Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [BackG] Ulthuan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Brennus
Héraut
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: [BackG] Ulthuan   Lun 9 Aoû 2010 - 13:18

Bonjour à tous.

Certains se rappellent peut-être de la description que j'avais faite de Naggaroth et que j'avais postée ici.... Ayant retourné ma veste pour revenir à ma toute première armée (que j'avais lâché à cause de la qualité médiocre des figurines), les Hauts elfes, je me suis mis à écrire une description d'Ulthuan.

Depuis quelques années, je me suis mis à écrire une description approfondie du monde de WArhammer. En effet, c'est vrai qu'au bout d'un moment, une fois qu'on a regroupé tout le fluff officiel existant, on a plus rien à se mettre sous la dent et c'est assez frustrant car beaucoup de choses ne sont jamais abordées par les publications officielles de GW. Ecrire tout cela est donc pour moi une manière d'explorer plus profondément l'univers de Warhammer, que je souhaitais vous faire partager.

Je vous livrerai ici ce que j'ai écrit à propos d'Utlhuan et des Hauts elfes. Sachant qu'on ne sait pas grand chose des différents royaumes d'Ulthuan, je me suis permis d'inventer de nombreuses chose, mais en essayant au maximum de respecter ce qu'on a déjà de source officielle. Je me suis donc basé sur les LA. Si vous lisez des choses qui vous paraissent incohérentes, n'hésitez pas à me le faire savoir.

Mon texte étant assez long, je vous le livre par bribes, et si je vois que cela vous intéresse, j'alimenterai le sujet au fur et à mesure. Je m'excuse d'avance pour toutes les fautes d'orthographes et autres tournures malheureuses qui ont du se glisser en grand nombre dans ma prose.

J'ai commencé par Caledor:


Caledor :

Le continent annulaire d’Ulthuan, demeure ancestrale du peuple elfique, est composé de 10 grands royaumes qui forment le domaine des Hauts elfes. L’immense chaîne de montagnes des Anulii les sépare entre royaumes intérieurs et royaumes extérieurs. Situé au Sud-Ouest d’Ulthuan, le royaume de Caledor borde à la fois la Mer des Rêves, au centre de l’île, et le Grand Océan. Il fait donc à la fois partie des royaumes extérieurs et des royaumes intérieurs. Seul le royaume d’Eataine est lui aussi également à cheval sur les deux rives du royaume elfique. Malgré cela, les Anulii séparent le royaume en deux, et ceci ajouté à l’hostilité de la côte Sud Ouest fait que Caledor est d’avantage considéré comme un royaume intérieur.

Caledor est un royaume montagneux, peu peuplé. On n’y trouve aucune grande métropoles bien que des villes se soient développées autour des grandes forteresses des seigneurs dragons. Les hauts pics enneigés s’enchaînent les uns derrières les autres en un massif majestueux, ouvert par de grandes vallées boisées, où de grandes chutes d’eau viennent encore embellir ce noble royaume. C’est là, sises sur des éperons rocheux, que se trouvent les demeures des seigneurs de Caledor, les fameux et redoutables Prince-dragons.

Car Caledor, malgré son isolement et sa maigre population, est connu de tous pour sa puissance. Il a donné pas moins de trois roi-phénix à Ulthuan dont le célèbre Caledor le Conquérant qui vainquit les armées du Roi-sorcier lors de la Déchirure. Cette puissance se résume en un mot : dragon. Les hautes montagnes de Caledor abritent d’immenses grottes ou dorment les grands wyrms des temps jadis.

Autrefois, ces dragons s’éveillaient d’eux-mêmes. Alliés depuis des millénaires aux seigneurs elfiques installés dans la région, ils se laissaient monter par eux et allaient ensemble au combat. Ces seigneurs dragons étaient la terreur des ennemis des elfes. Ce sont eux qui permirent en grande partie d’arrêter les légions démoniaques après l’effondrement du portail des Anciens. Ce sont eux également, qui permirent aux hauts elfes de repousser les redoutables armées de Naggarythe lors de la Déchirure. La gloire de ces princes dragons était sans limite, leur puissance inégalée.

Mais ces jours ont passés. Peu à peu, les dragons s’assoupirent et il fut de plus en plus dur de les éveiller. La puissance des princes de Caledor déclina, et le pouvoir passa à d’autres royaumes. Cela n’empêche pas Caledor d’être toujours une terre de noblesse et de puissance. Les princes dragons, bien qu’ils ne chevauchent plus les immenses reptiles qui ont fait leur renommée, vont toujours au combat et comptent parmi les meilleurs chevaliers du monde. Néanmoins, il est encore possible d’apercevoir, au-dessus des pics enneigés et des cônes volcaniques, des formes ailées et sinueuses. Les derniers dragons planent encore dans les vallées de Caledor, et les plus grands seigneurs du royaume les chevauchent encore. Les ennemis d’Ulthuan tremblent alors de terreur au son des rugissements des grands reptiles et des anciens cris de guerre des princes dragons.

Le pays.
Caledor se situe sur une partie particulièrement mince de l’anneau de terres qui compose Ulthuan, au point que les contreforts des Anulii se jettent directement dans la mer. Du côté de l’Océan, ces montagnes sont particulièrement hautes, et de grandes falaises constituent la plus grande partie de la côte. Lieux d’une beauté sauvage et grandiose, ces falaises ont bien souvent protégé Caledor d’une invasion directe, ses côtes extérieures étant inabordables, même pour une redoutable arche noire de Naggaroth. La côte Sud de Caledor est quasiment vide d’habitants. La pêche n’y est pas possible et les conditions climatiques sont rudes, des tempêtes venant bien souvent balayer ces hautes falaises. Certaines rivières et torrents descendus des montagnes se jettent du haut des falaises directement dans la mer et façonnent un paysage magnifique, accompagné des majestueux pics des Anulii qui se dressent en arrière-plan.

Il existe tout de même quelques tours de guet et petites forteresses qui furent construites afin de surveiller la mer, et de guetter toute invasion qui tenterait d’attaquer le Sud d’Ulthuan en contournant le continent. Une seule forteresse de taille est située dans cette région : l’antique demeure d’Alderion le Taciturne. La maison de ce noble seigneur s’est éteinte il y a longtemps. Alderion était l’un des seigneurs dragons d’autrefois. Il chevauchait un grand wyrm qui dormait dans les grottes d’une immense falaise. C’est au sommet de cette falaise que l’on peut encore voir les ruines du palais d’Alderion, qui gardent le détroit silencieusement depuis des siècles et des siècles.

L’autre côte de Caledor, celle qui borde la mer des rêves, est beaucoup moins hostile. Les pentes des Anulii sont moins abruptes et les bords de mers plus accueillants. Les vallées descendant des montagnes, s’élargissent et finissent par se jeter gracieusement dans l’océan. C’est là que se concentrent l’essentiel de l’activité économique du royaume. L’embouchure de ces rivières est souvent le site ou des villages de pêcheurs se sont installés. Les pêcheurs elfes n’ont rien des humains miséreux qui vivent sur les côtes du Vieux Monde. Ce sont des marins d’exception. Leurs petites nefs et boutres sont gracieux et toujours en bon état.

Ils vivent dans de petites demeures qui si elles sont loin du faste et de la taille des palais des princes, possèdent un charme unique, avec leurs grands murs blancs, souvent couverts de vigne ou de glycines, et leurs décors d’entrelacs et de motifs typiquement elfiques. Les rues de ces villages sont pavées et une fontaine de marbre entourée de grands arbres vient souvent embellir la petite place centrale. Sur la côte de la Mer des Rêves, ils disposent rarement d’enceintes, n’étant pas exposés à des risques d’invasion. Le plus modeste des villages elfiques serait un véritable paradis pour la plupart des humains vivant dans leurs taudis de terre et de chaume, même si les codes artistiques des elfes semblent souvent étranges aux autres races.

Entourant ces vallées fertiles ou sont installées les vignes et les champs des elfes, les bras rocheux des Anulii forment des barrières naturelles difficiles à franchir. Seuls quelques cols les franchissent. Peu de nobles sont installés dans ces vallées, car ils sont les seigneurs de la montagne et leurs grands palais se dressent fièrement sur les pics et les éperons rocheux des hautes vallées et des plateaux alpins qui bordent la chaîne principale des Anulii, qui elle est un milieu hostile infranchissable et encore moins habitable.

Tel Arnorem, dans la vallée de Merianath, est l’une des seules agglomérations que l’on peut qualifier de ville sur la côte Nord de Caledor. Abritant à peine six milles habitants, c’est une ville elfe caractéristique, avec ses maisons aux murs blancs et aux toits d’ardoises pointus et les étranges formes de l’architecture des hauts elfes. Elle est dominée par trois grandes tours qui sont la demeure du prince Erilion, le maître du port. Car en effet, Tel Arnorem est le plus grand port de Caledor. D’autres petits établissements se trouvent le long de la côte. C’est par là que ses habitants font venir ce qu’ils ne peuvent produire dans le royaume. Ainsi, ce port de taille relativement modeste, connaît une activité intense. C’est également par là que la plupart des elfes viennent ou repartent de Caledor, plutôt que de passer par les hauts cols montagneux et la dangereuse route qui longe les Anulii depuis Eataine et qui serpente entre les pics jusqu’en Ellyrion. Une grande route mène de Tel Arnorem jusqu’à Tor Caledaran, la capitale des princes dragons, installée dans les montagnes.


Dernière édition par Brennus le Ven 20 Aoû 2010 - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 25
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Lun 9 Aoû 2010 - 22:27

Excellente initiative, je t'encourage à continuer ! :thumright:

Par contre pourrais-tu accompagner tes descriptions de cartes pour aider le lecteur ?

Pense aussi à l'avenir aux tags de cette section

Knur'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennus
Héraut
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Mar 10 Aoû 2010 - 10:11

Allez hop la suite:

(pour les cartes, j'en ai pas vraiment en réserve.... de toute façon, il n'existe que les cartes d'Ulthuan que tout le monde trouvera facilement, beaucoup de lieux dont je parle sont des inventions de ma part, vu qu'on a pas beaucoup de choses officielles à se mettre sous la dent).

Pour ceux qui n'ont pas envis de se fouler ;):


http://oeildivin.chez-alice.fr/imagesbattle/carteulthuan.jpg

http://dragonsguild.com.ar/guild/Ulthuan.gif

le pays (suite et fin)

Le cœur du royaume est constitué d’immenses chaînes de montagnes aux pics démesurés qui, reliées entre elles, forment le bras Sud Ouest des Anulii qui parcourent l’ensemble d’Ulthuan. Les Anulii sont particulièrement élevés dans cette région du grand royaume elfique et isolent totalement la côte Sud Ouest du reste du royaume. Même hors de la chaîne principale, seuls quelques cols escarpés et extrêmement difficiles d’accès relient les différentes vallées qui découpent le paysage. Ces vallées, souvent très isolées, cachées au cœur des montagnes, sont les demeures des princes de Caledor et d’une grande partie de sa population.

C’est là que se dressent, souvent au plus haut de la vallée, les forteresses des seigneurs elfes, quand elles ne sont pas sises au sommet d’un pic extrêmement difficile d’accès. Les caledoriens sont des solitaires, des êtres taciturnes, froids et rudes comme les montagnes qu’ils habitent. Leurs palais et forteresses conservent la sophistication des constructions elfiques, avec leurs fines tours, leurs toits pointus, les jardins et ponts qui les parsèment, tout comme les ornementations, rappelant souvent les dragons, qui décorent leurs murs et leurs galeries intérieures. Mais les pierres volcaniques dont elles sont faites leur donne également une apparence austère qui convient bien au caractère des Princes dragons. En effet, beaucoup de montagnes de Caledor sont des volcans.

La grande chaîne de l’échine du dragon est une terre sacrée et interdite quasiment inhabitée par les elfes. Ses pics étaient autrefois perpétuellement en activité, crachant fumées, gaz toxiques et roches en fusion. Mais même encore aujourd’hui, où les volcans s’endorment peu à peu et se refroidissent, les elfes continuent à éviter cette terre et à lui témoigner le plus grand respect. C’est là que l’on trouve les plus anciens et les plus puissants dragons, qui dorment au fond de leurs cavernes. Le pacte qui fut décidé après la guerre entre les dragons et les elfes établit que cette région resterait une terre appartenant aux grandes créatures. Les charmeurs de dragon, parfois les princes dragons eux-mêmes, y viennent en cas de nécessité pour éveiller l’une des terribles créatures qui s’y terrent et pouvoir l’emmener au combat avec eux. Mais un tel exploit est de plus en plus rare et reste dangereux, car un dragon venant de se réveiller d’un sommeil profond et parfois long pourrait considérer la venue d’un elfe comme une intrusion. Seule une poignée de dragons demeure éveillée régulièrement, gardant le repère de leurs congénères et aidant leurs alliés elfes en cas de besoin.

La plus grande forteresse caledorienne est la gigantesque Tor Caledaran. Ses immenses tours ciselés se dressent au sommet d’une grande montagne se situant à la racine de la grande vallée de Merianath, au plus près de la chaîne principale des Anulii. Au sud, un immense pont de vif-argent et de marbre blanc enjambe une vallée alpine à plusieurs centaines de mètres de hauteur et conduit à la seule voie d’accès vers l’échine du dragon, qui serpente entre les pics volcaniques et s’arrête en face de l’enclume de Vaul, une île sacrée tout au sud de Caledor. Tor Caledaran est un enchevêtrement de ponts, de tours, de remparts et de palais qui recouvrent la totalité du flanc de la montagne. C’est la seule construction que l’on peut qualifier de ville à Caledor. Le grand château qui couronne la montagne est la demeure du prince du royaume. Autrefois, on ne pouvait y accéder qu’à dos de dragon, mais depuis leur endormissement, d’autres voies d’accès ont été aménagées.
Parfois, les brumes magiques qui nimbent les Anulii s’agglomèrent en grande quantité dans cette région. La tour du ciel, le nom du château qui domine Tor Caledaran, fut construit par Caledor le dompteur de dragon lui-même. Lui et d’autres mages très puissants y installèrent de puissants sortilèges qui empêchent les brumes magiques d’isoler totalement la demeure des seigneurs dragons. Le reste de Tor Caledaran abrite plus de dix milles elfes, dont beaucoup de nobles qui constituent la cour des seigneurs de Caledor. L’ensemble de la ville-forteresse est un impressionnant témoignage du goût parfois compulsif des elfes pour l’art sous toutes ses formes.

Ses immenses portes sont gardées par deux statues de dragon colossales. Ses tours et palais rivalisent de puissance et de sophistication. Il s’agit en revanche d’une beauté froide et glaciale d’un pays de montagnes. C’est d’autant plus vrai pour les niveaux supérieurs ou l’altitude empêche la présence de la végétation qui caractérise les villes elfiques habituellement. En Hiver, la tour du ciel est couverte d’une gangue de glace qui lui donne un air froid et impassible. On raconte qu’autrefois, les dragons qui voletaient en permanence autour du château faisaient fondre la glace qui le recouvrait. Aujourd’hui, les elfes les plus vieux trouvent le ciel autour de Tor Caledaran bien vide.

Pourtant, on peut parfois apercevoir la forme imposante de Minaithnir, l’ami et monture d’Imrik, l’actuel seigneur dragon de Caledor. Le royaume comporte six grandes autres forteresses qui correspondent aux demeures des six grandes maisons princières de Caledor. Autrefois, il y en avait neuf, mais trois ont disparus dans le tourment des guerres. Les ruines des trois autres, dont le château d’Alderion le Taciturne, rappellent amèrement aux caledoriens leur lent déclin. D’autres demeures, plus petites, sont disséminés dans les vallées, et même parfois sur les hauts plateaux alpins des Anulii. Certaines sont si isolées que seuls leurs propriétaires connaissent leur emplacement.

L’échine du dragon est une terre sacrée pour les habitants de Caledor. C’est là que Caledor le dompteur de dragons rencontra pour la première fois les patriarches draconiques et qu’il scella l’alliance entre les dragons et les elfes après avoir réussi à maîtriser Bragorath le Noir, l’un des plus puissants des patriarches, ce qui mit fin à la guerre entre les dragons et les elfes. Ces créatures de légendes dépassaient en taille et en puissance les plus vieux et les plus grands dragons actuels. Ils volaient déjà dans le ciel avant la venue des Anciens. Ils participèrent à la guerre cataclysmique qui les opposa aux Dragons-ogres et à leurs maîtres Shaggoth. Ces êtres mythiques ne sont aujourd’hui guère plus qu’une légende, car cela fait bien longtemps qu’ils ne se sont pas éveillés. On raconte que Minaithnir, l’un des plus puissants dragons stellaires encore éveillés, serait le rejeton de l’un d’entre eux.

Peu de Caledoriens se rendent dans l’échine du dragon, car encore aujourd’hui, c’est une région dangereuse soumise en permanence à des tremblements de terre et des nuées ardentes résultant d’éruptions cataclysmiques qui se font cependant de plus en plus rares. Les charmeurs de dragons, certains princes de Caledor, et les mages dragons, impétueux et illuminés, s’y rendent tout de même quelque fois, par nostalgie des temps anciens, ou dans l’intention d’éveiller l’une des grandes créatures. Le sud de la chaîne de montagnes est marqué par la présence d’un immense volcan qui trône sur une grande île de pierres volcaniques.

C’est le domaine des prêtres de Vaul. Au centre de l’immense cratère se trouve la grande tour d’obsidienne de leur ordre. Cet endroit, appelé l’enclume de Vaul, est l’un des plus sacré en Ulthuan. Là, les prêtres aveugles du dieu des forgerons forgent les armes d’Ithilmar destinées aux plus grands héros des elfes. Ici furent forgés parmi les plus puissants artefacts qui existèrent. C’est un lieu mystique et effrayant. Les prêtres illuminés qui y vivent possèdent le don de la seconde vue, qu’ils acquièrent en se crevant les yeux rituellement. Ils possèdent ainsi une part de la sagesse de leur dieu et sont immunisés à la chaleur infernale qui règne en permanence au sein du cratère. Ils communiquent peu avec les autres elfes, et lorsqu’ils en ont besoin, ils envoient eux-mêmes leur émissaire. A quelques exceptions près, personne n’a le droit de pénétrer dans l’enclume. La plupart périraient d’ailleurs à cause de la chaleur et des gaz toxiques que rejette le cratère. La seule manière de s’y rendre est d’être revêtu d’une armure dragon, qui immunise son porteur contre les flammes. Un petit débarcadère dissimulé sur la côte de l’île permet aux navires d’accoster et de transporter les précieuses armes forgées pour les princes elfes. Aucun prêtre ne vit dans ce petit port. Ce sont les apprentis, vêtus de leurs robes rouges et or, qui maintiennent le contact entre l’ordre et le reste d’Ulthuan.

Ainsi se dresse Caledor, le plus noble des royaumes elfiques, dont les traditions et la culture remontent à un âge dissimulé dans les brumes des légendes.


Dernière édition par Brennus le Ven 20 Aoû 2010 - 15:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennus
Héraut
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Ven 20 Aoû 2010 - 15:36

Ca intéresse personne mon affaire? :(
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caelith
Garde
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 23
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 02/07/2008

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Sam 21 Aoû 2010 - 13:13

si moi, en plus je lis chaque fois.

Sauf qu'après j'ai plus la force de poster :P


continue c'est super!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennus
Héraut
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Sam 21 Aoû 2010 - 22:45

aaaah, un commentaire, et positif en plus

Pour la peine, la suite!! (long, mais vous pouvez vous y prendre en plusieurs fois)

Suite et fin de Caledor (ensuite Eataine):


Société et culture :
La société caledorienne est dominée par une aristocratie guerrière toute puissante qui a fait la renommée du royaume. Les princes dragons sont célèbres pour leur puissance et leur bravoure autant chez les elfes que chez leurs ennemis. Ils sont aussi connus pour leur extrême fierté et leur arrogance. En revanche, personne ne peut contredire le fait que ce sont de nobles seigneurs, froids et inflexibles, mais aussi justes et sages pour la plupart. Comme tous les elfes, ce sont des êtres instables, et une grande sagesse n’empêche pas certain de se laisser dépasser par leur colère ou leur fierté. Caledor II faisait partie de ces seigneurs si arrogants qu’ils ne discernaient plus la futilité et les conséquences de certains de leurs actes. Il ne s’agissait pas de stupidité. Caledor II était un souverain intelligent, formé par les plus grands sages, érudits et guerriers elfes. Mais il se laissa, comme d’autres, emporter par le tourbillon de ses sentiments ultra développés qui caractérisent les elfes.

La fierté des nobles de Caledor, et en particulier des princes dragons, est légendaire. Les nobles caledorien pensent sincèrement qu’ils sont les parangons de ce que devrait être un elfe et que les autres devraient s’en remettre à eux. Le fait que trois de leurs princes aient été des rois phénix, et parmi ceux qui demeurent les plus aimés, renforce ce sentiment que Caledor est le royaume le plus noble, le plus puissant et destiné à guider les autres. C’est pour cela que les princes dragons n’abaissent jamais leur bannière en signe de respect. Mais cette fierté est la source d’attitudes compulsives, que seuls les elfes peuvent comprendre, de la part de certains caledoriens, qui sont capables de consacrer un temps inouï au polissage d’une plaque de leur armure dragon, ou au perfectionnement d’une simple posture de combat. Ainsi, la fierté des caledoriens est autant une conséquence qu’une cause de leurs prouesses martiales. C’est d’autant plus vrai depuis l’endormissement des dragons, car les princes dragons et les autres caledoriens redoublent d’effort pour pallier cette perte et conserver leur réputation, autant vis-à-vis des autres que pour eux-mêmes.

Tous les nobles de Caledor rêvent d’appartenir à l’ordre des princes-dragons. C’est un ordre sacré qui fut fondé par Caledor le dompteur de dragons à l’aube des temps, avant même la venue d’Aenarion. On attend de ses membres qu’ils fassent preuve d’un sens de l’honneur et d’un sens du devoir sans faille. Autrefois, le rite de passage pour un jeune noble était d’éveiller et de monter un dragon. Les princes dragons allaient alors au combat montés sur ces terribles créatures. Ils volaient par dizaines dans le ciel obscurcis par leur ombre. Peu étaient ceux qui pouvaient leur résister. Cette puissance terrible a permis aux seigneurs de Caledor de maintenir une influence démesurée sur Ulthuan pendant des siècles. Car en effet, c’était grâce à eux que les plus terribles des ennemis des elfes furent vaincus. Et ce sont les princes dragons qui épargnèrent à beaucoup de royaumes de connaître une invasion massive. Sans les nuées de dragons de Caledor et les prouesses de leurs chevaliers, les elfes noirs auraient certainement fait beaucoup plus de mal qu’ils n’en ont fait, et Ulthuan n’aurait peut-être pas été sauvée. A l’inverse, c’était toujours Caledor qui prévalait dans les combats ritualisés inter royaumes, lorsqu’un conflit interne éclatait.

L’ordre est extrêmement hiérarchisé, et chaque membre doit savoir où est sa place. En revanche, quel que soit leur rang, un lien de fraternité très fort unit les princes dragons entre eux et ils se considèrent comme supérieurs aux autres elfes. A la tête de l’ordre se trouve LE prince dragon, qui est également seigneur dragon de Caledor. Actuellement, il s’agit d’Imrik, qui fut nommé ainsi en hommage à Caledor le Conquérant, son ancêtre, qui initialement portait aussi ce nom. C’est un noble seigneur qui pour beaucoup est l’incarnation des valeurs et des traditions des anciens princes dragons. Ensuite viennent les hauts princes, il s’agit des six grands princes, ou seigneurs dragons de Caledor, qui dirigent les six grandes maisons du royaume.

Ce sont les vassaux directs du prince Imrik. Ces deux rangs, les plus hauts placés dans l’ordre et du royaume, sont réservés aux grands nobles de Caledor et nul ne peut accéder aux plus hautes charges du royaume sans faire partie de l’ordre. Les autres peuvent appartenir à n’importe quel prince dragon, quel que soit sa naissance. Tous sont cependant issus de la noblesse, petite ou grande. Sachant que la population de Caledor est peu élevée, et que la noblesse, seule à pouvoir aspirer rejoindre l’ordre, n’en représente qu’une toute petite partie, les princes dragons sont fort peu nombreux, quelques centaines au plus, et constituent un ordre secret et très fermé. Les chroniques mentionnent quelques femmes princes dragons, mais cela est fort rare.

Après les seigneurs dragons, trois autres rangs constituent le gros de l’ordre. Les Maîtres dragons commandent les différentes unités de princes dragons au combat. Ce sont souvent de petits seigneurs, vassaux des grands nobles. Le plus grand nombre des princes dragons sont des guerriers dragons, de «simples » chevaliers au service de leurs suzerains et qui représentent l’ordre. Ce sont eux qui constituent les escadrons de princes dragons au combat. L’échelon le plus bas dans l’ordre est celui des novices qui s’entraînent dans les forteresses des seigneurs du royaume après avoir réussis de difficiles tests de passage. Le centre de l’ordre des princes dragons se situe à Tor Caledaran.

Les autres nobles combattent dans de traditionnelles formations de heaumes d’argent, au service des princes dragons. Elles regroupent la petite noblesse de Caledor et les jeunes fils des grands nobles qui n’ont pas été intégrés aux princes dragons. C’est parmi eux que les futurs princes dragons sont recrutés la plupart du temps. Les commandants des heaumes d’argent portent des ailes de dragons plutôt que des ailes d’aigle, ce qui signifie qu’ils ont été remarqués par l’ordre et pourraient être des candidats potentiels. Ce sont de jeunes nobles impétueux et fiers, parfois incontrôlables sur le champ de bataille.

En effet, le rêve de tout jeune noble caledorien étant d’intégrer les rangs des princes dragons, ils sont parfois capables de prendre des risques inconsidérés pour se faire remarquer. Si c’est le cas, les candidats sont soumis à de nombreuses épreuves, dont séjourner seuls dans l’échine du dragon pendant quelques jours. Ils doivent les passer toutes pour rejoindre les princes dragons. Ceux qui échouent tombent en disgrâce, surtout les membres des familles les plus nobles. Il est important de préciser que les fils des seigneurs dragon et du prince dragon sont automatiquement intégrés à l’ordre, mais doivent tout de même passer les épreuves avec succès. Un échec pour ces fils de la haute noblesse caledorienne est vécu comme une telle disgrâce qu’ils sombrent dans un desespoir abyssal. Le suicide, imposé ou non par leur famille, est généralement vécu comme une libération par ces princes dragons déchus. Ces jeunes princes caledoriens ont donc une pression énorme sur les épaules jusqu’à ce qu’ils aient été intégrés à l’ordre.

Lorsqu’un novice entre dans l’ordre. Il est instruit aux secrets des princes dragons. Des techniques martiales et des talents de meneurs d’hommes et de stratège leur sont inculqués. Ils subissent de nombreuses épreuves. Si ils les passent toutes, ils apprennent de nouveaux secrets et techniques et gravissent les échelons. Enfin, lorsque l’on considère qu’il est suffisamment formé, on lui donne son armure dragon, bien souvent une relique passé de prince en prince au fil des millénaires. Il subit ensuite un rituel d’intronisation, qui prend la forme d’une sorte d’adoubement. Ces rituels se déroulent dans l’Echine du dragon, au bord de cratères fumants. Le jeune prince doit se tenir au bord et aller tremper son bracelet de novice dans la lave et le tenir immergé jusqu’à ce qu’il fonde. Son armure dragon le protège alors de la chaleur et des flammes. Lorsqu’il remonte en haut du cratère, il est accueilli par ses pairs et chacun lui donne une accolade. L’intronisation d’un ou plusieurs princes dans l’ordre donne généralement lieu à de grandes festivités.

L’ordre des princes dragons est divisé en loges qui regroupent les princes possédants des affinités communes et une certaine vision des choses. Chaque loge incarne et explore les différentes techniques et enseignements de l’ordre, qui furent écrits par Caledor lui-même. Bien sûr, l’endormissement des dragons a modifié certains ce ces enseignements et des manières de se battre dans l’ordre. Mais il existe toujours des loges, comme celle de la lance de feu, qui étudie l’art de monter et de se battre sur un dragon. Ceux-là espèrent que les soubresauts récents des dragons et leur regain d’activité annoncent un retour des anciennes traditions et une nouvelle période de gloire pour Caledor et l’ordre.

Une autre des pratiques que les princes dragons tentent de maintenir et la communion draconique. Régulièrement, les elfes de l’ordre utilisent la technique du Bran wa shin, propre à tous les elfes, qui leur permettent de contrôler et de manipuler leurs rêves, pour entrer en communication avec l’esprit d’un dragon. C’est comme cela que les anciens chevaucheurs de dragon établissaient un lien très fort avec leurs montures. Aujourd’hui, les princes dragons pratiquent toujours ce genre de communion, même avec des dragons endormis. C’est d’ailleurs de cette manière qu’ils parviennent parfois à les éveiller. Certains membres de l’ordre, appelés charmeurs de dragons, sont des spécialistes de cette méthode.

Les nobles du royaume, qu’ils appartiennent ou non aux princes dragons, règnent en maîtres sur leur domaine. Ils rendent la justice, peuvent lever l’armée de citoyens sur leur domaine, et prennent les principales décisions concernant les terres qu’ils ont sous leur coupe. La société caledorienne est féodale. Chaque noble est le vassal d’un autre et tient ses terres de son suzerain. Imrik, le Prince Dragon, est au sommet de cette pyramide et n’en répond qu’au roi phénix. Ses vassaux directs sont les seigneurs dragons qui eux-mêmes sont les seigneurs des maîtres dragons. La société caledorienne est ainsi imbriquée avec l’ordre des Princes Dragons. Les nobles qui ne font pas partie de l’ordre ont généralement moins de pouvoir et d’influence.

Le reste de la société caledorienne est composée des classes habituelles que l’on retrouve dans le reste d’Ulthuan. Les artisans et artistes ont un statut particulier du à l’influence du culte de Vaul. Marins et marchands sont considérés avec suspicion dans un royaume ou la plupart des elfes vivent reclus dans leurs montagnes. Ceux-là sont pêcheurs, fermiers, vignerons, carriers, maçons…etc. Bien que les hauts elfes aient en horreur le travail en tant qu’activité aliénante nécessaire pour gagner sa vie, qu’ils considèrent comme la chose la plus ennuyeuse possible, ils sont capables de se consacrer à ce genre d’activité, mais comme une forme d’art. Ces activités, utilisées pour dompter leurs esprits instables, peuvent également donner lieues à des comportements compulsifs où rien d’autre ne compte que l’exercice desdites activités. Cela explique que les elfes en général excellent souvent dans leur domaine, et produisent des choses d’une qualité incroyable permise par leur longévité et leur capacité d’abnégation et d’introspection.

Les caledoriens sont de redoutables guerriers. Car à Caledor plus qu’ailleurs, vue sa maigre population, tous les citoyens sont formés à la guerre de manière intensive et doivent servir dans les régiments d’archers et de lanciers plus longtemps que dans le reste d’Ulthuan. Ainsi, comme nous l’avons vu, Caledor est l’un des royaumes les plus militarisés et les plus martiaux. Ces régiments gardent les passes montagneuses du royaume, patrouillent sur les cols les plus isolés et constituent les garnisons des villes et forteresses caledoriennes. En cas de guerre, ils forment l’ossature sur laquelle s’appuie la redoutable puissance de la noblesse et les princes dragons. Cela peut paraître surprenant lorsque l’on connaît l’isolement et le peu de vulnérabilité aux invasions du royaume. Mais Caledor fut fondé sur des traditions martiales, nées de la guerre contre les dragons, et ses seigneurs ont toujours veillé à maintenir cela.

Toute la culture de Caledor est basée sur les liens qui unissent ce royaume aux dragons. Par conséquent, il convient se s’attarder un peu sur ces grands reptiles. Les dragons sont l’une des races les plus anciennes du monde. Ils étaient là avant la venue des Anciens et bénéficiaient alors d’une puissance hors du commun. Certains érudits elfes pensent qu’ils sont des créatures élémentaires étroitement liées au monde. D’autres pensent au contraire qu’ils viennent d’un autre monde, nommé « monde dragon » dans les cycles mythiques de Caledor. Il est cependant vraisemblable que ce « monde dragon » soit une image, une métaphore désignant Ulthuan. A l’origine, leur race était noble et puissante. Les anciens dragons étaient des créatures très intelligentes et la plupart étaient des sorciers. Les patriarches, des dragons d’une taille et d’une puissance prodigieuses les guidaient. Mais la venue du chaos et la guerre contre les dragons ogres en ont fait des créatures aigries et souvent avides.

Lorsque les elfes vinrent à Ulthuan, guidés par les Anciens, ils découvrirent la puissance des dragons. Qui peut dire ce que les dragons faisaient à Ulthuan, qui fut façonné par les Anciens pour les elfes ? Personne n’a de réponse convaincante, et les dragons eux-mêmes sont jaloux de leurs secrets. Quoiqu’il en soit, les dragons perçurent mal, au début, l’intrusion de ces petits êtres et réagirent violemment. Une guerre éclata alors entre les elfes et les dragons. Elle fut extrêmement sanglante. Alors que les autres elfes vivaient et s’établissaient partout en Utlhuan, les futurs caledoriens connurent dès cette époque les affres de la guerre. C’est ce qui explique l’importance des cultes de Vaul et de Khaine dans le royaume et pourquoi Aenarion, lorsqu’il se dressa contre le chaos, vint chercher des armes à Caledor.

La puissance des dragons à cette époque était colossale, et de nombreuses colonies furent réduites en cendres. Mais les elfes n’étaient pas désarmés. Ceux qui vinrent à Caledor étaient guidés par des guerriers mages très puissants qui avaient appris leur art directement des slanns eux-mêmes. Leur pouvoir leur permit de terrasser les grands wyrms et même les plus grands d’entre eux n’étaient pas à l’abri. Parmi ces elfes se trouvait Caledor. Il fut le premier à s’intéresser aux dragons et à tenter de percer les mystères de leur langage. D’autres suivirent son exemple. Les dragons furent surpris par la curiosité et l’intelligence des elfes, et les deux adversaires commencèrent à se respecter mutuellement. Un jour, alors que la guerre atteignait son apogée, Caledor vint défier Bragorath le Noir, l’un des plus puissant patriarche draconien. L’elfe proposa au grand dragon que l’issue de leur duel ne serait autre que l’issue de la guerre toute entière. Le peuple du perdant s’engagerait à quitter ces terres et à laisser l’autre en paix. Ainsi, de nombreuses vies de part et d’autre pourraient être épargnées. Bragorath hésita et accepta. Le duel entre l’elfe et le dragon fut épique. C’est l’elfe qui finit par triompher.

Cependant, Caledor épargna son adversaire. Un pacte avec les dragons fut établi. Les dragons devraient laisser les elfes s’installer dans les montagnes et les vallées au Nord des Anulii. Les dragons, eux, auraient la partie Sud de la grande chaîne de montagnes, et nul elfe ne serait autorisé à s’y rendre sans la permission des grandes créatures. Les deux races auraient ainsi pu vivre chacune de leur côté. Mais lors du conflit, elles avaient appris à se respecter et étaient devenues curieuses l’une de l’autre. De plus en plus, des elfes et des dragons étaient en contacts et tentaient d’en apprendre plus. La technique elfique du Bran Wa Shin permit d’établir un lien entre leurs esprits et ceux des dragons. Les elfes apprirent ainsi la sagesse des dragons, et ceux-ci les secrets et les intentions louables des elfes. Des amitiés naquirent entre les deux races. Bragorath était devenu un frère pour Caledor et acceptait de lui servir de monture. Cette pratique se généralisa peu à peu. Une alliance entre les dragons et les elfes fut scellée. C’est de cet évènement que sont nés le royaume de Caledor et les princes dragons.

Lors de l’apogée du royaume, sous les règnes de Caledor Ier et Caledor II, les dragons étaient nombreux et les princes dragons avaient noués des liens extrêmement forts avec eux. En échange de l’aide des dragons, les elfes leur offraient de grandes quantités d’or et de joyaux dont les dragons raffolent. Aujourd’hui encore, beaucoup de cavernes de l’Echine du dragon recèlent des richesses inimaginables. Certains des plus vieux dragons apprirent des elfes l’art de manipuler les vents de magie. Dans les jours anciens, les dragons nouaient souvent des liens très forts avec des elfes, souvent des princes dragons et allaient se battre à leurs côtés. Les talents de l’elfe et la puissance du dragon faisaient de cette association une arme dévastatrice, surtout quand l’ordre entier se rendait au combat, comptant des centaines de monteurs de dragons. Des elfes d’autres royaumes avaient également noués des liens avec les dragons. On les appelait les maîtres dragons. Encore aujourd’hui, certains mages et seigneurs d’Ulthuan n’étant pas originaire de Caledor montent les grands wyrms. Mais la plupart de ceux qui entretiennent encore de vraies relations avec les dragons sont les princes de Caledor. Les dragons ont été pour eux une source de puissance démesurée, que ce soit contre les autres royaumes où contre les ennemis des elfes. C’est suite à un conflit semblable que Caledor II fut élu roi phénix.

Mais depuis plusieurs siècles, les dragons se sont endormis en même temps que les volcans de Caledor et de l’Echine des dragons, la demeure sacrée des grands reptiles. La société caledorienne, notamment sa noblesse, fut profondément bouleversée. Les princes dragons perdirent leur suprématie sur les autres royaumes. Ils firent énormément d’efforts pour conserver leurs traditions martiales. Il fallut beaucoup de courage à certains pour accepter que les coursiers blancs d’Ellyrion remplacent les dragons. Certains lieux autrefois inaccessibles autrement qu’à dos de dragon durent être réaménagés. La plupart des caledoriens sont des être tristes et nostalgiques, hostiles au changement et attachés aux traditions qu’ils craignent de perdre au fil du temps. Car les liens qu’ils entretiennent avec les dragons demeureront toujours leur force et leur âme.

Par conséquent, toute leur société et leur culture sont empreintes de leur relation avec les dragons. Leur art et leur artisanat incluent très souvent des thèmes rappelant les grandes bêtes. On retrouve les mêmes formes et thèmes que dans le reste d’Ulthuan, avec quelques nuances de couleurs et de formes. Les motifs d’entrelacs rappellent les ailes et les écailles des dragons. Les immenses tours des forteresses des princes dragons sont bâties avec des pierres volcaniques sombres qui peuvent paraître austères au premier abord, même si il s’agit des tours gracieuses et effilées caractéristiques des elfes.

Les épopées caledoriennes sont célèbres dans tout Ulthuan. Elles retracent les exploits des princes dragons du passé. Beaucoup sont tragiques et tristes, et se marient à merveille avec le tempérament nostalgique et fier des habitants de ce royaume. Les croyances des caledoriens sont complexes. Elles reposent sur un ensemble de cycles mythiques évoquant la formation d’Ulthuan et la venue des dragons dans l’île. Ils parlent également des liens entre les montagnes de Caledor et le monde-dragon, univers mythique d’où seraient venus les dragons. Mais à part cela, ils vénèrent les mêmes dieux que dans le reste d’Ulthuan, les plus influents étant Asuryan et Vaul, le dieu forgeron, dont le sanctuaire principal se trouve à Caledor. Considérant le rôle que joue la guerre dans le royaume, on trouve des autels dédiés à Khaine. On y trouve également de nombreux autels et sanctuaires dédiés à Kurnous, notamment dans les régions montagneuses les plus reculées.

La frontière Sud de Caledor est peu peuplée. C’est une région sauvage où les Anulii commencent à s’abaisser petit à petit vers la région nommée le Pas du Dragon qui sert de frontière avec Eataine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 25
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Sam 21 Aoû 2010 - 22:55

Brennus a écrit:
Ca intéresse personne mon affaire?
Avec 80 lectures, je pense que ton topic à un certain suivit tout de même.
Si tu n'as pas de post, c'est juste que l'on ne voit rien à critiquer, continue ainsi. :thumright:

Knur'

[EDIT]
Brennus a écrit:
La technique elfique du Bran Wa Shin
C'est une de tes inventions ou tu la sors de la littérature ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennus
Héraut
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Dim 22 Aoû 2010 - 0:35


Citation :
Brennus a écrit:
La technique elfique du Bran Wa Shin

C'est une de tes inventions ou tu la sors de la littérature ?

Non, non, absolument pas de mon invention....

Mais j'ai commencé à m'intéresser à Warhammer il y a environ 15 ans.

Et à cette époque, les elfes étaient beaucoup plus complexes qu'aujourd'hui, et très différents des humains à oreilles pointues qu'ils ont tendance à être un peu trop souvent dans les publications récentes.

Les éléments développés pour le JDR première édition, et qui furent également employé dans WArhammer V2 et V3, ainsi que dans le jeu de plateau Dragon Master, décrivaient les elfes comme ayant un esprit instable (du à sa complexité et aux émotions très fortes que les elfes sont capables de ressentir), et devant donc s'autodiscipliner pour le contrôler. Le Bran Wa Shin (mauvais jeu de mot avec l'anglais "brain washing"- lavage de cerveau) faisait partie de ces techniques. Elle permettait aux elfes, à la place de dormir, de rentrer dans une sorte de transe méditative où ils peuvent choisir ce qu'ils rêvent et peuvent faire le tri dans leur cerveau en choississant d'"oublier" tout ce qui ne leur plait pas et ce qui est sans importance.

Les elfes paraissent donc souvent aux non elfes comme froids et sans émotions.... alors que c'est tout le contraire. Et ce n'est qu'une toute petite partie de ce qui fut développé sur la nature et la psychologie des elfes. C'était vraiment sympa, ça faisait des elfes des créatures très étranges et subtiles. Comme j'aime beaucoup ce vieu fluff, j'ai tenté ici de le raccorder avec l'actuel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennus
Héraut
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Mer 25 Aoû 2010 - 13:51

On continue avec Eataine


Eataine :
Eataine se situe dans la partie Sud d’Ulthuan. Autrefois, il s’agissait d’un petit royaume peu influent. Mais en son sein se trouvait le chenal de Lothern, le seul accès vers la Mer Intérieur de l’île. Par conséquent, une forteresse fut bâtie dès le règne de Bel Shanaar à cet endroit. Elle s’accompagnait d’un petit port de pêche. Avec le temps, ce port grandit de plus en plus. Seule région d’Ulthuan réellement ouverte sur l’extérieur, Eataine s’enrichit de plus en plus, et l’influence de ses princes grandit également. Lothern devint une ville, puis une cité, et enfin la plus grande ville elfique à ce jour. L’ascension d’Eataine connut son apogée avec l’élection de Finubar, son prince, comme Roi Phénix. Avant même son ascension, les précédents Roi Phénix avaient plaisir à séjourner dans leur palais de Lothern, faisant de la cité ce qui se rapproche le plus de la capitale d’Ulthuan. Ce statut s’est plus ou moins confirmé depuis que Finubar est monté sur le trône. Auparavant, la cour du Roi Phénix était relativement itinérante, allant de la capitale du royaume d’origine des rois à tous les endroits importants d’Ulthuan. Mais l’importance de Lothern et le fait que Finubar en est originaire ont plus ou moins fixé la cour du phénix dans la cité et l’immense palais qui domine la ville. Ainsi, Eataine est l’un des plus puissants royaumes elfiques aujourd’hui.

Le pays :
Eataine se situe dans la partie sud de l’anneau de terres qui constitue l’île d’Ulthuan. A cet endroit, les Anulii d’abaissent peu à peu et la largeur des terres diminue jusqu’au détroit de Lothern. A l’Ouest, les immenses pics volcaniques de Caledor dominent la frontière avec Eataine. Cette région se nome le pas du dragon. Elle est réputée pour sa beauté sauvage. En effet, d’immenses falaises séparent les Anulli de leurs contreforts en Eataine. Au milieu de ces défilés et de ces grandes vallées aux pentes couvertes d’arbres d’essences diverses, se trouvent les demeures des elfes les plus taciturnes d’Eataine, ceux qui veulent échapper aux intrigues de cour et à la promiscuité de Lothern.

Il s’agit souvent de riches villa, voir de véritable palais, faits de hautes tours de marbre et de nombreux logis qui s’intègrent parfaitement dans le paysage. C’est une région véritablement paradisiaque, entretenue par les elfes et rendue féerique par les courants de magie qui baignent les Anulli et se déversent dans cette région par les vallées. Les rivières de montagne font de même, et la région est connue pour ses chutes d’eau vertigineuses. De plus, le relief rend toute la zone très difficile à envahir. Il s’agit donc véritablement d’un havre de paix pour beaucoup d’elfes. De nombreux nobles d’Eataine y possèdent une demeure où ils peuvent venir s’y réfugier lorsqu’ils le souhaitent.

Les routes qui se rendent dans le Pas du dragon sont petites et escarpées. Elles enjambent les vallées et les immenses falaises. Certains ponts de marbre blanc se tiennent plusieurs centaines de mètres au-dessus du sol et témoignent de l’ingéniosité et du savoir des Hauts elfes. La route principale, la Queue du dragon, est la seule voie terrestre qui permet de rejoindre Caledor, et s’enfonce dans les montagnes. C’est une route dangereuse et escarpée. Malgré cela, un certain nombre de voyageurs et de marchands elfes l’empruntent régulièrement.

Au Sud, le Pas du dragon est coupé de la Mer par une chaîne de pics perpétuellement enneigés dont les flancs se jettent dans l’Océan. Ces montagnes sont habitées par des aigles géants qui aident les détachements de la garde maritime de Lothern qui patrouillent dans la région, que ce soit sur terre ou sur mer. Au bout de ces pics de l’Ouest d’Eataine, à l’endroit où elles s’abaissent pour devenir les collines qui parsèment le royaume, une forteresse fut bâtie sous le règne de Tethlis pour prévenir une tentative de débarquement dans la zone. Une garnison de gardes maritimes l’occupe en permanence.

Une fois sorti du Pas du Dragon, on arrive dans les collines d’Eataine qui servent en fait d’arrière pays à l’immense cité de Lothern. Seule une mince chaîne de pics rocheux moyennement élevés rallongent les Anulii presque jusqu’à Lothern. Ces collines de calcaire font de parfaits coteaux pour les vignes des Haut elfes. Le climat méditerranéen d’Eataine est parfait pour la vinification. Les vins produits ici sont certainement les plus raffinés du monde. Certains vignerons elfes possèdent des talents magiques et améliorent leur production à l’aide de procédés mystiques qui amplifient les sensations que procurent ces breuvages, ce qui permet de satisfaire les sens ultra développés des elfes. Certains d’entre eux pourraient avoir des effets très spéciaux, voire dangereux sur un humain, mais peu sont ceux qui ont pu déjà y goûter.

Ce paysage de collines semble moins sauvage que celui de la plupart des autres royaumes elfiques. Mais ils n’en sont pas moins d’une grande beauté, avec leurs murets de pierres blanches, leurs plantations d’oliviers parfois millénaires et de leurs douces rivières dont le bruit enchante les prairies parsemées de fleurs. Les demeures et villa des nobles parsèment le paysage, souvent situées à proximité de villages ou les maisons blanches des simples citoyens côtoient les véritables petits palais des nobles. Chaque bâtiment à Ulthuan a été conçue comme une œuvre d’art, et est largement ornementé de motifs complexes, issus de l’esprit souvent instable des elfes et fruit de centaines d’années de pratique artistique, comme des entrelacs, des motifs abstraits ou stylisés, des runes, des gemmes, sans parler des toits pointus aux tuiles en écailles caractéristiques de l’architecture haut elfe.

Les palais des nobles sont encore plus complexes et raffinés. Les cours et patios rivalisent de luxe et d’ostentation. Certains n’hésitent pas à user de magie dans l’agencement de leur demeure, et certains jardins sont des lieux enchanteurs. Souvent, le centre de telles villas sont d’immenses tours ciselées. Ces tours fines, dont la taille défie bien souvent les lois de la gravité, sont caractéristiques, également, de l’architecture elfique dans tout Ulthuan est fait partie de leur conception du monde et de l’art.

La côte Sud d’Eataine est plus sauvage. De grandes forêts de pins bordent la côte rocheuse qui s’étend depuis Caledor et s’abaisse peu à peu, avant de remonter en de vertigineuses falaises au niveau du détroit de Lothern. Les risques d’invasion et les violentes tempêtes venues du Grand Océan sont les principales raisons qui expliquent le faible nombre d’établissements elfiques de cette région. Il existe tout de même quelques petits ports de pêche, établis dans certaines baies ou les rochers laissent la place à des plages de sable.

Ces elfes, bien souvent des elfes des mers, sont plus rudes que les autres habitants d’Eataine et d’excellents marins et font de parfaites recrues pour la Garde Maritime. On peut souvent apercevoir les navires effilés et élégants de cette dernière qui patrouillent constamment près des côtes. La côte Nord d’Eataine, celle qui donne sur la Mer Intérieure, est très différente. D’immenses plages scintillantes s’étendent quasiment tout son long. C’est l’une des régions les plus agréables d’Ulthuan. Le climat y est parfait et varie peu pendant l’année. La Mer des rêves est calme et offre des points de vue magnifiques. La côte est bordée de nombreuses villas de nobles elfes qui aiment venir dans la région. Ce sont des constructions sophistiquées, très élégantes, parfois extravagantes, qui sont habilement intégrée au paysage. Celui-ci se compose de grandes collines rocheuses de calcaire blanc, parsemées de landes et de garrigues, et de bois de petits chênes noueux. Les routes bordées de murets et de grands ifs pointus permettant d’accéder aux demeures des elfes se retrouvent dans toute la région. On trouve également un certains nombres de ports de plaisance et de pêche.

A l’Est de Lothern, de l’autre côté du détroit, les terres remontent peu à peu vers les Anulii qui recommencent petit à petit à former une chaîne de montagnes continue qui s’enfonce vers Saphery. Cette région ressemble beaucoup à la partie Ouest d’Eataine, mais est légèrement plus peuplée, car plus ouverte sur le reste d’Ulthuan, alors qu’à l’Ouest, les massifs montagneux de Caledor rendent les voyages par la terre difficiles. On y trouve de nombreux villages et palais, s’organisant autour de quelques cités secondaires. La pêche, la vigne et l’artisanat sont les principales activités de la région.

Grâce à sa population de Hauts elfes et d’elfes des mers, Eataine est le royaume elfique le plus dynamique et le plus prospère d’Ulthuan, même si il ne possède pas le prestige historique de Caledor, de Saphery ou d’Avelorn. Les nobles des autres royaumes considèrent souvent les habitants d’Eataine avec une certaine arrogance, ou tout du moins un certain paternalisme. Le fait que du sang d’elfe des mers coule dans les veines du roi Phénix actuel n’est pas pour plaire à tout le monde, et lorsque Finubar fut élu, ce ne fut pas à l’unanimité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennus
Héraut
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Ven 3 Sep 2010 - 13:50

Bon, la suite, avec une description de Lothern...

(Après, pas mal d'entre vous on pu certainement voir tout ça sur le warfo, mais faut bien faire vivre les forum raciaux... ;))



La cité de Lothern :
A mesure que l’on va vers l’Est depuis le Pas du dragon, les demeures se font de plus en plus nombreuses, et très tôt, on commence à voir d’étranges formes à l’horizon, telles une multitude d’aiguilles qui semblent percer l’horizon. Plus on se rapproche, plus on distingue ces formes.

Il s’agit de la grande cité de Lothern. Lothern est le joyaux d’Ulthuan, sa plus grande cité et aussi certainement la plus belle. Elle domine le détroit du même nom qui ouvre l’anneau de l’île des elfes en deux dans sa partie Sud. Les énormes remparts de la ville, parsemés de châtelet et autres barbacanes, font plusieurs dizaines de kilomètres de longs. Ils chevauchent le détroit et renforcent les immenses portes qui interdisent l’accès à la Mer Intérieur par tout navire indésirable. Ils ferment également l’accès à la cité par la terre.

Les grandes routes qui en sortent mènent pour celle de l’Ouest vers le Pas du Dragon puis vers Caledor, et celle de l’Est vers Saphery et le grand temple d’Assuryan. Ces deux routes passent par de gigantesques portes richement décorées d’entrelacs et de gemmes magnifiquement travaillées. Elles sont également bordées par des ifs plusieurs fois centenaires, bien que beaucoup aient souffert de l’invasion Druchii qui mit le siège devant la ville pendant la Grande Guerre contre le Chaos.

Dans sa globalité, la ville ressemble à une forêt démesurée faite de milliers d’aiguilles blanches et argentées. Lorsque l’on s’approche, on se rend compte que ces milliers d’aiguilles sont en fait des tours très élancées pour certaines, et plus épaisses pour d’autres. Ces dernières sont des ouvrages stupéfiants, dont la hauteur défie les lois de ce monde. Toutes ces tours sont faites de marbres blancs et relevés de décors d’or, d’argent, d’ithilmar et d’autres matériaux précieux. Ces tours sont reliées entre elles par de grands ponts d’argents, ornementées de lampes aux grilles faites de délicats entrelacs. Des colonnes de pierres ou de bois ornent les galeries extérieurs et les balcons, alors que de grands toits de tuiles bleues et grises recouvrent les palais et les maisons construits au pied ou dans la structure de ces grandes tours.

Partout, y compris à l’intérieur des tours, on trouve de nombreux jardins et patios. Du lierre, entretenu et sculpté par des moyens occultes, orne nombre de murs et de façades. Des arbres centenaires ombrent de magnifiques fontaines d’eau claire et pure. Au milieu de cette incroyable prouesse architecturale règne un calme apaisant et harmonieux. Seules les rires cristallins des habitants et de douces et lancinantes musiques peuvent être entendues dans les rues, savamment ordonnées, qui montent en spirale depuis le port jusqu’aux remparts, bordées de murets, de statues, d’arbres, et des maisons des habitants de la ville, dans l’ombre des grandes tours des nobles et des sorciers.

Pourtant, la ville compte presque cent milles elfes, ce qui en fait la plus grande concentration d’elfes du monde. L’ensemble de la cité s’organise autour du port, installé sur les pourtours d’une grande lagune qui se trouve au centre du détroit. La ville est bâtie autour de cette lagune, et monte sur ses pentes. Les nefs de guerre elfiques, élancées, fines et d’une rapidité surprenante côtoient les barges de plaisance et les petits navires civils. Au milieu de ce ballet de voiles blanches, on trouve quelques navires humains, relativement nombreux à certaines périodes de l’année. De part et d’autre du port s’élèvent des statues colossales, représentant les dieux elfiques et les rois phénix et reines éternelles d’antan. Ils toisent le port de leur regard de pierre, et c’est sous leur regard imposant que se déroulent les activités du port.

Le commerce, que ce soit avec les autres royaumes elfiques, avec les colonies du nouveau Monde ou les royaumes humains du Vieux Monde, est florissant. On s’échange ici des produits venus des quatre coins du monde contre des objets de fabrication elfique très prisés par les marchands humains. Ceux-ci peuvent être impériaux, bretoniens, tiléens ou estaliens, voire même cathayens. On trouve même quelques nains, embarqués sur les navires humains. On dit même que beaucoup d’entre eux finissent par reconnaître que la cité des elfes est « pas trop mal bâtie », mais toujours à demi mot et en parlant dans leurs barbes. Les Hauts elfes étant peu enclins à l’oubli et au pardon, ces quelques nains sont étroitement surveillés par la garde maritime, les souvenirs de la guerre de la barbe étant encore présent dans l’esprit de ces être à la longévité étendue. Ainsi, Lothern est une cité très animée et vivante. Elle vient démentir le déclin qui transparaît dans les autres cités elfiques, telle les derniers rayons flamboyants d’un soleil mourant.

Lothern est également, depuis le début du règne de Finubar, également prince d’Eataine, la capitale politique d’Ulthuan. Le règne du Voyageur a marqué le début d’un essor considérable pour la ville et le royaume, même si les Roi phénix précédents tenaient déjà leur cour dans la cité une grande partie de l’année. La réouverture du port aux non elfes a fait explosé le commerce. C’est ainsi que Lothern est une cité relativement cosmopolite et très animée, surtout en comparaison des autres cités elfiques.

Le palais du phénix, aujourd’hui du Roi Phénix lui-même, se trouve sur un éperon rocheux qui domine le détroit sur sa partie Ouest. De nombreux ponts élancés d’une taille extraordinaire enjambent le détroit, en particulier au niveau du palais qui possèdent des dépendances sur le côté Est. En plus d’une prouesse architecturale, succession de galeries, de grands halls ou les piliers sont sculptés tels des arbres, de tours de plus en plus hautes, jusqu’à celle du roi, qui domine toute la cité, cet endroit est le cœur politique d’Ulthuan.

La cour du roi Phénix est un lieu d’intrigue et de complot, très dangereux pour le courtisan ou le noble non avertis. Toutes les grandes familles d’Ulthuan y ont un représentant ainsi qu’un hôtel ou une tour particulière non loin du palais. La noblesse de Lothern est la plus riche et ses membres portent des tenues ostentatoires, faisant et défaisant la mode elfique au gré de leurs passions. C’est dans cette cour que l’aristocratie elfique s’adonne à l’un de ses passes temps favoris mis à part la guerre : l’intrigue politique.

Ici se font et se défont les destins de familles entières. A quelques exceptions près, tous sont cependant respectueux du trône du phénix et de ses lois et chacun est prêt à le défendre au péril de sa vie. Les immenses couloirs labyrinthiques du palais, ornées de statues, tapisseries, et ses grands halls et jardins, sont défendus par les Lions d’Argent, l’élite des Lions Blancs de Chrace qui servent de garde personnelle au Roi Phénix depuis le règne de Caledor le Conquérant. De nombreuses statues ornent le palais et représentent des héros des temps jadis, qu’ils soient roi Phénix, princes d’Eataine ou simples gardes maritimes et rappellent les jours de gloire qui furent ceux de la race elfique.

Autour du palais s’étend le quartier noble, composé des plus hautes tours et coupoles. Ces demeures aristocratiques rivalisent de raffinement, d’ostentation et de richesse. Les meilleurs artisans y vivent et produisent des objets d’une grande qualité pour les riches habitants des environs. Les jardins y sont nombreux, et parfois de très grande taille. Les rues sont bordées de grands arbres où l’on peut voir des feux follets, esprits magiques omniprésents dans beaucoup de régions d’Ulthuan. Des lanternes finement ciselées ornent également les rues et les entrées des grandes demeures. Elles exhalent une lumière apaisante et onirique qui correspond parfaitement aux elfes pouvant paraître étranges et éthérés à un être humain. Rares sont ceux tolérés dans ce quartier.
Les habitations des elfes, de la petite demeure du marin ou de l’artisan aux grandes tours des riches marchands, parsèment le reste de la ville et sont toutes d’une construction évoquant la recherche constante d’harmonie et de recherche artistique des hauts elfes. Les demeures des elfes des mers sont semblables pour des non initiés, mais présentes quelques différences, comme la couleur de la couverture du toit, la forme des ouvertures…etc. Les elfes étant liés à la nature, même lorsqu’ils bâtissent de telles cités, les arbres, prairies et même des ruisseaux se déversant en cascades autour des rues et des maisons sont omniprésents partout dans la ville, et l’on entend fréquemment le chant des oiseaux et le vent dans les feuilles des arbres, même dans les zones les plus densément bâties.

Le quartier le plus animé est bien sûr le port. On y trouve de nombreuses échoppes et de grands marchés où d’incroyables marchandises, rares et exotiques, sont échangées. Une partie du port est réservée aux non elfes. Certains humains ont en effet eu le droit de pouvoir s’installer ici afin d’accueillir les voyageurs et marchands humains. Ce petit quartier est considéré comme un cloaque par la plupart des elfes qui l’évitent soigneusement…. Excepté par certains jeunes elfes à la recherche de sensations et d’expériences nouvelles.

La ville est principalement défendue par la garde maritime. Composée de guerriers aguerris maniant aussi bien la lance que l’arc, elle compose à la fois la garnison de la cité et surtout les combattants embarqués à bords des navires de la marine de guerre du roi phénix. Leur caserne principale se trouve au sommet des immenses falaises qui domine l’entrée du détroit qui conduit à la cité, quelques dizaines de kilomètres plus au Sud.

Cette falaise est l’un des ouvrages défensifs les plus imposants qui existe. Elle est hérissée de tours et de créneaux, et de plate forme de tir pour des centaines de balistes à répétition. Les citoyens soldats d’Eataine forment la garnison de cette impressionnante forteresse en plus des gardes maritimes, trop peu nombreux pour assurer en permanence la garde des lieux tout en assumant leurs autres rôles. Cette forteresse est encore renforcée par le grand phare de Lothern qui se trouve juste devant l’entrée du détroit. Il ne s’agit pas seulement d’une immense tour fortifiée, d’une taille défiant ici encore les lois de la gravité, et célèbre parmi tous les marins du monde, mais également l’une des bases principales de la marine de guerre elfique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoda68
Garde
avatar

Nombre de messages : 97
Age : 23
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 21/04/2010

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Sam 25 Sep 2010 - 15:10

Je viens de tomber sur ce sujet et un grand bravo **aplause** C'est très bien expliqué , détaillé et tout ... Chapeau **yeha**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 25
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Dim 26 Sep 2010 - 14:36

D'ailleurs, la suite ?

Knur' (amateur de belles histoires)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brennus
Héraut
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 33
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 26/04/2006

MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   Ven 1 Oct 2010 - 14:15

Ah oui la suite!

Suite et fin d'Eataine


Société et culture :
La particularité d’Eataine est que sa population est composée en partie de hauts elfes à proprement parler, et d’elfes des mers. La majorité des nobles sont des Hauts elfes. Mais une grande partie des habitants de Lothern, et d’Eataine sont des elfes des mers. Considérés avec une certaines condescendance par les Hauts elfes, ils constituent un peuple légèrement à part, pas autant que les Asrai ou les druchii, mais bien distinct.

A l’origine, ces elfes vivaient principalement dans les îles qui entouraient Ulthuan. Excellents marins et possédant une grande affinité avec la mer, ils étaient et sont toujours certainement les plus grands navigateurs du monde. Ce sont leurs fins navires, légers, rapides, et d’une maniabilité extraordinaire, qui permirent aux habitants d’Ulthuan d’explorer le monde et de devenir la civilisation dominante pendant des millénaires.

La Déchirure détruisit la plupart des anciennes demeures des elfes des mers, alors que les tsunamis colossaux engloutissaient leurs îles bien aimées, qui étaient bien souvent de véritables paradis naturels. Il en reste encore quelques unes, notamment sur la côte Est d’Ulthuan. Les elfes des mers sont parmi les seuls à pouvoir naviguer sans risques dans les îles mouvantes au large d’Yvresse.

Après la Déchirure, la plupart des elfes des Mers survivants durent se réfugier en Eataine, où ils furent accueillis par les hauts elfes. Ceux-ci ne cessèrent jamais de considérer les elfes des mers comme légèrement inférieurs, cependant la plupart du temps avec bienveillance. Mais ce paternalisme des hauts elfes à leur égard agace les elfes des mers au plus haut point. Malgré tout, les deux branches elfiques sont très semblables, bien plus qu’un elfe sylvain l’est d’un haut elfe, et leurs relations sont très amicales.

Au premier abord, il n’existe pas de différence entre les elfes des mers et les hauts elfes. D’ailleurs, les elfes des mers sont bien souvent considérés comme des hauts elfes, ou tout du moins une partie d’entre eux. Physiquement, ils sont quasiment semblables. Les elfes des mers possèdent souvent des traits plus marqués, et un teint plus sombre que les autres elfes.

Ce sont les plus aventureux de leur peuple, et ceux qui ont le plus facilement contact avec d’autres races. Ainsi, ils s’entendent souvent très bien avec les humains qui viennent à Lothern. Les pilotes qui guident les navires de commerce des hommes à l’approche des côtes traîtresses d’Ulthuan sont quasiment tous des elfes des mers. Ils composent également la plus grande partie des équipages des navires elfiques. Ils sillonnent encore le monde et possèdent d’anciennes cartes uniques, de lieux inconnus par les autres races, même parfois des autres elfes. Ce sont des secrets qu’ils gardent jalousement, même de leurs cousins immédiats les hauts elfes. La culture des elfes des Mers, comme on pourrait s’y attendre, est emprunte du lien qu’ils entretiennent avec le monde marin.

Mais l’arrogance habituelles des hauts elfes a crée depuis longtemps des inégalités et des discriminations envers les elfes des mers. Il est de notoriété publique qu’un poste important ou prestigieux sera très rarement confié à un elfe des mers. Aislinn, le seigneur des mers, commandant de la garde maritime, est cependant une exception. Finubar lui-même possède des ancêtres elfes des mers, comme beaucoup de hauts elfes d’Eataine, et la situation s’améliore quelque peu pour ces proches parents des hauts elfes. Cependant, malgré sa prospérité et son influence, Eataine continue à être considéré comme un royaume mineur par beaucoup d’autres elfes d’autres royaumes, en particulier par les anciennes aristocratie des royaumes les plus prestigieux, comme Caledor ou Tiranoc, en partie à cause de la manière dont ils voient les elfes des mers.

Mais ce dédain pour Eataine ne vient pas exclusivement de là. Le commerce, les richesses exubérantes du royaume, et l’invraisemblable passion de ses nobles pour l’intrigue et les manigances politiques, même si elle existe également dans les autres royaumes, rappellent à certains hauts elfes les jours sombres qui faillirent plonger les hauts elfes dans la décadence et ont engendrés la Déchirure.

Ceux là craignent que les mêmes erreurs qui ont mis fin à l’âge d’or ne se reproduisent, ce qui achèverait cette fois le peuple elfique vu sa situation précaire. Hors, on sait en effet que certains anciens cultes ont refaits surface, en particulier dans les palais de Lothern, et cela inquiète beaucoup d’elfes. Eataine est également une région moins sauvage, plus urbaine que le reste de l’île elfique. Pour la plupart des elfes, leur terre est sacrée, et les anciens pactes avec les dieux de la nature, Kurnous et Isha principalement, ne doivent pas être rompus. L’harmonie avec la nature et le respect de celle-ci sont des valeurs fondamentales pour les hauts elfes, exacerbées chez les elfes sylvains, à la base de leur culture et de leur mode de vie, et certains reprochent à Eataine de s’être écartée des antiques voies.

Cependant, il est indéniable que le dynamisme du royaume, et les perspectives nées des contacts qu’il entretient de par le monde, sont une source d’espoir et de renouveau pour la race elfique. Finubar le Voyageur incarne ce renouveau. Grand diplomate et homme de loi, il est parvenu à nouer des alliances avec plusieurs royaumes humains, malgré l’arrogance habituelle des elfes. Même les relations avec les nains se sont améliorées, même si certaines cicatrices ne se sont jamais refermées.

Finubar entretient sa cour dans son palais de Lothern. Des centaines de courtisans et de nobles d’origines diverses s’y mêlent et nouent des intrigues politiques d’une complexité extrême. La noblesse d’Eataine est hédoniste et frivole. Chacun rivalise d’ostentation dans ses tenues. Les habits en soie de Cathay et les bijoux en or et Ithilmar réalisés par les meilleurs artisans sont monnaie courante dans les plus hautes tours de Lothern. Les modes se font et se défont au gré des caprices des puissantes familles. Les banquets et fêtes organisées par les nobles sont grandioses. Certaines sont ouvertes à tous les habitants de la cité. D’autres sont plus intimes et secrètes, et c’est là que lentement, dans certains cercles particulièrement hédonistes, les cultes du plaisir refont surface et sèment les graines de la corruption. Finubar s’inquiète beaucoup des rumeurs évoquant ces faits, et a chargé plusieurs membres éminents des maîtres des épées de Hoeth d’enquêter sur le sujet.

En tant que Roi Phénix, Finubar n’a pas beaucoup le temps de s’occuper des affaires qui concernent strictement Eataine. C’est pour cela que la charge de prince d’Eataine, comme c’était le cas pour les autres rois phénix dans leur royaume d’origine, est exercée par l’un des fils de Finubar, son aîné, Alarin. Le système politique d’Eataine est très différent de la féodalité martiale de Caledor. Le prince ne possède que le pouvoir exécutif. Il est assisté d’un conseil comprenant les représentant des différents pouvoirs présents dans le royaume, notamment les guildes marchandes, d’artisans, des citoyens, divisées en « telen » ou « clans » selon leur appartenance à un groupe social ou une catégorie socio professionnelle en particulier. Ces représentants de la société d’Eataine possèdent le pouvoir législatif et débattent des mesures à prendre lors de grandes assemblées. Le prince possède également le pouvoir judiciaire et commande les armées du royaume, ce en quoi il est secondé par le commandant de la garde maritime, actuellement Aislinn le seigneur des mers.

La noblesse d’Eataine ne possède donc pas d’énormes pouvoirs politiques comme dans la plupart des autres royaumes. La noblesse d’une lignée est avant tout basée sur la naissance plus que par un statut particulier dans le système politique. Ces familles aristocratiques se démarquent des autres habitants du royaume par leur richesse et la possession de terres, ce qui leur donne évidemment tout de même une grande influence, notamment à la cour.

Cela leur permet d’assurer leur statut, leur place à la cour et parmi la noblesse. Même si ils ne sont pas forcément les meilleurs combattants d’Ulthuan, les nobles d’Eataine sont parmi les mieux équipés. Ainsi, les heaumes d’argent du royaume sont revêtus d’armures d’Ithilmar, et montent des coursiers d’Ellyrion. Conjointement à la garde maritime, ils constituent une force avec laquelle il faut compter, surtout lorsqu’ils sont rejoints par la garde phénix ou des contingents de lion blancs protégeant le roi.

Le reste de la société du royaume est relativement similaire à ce que l’on trouve dans les autres parties de l’île elfique, mis à part la présence des elfes des mers. Eataine est cependant un pays d’artisans et d’artistes. Les orfèvres de Lothern, rassemblés en guilde, sont les plus réputés d’Ulthuan et produisent des bijoux et des joyaux d’une qualité incomparable. Les riches familles nobles sont des mécènes très actifs, et commandent tout le temps des œuvres d’art selon les derniers courants artistiques en vogue à la cour. Poètes, architectes, peintres, sculpteurs, chanteurs, acteurs, musiciens se bousculent dans les théâtres de Lothern ou dans les palais des nobles, le but de tous étant de pouvoir exercer son art au sein de la cour royale.

Ces artistes elfes exacerbent les sens particulièrement développés de leurs congénères. Leurs œuvres peuvent captiver un public ou une personne au point de leur faire oublier tout le reste. Certains de ces effets pourraient même réveiller des pulsions enfouies dans la psyché elfique, alors que d’autres servent de catharsis aux émotions refoulées de la plupart des elfes, qui doivent se contrôler en permanence pour ne pas laisser libre court à l’ombre enfouie au fond d’eux-mêmes.

Considérant l’importance de l’art dans le mode de vie et la société des hauts elfes, et les conséquences qu’il peut avoir, les artistes sont donc astreints à un certain nombre de codes, des sortes de limites artistiques à ne pas franchir. C’est pour cela que l’art des hauts elfes peut paraître parfois figé ou trop conformiste ou rigide. Mais pour les elfes, il existe une multitude de petites subtilités à apporter à une œuvre qui leur permet de s’exprimer comme bon leur semble. En toute chose, les hauts elfes recherchent l’harmonie et la paix intérieure. Si ils s’écartent de cet équilibre, leur esprit instable et complexe risquerait de les emporter sur des voies bien sombres, qu’ils ne connaissent que trop bien lorsqu’ils se remémorent la manière dont les elfes noirs furent corrompus par les ténèbres. L’art est un excellent moyen de contenir le tourbillon de leurs émotions. Il peut même devenir un acte compulsif. Un elfe peut passer des heures et des heures à admirer un tableau ou une sculpture pour en saisir les moindres détails et nuances. Leur longévité associée à leur grande sensibilité a amené les elfes à développer un art complexe, très sophistiqué, pouvant parfois paraître étrange et destabilisant.

Eataine est ainsi le centre économique, culturel et politique d’Ulthuan, malgré le fait que son essor soit récent et qu’il ne possède pas le prestige des royaumes les plus anciens. Au Nord , sur une île de la Mer des Rêves situé exactement dans l’axe du détroit de Lothern, se situe cependant l’un des site les plus anciens et les plus sacrés des elfes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [BackG] Ulthuan   

Revenir en haut Aller en bas
 
[BackG] Ulthuan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [BackG] Ulthuan
» Ulthuan Vs Naggaroth
» [Background] cartographie D'Ulthuan
» Guerrier Fantôme / Shadow Warrior (Assaut sur Ulthuan)
» Le site Ulthuan Versus Naggaroth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: