Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Learyn
Héraut
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : Boulogne sur Mer
Date d'inscription : 21/02/2008

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Mer 27 Fév 2008 - 2:03

Voici la (longue) introduction d'une histoire dont je suis l'anti-héro :D




Un vacarme qui n'avait rien à voir avec la douce mélopée continue des flux magiques arracha le mage Elraÿen à sa contemplation du réseau des Pierres Gardiennes. Il fulminait. N'avait-il pas expressément exigé de ses gardes que personne, pas même le Gouverneur lui-même, ne vienne le déranger pendant sa méditation? Comment ces imbéciles heureux espéraient voir l'ïle-continent maintenue au-dessus des flots s'ils ne pouvaient garantir aux mages de son rang un minimum de tranquilité lors de ces séances de méditation?

Deux voix différentes s'élevaient derrière la pourtant lourde porte de chêne blanc qui était sensée le protéger des considérations vulgairement terrestres de la plèbe. Il reconnut l'un des deux Maîtres des Epées chargés de monter la garde, malgré la colère qui déformait son ton d'habitude si posé. Quant à la deuxième voix, Elrayën la connaissait que trop bien. Son frère aîné, le Commandeur déchu Amaurea, exprimait d'une manière qui ne laissait aucun doute quant à son mécontentement son sentiment suite à son éviction de la hiérarchie militaire. Elrayën fixa le parchemin déroulé sur sa table d'étude, et ses dernières observations sur les Pierres Gardiennes s'y inscrivirent. Ainsi il savait. Le mage se sentait las de constater que ses simples conseils aussi bien que ses ordres formels étaient constament ignorés. Il avait demandé au chef d'état-major du Seigneur Eltharion de pouvoir s'entretenir lui-même avec son frère concernant la décision d'écarter Amaurea des affaires militaires. Le ton monta subitement et Elrayën s'imagina devoir expliquer les raisons d'une rixe impliquant son frère devant sa porte. Les supérieurs d'Amaurea n'attendaient qu'une erreur de sa part pour demander à Eltharion de l'exiler.

- Allez-vous donc me laisser passer, chiens?!
- Par pitié monseigneur, entendez raison! Vous savez que votre monseigneur votre frère ne peut être dérangé actuellement!
- Qui es-tu pour me dire ce que je dois savoir ou non? Aurais-tu l'immense prétention de vouloir m'empêcher d'aller et venir à mon gré? Te souviens-tu seulement à qui tu dois ta place?
Amaurea avait la main crispé sur la garde de son épée. Il détestait être contrarié, et le guerrier devait lui montrait tous les signes d'être en mesure de le contrarier, précisément. Cependant, il hésitait à agir. Il était si bouillonant qu'il avait oublié que son frère congédiait les lanciers assignés à la garde de son étude lorsqu'il entrait en méditation. En temps normal, il n'aurait même pas eu à prononcer un mot pour passer les portes. La situation était différente. Même un guerrier aguéri comme lui avait ses raisons pour hésiter à affronter de front deux des meilleurs guerriers d'élite d'Ulthuan. Cependant, même si les Maîtres des Epées face à lui n'avaient rien à voir avec la raison de sa colère, il sentait monter en lui l'envie de passer sa rage sur eux. Cependant son interlocuteur ainsi que son muet compagnon restaient intransigeants et impassibles. Seul la voix de celui qui parlait trahissait leur impatience. Leurs yeux restaient sans expression, et ils étaient parfaitement immobiles, leurs longues épées dans leurs fourreaux. Une épée sortie de son fourreau est une épée morte, Amaurea.

- Que...? Elrayën! Ordonne à tes laquais de me laisser entr...
Amaurea se tût subitement. Les Maîtres des Epées venaient de bouger. Ils encadraient désormais la porte qui s'ouvrit lentement. Encore un tour de passe-passe destiné à l'exaspérer encore plus se dit-il. Il avait reconnu la voix de son frère, son ton condescendant, et son calme désarmant. La frêle silhouette d'Elrayën se dessinait dans l'embrasure de la porte.

- Vous pouvez disposer.
- A vos ordres.

Les Maîtres des Epées s'éloignèrent, visiblement soulagés par la tournure des événements. Amaurea n'attendit aucune invitation de son frère pour pénétrer d'un air menaçant dans la salle d'étude du sorcier. Elraÿen ne put s'empêcher de sourire légèrement. Même s'il était le plus jeune des deux, l'impétuosité et l'arrogance de son frère le poussait à le considérer comme son cadet. Et il n'était pas le seul à douter de sa maturité, visiblement. Cependant, la tentation était trop grande :
- Eh bien Amaurea, que me vaut cette charmante visite? Enfin, charmante... Si elle n'est pas opportune, j'ose espérer qu'au moins elle est agréable?
- Ne-commence-pas.
- Hmm, il me semble avoir la réponse à ma question.
- Elrayën, même en temps normal je n'aurai pas la patience nécessaire pour souffrir ton insupportable cynisme. Tu sais ce qui m'amènes. Tu sais ce que je veux.
- Et toi? Sais-tu ce que tu veux?
- Mis à part simplifier le cruel dilemme qui tiraille notre père concernant la répartition de l'héritage de nos parents?
- Mon cher frère, tes manières peuvent peut-être faire illusion dans les tavernes mal famées de Marienburg, mais n'oublie pas où tu es, qui tu es, et à qui tu t'adresses.
Les traits du mage étaient parfaitement à l'opposé de ceux d'Amaurea dont le visage évoquait les plus sordides illustrations de Khaine. Cependant il était d'usage pour les deux frères d'avoir de tels échanges. Une rivalité les liait depuis leur enfance. Rien d'anormal au début, mais les choses empirèrent lorsqu'Elrayën s'accapara bien malgrè lui l'attention de leurs parents et de leurs gens lorsqu'il commença à montrer des signes précoces de prédisposition pour la magie. Amaurea détestait qu'on puisse le dépasser dans un domaine, et n'avait jamais montré de talent particulier ni même une quelconque attirance pour les arts enseignés à Saphery. Le destin, ou les Dieux, avaient parfois de cruelles manières pour distinguer un Elfe d'un autre. Amaurea avait tout fait pour se hisser à la hauteur de son frère, et avait connu un succès certain dans le domaine militaire. Ses capacités étaient indiscutables, mais son caractère emporté lui portait préjudice. Combien de fois leur père avait dû intervenir pour éviter à son aîné un châtiment mérité. Ses différents précepteurs avaient tous été formels quant à ce qui attendait le jeune guerrier. Le dernier d'entre eux, un sage citoyen de Lothern lui avait conté mille fois les destins tragiques des Rois Phénix comme Caledor le Second, Morvael, ou même Aenarion. Il était reparti en Eataine avec une oreille en moins, Amaurea ayant trouvé de bon aloi de le châtier pour avoir insulté la mémoire du Défenseur. Encore une fois son père lui avait évité le châtiment. Elraÿen avait observé ce triste manège pendant des années sans mot dire, jusqu'à ce que son frère aîné s'en prenne à lui. Le choc fut terrible pour Amaurea lorsqu'il se retrouva cerné par un cercle de flammes magiques. Elrayën n'avait aucune intention de le blesser et maîtrisait parfaitement son sortilège. Ni le haine ni même la juste vengeance ne motivait Elrayën. Il avait simplement mûri plus vite et plus tôt, et par ce moyen il avait espéré faire réfléchir son frère. Lui faire comprendre qu'il ne tomberait pas indéfiniment sur des individus compréhensifs ou simplement plus faibles.


A demain soir pour la suite


Dernière édition par Amaurea le Mer 27 Fév 2008 - 9:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kouran
Noble
avatar

Nombre de messages : 478
Age : 23
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 14/07/2007

Feuille de personnage
Nom: Sargon
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Mer 27 Fév 2008 - 7:49

Bien, mais Amaurea ressemble, par le caractère et le phisyque (son visage repprésentait les plus sordides illustrations de Khaine), ressemble vraiment a un Druchii. Est ce voulu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learyn
Héraut
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : Boulogne sur Mer
Date d'inscription : 21/02/2008

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Mer 27 Fév 2008 - 9:41

C'est une image en fait. C'est bien un Asur mais ses traits sont déformés par la colère. Quoique sans le vouloir tu as mis le doigt sur quelque chose, même si ça n'a rien à voir avec les Druchiis ;)

Sinon j'ai un petit problème chronologique : vu que le dernier LA représente Eltharion sur griffon, cela veut-il dire que son affrontement avec Malékith et les conséquences qui ont suivi ne se sont jamais passé?

Parce que mon récit se passe "actuellement" si on peut dire, et dans mon histoire, Eltharion est Gouverneur de Tor Yvresse, pas l'Epée Blanche des MdE hmhm...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Mer 27 Fév 2008 - 10:40

Héhé, pas mal du tout. En fait j'aime beaucoup ton intro.
J'ai beaucoup ri pour le coup de l'oreille XD
C'est le "pour avoir insulté la mémoire d'Aenarion" qui est hilarant, mais qui reste complètement crédible. En tout cas perso, j'imagine bien un elfe particulièrement impétueux faire ça. Non franchement c'est bien trouvé.
En fait ce Amaurea me fait penser à Illidan pour ceux qui connaissent XD


Niveau syntaxe, tu utilises trop "cependant", des fois à des intervalles très courts :
Citation :
Cependant, même si les Maîtres des Epées face à lui n'avaient rien à voir avec la raison de sa colère, il sentait monter en lui l'envie de passer sa rage sur eux. Cependant son interlocuteur
Donc n'hésite pas à varier avec Néanmoins, Toutefois, pourtant, etc.


Citation :
Sinon j'ai un petit problème chronologique : vu que le dernier LA représente Eltharion sur griffon, cela veut-il dire que son affrontement avec Malékith et les conséquences qui ont suivi ne se sont jamais passé?
On peut penser effectivement que cela ne s'est jamais passé.
Mais de toutes façons, tu peux très bien fixer ton récit avant l'aveuglement d'Eltharion, je n'y vois aucun problème.


La suite ! (ça devient un rituel cette phrase)

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Learyn
Héraut
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : Boulogne sur Mer
Date d'inscription : 21/02/2008

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Mer 27 Fév 2008 - 10:51

Ce sont les ravages qu'occasionne l'overdose d'études d'anglais ça lol je suis resté bloqué à "however = cependant" ;)

Et ce funeste moment était arrivé quelques mois auparavant, une nuit de lune rousse, bien loin des rivages d'Ulthuan. L'odieuse douleur à son flanc droit ne le tiraillait pas encore. Grâce à l'influence de leur père, le Seigneur Fernaryën, et les évidentes prédispositions guerrières d'Amaurea, il s'était vu confier le commandement d'une modeste force et s'était joint au gigantesque ost qui avait embarqué pour le Vieux Monde afin de prendre part au conflit qui opposait l'Empire, les Nains, et les Peaux Vertes. Il semblait qu'un artefact d'une puissance dépassant l'entendement avait été retrouvé dans les sombres forêts de l'Empire, et que le destin du monde dépendrait de la race qui mettrait la main ou la griffe dessus Cependant le Seigneur Fernaryën avait anticipé. Avant son départ, il avait ordonné à son fils la plus grande prudence, et lui avait imposé la présence d'un vétéran de nombreux conflits. Kaeron n'était pas un guerrier, mais un mage de grand talent. Il ne pouvait plus combattre suite à ses nombreuses blessures, mais sa préstence et son autorité naturelle faisaient penser à Fernaryën qu'il pourrait controler son turbulent fils, dans une certaine mesure. Elrayën lui devait rester en Ulthuan car il n'avait pas complété son étude des domaines magiques à Hoeth. Les deux frères s'étaient séparés sans chaleur, car le ressentiment réciproque entre les deux étaient encore vif.
Durant le voyage, Amaurea avait étrangement fait preuve d'un respect inhabituel à l'égard de Kaeron. L'ascendance guerrière et caledorienne de ce dernier y étaient peut-être pour quelque chose, ou bien étaient-ce les nombreuses cicatrices qu'il avaient sur le visage et les avant-bras. Toujours est-il que jamais Amaurea ne refusait d'entrevue avec le mage. Son armée était assignée à la défense du sud de la grande forêt, là où les morts vivants étaient le plus susceptibles d'attaquer. Amaurea voulait tout savoir. Comment les morts pouvaient revenir à la vie, alors que les Elfes eux-mêmes, doté d'une longévité exceptionnelle, restaient mortels. Comment des siècles d'étude avaient été incapable de permettre de surpasser l'atroce fatalité de la mort. Comment abattre ce qui était déjà mort? Kaeron le mit en garde. Combattre ces troupes étaient une expérience traumatisante, et des nobles bien plus expérimentés que lui avaient pris leurs jambes à leur cou confrontés à une telle horreur. La magie et son usage maléfique pouvaient faire revenir les morts. Bien qu'il ne s'agissait pas des sombres adorateurs de la Ruine ou de leurs cousins pervers, un tel affront au cycle de la vie ne pouvait être toléré. De plus, si un nécromancien arrivait à mettre la main sur ce mystérieux artefact, les Elfes savaient que l'Empire ne tiendrait pas. Ainsi leur front défensif contre les Puissances du Chaos s'effondrerait. Bien qu'Amaurea était honoré de prendre part à une telle entreprise, il était courroucé de se voir confié le commandement d'une armée de taille modeste.

- Tu es encore jeune Amaurea, lui avait dit Kaeron. Il y a des centaines de raisons qui font que tu ne peux prétendre à plus, ton arrogance n'étant que l'une d'elles.
- Mais alors comment prouver ma valeur si je ne remporte que de petits succès? Qui se souciera de la réussite ou de l'échec d'une poignée de guerriers? Même s'il est déjà à Marienburg, et pas parmis cette flotte, tout le monde ne parle que du Capitaine Caradryan et de son ost.
- Envierrais-tu son destin? Je t'aime bien Amaurea, si je ne savais pas d'où tu viens je te croirais originaire du grand royaume de Caledor. Tu as tout des jeunes nobles impatients de prouver leur valeur. Mais tu as aussi leurs défauts.
- Tout le monde semble être d'accord sur ce sujet, mes défauts. Si j'écrasai moi-même les Von Carstein, on me dirait encore que j'ai manqué de modestie.
- Ce fait d'arme seraut loué, mais certainement pas le fait de se vanter d'en être capable.

Un garde maritime entra dans la cabine avant qu'Amaurea ne puisse rétorquer quoi que ce soit.

- Le Capitaine m'envoie vous prévenir que nous approchons de Marienburg, messires.

Il avait appuyé ce dernier mot avec un sourire narquois visiblement adressé à Amaurea. Ma réputation me précède où que j'aille se dit Amaurea tout en déployant des trésors d'auto-controle pour ne pas priver le Vaisseau Aigle d'un membre d'équipage.


Voici la suite. Pour les plus belliqueux, le viandage ne va pas tarder, rassurez-vous.
Sinon je suis rattrapé par mon récit : en fait j'écris au fur et à mesure, une suivant une trame assez vague. Et là, je me rends compte que je ne connais rien du tout de Marienburg, si ce n'est que c'est un port où Elfes et hommes se cotoient. Alors je m'excuse par avance si ma future description du port s'avère inexacte :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learyn
Héraut
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : Boulogne sur Mer
Date d'inscription : 21/02/2008

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Mer 27 Fév 2008 - 14:47

J'aime pas trop les doublons mais bon. Prévenez-moi si vous préférez que j'édite mon précédent message :


- Comment osent-ils appeler ça un port? J'ai peine à croire que certains de notre peuple vivent dans une telle crasse.
- Amaurea, nous sommes ici pour prendre part à la défense de ce pays, et non pour provoquer ses habitants. Ni tes compagnons d'armes. Tous n'ont pas eu la chance de grandir dans le hall de marbre de tes ancêtres. Porte ton rang avec fierté sur le champ de bataille, mais n'impose pas ton exécrable suffisance aux personnes alentour dans les rues d'une cité étrangère.

Les deux elfes progressaient dans la cité humaine, escortés par une petite troupe de Gardes Maritimes. Amaurea fut fort déçu lorsqu'il apprit que le Capitaine Caradryan était parti. Côtoyer un tel être de légende l'obsédait depuis son départ de l'Anse d'Albreth. Caradryan était parti avec une compagnie de ses frères d'armes, les Gardes Phénix, et une imposante force de soldats-citoyens. Ils devaient anticiper une attaque de morts-vivants au sud de la Grande Forêt qu'ils devaient traverser.

- Si seulement il nous avait attendus, nous aurions pu grossir ses rangs. Et j'aurai pu apprendre. Je me sens un peu las des magiciens répondit Amaurea, les yeux pleins de malice.
- Et les magiciens auraient été éternellement reconnaissants envers les Gardiens de la Flamme de les avoir libérés de ta compagnie, jeune insolent. Kaeron avait prononcé ces mots sans méchanceté. Ce genre de joutes verbales étaient devenues une sorte de jeu entre les deux Elfes, et quelque chose qui ressemblait à de l'affection teintée de respect était palpable entre les deux.
- De quoi garantir la bonne santé des coffres du Temple pour les siècles à venir !
- De toutes façons, qu'aurais-tu voulu qu'il te dise?
- Quelque chose qui ne ressemble pas à « Amaurea, tu es trop impétueux. »
- Pardonne-moi de me répéter mais, qu'aurais-tu voulu qu'il te dise?

Amaurea vit le sourire malicieux du magicien, et se sentit profondément ridicule. Caradryan n'aurait rien pu lui dire.

- Caradryan n'aurait pas attendu, même s'il avait su que la flotte arrivait. Il suit à la lettre ce que lui ont révélé les murs de la Chambre des Jours. Seuls ces inscriptions l'auraient poussé à nous attendre. Mais réjouis-toi jeune Amaurea, te voilà dans le secret des Dieux : tu sais qu'au moins, nous attendre ne figure pas en lettres de feu dans le Temple d'Asuryan !
- J'ignorais que les sages sorciers d'Ulthuan plaisantaient à propos de ces choses et que le sarcasme était une matière enseignée à la Tour de Hoeth. Visiblement mon frère n'a pas cru bon d'y assister. Lui qui est si studieux d'habitude...

Le souvenir du cercle de flammes ressurgit dans l'esprit d'Amaurea. Aussi difficile cela pouvait-il être, son frère lui manquait. Il regrettait leurs adieux amers, même s'il aurait préféré subir mille fois le sortilège des flammes plutôt que de l'avouer. Elrayën et Kaeron, pourtant tous deux magiciens, étaient si différents. Kaeron lui aussi radotait sur l'arrogance d'Amaurea, mais il y avait toujours une note de compassion dans ses reproches. Il lui semblait que le mage parlait d'expérience. Néanmoins, (ndr - dédicace à Llomarin) cela ne poussait pas Amaurea à tenir compte de ses remarques. Mais Amaurea respectait son compagnon, et c'était déjà beaucoup.

Ils arrivèrent enfin dans les quartiers nobles de Marienburg, et le manoir où devait se tenir le conseil de guerre se dessinait au bout de l'avenue qu'ils parcouraient. Quelque chose frappa l'œil du jeune guerrier. Ce n'étaient pas les habituels hallebardiers impériaux qui gardaient le bâtiment, mais des Gardes Phénix. Un frisson parcouru l'échine d'Amaurea alors que la troupe s'approchait d'eux. Quels magnifiques guerriers! Des armures dorées resplendissantes, de longues hallebardes, gardiennes d'une tradition martiale qui avait vu Aenarion sortir des flammes. Les âges se mêlaient lorsque les Gardes Phénix se montraient, et les légendes sur les guerres primordiales du monde prenaient vie dans l'esprit d'Amaurea. S'il n'en montrait rien, il était totalement béat d'admiration. Ce n'était ni les rustres lanciers des provinces elfiques, ni les austères Maîtres des Epées qui escortaient son frère pendant ses pérégrinations. Il s'agissait de la facette la plus splendide de l'art de la guerre. Ce tableau merveilleux souffrait cependant d'un défaut, comme une tâche de peinture qui aurait chuté du pinceau d'un peintre distrait. Un humain.

- Je vous demande où sont passés les soldats de la garnison! Vous n'êtes pas en pays conquis, Asur! Au nom de Sigmar je vous ordonne de répondre!

Le Garde Phénix qu'il invectivait restait impassible, et Amaurea était amusé de voir qu'il n'était pas le seul ignorant du vœu de silence des guerriers dorés.

- Messire Hanz, épargnez votre salive et nos oreilles, par pitié.

Kaeron lui aussi semblait amusé. L'humain se retourna, courroucé, mais son expression s'apaisa immédiatement lorsqu'il vit le magicien. De vieux amis, visiblement.

- Vous voilà, maître Kaeron! Je vous en prie, faites entendre raison à vos soldats.
- Ce ne sont pas mes soldats, cher ami. Et même moi ne peut leur « faire entendre raison ». Cependant...

Kaeron fixa le Garde Phénix qui opina et s'écarta de l'entrée du bâtiment.

- ... peut-être vos réponses attendent à l'intérieur.

Hanz marmonna quelque chose à propos de coutumes stupides et suivit Amaurea et Kaeron qui n'avaient même pas ralenti leur cadence. L'architecture intérieure des lieux surprit beaucoup Amaurea. Elle était étrangement familière, tout en arborant l'héraldique traditionnelle de l'Empire. Il soupçonnait que le manoir appartenait à l'un des Elfes de Marienburg, ou qu'un Asur ait été employé par un riche humain pour superviser la construction de la demeure. En pénétrant dans la salle où devait se tenir le conseil et de guerre et où il recevrait ses instructions, il comprit que sa première hypothèse était la bonne. Il aurait préféré se tromper. Un Elfe, vêtu d'un curieux assemblage d'habits humains et elfiques siégeait au bout d'une longue table de chêne massif. Les pieds de la table avaient la forme de pattes de lions marquées d'un S rutilant, tandis que les bords étaient parcourus de fines runes elfiques. La salle elle-même présentait les mêmes signes de métissage artistique, curieux mais loin d'être repoussant, chaque style complétant l'autre : la finesse et l'élégance des frises elfiques adoucissant les robustes colonnades humaines. Mais Amaurea n'avait d'yeux que pour l'Elfe qui présidait. Le regard sévère, le port altier mais courbé par des siècles de labeur. Mais quelque chose clochait, une asymétrie qui attirait tous les regards. A la place de son oreille droite, il y avait une longue cicatrice. Son regard se pose sur Amaurea, et s'il le reconnaissait, il n'en montrait aucun signe. Il se leva, et les autres personnes autour de la table l'imitèrent. Des hommes, notables de Marienburg ou capitaines de la garnison du port, et un nain en armure d'apparat dont les plaques s'entrechoquèrent bruyamment lorsqu'il sauta de son siège réhaussé. Amaurea se dit qu'il était plus visible en restant assis. Il s'aperçut que l'Elfe à l'oreille manquante le fixait durement, comme s'il avait lu dans ses pensées. Assurément, Maedrylion avait toujours eu ce don éxaspérant de clairvoyance. Amaurea était très mal à l'aise et évitait de le regarder droit dans les yeux. Après quelques instants qui semblèrent interminables, Maedrylion prit la parole.

- Seigneur Kaeron, Commandeur Amaurea, soyez les bienvenus en mon humble demeure.


Par contre je vais prendre plus de temps pour le passage suivant. Comme beaucoup de wargamers je suis fan de Tolkien, mais j'aimerai éviter de faire un plagiat pur et simple du Conseil d'Elrond erf...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Mer 27 Fév 2008 - 21:53

Ah mais Van Gogh est carrément un perso principal XD

Citation :
Néanmoins, (ndr - dédicace à Llomarin)
Bien XD
Sauf que j'ai relevé une autre répétition assez maladroite à éviter à l'avenir **siffle**:
Citation :
Mais Amaurea n'avait d'yeux que pour l'Elfe qui présidait. Le regard sévère, le port altier mais courbé par des siècles de labeur. Mais quelque chose clochait,

On attends donc le conseil d'El... heu de Van Gogh.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Learyn
Héraut
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : Boulogne sur Mer
Date d'inscription : 21/02/2008

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Mer 27 Fév 2008 - 22:06

Bien fait d'avoir pris de l'avance ^^ :


S'il avait eu le choix, Amaurea aurait préféré rester à la merci du sortilège d'Elrayën pendant le reste de ses jours. Maedrylion s'entretenait principalement avec Kaeron et le Nain, nommé Grumni. Les humains présents semblaient trouver le temps long. Même si la patience n'était pas la principale qualité du jeune commandeur, Amaurea reconnut là un des traits caractéristiques des jeunes races. Ils mourraient si vite qu'ils ne prenaient le temps pour aucune chose. La précipitation était ancrée profondément dans leur psyché, à l'instar de la marque d'Asuryan sur le front du Capitaine Caradryan. Lui et ses guerriers obsédaient toujours l'esprit d'Amaurea. Des nouvelles étaient arrivées par faucon. Un groupe de Gardes Sylvains exceptionnellement envoyés par les mystérieux souverains d'Athel Loren les avaient rejoints. Ce renfort innattendu – par tous sauf Caradryan et ses Gardes Phénix – leur permettaient de progresser rapidement à travers l'immense étendue boisée qui recouvrait la majeure partie de l'Empire. Ils n'avaient pas été attaqués jusqu'à présent. Amaurea se demandait si cela été dû au don de précognition des Gardes Phénix ou aux talents d'eclaireurs des Asraïs. Toujours était-il qu'il ne restait plus qu'un quart du chemin jusqu'aux plaines du Gué de Taal, but de leur expédition et où il était prévu que les morts vivants attaquent.

La discussion entre les deux Elfes et le Nain étaient étonnament courtoise. Grumni semblait être d'accointance avec Maedrylion, et Kaeron ne souffrait pas de l'incorrigible rancune séculaire qui empoisonnait les rapports entre les deux races depuis des siècles. Grumni lui-même parlait posément, et ne citait pas les nombreuses entrées d'un quelconque livre des rancunes à chaque phrase. Le fait que l'artefact déclencheur de ce conflit était une ancienne couronne maudite forgée par un nain à moitié fou devait y être pour quelque chose. Il était néanmoins rare qu'un nain quel qu'il soit reconnaisse à demi mots les erreurs de son peuple, surtout face à trois elfes et en présence de plusieurs humains! Amaurea mit longtemps à remarquer le silence pesant qui régnait dans la salle, plongé dans ses pensées. Il regretta rapidement son manque d'attention.

- Que le Commandeur Amaurea nous pardonne d'importuner sa douce rêverie. Peut-être le Commandeur Amaurea souhaiterait qu'on lui apporte éventail et masseur?

La voix de son ancien tuteur perça douloureusement son ego. Il n'arrivait plus à penser correctement, et aucun embryon de réponse valable ne prenait forme dans son esprit.

- Je... euh...
- Il est vrai que de si délicates oreilles peuvent souffrir d'avoir à écouter de si banales considérations belligérantes. Demander à un Commandeur d'Ulthuan de prêter attention à un conseil de guerre. Sommes-nous sôts!
- Je pensais justement à la progression du Capitaine Caradryan. Messire.

Le dernier mot d'Amaurea avait tardé à sortir. Les humains fixaient désormais le jeune elfe et Maedrylion.

- Et en quoi cela concerne vos oreilles, je vous prie? Ah, j'oubliais, vous devez gérer les deux en même temps. Quelle abominable dilemme cela doit-il être... A laquelle accorder la priorité, la gauche, ou la droite...?

Encore une fois il frappait droit au but. Amaurea sentait Kaeron à ses côtés le supplier mentalement de garder son calme. Cela n'échappa pas non plus à Maedrylion qui souria de plus belle.

- Laissez donc votre compagnon s'exprimer Maître Kaeron. Je brûle littéralement d'impatience d'entendre notre attentif hôte. Donc, le Capitaine Caradryan...?
- Euh... Est parti. Nous sommes ses renforts. Nous...
- ...ferions mieux d'écouter notre supérieur hiérarchique direct au lieu de disserter mentalement sur le maniement de la hallebarde. Il croit se souvenir que nous manions bien mieux la dague. Notre supérieur hiérarchique direct vient de dire que nous étions arrivés bien tardivement pour être d'une quelconque utilité aux Gardes Phénix. Il a également ajouté que, bien que nos talents stratégiques ne soient plus à démontrer, Caradryan bénéficiant déjà d'un renfort de taille. Son dieu tutélaire, si nous nous rappelons bien de nos leçons de notre supérieur hiérarchique direct. Ah! Peut-être ce dernier n'a-t-il pas eu le temps de conclure sa mission en tant que précepteur. Nous nous demandons bien pour quelle raison.

Les autres personnes à la tables tentaient avec un succès relatif de ne pas fixer leurs bottes. Amaurea hurlait intérieurement.

- Peut-être devrions nous tous nous calmer. Nous avons bien mieux à faire.

Cette aide innattendue venait de Grumni. Tous les regards se braquèrent sur sa silhouette tassée. Maedrylion reprit la parole.

- Pardonnez-nous maître Grumni. De vieux souvenirs voyez-vous.
- Je ne peux vous en tenir rigueur. Je sais exactement ce que cela fait de ressortir de vieux fantômes des placards.
- Bien, continuons, si le Commandeur Amaurea le permet...
- Je vous prie de m'excuser, je vous en prie, continuez.
- Certainement. Je disais que votre flotte est arrivée tardivement, pourtant vos navires ne souffrent d'aucune avarie. J'en conclu donc qu'aucune tempêtre ni attaque n'a pu vous retarder.

Kaeron, visiblement soulagé par l'intervention du Nain, se dressa un peu plus sur son fauteuil.

- Non, effectivement, nous n'avons souffert nul dommage pendant notre traversée. Et nos vaisseaux étaient tous en aussi bon état que n'importe quelle flotte elfique. Pour tout vous dire, je m'étonne de ce que vous m'annoncez messire Maedrylion. Le vent nous était favorable et nous étions même en avance sur nos prévisions, selon le Capitaine du vaisseau amiral.
- Qui est-il?
- Le Commandeur Amyslinn, neveu du Seigneur des Mers. Autant dire qu'il connaît son sujet.
- Oh, vous apprendrez que tous les talents ne sont pas héréditaires. Souvenez vous de Caledor et son fils, sans parler d'Aenarion. Un autre exemple me vient à l'esprit, mais ne perdons pas plus de temps en tergiversations. L'essentiel est que vous soyiez là. Caradryan est déjà au courant, et devait connaître que vous seriez retardés.

Un coup de botte de magicien sur le tibia empêcha Amaurea de prononcer le fatidique « Comment? ».

Je me suis arrangé avec le Seigneur de cette cité. Grumni, Kaeron et Amaurea, vous êtes libres de circuler dans toute la ville, mais vous devrez remettre vos armes à mes gens humains. La situation est tendue en ce moment dans l'Empire, et l'autonomie relative dont bénéficie Marienburg ne la dispense pas d'appliquer la loi martiale. Seuls les soldats de garnisons et les Gardes Phénix ici présents peuvent conserver leurs armes.

Tous les hôtes se levèrent et saluèrent Maedrylion. N'étant pas en mesure de débattre sur ce sujet, Amaurea confia sa longue épée à deux mains au soldat impérial posté devant la porte de la salle.

- N'oubliez-vous rien, mon vieil ami?

Le regard pesant de Maedrylion pesait sur la nuque du jeune Commandeur. Il était pourtant en discussion privée avec Kaeron la seconde auparavant, Amaurea l'aurait juré.

- Je... J'ai oublié. Pardonnez-moi, l'habitude.

Il se baissa, les yeux des hôtes encore présents braqués sur lui. Il mit sa main dans sa botte et en tira une élégante dague elfique qu'il tendit à contrecoeur au soldat.

- Heureusement pour vous que je n'oublie rien pour ma part, Commandeur. C'est également une vieille habitude. Vous recevrez vos instructions par Messire Kaeron lorsque le temps sera venu. En attendant je vous souhaite une bonne journée dans notre cité. Enfin, si la crasse ne vous importune pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Mer 27 Fév 2008 - 22:18

Bien bien.
Je trouve ton récit très bien écrit. On a juste envie que ça castagne un peu maintenant XD
Ceci dit, c'est un peu dommage que tu ais utilisé le cadre de la Couronne du Destin pour ton histoire. Franchement, tout est pourri dans cette campagne XD notamment le background


Amaurea a écrit:
L'essentiel est que vous soyez là. Caradryan est déjà au courant, et devait connaître que vous seriez retardés.
"Savoir", parce que connaître je ne crois pas que ça soit correct

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Learyn
Héraut
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : Boulogne sur Mer
Date d'inscription : 21/02/2008

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Mer 27 Fév 2008 - 22:23

C'est affreux, je ne sais plus écrire français...

Alors : le cadre de la Campagne du Destin, c'est parce que je vais donc mettre en scène une bataille que j'ai livrée moi-même, dans le cadre de cette campagne. C'est un prétexte, en gros. Et si vous avez bien saisi la première partie du récit.. Chut, j'en ai trop dit.

Mais avant d'en arriver là je veux mettre en place les personnages, et amorcer la narration de leurs motivations. Maedrylion est bien loin de Lothern mais pourtant semble bien vivre.

Ma seule angoisse c'est de faire pire que Mary Shelley dans Frankenstein : faire le coup des poupées russes pour les différents moments de narrations et les points de vue. Dans Frankenstein il n'y a que 3 récits concentriques il me semble. Là, ça se bouscule au portillon...

Sinon j'ai une nouvelle partie à poster, mais je ne sais pas si j'attends demain ou si je la poste ce soir **evil**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 27
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Ven 25 Avr 2008 - 10:58

Amaurea a écrit:

Sinon j'ai une nouvelle partie à poster, mais je ne sais pas si j'attends demain ou si je la poste ce soir **evil**
Vendredi 25 avril, on attends toujours **siffle**

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Learyn
Héraut
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 35
Localisation : Boulogne sur Mer
Date d'inscription : 21/02/2008

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   Ven 12 Sep 2008 - 9:46

Non, je ne suis pas un nécromancien, mais j'ai totalement réécrit la suite donc il faudra un peu de patience...

En attendant :


Amaurea regardait le plafond de sa chambre sans le voir. Ses pensées étaient ailleurs. Son entraînement militaire en Ulthuan, et ses batailles menées contre les rares hordes de Norses qui arrivaient de temps à temps à passer outre les Iles Mouvantes ne l'avaient pas préparé à l'épreuve qu'il venait de subir. S'il n'avait pas un remarquable sens de l'humour, il se disait que celui des Dieux était bien étrange. La dernière fois qu'il avait vu Maedrylion, ce dernier se précipitait hors de la salle d'étude du château familial, le côté droit du visage ensanglanté et hurlant moultes malédictions à son encontre. Amaurea n'en avait plus jamais entendu parler. Son père avait réussi tant bien que mal à étouffer le scandale, et avait envoyé une bonne partie de la part d'héritage d'Amaurea au malheureux précepteur à Lothern. Cependant Amaurea n'avait pas été totalement épargné. Nul châtiment corporel, mais interdiction de quitter le château ou d'approcher la salle d'armes. S'il était fier de son rang et de son nom, Amaurea n'en était pas moins mal à l'aise lorsqu'il s'agissait de devoir rester enfermé. Ça n'arrangeait aucunement son humeur, mais ça limitait les probabilités de nouveau scandale.
C'est peu après cet incident que l'altercation avec Elrayën avait eu lieu. Amaurea vagabondait dans le château, en proie à un ennui mortel. Il lui semblait que ses mains se ramolissaient faute d'entraînement, et qu'il finirait pas devenir fou si l'interdiction n'était pas levée sous peu. Elrayën allait à son encontre pour épauler son frère. L'amour fraternel était un terme inconnu pour les deux frères, et Elrayën avait fortement désapprouvé son père lorsqu'il eut appris ses manigances pour que le récit du méfait d'Amaurea ne quitte pas le château. Cependant l'enfermement rendait Amaurea plus détestable encore. De plus, bien qu'Elrayën aurait préféré brûlé ses livres de sorcellerie plutôt que de le reconnaître, il considérait qu'en fin de compte, ce cloisonement était bien plus pénible pour son frère que le châtiment normalement prévu en ces circonstances. Mais Amaurea n'était pas Elfe à se confier, et encore moins à reconnaître ses erreurs et faire amende honorable à Maedrylion, condition obligatoire pour que la sanction soit levée. Elrayën lui rappela que leur père n'était pas éternel, et que leur nom seul ne pourrait garantir leur protection lorsque le Seigneur Fernaryën aurait été rappelé par les Dieux. Las de se faire dicter sa conduite par son cadet, Amaurea l'avait plaqué violemment contre un mur. Il n'avait pas besoin d'arme pour être intimidant, et le fait que son frère avait totalement raison, bien plus que sa condescendance, l'avait poussé dans ses derniers retranchements. Alors qu'il levait son poing, il fut projeté en arrière par une force invisible. Il se tenait droit au milieu du couloir, immobilisé par une prodigieuse force magique. Les yeux d'Elrayën étaient d'un blanc terrifiant, et des flammes du même blanc ne tardèrent pas à naître tout autour d'Amaurea. Terrifié, mais trop fier pour le montrer, Amaurea traitait Elrayën de vulgaire préstidigitateur de foire. Elrayën ne répondit rien du tout, et s'éloigna, le brasier magique continuant de flamber autour de son frère. Arrivé au bout du couloir, il lança à son frère ce seul indice :

- Tu ne seras libre que lorsque tu renonceras.

Leur père était à Tor Yvresse, et à cause de la sanction qui pesait sur l'aîné, c'était Elrayën qui était en charge au château. Il ordonna aux domestiques de condamner ce couloir. Le brasier brûla pendant trois jours, jusqu'à ce qu'Amaurea s'effondre d'épuisement. Les lueurs du crépuscule projetées sur le plafond de sa chambre dansaient telles les flammes magiques d'Elrayën, et seuls les coups répétés à sa porte dissipèrent ses souvenirs.
Kaeron n'attendit pas la réponse d'Amaurea et pénétra dans la pièce. Il avait l'air contrarié.
- Pourquoi ne m'as tu rien dit?
- J'ignorais totalement qu'il serait là ! Je croyais que nous rencontrerions Caradryan souviens-toi. Je n'ai pas entendu parler de lui depuis des décénies !
- Il m'a tout raconté, et y a pris un certain plaisir assurément.
- J'étais jeune et irréfléchi, je...
- Oh, donc cet exploit remonte à deux jours?
- Ne t'y mets pas. Je... Je ne suis plus comme ça. Je le reconnais, je ne suis pas l'elfe exemplaire que tout le monde voudrait que je sois. Mais je n'ai plus cette colère en moi, j'ai appris à me controler.
- Difficilement, si j'en crois ton comportement pendant la traversée et dans les rues de Marienburg. Dis-moi, comment réagiras-tu lorsque ton état major te contredira, à raison, dans quelques semaines? Mettras-tu la sécurité du monde entier de côté pour préserver ta minable petite personne à l'ego plus vaste que le Grand Océan? Prendras-tu seulement le temps de peser le pour et le contre? Le courage est une chose Amaurea. Une seule chose parmis les centaines nécessaires à un bon général en temps de guerre...
- Arrête ! Cet incident remonte à des dizaines d'années. Qu'y puis-je si ce nobliau scribouillard rivalise de rancune grotesque avec le plus malade des Tueurs nains?
- Rancune grotesque? Tu l'as mutilé, Amaurea. Sais-tu que la mutilation entre elfes n'est pas exactement une pratique courante en Ulthuan?
- Je refuse de continuer cette conversation. Je n'ai pas à me justifier sur mes actes passés, certainement pas envers toi.
- C'est précisément pour éviter ce genre d'esclandre que ton père m'a demandé de t'accompagner.
Bien qu'Amaurea s'était préparé depuis le départ d'Ulthuan à ce genre de révélation, sa brutale confrontation avec les véritables motivations de Kaeron était douloureuse. Il s'imagina secouer le mage dragon si violemment que ses doigts commencèrent à se crisper. Toutefois, il resta impassible et serra les dents. Kaeron semblait regretter d'avoir évoqué le seigneur Fernaryën et la mission qu'il lui avait confiée, mais garda également le silence. Il continuait à regarder droit devant lui bien après qu'Amaurea eut quitté la pièce.


Sinon je préviens : le passage suivant est très grandement inspiré d'une séance de Warhammer JDR où j'incarnais un Elfe Sylvain. Veuillez m'excuser par avance pour la liberté du ton employé ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Recit] Grandeur et Décadence, Elrayën et Amaurea.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grandeur Nature, JdR ...
» Jeux de rôle Grandeur Nature du 1 au 3 Juillet
» Bon recit et belles figs
» Cherche couturier / joueur de Grandeur nature
» Le recit d'une campagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: