
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 22
Localisation : Dans le port d'Hanathond, à l'est de Karond Kar
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Aelis Feindil
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Jeu 17 Juil 2008 - 12:49

Vraiment rien à redire sur ce texte-là, quasiment parfait.
J'aime bien Gregor, comme perso ( même si son nom fait un peu russe, je trouve XD )
Continue comme ça ! :thumright:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Jeu 17 Juil 2008 - 14:52

Eruvas a écrit:
Vraiment rien à redire sur ce texte-là, quasiment parfait.
Tu exagères, vil flatteur XD

Citation :
J'aime bien Gregor, comme perso ( même si son nom fait un peu russe, je trouve XD )
Si mes souvenirs sont bons, il s'agit du nom de la Montagne, dans le Trône de fer.


Sinon, voilà la suite :P




ELKORA



En entrant dans la pièce, la patricienne mit les pieds en plein dans une flaque de sang. Ses bottines en cuir en furent toute tâchées. Elkora fronça les sourcils de colère.
- Attention, il y a du sang partout, ma Dame, fit le guerrier citoyen qui la suivait.
Elle se retourna vers lui, furieuse… L’homme partit dans un balbutiement d’excuses lorsqu’il se rendit compte de son manque de rapidité. Elle le fit taire en posant un doigt sur ses lèvres, puis s’intéressa de nouveau à la scène… de crime.
Son bras droit n’avait pas tord, dut-elle avouer. Du sang recouvrait une bonne partie du sol, et même des voiles sur les murs. Deux corps reposaient dans cette marre. Un homme et une femme. Tous deux quasiment nus… et sans tête. Elles avaient roulés un peu plus loin.
Cela n’était pas sans ressemblance avec la scène de meurtre des Asur qu’elle avait pu admirer l’autre fois en haut de la forteresse, signée Nuhilis. Tyrus lui avait dit qu’il avait confié une mission à ce dernier, sans s’étaler sur le sujet plus que cela. Se pourrait-il que cette mission consiste en quelque assassinat des rivaux directs de Tyrus ?
- Nous n’avons presque rien touché, reprit timidement le guerrier citoyen. Je vous ai fait avertir dès que j’ai été au courant.
Elkora prêta à peine attention à son bras droit et reprit son inspection du regard.

La tête de l’homme décapité la regardait de ses yeux morts, figé dans une expression de colère.
Elle reconnut là la trogne d’un des officiers de l’état-major de Tyrus. Rien d’étonnant puisque ces bâtiments avaient été offerts par le dynaste à ses meilleurs généraux.
Bien qu’elle ne voyait d’où elle se trouvait que le cou sectionné et les cheveux de la tête de la femme, Elkora devina, d’après le peu de vêtements que tout ce joli monde portait, qu’il devait s’agir de la compagne du général Druchii, ou bien d’une fille de plaisir.
- Ma Dame, avez-vous vu… la mise en scène ? Demanda son bras droit.
Que voulait-il dire ? Elkora parcourut plus en détail la salle du regard.
Hum, oui. Cette pièce avait quelque chose de plus qu’une simple chambre à coucher d’un noble.
Les voiles violets sur les murs, les relents d’encens, les statues d’elfes nus et armés sur les meubles. Tous ces éléments avaient été rajoutés par les victimes avant leur mort.
- Des Slaneeshis ? S’étonna la patricienne avec un sourire, commençant à penser que ces gens avaient été puni à cause de leurs pratiques interdites.
Comme s’il n’y avait du sang nulle part, Elkora s’agenouilla près des corps et les examina.
Apparemment, il y avait deux types de blessure sur leur corps.
D’une part, des blessures profondes, apparemment infligés par une grande lame, certainement à deux mains. Elles avaient toutes été portés à des points vitaux du corps, notamment au cou, ce qui expliquait les têtes sectionnés.
Ce n’est pas le genre d’arme utilisée par Nuhilis, pensa-t-elle. Peut-être que l’assassin n’a rien à voir là-dedans finalement…
Elkora réussit à discerner un autre type de blessure : de fines traces vermeil sur la peau blanchâtre des corps, placés au contraire à des endroits quelconques. Des blessures très superficielles, non portées pour causer la mort.
La patricienne se releva et se mit à marcher dans la chambre, cherchant d’autres indices.
Son pied heurta un objet métallique. Une dague, s’aperçut-elle après l’avoir ramasser et brandit au dessus de sa tête.
Elle se pencha de nouveau sur le corps de la femme et posa la lame sur une de ses scarifications. Cela avait l’air de coïncider.
Ainsi, ces elfes étaient en pleine scène sado-masochiste lorsqu’ils s’étaient fait surprendre. Par qui ? Des Khainites, assurément, pour s’adonner à tant de violence. Nuhilis, ou quelque un d’autre ?
- Votre opinion, Zuhl ?
- Et bien, ma Dame, commença le guerrier citoyen, je penses que les deux victimes étaient des cultistes de Slaanesh. Ils se sont fait interrompre pendant une de leur cérémonie par leur meurtrier. Certainement un membre du culte de Khaine. J’ai pensé que cela pouvait être l’œuvre des Exécuteurs, qui enquêteraient sur ces personnes depuis quelques temps.
Ce soldat citoyen n’est pas des plus idiots. Il faudra peut-être le surveiller, d’ici qu’il prenne idée de me succéder.
- Oui, bien vu, Zuhl. Cela correspondrait au type d’arme utilisé pour leur donner la mort. Je supposes que les Exécuteurs n’ont pas revendiqué le meurtre ?
- Effectivement, non.
S’ils enquêtent au sein même de l’état-major de Tyrus, ils ne vont pas s’en vanter. Heureusement que je sais Tyrus entièrement voué à Khaine. Il ne court aucun risque. En revanche, on dirait qu’il a mal choisi certains de ses officiers. Il faudrait peut-être resserrer la protection des Gardes noirs autour de nous. Heureusement que même en temps de guerre, les Exécuteurs ne relâchent pas leurs efforts pour traquer les impurs.
- Vous pouvez peut-être allé les questionner discrètement, Zuhl.
Le guerrier citoyen sembla peu convaincu.
- Vous croyez ? Enfin, je veux dire, vous pensez qu’ils répondront ?
- Avez-vous peur des Exécuteurs, Zuhl ? Avez-vous des choses à vos reprocher ?
- Non, bien sur que non, ma Dame.
L’expression de Zuhl semblait maintenant profondément indignée.
- Je loue exclusivement Khaine, ma Dame. C’est juste que… les Exécuteurs ne sont pas des plus… engageants.
Ça, c’est sûr. Nombre de ces fanatiques sont plus ou moins psychopathes.
- Peut-être vous répondront-ils, dit Elkora. Bien, faites moi aussi nettoyer tout cela. Et que plus personne n’entre ici ensuite.
- Vous… vous ne voulez pas montrer ceci au seigneur Tyrus ?
- Cela ne sera pas nécessaire. Et sachez que je suis sa bouche, soldat. Tout ordre de ma part est un ordre du Dynaste.
Zuhl acquiesça et Elkora quitta la pièce, puis la maison, pour se retrouver dans la cour précédant l’entrée de la forteresse.
Le soleil était presque au zénith. Elle se levait bien tard, ces derniers jours. C’était la faute de Tyrus, qui ne la laissait partir que quand il était pleinement rassasié.
Tyrus…
Elle toucha son ventre nue et sourit. Cette histoire de Slaneeshi décapités lui avait presque fait oublier la bonne nouvelle. Il fallait qu’elle lui annonce.
Elle le questionnerait aussi sur ce meurtre, s’il lui en laissait l’occasion.
Où pouvait-il bien être, à cette heure ? En train d’écouter le rapport des éclaireurs dans la salle du trône, ou bien de s’entraîner à l’épée avec quelque chevalier dans une cour.

Décidemment, se dit-elle en se dirigeant vers les immenses portes, sa vie prenait un tour bien plaisant ces derniers temps.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Eruvas
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 22
Localisation : Dans le port d'Hanathond, à l'est de Karond Kar
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Aelis Feindil
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Jeu 17 Juil 2008 - 15:45

Eh ben décidément, Llo est en forme (l'admin comme le personnage, quand on voit le massacre qu'à fait le deuxième XD )!
Alors, ce texte :
- j'aime bien le guerrier citoyen, Zuhl
- j'aime beaucoup l'idée des exécuteurs se rapprochant des inquisiteurs, traquant le slaaneshi et le déviant dans la populace elfe noir, je ne les avait jamais imaginés aussi... secrets.

La suite va arriver aussi rapidement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathshade
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 320
Age : 25
Localisation : vers grenoble
Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Korith Deathshade
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Jeu 17 Juil 2008 - 16:26

Et voilà, encore le stéréotype du druchii sans émotions! XD
Pourquoi faut-il toujours que les druchii veuillent renverser leurs supérieurs alors que les asurs les respectent? C'est de l'espécisme!

Sinon, c'est un excellent texte (et vive les inquisiteurs au draïch **evil** ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kouran
Noble
avatar

Nombre de messages : 478
Age : 23
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 14/07/2007

Feuille de personnage
Nom: Sargon
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   Ven 18 Juil 2008 - 20:07

Je me demande si je ne vais pas remplacer le marteau de mon inquisiteur de l'Ordo Malleus par un Draïch... **siffle**
Toujours aussi bien, mais les passages sont moins long (dommage).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Recit] Les Chroniques d'Orelym   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Recit] Les Chroniques d'Orelym
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Recit] Les Chroniques d'Orelym
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Les Chroniques du Père Bugli !
» [Récit/Morts Vivants]Les chroniques de Lybaras
» Les Chroniques d'Yggdrasil.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: