Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Recit] Guerre et complot...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shenlys
Eclaireur


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: [Recit] Guerre et complot...   Ven 30 Jan 2009 - 9:37

un nouveau chapitre sur mon île...


Au cours des semaines suivantes, les navires corsaires du Ruakynth rentrèrent l’un après l’autre au port de la cité fortifiée. Rare furent les équipages portés manquant, et chacune des pertes était un coup dur pour le seigneur corsaire. Néanmoins, les cales étaient pleines de marchandises et de bétail, qu’il soit animal ou humain.

Sur les docks du port, les biens subtilisés aux peuples faibles étaient déchargés au fur et à mesure de l’arrivée des corsaires, et Aedron surveillait chacun des hommes affiliés à sa maisonnée. Plus d’une dizaine de navires lui appartenaient et ils les inspecta tous l’un après l’autre en compagnie de ses maitre-charpentiers. Quand il trouvait des défauts dans la coque, il hurlait des ordres et les ouvriers se mettaient à l’œuvre, colmatant et renforçant les brèches dans le bois. Et tous, qu’ils soient corsaires ou esclaves, agissaient avec diligence, car la colère du seigneur Aedron était légendaire.

A un moment, le commandant arriva près d’un rassemblement d’elfes étrangers au Ruakynth qui descendaient de la passerelle d’un des navires, escortés par une flopée de guerriers de sa maison. Intrigué, il interpella le capitaine encore à la proue de son vaisseau de guerre. Ce dernier descendit sur la terre ferme et vînt rejoindre son seigneur.

- Qui sont-ils ? demanda Aedron en désignant les étrangers.
- Des druchiis et des asurs, déserteurs pour la plupart messire. Ils ont été fais prisonniers lors de divers abordages.
- Et tu ne les as pas exécutés ? Pourquoi ?
- C’est à dire que le seigneur Klae a demandé que les elfes souhaitant nous rejoindre ne soient pas executés…

Au nom de son vieux camarade, Aedron perdit patience et agrippa le capitaine corsaire par le col, et le secoua comme un prunier, sous les yeux des guerriers des alentours qui arrêtèrent leurs travaux.

- Klae ? Klae n’est pas ton maître ! C’est moi qui te donne tes ordres, et tu ferais bien de t’en rappeler car Je suis le seigneur de la dynastie Lefnar !

Le seigneur elfe lâcha le capitaine et dégaina son épée. Il était prêt à frapper, mais quelqu’un cria son nom et il se retourna vers la source de la voix, lâchant le capitaine corsaire. Il aperçut alors un elfe au port altier s’approcher. Le nouveau venu portait un long manteau de cuir par-dessus une très ancienne armure en acier poli, et accroché à sa ceinture pendait un fourreau détenant une épée à la garde d’ébène. Aedron reconnut le commandant des gardes seigneuriaux à ses cheveux gris et ses yeux vairons, et il savait qu’il faisait parti des meilleurs guerriers de la cité.

- Que se passe-t-il seigneur Lefnar ? Vous ne tenteriez pas de contourner nos lois par un simple abus d’autorité, vous savez que la mort n’est autorisée que dans un duel. Hors je vois que cet elfe est désarmé.
Aedron grogna et rengaina son épée.
- Capitaine Mentias, que faites-vous loin du palais de Naweng ? interrogea le corsaire
- Seigneur Naweng, corrigea-t-il, et je suis ici par la volonté de mon maître. Il souhaitait vous informer qu’il réunira le conseil de guerre cet après-midi.
- C’est logique, maintenant que tous les seigneurs sont de retour. Qu’il en soit ainsi, je répondrai présent.
- Bien. N’oublie pas, seigneur Lefnar, que mon maître n’aime pas les massacres inutiles, surtout dans son port.

A ces quelques mots, le commandant de la garde prit congé et repartit vers le centre de la cité. Aedron réprima un juron et en revînt au capitaine corsaire sur lequel il avait passé ses nerfs. Ce dernier avait le front plissé et une main sur la garde de son épée, mais le seigneur Lefnar leva la main droite, paume ouverte, en signe de paix. « Continue ton travail. » dit il simplement au capitaine avant de se détourner de lui et de se diriger vers les flèches de la sombre allégeance, l’ancienne arche noire.

Sur le chemin, Aedron entendit son nom venant d’une des froides ruelles de la cité. Il alla jeter un œil et aperçut un elfe encapuchonné de noir qui était appuyé contre un mur. Il avait l’air de l’attendre. Quand il tourna la tête vers lui, Aedron aperçut ses cicatrices qui ravageaient son visage. Il s’approcha un peu plus et l’autre lui fit signe de le suivre.

Le corsaire n’avait aucune raison d’accepter cette invitation, mais l’elfe semblait l’avoir attendu depuis un bon moment, comme s’il savait qu’Aedron prendrait cette rue. Poussé par sa curiosité, il suivit l’étranger en noir, tout en gardant une main sur son épée.

Au bout d’un moment, l’elfe s’arrêta, se tourna vers le seigneur corsaire et d’un signe de tête lui indiqua une porte en bois. Ils l’empruntèrent tous les deux et se retrouvèrent dans une maison typique du bas peuple : des meubles datant d’avant leur sécession, et des murs gris et ternes, sans fenêtres. Ils avancèrent encore dans la pièce principale et passèrent une autre porte, celle-ci menant vers un escalier menant à la cave.

Ils l’empreuntèrent et arrivèrent dans une salle qui devait être un garde-manger. La pièce était pourtant vide et une seule chose sortait de l’ordinaire : une statue de Kaela Mensha Khaine, le dieu de la guerre et du meurtre des elfes, trônait dans le fond contre un mur, éclairée par des bougies qui semblaient avoir été changées récemment.

Aedron comprit alors qu’il venait d’entrer dans l’antre d’un assassin, et déglutit difficilement. Il connaissait la réputation des menkhain, les plus talentueux guerriers de tout Naggaroth. Il dégaina néanmoins son épée, certain qu’il défendrait sa vie comme un véritable guerrier.

L’assassin se retourna en entendant le tintement de la lame sortant du fourreau, et émit un léger ricanement d’ou aucun humour ne ressortait. Il prit la parole.

- Si je voulais vous tuer, vous seriez mort depuis longtemps déjà, seigneur Aedron Lefnar.
- Alors qu’attentez-vous donc ? Pourquoi m’avoir attirer dans votre antre ?retorqua Aedron, sa main serrant toujours son épée.
- Antre ? Je ne suis pas quelque créature partie à la curée, mais j’ai une mission bien claire. Pensiez-vous donc que notre Roi allait oublier vos actes ?
- Je n’ai fait que suivre celui qui me mena à la victoire en de nombreuses reprises et ces décisions je les ai approuvés en toute connaissance de cause, mais vous ne pourrez pas nous punir tous !
- Vous n’y croyez pas vous-même. Et je vous ai observé longuement, seigneur Aedron, la haine qui faisait votre force face à vos ennemis est désormais si grande que vous ne pouvez plus la contrôler. Cela est la faute de celui que vous haïssez le plus au monde, Naweng Klae la parjure. Naweng Klae le traître à la couronne.
- Quant bien même, cela ne répond pas à ma question : pourquoi m’avoir mené ici ?
- Parce que la haine qui transpire de tout votre être saura nous être utile. Le Roi a décidé de conquérir cette île, et il aura besoin de quelqu’un de loyal, quelqu’un qui lui aura prêté allégeance.

L’assassin regarda Aedron dans les yeux, et compris que ce dernier avait déjà prit sa décision…


Dernière édition par Shenlys le Ven 30 Jan 2009 - 9:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shenlys
Eclaireur


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: [Recit] Guerre et complot...   Ven 30 Jan 2009 - 9:39

Dans la salle du trône, tout l’état-major était réuni. Tous les commandants présents appartenaient à la fine fleur de sa marine, des elfes formés par Naweng pour la plupart, et d’autres, comme Jiune et Aedron, le suivaient depuis ses débuts. Seul Mentias, le capitaine de sa garde seigneuriale, n’était pas marin.

Ils étaient tous debout autour de la grande carte du monde, posée sur une table en chêne apportée par des esclaves un peu plutôt, et faisait leur rapport à leur seigneur. Les nouvelles n’était ni bonnes, ni mauvaises.

Pourtant Naweng paraissait soucieux, car ces derniers jours, sa bien-aimée était distante, bien plus que d’habitude, et elle refusait de se confier. Elle se rendait souvent dans sa tour et observait les landes gelées du sud des heures durant, sans avouer ce qu’elle voyait au-delà du brouillard du pôle. Et il en allait de même de ses acolytes.

Le dynaste pressentait lui aussi quelque chose, comme si une épée de Damoclés était pendue au-dessus de sa tête, tenue par un fil aussi fin que tendu. Il tenta tant bien que mal à montrer un visage neutre à ses capitaines et se décida de se soucier à ce qu’il pouvait voir. Pour l’instant…

Il glissa son index gauche sur la carte et désigna un point : Le détroit connu sous le nom de Deash Oriyah, la porte du sud.

- Naiath, tu affirmes avoir coulé un navire de reconnaissance asur au large des côtes Nord-Est de Khuresh.
- En effet seigneur. Répondit un elfe aux cheveux blonds nattés.
- Et toi, Aedron, tu as abordé des navires corsaires au large de Nippon, des navires qui descendaient du nord. Qu’en conclues-tu ? demanda Naweng, son regard rivé sur celui de son plus ancien lieutenant.
- J’imagine que comme toujours, les druchiis sont attirés par la soie et l’or des royaumes orientaux, répondit ce dernier.

Naweng secoua la tête. Il prit une plume et la trempa dans l’encre que lui apporta aussitôt une esclave, puis il traça un cercle prenant comme départ le lieu de l’escarmouche entre Naiath et les asurs, ce cercle englobant les îles perdues d’Elithis. Ensuite il traçât un trait entre ce qui était l’itinéraire du navire haut-elfe et les positions des frégates corsaires ennemies, et enfin il inscrivit un grand point d’interrogation au large des côtes ouest de Naggaroth.

- Alors ? interrogea le dynaste en relevant la tête.
- Vous pensez qu’Elithis est en passe de se faire envahir par Naggaroth ! s’exclama Lorkan, le plus jeunes des capitaines.
Autour de lui, les généraux acquiescèrent. Naweng lui sourit.
- Les druchiis de Naggaroth vont s’en prendre à Elithis, et nous, nous attendrons qu’ils soient trop ivres de leur victoire pour les prendre à revers, alors qu’ils repartiront vers le nord certains d’êtres en sécurité.

Les commandants de flotte restèrent interdit. Aucun n’avait imaginé s’en prendre ainsi à leur frères. Après tout, les colonies haut-elfes d’Elithis étaient une épine dans le pied de Ruakynth, et leur disparition de la main des druchiis serait une aubaine pour les corsaires rebelles, qui n’auraient plus à se soucier de patrouilles asurs venant de l’est.

Jiune prit alors la parole. Ses conseils en matière de politique étaient toujours des plus utile au seigneur corsaire.

- Mais Seigneur, se faisant vous attireriez l’attention du Roi-sorcier sur notre Hag, notre nouveau pays dont le sort a été semble-t-il été mit de côté.
- Peut-être que tu as raison, Jiune, mais vois aussi mon point de vue : si la nouvelle de la chute d’Elithis arrive aux oreilles de Naggaroth, alors les Asurs qui étaient malgré eux notre bouclier auront disparu, et les îles perdues pourraient devenir un nouveau bastion druchii qui aurait tôt fait de nous détruire. Et cela, je le refuse.
- Peut-être devrions-nous interroger les prisonniers à ce propos, seigneur Naweng. Intervînt Naiath.
- Je suis d’accord, continua Jiune, mais si comme vous dites seigneur, Elithis est notre bouclier, alors mieux vaudrait que ses colonies survivent.

Les voix des seigneurs corsaires s’élevèrent aux derniers propos de la cousine de Naweng. Certains hurlaient à la trahison, d’autres lui crachèrent au visage et levèrent le poing. « Jamais nous ne sauverons des Asurs ! » « Qu’ils meurent tous ! » et « Au diable les ulhuans, que les druchiis les prennent s’ils les veulent ! » furent les phrases les plus répétées, jusqu’à ce que Naweng Klae frappe la table du poing, si fort qu’elle se brisa en son centre.

« Assez ! » cria-t-il, et les généraux obéirent, même si leurs yeux en disaient long sur ce qu’ils pensaient. Le dynaste les sonda tous du regard, puis il reprit la parole.

- Peut-être Jiune a-t-elle raison dans son raisonnement…
Grognements.
- Mais je sais aussi que comme nous tous… elle les hait au plus au point ! Comme nous, elle voudra les voir morts, gisant dans leur propre sang, alors que leurs maisons brûleront et que leurs femmes gémiront dans nos cales !

Les elfes présents virent la lueur mauvaise dans les yeux de leur seigneur, et s’abstinrent de tout commentaire. Naweng avait toujours été quelqu’un d’impulsif, prompt à déclarer la guerre, ou défier un adversaire pour régler les conflits. Il n’était pas un politicien, ni un diplomate, mais un guerrier rusé et impitoyable, et personne ne souhaitait le contredire.

- Voici ce que je pense, continua Naweng sur un ton plus calme. Leurs patrouilles ont, depuis toujours, indirectement empêché notre découverte par les druchiis. Eux même ne savent pas exactement ou nous nous trouvons, grâce aux pouvoirs d’Arune et de ses sorcières. Nous savons aussi que les grandes îles d’Elithis sont devenues l’objectif de nos anciens frères, et les asurs présents ne peuvent pas résister à toute une armada druchii. Quand ces derniers frapperont – s’ils le font – nous observerons les évènements et j’aviserais. Mais ce qui est sûr, ce qu’aucun des deux camps ne doit sortir vainqueur.

- Quels sont vos ordres, seigneur ? demanda Jiune, qui était son bras droit.
- Pour l’instant, que nos corsaires se reposent. Disons un mois. Cela nous laissera le temps d’interroger les prisonniers, qui semblent être nombreux, n’est-ce pas Aedron ?
Le commandant corsaire cligna des yeux, il semblait avoir été absent durant presque toute la réunion.
- Euh…Oui, certes.
- Bien, Mentias ?
- A vos ordres !
Le capitaine de la garde s’était raidit.
- Ce sera ta responsabilité : que les prisonniers, de tout bord q’ils soient, crachent tout ce qu’ils savent sur Elithis. Les asurs devaient être entrain de surveiller les mouvements druchiis, et ces derniers reconnaissaient le terrain, tu devrais avoir des réponses rapidement.
- Ce sera fait, seigneur !

Naweng continua de donner ses directives, et l’un après l’autre, les généraux quittèrent la salle du trône avec leurs ordres. Aucun ne contesta, ni même Aedron, lorsque sa flotte fut investie de la mission ingrate de surveiller les voies de l’ouest, dont le principal accès aux mers de Khuresh, Nippon et Cathay était le détroit connu sous le nom de Deash Oriyah par les Ruakynths.

En réalité, Le seigneur Lefnar ne moufta pas car il avait d’autres soucis qui prenaient tout son attention…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 25
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Guerre et complot...   Lun 2 Fév 2009 - 16:08

Bon texte agréable autant dans le fond que dans la forme (aucune faute d'orthographe détectée à la première lecture) ! :thumright:

Désolé d'avoir répondu si tard mais j'habite dans les Landes et je n'ai pas l'électricité depuis une semaine (je répond du bahut ;) ).

Une petite chose me chiffonne pour le fond : le fait qu'Aedron suive une fille qu'il ne connait même pas par le seul fait qu'elle crie son nom me laisse perplexe... :scratch:
Beaucoup trop facile, surtout qu'il passe dans une petite ruelle : un parfait coupe-gorge...

Un autre petit détail, plus général cette fois, continu tes textes dans le même sujet (comme beaucoup l'ont déjà fait avant toi) ça évite de devoir jongler d'un sujet à l'autre pour lire la suite. ;)

Cordialement,
Knur'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Recit] Guerre et complot...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Recit] Guerre et complot...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Litterature guerre sous-marine
» La guerre de Troie n'aura pas lieu...
» Complot : Guerre conventionnelle ( Resolu)
» Gagner la guerre (Jean-Philippe Jaworski)
» Chariot de guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: