Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Recit] Récit au titre non déterminé...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Torin
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 222
Age : 27
Date d'inscription : 18/06/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: [Recit] Récit au titre non déterminé...   Mar 11 Nov 2008 - 10:53

Voici un petit essai qui m'est venu à l'esprit alors que mon esprit divaguait sur le BG de mes elfes noirs (plutôt de mon général en fait). Et plus j'y réfléchissait, plus les idées se bousculaient dans ma petite tête... Alors pourquoi pas les coucher sur papier et vous les proposer? XD

Place à la lecture! Les explications sont à la suite pour ne pas vous assomer tout de suite. **ennuie**
J'espère que vous vous amuserez autant pour le lire que moi pour l'écrire!
__________________________________________________


Chapitre 1 : Le rituel


Douce odeur d’un savant mélange de plantes exotiques, l’encens circulant dans ses délicates narines lui titillait ses sens alertes. Sucrée, épicée, sure, … ces sensations venaient et partaient au rythme de sa respiration exagérée. Aucune senteur n’était délaissée. Toutes étaient machinalement décortiquées par son intellect déjà embrumé par les drogues. A la fois douloureux et agréables, les stimuli déclenchaient en elle une sensation de plaisir tel un frisson lui parcourant l’échine. Pas de doute, le prix exorbitant à débourser pour acquérir ce trésor odorant était amplement justifié.

-Maîtresse ! Nous avons agencé la salle du rituel selon votre bon vouloir. Si je puis me le permettre, nous n’attendons plus que vous pour débuter. »

Les mots emplis d’admiration, de crainte et de douleur lui emplirent les tympans dans une musicalité harmonieuse. Mais rapidement, les balbutiements de l’humain se perdaient dans le bruit ambiant : le martèlement régulier des tambours accompagnait le chant mélodieux de ses sœurs de sang reprenant des litanies envoutantes à la gloire des puissances obscures. Montantes et descendantes, leurs voix ne souffraient d’aucun désaccord tout en volant d’aigus à graves au rythme des percussions rudimentaire. Le tout pouvait être considéré par de oreilles humaines comme le son primaire du souffle lent et régulier d’une bête décadente. Mais pour elle, il s’agissait d’autant d’offrandes délectables à son maître tout puissant.

Ses paupières se levèrent alors d’un mouvement léger ; offrant tout entier son troisième sens au spectacle. Couleurs criardes et scène décadente surchargèrent immédiatement sa perception des choses pour son plus grand plaisir. Larges dalles de marbres rouges, amples tentures murales de soie bleue, meubles noirs de jais surlignés d’or chatoyant, … tout se rejoignait dans une belle harmonie apportée par la fumée rose de l’encens jeté directement dans les braseros finement ouvragés. Dans ce haut lieu de décadence abjecte, humains et elfes se côtoyaient pour la vénération de leur dieu et maître; tous unis par les drapés mêlant rose et bleu leur servant vêtements. Au milieu de la pièce, un grand autel couleur ébène et or trônait fièrement ; se plaisant à être l’attention de tous. Tout autour de lui, les fidèles s’étaient placés dans une harmonie esthétique : un premier cercle composé de ses sœurs dansant et chantant ; entourées par les humains ébahis les accompagnant de leurs instruments cérémoniels.

A ses pieds, l’humain l’ayant tirée de sa méditation se prosternait tel un animal soumis. Trop craintif de croiser les yeux de sa maîtresse et d’en subir les détestables conséquences, il semblait s'efforcer à ne pas lever la tête. Satisfait par ce dévouement, elle daigna poser le regard sur la forme grotesque de son serviteur dénué de toute grâce : sa peau hâlée et frissonnante était parsemée de gouttelettes de sueur; ses drapés aux couleurs chatoyantes colées à son corps par son propre rejet liquide. Passant une main délicate sur son siège, caressant son bois humide, elle put se rendre compte elle-même de la moiteur et de la chaleur ambiante. Les rideaux de soie étaient alourdis par le poids du liquide élémentaire alors que les corps ne semblaient pas s’en soucier, emportés tout entiers par leurs esprits en transe. Et la pièce, suintant de toute part, semblait vivre d’une énergie malsaine et apprécier tout autant le spectacle qui se déroulait en son sein.

Dérangeantes, agréables, douces, envoutantes, douloureuses, insupportables, délectables, entêtantes, délicieuses ou même divines, toutes ses sensations mélangées étaient reçues par les adeptes qui l’entouraient comme autant de dons de leur maître. Pour monnaie d'échange, les disciples offraient à leur divinité le spectacle décadent.

Elle, sortie de sa contemplation profonde, se décida à rejoindre la foule. D’un mouvement silencieux et emplit de grâce, trahissant sa nature, elle quitta son siège et, frôlant l’homme toujours les genoux au sol, rejoignit le centre du rassemblement impie et son autel. De tous les disciples de son entourage, aucuns des humains n’osaient croiser son regard alors que les femmes de sa propre race soutenaient sans aucune crainte leur maîtresse de leurs yeux de chats pénétrants couleur noir de jais.

L’une d’entre elles, le visage fin encadré de sa chevelure sombre, se présenta d’un pas assuré face à elle. Contrairement à l’humain, cette dernière n’éprouvait aucune peur… et elle ne pouvait lire dans les yeux de sa sœur du couvent qu’une certaine admiration.

-Le rituel est fin prêt ma sœur. Nous n’attendions plus que vous pour commencer l’invocation à la gloire de notre maître. »
-Bien… Nous allons pouvoir débuter dans ce cas. Le grand Slaneesh sera comblé par notre dévotion ; et il nous comblera à son tour par sa bénédiction ! »

Slaneesh… Sharnoor… peut importe comment il était nommé ; l’influence perverse du prince du chaos pouvait se ressentir à travers toutes les sociétés du monde. Dès qu’une civilisation arrivait à acquérir un certain sens de la culture et de l’esthétique, elle se mettait irrémédiablement en danger face à l’attrait du dieu du chaos. Gangrène silencieuse et discrète, son culte s’était déjà manifesté dans nombre de cas. Mais lorsque ce dernier était découvert par les institutions bienveillantes à l’intégrité de leurs sujets, il était bien entendu trop tard. Et malgré la purge qui s’ensuivait, il ne restait que des ruines fumantes et une civilisation marquée à jamais dans le meilleur des cas. Dans le pire, la tête coupée repoussait inlassablement, le culte tapi dans l’ombre et s’apprêtant à frapper à nouveau. Personne ne pouvait se dire à l’abri de l’influence bienfaitrice de son maître. Heureusement pour elle, les humains n’étaient pas vraiment doués pour la traque du chaos… Prêtres fanatiques et illuminés notoires étaient tout ce qu’ils avaient à lui opposer. Pour ceux qui avaient eu le malheur de la croiser, il n’y avait que deux possibilités : mourir de suite sous le coup de sa lame ou être charmé par des promesses susurrées à son oreille et reflétant un avenir meilleur au service du prince du chaos. Elle sentit un de ces rares sourires froids se dessiner sur son noble visage alors que son regard se portait sur un de ces malheureux participant à la cérémonie à sa manière : enchainé à l’un des murs et ajoutant ses propres cris au cœur des elfes noires sous les coups de fouet d’un tortionnaire particulièrement heureux. Le seul ennui pouvait venir de leurs cousins si soucieux de la protection des races inférieures. Mais après tout, Ulthuan était loin de ce lieu et ses agents se retrouvaient presque sans pouvoir ni moyens pour mettre à jour leur organisation.

« Apportez-moi les reliques démoniaques… le temps est venu de l’appeler parmi nous. »

Sa voix suave résonnait telle une incantation dans toute la pièce, laissant à peine transparaître l’excitation qui venait se rajouter au mélange détonnant des sensations ressenties. Sur ses ordres, deux humains, assez jeunes et vêtus pareillement aux autres disciples, entrèrent immédiatement dans le cercle des elfes noirs. Respectueux –où craintifs-, ils gardèrent leurs yeux baissés sur les objets qu’ils transportaient : deux urnes finement décorées et scellées de sceaux impies qu’ils déposèrent sur l’autel.

D’un geste, elle renvoya les deux serviteurs avant de s’intéresser aux objets insolites. De ses doigts, elle parcourut les moulures de ces œuvres d’art qui, s’ils n’étaient pas la prison d’une bête impensable, seraient du plus bel effet dans n’importe quelle collection de toute personne dotée d’un sens esthétique. Mais l’heure n’était pas à la contemplation ! Elle sentit son esprit la ramener immédiatement à l’ordre alors que, du touché, elle pouvait ressentir la soif du démon emprisonné. Soif de liberté qui se muerait bientôt en soif de destruction... une bien belle image qui la fit sourire de plus belle. Le moment était venu… elle le savait tout comme elle ressentait les pulsations psychiques de la bête toujours prisonnière mais déjà alerte par la cérémonie décadente. Une telle puissance…

Ses lèvres remuèrent alors machinalement, laissant échappées une incantation mélodieuse et mielleuse. D’une injonction froide, elle invita immédiatement ses sœurs à rejoindre sa complainte par leurs chants.

« Nous t’appelons parmi nous. Entends notre cri et réponds-nous par ta présence réconfortante. Aide-nous à satisfaire notre maître commun. Ensembles, nous porterons son nom en ces terres d’ombres et de désespoir. »

Le chant continuait à monter en puissance, accompagné par le martèlement toujours plus pressant des tambours de cérémonie. Le souffle de la bête décadente s’était mué en un hurlement sauvage. Entrainante, entêtante, envoutante, … cette ambiante avait pris le cœur et la raison des disciples qui, en transe, ne formaient qu’une et même entité à la gloire de la puissance obscure. Et, tel le roc affrontant les éléments sans siller, sa voix surmontait le tumulte de son ton froid et puissant.

« Je t’offre cette cité et ses âmes… puisses-tu donner à ces pauvres créatures la divine vision de notre maître ! »

________________________________________________

Vos impressions?

La petite expliation donc... et c'est là que j'ai besoin de vous!

En effet, je me suis acharné à tenter de plonger le lecteur dans l'atmosphère. Et pour ce, le principal outil fut l'utilisation d'une focalisation interne (mais avec un narrateur tout de même externe). Mais je n'ai vraiment pas l'habitude d'utiliser ce style... Et même si le texte demande à être paufiné, une question me saute à la gorge: me suis-je totalement planté? :(maul):

Une suite? C'est prévu mais cela dépendra du temps à ma disposition... Après ce premier chapitre d'introduction présentant les méchants, le second devrait poser le cadre et le troisième présenter le héros (ou plutôt anti-héros). D'ailleurs... qui pourra me dire dans quel cité se déroule l'action?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Recit] Récit au titre non déterminé...   Mar 11 Nov 2008 - 13:13

Bon bon bon.
D'abord, le texte met en scène des adeptes de Slaanesh. C'est un crime trèèèès grave en soi. Mais comme ça a l'air d'être les méchants, je consens à te pardonner, du haut de ma légendaire bonté.

Bref, le texte est bon. Vraiment. Tu nous fais passer de sens à sens adroitement et agréablement.

Citation :

Ses paupières se levèrent alors d’un mouvement léger ; offrant tout entier son troisième sens au spectacle.

Cette partie sur le troisième sens, tu devrais l'enlever je pense. On comprend ton mode opératoire sans et c'est toujours mieux de juste ressentir le texte, sans que l'auteur ne se sente obligé de nous expliquer. Je pense donc que c'est inutile. ;)

Pour les fautes d'orthographes, j'ai dû en voir deux ou trois mais j'ai pas beaucoup poussé dans le détail. Globalement, il n'y en a pas beaucoup.

Citation :


Douce odeur d’un savant mélange de plantes exotiques, l’encens circulant dans ses délicates narines lui titillait ses sens alertes. Sucrée, épicée, sure, … ces sensations venaient et partaient au rythme de sa respiration exagérée. Aucune senteur n’était délaissée.

L'allitération en "s" est très bien ; tu pourrais peut-être juste l'accentuer encore un tout petit peu (pas trop, sans quoi ça alourdirait la phrase). "ces sensations venaient et s'en allaient" par exemple.

Citation :


Couleurs criardes et scène décadente

Tu emploies déjà "décadente" une ligne au-dessus ("bête décadente").

Citation :

Dans ce haut lieu de décadence abjecte

Juste en-dessous, ça fait vraiment redondant. ;)

Citation :

ses drapés aux couleurs chatoyantes colées à son corps par son propre rejet liquide.

"collés"

Citation :

Les rideaux de soie étaient alourdis par le poids du liquide élémentaire

répétition de "liquide"

Citation :

Elle, sortie de sa contemplation profonde, se décida à rejoindre la foule.

C'est sans doute voulu mais ça rend vraiment mal, je trouve.
"Sortie de sa contemplation profonde, elle se décida à rejoindre la foule."

Citation :


D’un mouvement silencieux et emplit de grâce, trahissant sa nature

"empli"
J'aurais peut-être plutôt qualifié le mouvement de "léger" que de "silencieux" mais bon, c'est de l'affaire du choix personnel, ça.
D'autre part, je trouve que la virgule après "grâce" rend la phrase hachée. Je la retirerais.

Citation :


De tous les disciples de son entourage, aucuns des humains

aucun

Citation :

L’une d’entre elles, le visage fin encadré de sa chevelure sombre

"d'une chevelure sombre" aurais-je dit.


Citation :


Slaneesh… Sharnoor… peut importe comment il était nommé

"peu"

Citation :

du prince du chaos

Citation :
du dieu du chaos

Tout haïssable que soit cette entité, je pense que des majuscules sont nécessaires. XD

Citation :

l’influence bienfaitrice

"bienfaisante"
(bienfaitrice n'est pas un adjectif mais un nom, féminin de "bienfaiteur")

Citation :
Pour ceux qui avaient eu le malheur de la croiser, il n’y avait que deux possibilités : mourir de suite sous le coup de sa lame ou être charmé par des promesses susurrées à son oreille

Incohérence.
Proposition : "susurrées à l'oreille"

Citation :
Respectueux –où craintifs-

"ou"


Voila, c'est tout ce que j'ai vu. C'est donc du vraiment très bon. J'attends la suite avec impatience. ;)

Citation :

D'ailleurs... qui pourra me dire dans quel cité se déroule l'action?

Réelle question au sens où tu ne le sais pas toi-même et tu nous demandes des idées ou question rhétorique ?

Si c'est la deuxième solution, je suis partagé.
Le teint "hâlé" des hommes, leurs "instruments cérémoniels" feraient plus penser à des barbares des Désolations ; soit du Nord de Naggaroth ('me souviens plus de leur nom), soit au nord du Vieux Monde.
Si c'était au nord de Naggaroth, je dirais que ce pourrait être Karond Kar ; il y a beaucoup d'esclaves là-bas, y faire pénétrer de nombreux humains pour cérémonie pourrait passer inaperçu. C'est la seule cité qui serait dans cette région là, non ?

L'autre possibilité serait Mordheim. Décadente à souhait, en plein cœur de l'Empire ce qui correspondrait au petit discours sur Slaanesh et son influence ainsi qu'à l'allusion aux prêtres et fanatiques, qui y sont (étaient plutôt*) très présents. "Cette cité et ses âmes" aussi, au fond.

Ce serait entre ces deux là que je placerai l'action par rapport à ce que tu as écrit. Avec une préférence pour Mordheim peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deathshade
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 320
Age : 26
Localisation : vers grenoble
Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Korith Deathshade
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Récit au titre non déterminé...   Mar 11 Nov 2008 - 13:33

Tout d'abord, je te félicite pour ce texte, très bien écrit.
Ensuite, j'exulte de voir un honnête druchii (oximore?) qui a compris que Slaanesh, c'est le mal.
Enfin, je pense que l'action se passerait mieux à Ghrond, proche des désolations, remplit jusqu'à rabord de sorcières et donc un lieu parfais pour un tel culte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torin
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 222
Age : 27
Date d'inscription : 18/06/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Récit au titre non déterminé...   Mar 11 Nov 2008 - 14:20

Merci pour vos réactions!

Citation :
Ensuite, j'exulte de voir un honnête druchii (oximore?) qui a compris que Slaanesh, c'est le mal.

Héhé... ce seront bien les grands méchants-vilains-pas-beaux. Mais cela n'empêche que c'est tout de même le background de ma générale WB... hé oui... je compte jouer les slaneeshii! Niarkniark **evil**

Pour le théâtre de l'action, il est déjà déterminé. J'essaie donc de voir si les détails mis dans le texte vous mette sur la voix tout en laissant une part de mystère. Ce n'est ni en terres elfes noires, ni dans les déolations, ni à Mordheim. Mais tu y étais presque Wolfen! Il manque juste un indice qui te reste flou apparemment.

Pardon pour les fautes d'orthographes... malgré plusieurs relectures, il en reste toujours...

Citation :
Citation:

Ses paupières se levèrent alors d’un mouvement léger ; offrant tout entier son troisième sens au spectacle.


Cette partie sur le troisième sens, tu devrais l'enlever je pense. On comprend ton mode opératoire sans et c'est toujours mieux de juste ressentir le texte, sans que l'auteur ne se sente obligé de nous expliquer. Je pense donc que c'est inutile.

Je sais pas là... Comme tu le dis je souhaitais faire passer le lecteur par tous les sens de mon héroïne tout au long de son "éveil": odorat (et goût dans un certain sens), ouïe, vue et enfin toucher. Chaque passage donnant au lecteur une vision différente de la scène, à l'image de l'elfe s'amusant à décortiquer chaque stimuli un à un et de les soumettre à chacun de ses sens. Mais il est vrai que ce sens n'est pas super bien travaillé... j'en proposerai une autre version!

Citation :
Citation:


Douce odeur d’un savant mélange de plantes exotiques, l’encens circulant dans ses délicates narines lui titillait ses sens alertes. Sucrée, épicée, sure, … ces sensations venaient et partaient au rythme de sa respiration exagérée. Aucune senteur n’était délaissée.


L'allitération en "s" est très bien ; tu pourrais peut-être juste l'accentuer encore un tout petit peu (pas trop, sans quoi ça alourdirait la phrase). "ces sensations venaient et s'en allaient" par exemple.

Rhaaaa! Je suis content que tu l'ai remarqué! Une première apparation dès le début du sssssssslaneesh. ^^
Mais plus alourdirait en effet la phrase en plus de rentrer un peu trop à mon goût dans le domaine de l'auditif (--> ouïe alors que ce premier paragraphe est dédié à l'odorat et au goût).

Pour le reste des remarques, je suis entièrement d'accord et t'en remercie! **yeha**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eruvas
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 23
Localisation : Dans le port d'Hanathond, à l'est de Karond Kar
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Aelis Feindil
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Récit au titre non déterminé...   Mar 11 Nov 2008 - 14:25

Très très bon texte. Pour moi, le meilleur point est, sans aucun doute, l'atmosphère, l'ambiance, slaaneshii à souhait, parfaitement restitué. Tu ne t'est pas du tout planté, loin de là ...

Deux trois petites choses que j'ai pu relever :

Citation :
l’encens circulant dans ses délicates narines lui titillait ses sens alertes.

Le "lui" est de trop : l’encens circulant dans ses délicates narines titillait ses sens alertes.

Citation :
Si je puis me le permettre

Peut-être trop poli, pour un cultiste du chaos ? En tout cas, ça m'as fait un drôle d'effet à la lecture.

Citation :
un grand autel couleur ébène et or trônait fièrement ; se plaisant à être l’attention de tous.

La personnification de l'autel me fait, là aussi, un drôle d'effet : une tournure du genre "que tout le monde regardait avec admiration", ou quelque chose comme ça, me semblerait plus approprié.

Citation :
une bien belle image qui la fit sourire de plus belle.

Répétition de "belle". "Une magnifique image" pourrait éviter cette répétition.

Quand au lieu, l'allusion aux prêtres fanatiques et la grande proportion d'humains me pousse à penser que la scéne se déroule dans une ville impériale . Pas forcément Mordheim, car un culte peut se cacher dans n'importe quelle ville ... Je dirais Marienburg parce que j'ai un petit faible pour elle, et aussi à cause de l'allusion aux asurs. En effet, des haut-elfes dans un port humain, je comprends, ils peuvent faire du commerce, mais qu'est-ce qu'un HE irais faire à Mordheim ? Donc voilà, moi je dis Marienburg.

Et encore bravo :thumright:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Recit] Récit au titre non déterminé...   Mar 11 Nov 2008 - 14:57

Citation :

Je sais pas là... Comme tu le dis je souhaitais faire passer le lecteur par tous les sens de mon héroïne tout au long de son "éveil": odorat (et goût dans un certain sens), ouïe, vue et enfin toucher. Chaque passage donnant au lecteur une vision différente de la scène, à l'image de l'elfe s'amusant à décortiquer chaque stimuli un à un et de les soumettre à chacun de ses sens. Mais il est vrai que ce sens n'est pas super bien travaillé... j'en proposerai une autre version!

Ce n'est pas ce que je voulais dire. Le fait de passer à la vue est très bien. Mais ne l'explicite pas en disant "elle passa à un troisième sens". On le comprend très bien implicitement. ;)

Citation :



Rhaaaa! Je suis content que tu l'ai remarqué! Une première apparation dès le début du sssssssslaneesh. ^^
Mais plus alourdirait en effet la phrase en plus de rentrer un peu trop à mon goût dans le domaine de l'auditif (--> ouïe alors que ce premier paragraphe est dédié à l'odorat et au goût).

Justement, établir des correspondances entre les domaines est du plus bel effet. ;)

Citation :

Quand au lieu, l'allusion aux prêtres fanatiques et la grande proportion d'humains me pousse à penser que la scéne se déroule dans une ville impériale . Pas forcément Mordheim, car un culte peut se cacher dans n'importe quelle ville ... Je dirais Marienburg parce que j'ai un petit faible pour elle, et aussi à cause de l'allusion aux asurs. En effet, des haut-elfes dans un port humain, je comprends, ils peuvent faire du commerce, mais qu'est-ce qu'un HE irais faire à Mordheim ? Donc voilà, moi je dis Marienburg.

Oui, Marienburg peut être une solution si ce n'est pas Mordheim.
Le seul souci que je vois c'est que Marienburg n'est pas une cité impériale et la présence du culte de Sigmar et de ses fanatiques y est en conséquent moins forte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torin
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 222
Age : 27
Date d'inscription : 18/06/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Récit au titre non déterminé...   Mar 11 Nov 2008 - 17:46

Merci pour les nouvelles remarques. Je m'efforcerai de tester ces conseils et proposer le résultat à vos critiques.

Pour ce qui est du nom de la cité...
...
...
...
c'est bien Marienburg! Ceci pouvant être suggéré par la présence des humains, leur peau hâlée (suite à leurs longs voyages sur les océans), et la présence de tant d'objet exotiques (encens, soies, bois rares, ...) provenant de la plus grande plaque tournante commerciale du vieux monde.

Citation :
Le seul souci que je vois c'est que Marienburg n'est pas une cité impériale et la présence du culte de Sigmar et de ses fanatiques y est en conséquent moins forte.

Un petit problème à corriger en effet... Mais bon... je sens bien que les prêtres de Hamman les remplaceront bien vite! Bien que l'on peut concevoir que les répurgatoires se moquent bien de s'avoir à qui appartient le territoire si des hérétiques s'y cachent.

D'ailleurs... le fleuve traversant Marienburg est bien le Reik? Un point que j'ai du ignorer tantôt lorsque j'ai continué le récit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Recit] Récit au titre non déterminé...   Mar 11 Nov 2008 - 19:00

Citation :

Un petit problème à corriger en effet... Mais bon... je sens bien que les prêtres de Hamman les remplaceront bien vite! Bien que l'on peut concevoir que les répurgatoires se moquent bien de s'avoir à qui appartient le territoire si des hérétiques s'y cachent.

Effectivement, il peut tout de même y avoir de manière localisé des adeptes de Sigmar et donc des répurgateurs / fanatiques. Pas autant que dans les villes impériales mais tout de même.


Citation :


D'ailleurs... le fleuve traversant Marienburg est bien le Reik? Un point que j'ai du ignorer tantôt lorsque j'ai continué le récit.

Il me semble bien. La carte que j'ai dans un de mes vieux bouquins de jeu de rôle n'est pas claire mais il y a bien le fleuve traversant Altdorf qui s'achève à Marienburg. Il semblerait logique ce soit le Reik.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eruvas
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 23
Localisation : Dans le port d'Hanathond, à l'est de Karond Kar
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Aelis Feindil
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Récit au titre non déterminé...   Mer 12 Nov 2008 - 12:39

J'AI GAGNE !!! C'EST MARIENBURG !!! :cheers:

Hem hem ...

Quand au fleuve qui traverse Marienburg, oui, il s'agit bien du Reik (source : carte v7).

Et pour le problème des répurgateurs et prêtres tarés de Sigmar, je pense que même à Marienburg ça passe très bien : étant donné que c'est une cité très cosmopolite, caque clergé y est représenté, y compris celui de Sigmar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Recit] Récit au titre non déterminé...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Recit] Récit au titre non déterminé...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecran titre taille? [résolu]
» atik 4 éléments 196 mode cc 1/60 (titre édité)
» Recharger son titre de transport en commun avec son lapin !
» [Loi] statut juridique de la noblesse et du port de titre
» Titre de Mande-Etoile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: