Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Récit] De sang et de sel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: [Récit] De sang et de sel   Dim 1 Juil 2012 - 13:33

Chapitre I : Le naufragé

La journée se finissait comme elle avait commencée : sous des torrents d’eau, sous la fureur du ciel qui n’en finissait de gronder sans relâche, tant et si bien qu’aucun navire n’entrait ni ne sortait du port tiléen de Luccini. Karl Segger sourit à cette pensée. Si les capitaines et autres marchands devaient s’inquiéter de ce retard et de ce temps à quai, c’était pourtant le bonheur des aubergistes et autres colporteurs. Les uns avaient une clientèle tout juste payée et n’ayant rien de mieux à faire que de boire, et toutes leurs chambres étaient prises ; les autres avaient une clientèle ennuyée et ivre, prête à acheter des babioles et à en revendre d’autres, ramenées de l’autre bout du monde. Jetant un œil à la cargaison de sa charrette, il constata une nouvelle fois, non sans satisfaction, qu’il avait sans doute plus vendu en une journée que toute la semaine passée. Il lui tardait de regagner son petit village, pour y ranger ce qui lui restait à vendre, tant bien que mal protégé de la pluie par une grosse toile, et pour reprendre un peu de sommeil avant de repartir sur la route.

Celle-ci était boueuse, du fait de la pluie, et étroite, ce qui rendait l’avancée de son vieux cheval bien mal aisée. Cela faisait désormais bien des années que celui-ci l’accompagnait sur les chemins ; Karl Segger était impérial de naissance, de la vieille cité de Nuln. Simple tête parmi une grande fratrie, il n’avait guère été qu’une bouche de plus à nourrir. Bien vite mis à la porte, il avait pris la route et laissé son enfance derrière lui. Il en avait vu et été, des choses, en ses jeunes années ! De ratier à mercenaire, il s’était laissé conduire par les vents du destin et avait parcouru une bonne portion du Vieux Monde avant d’arriver à Sartosa, la Cité des Pirates. C’était là-bas qu’il avait perdu son bras gauche ; malgré la tempête, il la voyait presque au loin, cette île damnée. Il n’avait pas quitté la Tilée depuis qu’il s’était échoué, accroché à un rondin de bois, sur la rive en face de Sartosa. Pas loin d’ici. Il avait été recueilli par un villageois l’ayant aperçu et s’était installé là, une fois guéri. Il sillonnait désormais la Tilée sur sa charrette, de village en cité, vendant et rachetant ce qu’il pouvait trouver. Pas la pire de ses vies, en fin de compte, et il la menait depuis plus d’années que toutes les autres réunies.

Un nouvel éclair, suivi presque immédiatement d’un rugissement dans l’air, arracha le vieil homme à ses rêveries. Il n’avait pas souvenir d’un orage si long, même si la doyenne du village lui avait affirmé le matin même avoir déjà vécu pire tempête. Trois jours durant, disait-elle ! Cela arracha un frisson au colporteur. Il avait certes apprécié le profit de la journée, qu’il sentait dans la lourde bourse qu’il gardait dans un revers de sa cape, mais ses vieux os commençaient à s’irriter d’être ainsi trempés. Il resterait peut-être au chaud, chez lui, le lendemain. Un coup de vent lui ôta sa capuche un instant, le confortant dans cette idée, suivi d’un nouvel éclair, qui illumina la plage en contrebas, ses vagues furieuses et la silhouette d’un naufragé, étendu sur le sable.

Segger resta interdit, un instant, et jura. Il n’avait aucune envie de laisser sa charrette, avec son cheval et ses marchandises, au bord de la route, même par ce temps infernal ; aucune envie de rester plus longtemps sous cette pluie battante ; aucune envie de descendre le petit chemin de sable mouillé pour aller s’assurer que le cadavre en contrebas en était bien un. Pourtant, il ne pouvait écarter une pensée contraire : sans doute le villageois qui l’avait secouru, des années auparavant, avait-il eu la même pensée. Descendre, vérifier, remonter. Et Segger posa sa charrette sur le bas-côté et en descendit, murmurant quelques mots à son cheval, avant de se diriger vers la plage.

Le vent ne rendait pas la tâche aisée, pourtant il parvint sans trop de mal à descendre la petite pente et, après avoir jeté un regard en arrière pour s’assurer que la charrette était toujours là, il s’approcha du corps allongé à côté d’une planche abîmée. Impossible de survivre à un naufrage par ce temps. Et en effet, l’inconnu ne respirait plus. Karl palpa sa gorge, appuya un peu sur son ventre, sans grande conviction. Un de plus clamé par la mer. C’est en le regardant plus attentivement qu’il remarqua que, sous ses vêtements trempés et déchirés, l’homme portait une chemise de mailles. A le regarder de plus près, les vêtements avaient dû être de bonne facture et à un de ses doigts, une bague dorée avait survécu par miracle à la fureur de la mer. Le vieux colporteur s’apprêtait à fouiller plus attentivement l’homme quand, mû par une impulsion, il porta sa main à la tête du naufragé et la passa dans ses cheveux, révélant une oreille pointue. Il fit un pas en arrière et cracha par terre. Il avait suffisamment écumé les chemins et les tavernes pour savoir ce qu’était qu’un elfe, et pour deviner qu’un elfe aux cheveux si sombres, et vêtu de la sorte, n’était sans doute pas un elfe de la catégorie que l’on souhaitait croiser. Après un instant de réflexion, il refit un pas en direction du cadavre et se laissa tomber à genoux, tendant la main vers les vêtements du mort. Une chemise de mailles, ça reste une chemise de mailles.

Il ne vit pas le serpent se lever d’un coup et lui agripper la gorge, avec une force terrifiante. Par réflexe, sa main vint tenter de décrocher celle qui l’étranglait, mais sans succès. L’elfe noir s’était relevé et enserrait désormais son cou des deux mains. Karl Segger périt ainsi, sur une plage balayée par une tempête sans merci, et sa dernière vision fut celle d’un visage fin, taillé à la serpe, encadré par de longs cheveux noirs, ornés de deux diamants vert sombre. Ses yeux se révulsèrent et, enfin, son corps s’affaissa.
L’elfe noir se redressa et laissa tomber le vieil infirme au sol. Le visage de Valis Mandoror se fendit d’un sourire quand il revêtit les vêtements de l’infirme. Celui-ci s’élargit quand il sentit le poids de la bourse bien remplie cachée dans sa nouvelle cape. Partie remise. Ce n’est que partie remise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tharen
Prince
avatar

Nombre de messages : 2340
Age : 19
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 05/06/2012

Feuille de personnage
Nom: Falko Lametranchant
Rôle: Vagabond, mercenaire et soigneur à ses heures perdues
Postures: S'adapter (+) Riposte (-)

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Dim 1 Juil 2012 - 14:04

Super récit, et très bien écrit! *clap*
J'attends la suite avec impatience!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vavaaaa
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 888
Age : 21
Date d'inscription : 01/05/2011

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Dim 1 Juil 2012 - 15:45

sympa !

On apprend pas grand chose sur le pourquoi du comment, mais ça le mérite de nous tenir en haleine. J’attends la suite avant de me forger un véritable avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 26
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Lun 2 Juil 2012 - 1:27

Ah, ça fait plaisir de te revoir prendre pieds dans ta section ! Des velléités à reprendre le poste d'anim' ? *rolleye*

Très bon début de récit très bien écrit comme d'hab'. A quand la suite ?


Knur' (heureux de revoir une vieille tête dans le coin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Lun 2 Juil 2012 - 20:12

Le poste d'anim', je ne pense pas. Je suis encore là une semaine, puis l'été, les boulots, les vacances vont prendre leur taxe et je ne vais sans doute passer que de temps à autres. Si je suis toujours dans le coin en septembre, on verra. ;)

Merci pour les commentaires en tout cas, ça fait une paye que je n'avais rien écrit. La suite peut-être ce soir, peut-être demain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1929
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Mar 3 Juil 2012 - 17:50

Un beau récit *big* ! Je trouve juste un peu bizarre de prendre un chapitre pour décrire un type qui crève direct à la fin. Et oui, ce serait bien que l'ancien anim' reprenne les rènes de la section (histoire de la faire vivre un peu plus *^^* !).

Artha', en attente de la suite *siffle*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 26
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Mar 3 Juil 2012 - 18:23

On attend aussi ta suite Artha'...Pareil pour Nanar. *siffle*

Knur'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narog
Fils de la lune sanglante
avatar

Nombre de messages : 2042
Age : 27
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/12/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Mar 3 Juil 2012 - 18:54

Ma suite? Il n'y en aura techniquement pas *siffle*

Plus sérieusement et pour pas que mon poste ressemble à du flood...(hein Knur' *:p* ). Ta plume n'a rien perdu en talent mon cher Wolfen. Vivement la suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Mer 4 Juil 2012 - 19:18

Chapitre II : Le noyé


L’attaque est inattendue. En un instant, le jeune elfe noir se retrouve pris à la nuque, aux bras et propulsé dans l’eau. Impossible de respirer, impossible de se dégager. De véritables tenailles l’enserrent. « Qui ? » est une question qu’il n’a pas le temps de se poser. Il se débat d’abord, en vain. Impossible de vaincre la force qui le maintient sous l’eau. De l’air ! Il rue, rien n’y fait. Ses pensées s’obscurcissent. Un autre moyen. De l’air.

Lorsque le corps du jeune elfe cesse de bouger, les deux elfes noirs relâchent leur prise, tout en le maintenant encore quelques secondes sous l’eau. On n’est jamais trop prudent. Enfin ils laissent le corps aller et s’extirpent de l’eau. Un coup d’œil aux alentours leur assure que personne ne les a surpris en pleine besogne ; ils peuvent rejoindre les autres. Un druchii n’est pas triste, quand il donne la mort. Même quand il donne la mort à l’un des siens. De basse naissance, ils obéissent aux ordres. Corsaires, ils obéissent à leur capitaine. Le capitaine Mandoror, fils du corsaire de renom est quelqu’un à qui l’on se garde bien de désobéir. On le dit cruel, perfide et sadique mais quiconque œuvre à bord de son navire sait que la réalité est plus vile encore.

Assassiner son propre frère. Seuls des nobles peuvent avoir de telles idées. Ils ne se sont rien dit, se sont à peine regardé quand l’ordre leur a été donné et n’ont pas bronché quand il s’est agi de noyer le jeune elfe. Tous deux sentent néanmoins le malaise de l’autre. Tous deux savent que le capitaine risque de vouloir s’assurer qu’ils ne parlent pas. Jamais. Ils n’ont pas d’autre choix que de jouer le jeu. Plutôt mourir que de fuir les leurs. Le jeune elfe n’avait qu’à se méfier. Après tout, quand on a pour père le célèbre Verus Mandoror... Corsaire sauvage et sanguinaire, célèbre pour son sabre ensorcelé, qu’il a dit-on arraché de la gorge d’un Léviathan – certains parlent d’un Dragon des Mers – et pour les siècles durant lesquels il a fait la fierté de l’Arche Noire Malédiction, en ravageant les ports des côtes du monde entier… Et s’il est avant tout le chef de l’armada de Malédiction, désormais, il n’a dit-on rien perdu de ses talents de combattant, ni de son absence de pitié. Au moins, le capitaine a de qui tenir.

Kalhad Mandoror, l’aîné, s’est taillé également une réputation de féroce corsaire, mais cela fait déjà quelques années qu’il a quitté sa cape en peau de dragon des mers pour devenir chef des armées de l’Arche Noire ; ambitieux, celui-ci, mais sûrement moins mauvais que son frère. Le plus jeune n’a pourtant rien à leur envier, malgré son âge – il est à peine sorti de l’enfance, après tout. C’était sa troisième mission – et sa dernière – à bord du navire de son frère, et il a gagné le droit d’y être à la pointe de son sabre. Un combattant d’exception, dit-on. Cela ne l’a pas sauvé lorsqu’ils l’ont empoigné par derrière, par surprise. Tous deux pensent la même chose : ils l’ont vu combattre, et il aurait mérité une meilleure mort. Mais les ordres sont les ordres. « Pas de trace de sang ». Cela n’empêcherait pas sa mort de susciter des questions.

---

Le ventre. Il crache de l’eau. Un instant semble s’être écoulé. Le ventre encore : on lui appuie sur le ventre, et il sent l’eau sortir de ses poumons, son goût salé envahit sa bouche. De l’air. Ses yeux se sont ouverts mais ce n’est que maintenant qu’il voit avec ; à ses côtés, la silhouette fine d’un jeune elfe noir. Khar Sans Nom. Khar le Rusé. Khar, son ami. Les deux elfes sont devenus corsaires en même temps ; avant cela, ils ont grandi ensemble, proches comme deux frères. Plus proches que des frères ne le sont, parmi les elfes noirs. Et désormais, Khar le sauveur.

Le jeune druchii se relève, avec l’aide de son ami ; il tousse encore un peu et le sable tangue autour de lui. Qui ? Il n’a pas encore eu le temps de se poser la question, mais un regard à la voile, qui se découpe derrière les rochers, lui inspire une réponse presque évidente. Son frère. Il aurait dû s’en douter. Il est pourtant le dernier, dans l’ordre d’héritage. Il n’aura ni le sabre, ni le navire. Il n’aura guère que les restes, peut-être quelque bijou rapporté du Lointain Orient. Mais depuis quand mon frère raisonne-t-il comme moi ? Ils ont toujours été forts différents l’un de l’autre ; l’amitié le liant à Khar étant un exemple parmi d’autres de comportement inconcevable pour son frère. Maudit soit-il, il ne perd rien pour attendre. Il se retourne vers Khar. Le jeune elfe est plus frêle que lui, ne l’a jamais égalé à l’épée, au sabre ou à la lance ; pourtant, de ses yeux émanent une intelligence qui l’a bien souvent servi et sans doute jamais autant que ce jour-ci.

« Merci, Khar, mon ami. Sans toi… »

Son ami esquisse un sourire en coin.

« Allons, ne te déprécie pas, tu fais simplement très bien le mort, Valis Mandoror. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 26
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Jeu 5 Juil 2012 - 19:03

Du mal à le lier chronologiquement avec le premier chapitre mais toujours plaisant à lire. La suite, la suite !

Knur' (lecteur insatiable XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Jeu 5 Juil 2012 - 20:47

La chronologie devrait apparaître plus claire après un ou deux chapitres, je pense. La structure, du moins. Mais autant je pense en finir un avant de partir, autant la suite devra sans doute attendre. :(
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1929
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Jeu 5 Juil 2012 - 22:18

Citation :
Du mal à le lier chronologiquement avec le premier chapitre mais toujours plaisant à lire. La suite, la suite !
L'En est bigleux, il a cru reconnaître son pote, en fait c'est un impérial bourré... Il va s'en rendre compte dans un instant et lui :**maul**: sa face XD

Nan sérieux c'est très sympa (on attend juste la suite *siffle* )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Jeu 2 Aoû 2012 - 13:29

Chapitre III : La traversée

Après avoir survécu à la mer déchaînée, accroché à une planche de mauvais bois, affronter la pluie et fuir les coups de tonnerre semblait une partie de plaisir à Valis. Malgré tout, il se sentait trempé jusqu’à la moelle de ses os et aurait accueilli avec plaisir un bref répit. Les nuages qui drapaient le ciel l’empêchaient de savoir exactement quelle heure du jour ou de la nuit il était, mais il devinait que la journée s’était achevée il y a peu : les portes de la ville lui seraient sans doute encore ouvertes. Il n’avait pas perdu de temps, une fois le vieil homme mort. Il avait enfilé les habits, un peu trop courts, de celui-ci et laissé le cadavre entre quelques rochers. Non loin, il avait trouvé un creux, dans lequel il avait déposé sa précieuse cape et les quelques vêtements typiquement druchiis qu’il portait lorsqu’il s’était échoué sur le rivage, même s’il doutait de pouvoir jamais les y récupérer. Il n’avait gardé que sa chemise de mailles, qui disparaissait derrière l’ample vêtement de l’humain. Il s’était accordé quelques instants pour fouiller le chariot et, n’y trouvant rien d’intéressant, il l’avait poussé dans le fossé après avoir détaché le cheval. Il avait alors galopé vers la ville, empruntant le chemin inverse de celui qui avait amené le vieil homme jusqu’à lui.

Il avait craint qu’entrer dans Luccini pose problème ; qu’on lui demande d’ôter sa capuche, qu’on s’étonne alors de ses traits. Les humains n’avaient aucune raison de porter les siens dans leur cœur. En cela, cependant, la tempête fut sûrement une aubaine, car le garde le laissa entrer sans poser la moindre question. C’était un homme d’âge mur, les joues empourprées par l’alcool, l’air hagard. Il se contenta de l’observer quelques instants à travers le loquet avant d’ouvrir la lourde porte et de la refermer aussitôt qu’il l’eut franchi pour retourner à son poste, à l’abri de la pluie torrentielle qui martelait inlassablement la ville. Valis repéra bien vite du regard une taverne. Pour l’heure, il était difficile de savoir comment les prochains jours allaient se dérouler, mais un cheval ne lui serait d’aucune utilité, où il allait. Tandis que de l’or supplémentaire dans la bourse, déjà bien remplie, du mort, cela lui servirait sans doute plus. Il confia, avec un sou d’argent, son cheval au garçon qui travaillait apparemment là. Par un temps pareil, chacun cherchait refuge et les tavernes étaient un havre de chaleur où attendre la fin de l’orage, un verre à la main. Aussi celle-ci était-elle particulièrement bondée et il fallut un moment à Valis – et de nombreux regards curieux – pour attirer l’attention du tavernier, un homme grand et sec. Les tractations ne furent pas longues – il n’avait pas la moindre idée de la valeur d’un cheval par ici, ce qui ne l’aidait guère – et Valis ressortit presque aussitôt, suscitant d’autant plus de regards étonnés.

Les druchiis ne fréquentent pas, ou très peu, les humains mais un corsaire sait écouter. Le plus jeune des frères Mandoror avait appris les bases de la langue impériale, et la parlait à peu près correctement – même si son accent avait sans doute fait sourciller l’aubergiste. Il connaissait également le nom de leurs principales villes, et leur réputation. A Luccini, il n’avait rien à gagner. En revanche, s’il traversait le bras de mer qui séparait ladite ville de Sartosa, la Cité des Pirates…

---

Arrivé sur le quai, toujours battu par une pluie qui lui semblait toutefois faiblir quelque peu, l’elfe noir ne mit pas longtemps à repérer exactement ce qu’il cherchait. Au bout du quai, loin des lumières des tavernes qui faisaient face à celui-ci, des hommes s’affairaient près d’un navire de petite taille : on l’avait bien renseigné. Il sourit. Il y a des manières d’obtenir des renseignements fiables, et les druchiis étaient très bons en ce domaine.

Après avoir vendu son cheval, il s’était dirigé à l’instinct vers la direction qui lui semblait être celle des docks, quand, au détour d’une ruelle, deux silhouettes sombres s’étaient approchées de lui, menaçantes. La première, la plus large, tenait devant lui un surin et, malgré le peu de lumière, on devinait sur son visage un sourire carnassier. Personne, cependant, ne prononça le moindre mot. L’humain se contenterait, semblait-il, de son cadavre et des affaires qu’il y avait dessus. Quelque part, Valis le comprenait. Je n’ai pas l’air très imposant, recourbé dans ce vieux manteau, trempé par la mer et par le ciel. Le brigand au couteau se propulsa en avant en un instant, ne doutant pas une seconde de son opération. Un couteau contre un adversaire fatigué et désarmé. Pourtant, sa proie avait sans doute vu bien plus de combats qu’elle. Un combat à mains nues, contre un adversaire armé d’une lame, même petite, est bien mal engagé. Non seulement la moindre erreur donne lieu à une plaie, parfois à une blessure mortelle, mais la lame donne presque toujours un avantage d’allonge. L’erreur, cependant, est de croire que la proie ne va se battre qu’avec ses mains vides. Alors que l’inconnu plongeait en avant, levant sa lame pour la planter au niveau de la gorge, Valis lança son pied gauche vers la jambe droite de son assaillant, le faisant tressaillir et le ralentissant, autant à cause de la douleur, vive quoique supportable, qu’à cause de la surprise. Cela permit au corsaire d’éviter la lame, en reculant le haut de son corps, avant de saisir fermement le bras armé et de le tordre vicieusement. Quelques instants plus tard, l’homme gisait au sol, la gorge tranchée, et Valis s’avançait vers le complice, le mauvais sourire ayant changé d’hôte. Un garçon de mauvaise vie comme celui-ci se devait de savoir ce genre de choses et put donc lui apprendre qu’un navire partait bien en direction de Sartosa, cette nuit même, à une heure où personne n’inspecterait sa cargaison. L’elfe noir le remercia en lui épargnant toute souffrance, lorsqu’il lui ôta la vie.

Valis approcha du navire d’un pas tranquille, observant les silhouettes qui le chargeaient en silence. Le capitaine fut facile à repérer, debout sur le quai, surveillant les opérations auprès d’un type massif qui grondait des ordres d’une voix sourde. Les négociations ne durèrent pas longtemps ; les contrebandiers étaient pressés et la somme proposée pour le transport suffisamment alléchante pour ne pas trop être matière à réflexion. Il paya une poignée de pièces à l’embarquement, ayant affirmé qu’il n’avait rien de plus sur lui, et paierait le reste à l’arrivée. Il espérait éviter ainsi de se faire poignarder et jeter à la mer pendant la traversée. Avant de se retirer dans la petite cabine qui lui avait été laissée, Valis se tourna vers le capitaine :

« Vous connaissez bien Sartosa, Capitaine, je suppose ?

Un hochement de tête lui répondit, tandis que le contrebandier surveillait ses hommes du regard.

« Je cherche une vieille femme, une vendeuse d’herbes et de substances… parfois toxiques. Une dénommée Jeyo. Vous sauriez où je peux la trouver ? »


Dernière édition par Wolfen le Jeu 9 Aoû 2012 - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 26
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Lun 6 Aoû 2012 - 1:39

Toujours pas compris comment Valis se retrouve sur la plage avec Khar puis tout seul avec une traversée sur un radeau au milieu. *grat*

Sinon, heuuu...suite ? XD

Knur'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vavaaaa
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 888
Age : 21
Date d'inscription : 01/05/2011

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Lun 6 Aoû 2012 - 21:30

Citation :
Toujours pas compris comment Valis se retrouve sur la plage avec Khar puis tout seul avec une traversée sur un radeau au milieu. *grat*

Mais aussi, j'ai eut beau tout relire.... y serait-il pas un peu schyzo ?
[Knur'] Ça me rassure parce que j'avais pas envie de tout relire hier soir pour m'en assurer. *^^*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Mar 7 Aoû 2012 - 0:32

Je ne pensais pas que ce serait incompréhensible. :o On verra après le prochain chapitre si ça l'est toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Jeu 9 Aoû 2012 - 15:47

Chapitre IV : Héritage

Il règne à bord de Malédiction une ambiance sinistre alors que la flotte de raid s’approche, ramenant le fruit des pillages sur une ville côtière d’Ulthuan. Le jeune capitaine Valis Mandoror – depuis peu en effet, il dirige son propre navire, le Sombre Voyageur – sait pourquoi, mieux que quiconque. La nouvelle est parvenue la veille, par un petit navire dépêché en éclaireur – et en messager. Un peu en retrait, sur les quais de la formidable cité volante, il attend avec les autres nobles et dignitaires le retour des pillards. J’aurais dû en être. Son poing se ferme et se rouvre machinalement, comme pour expulser la rage qui l’anime. Une malheureuse coupure, gagnée lors du précédent raid, l’a retenu à bord de l’Arche Noire, l’empêchant de se joindre à l’armada menée par son père. Et dire que ce minable keigh-mon savait à peine manier son arme : après avoir défait trois autres gardes de la ville humaine qu’ils attaquaient, il avait glissé dans le sang de l’une de ses victimes, écopant une vilaine entaille avant de trancher la gorge de l’impudent. La blessure ayant été mal soignée, sur le moment, et il avait dû garder le lit, une fois de retour à l’Arche Noire, l’empêchant de prendre part à un raid que tous attendaient. A l’évidence, son équipage lui en voudrait pour un certain temps. Le premier sur les rivages d’Ulthuan depuis des années. En silence, il maudit une fois de plus le Dynaste, Kern Sombrevague, qui dirige l’Arche Noire, un politicien de Naggarond effrayé par son ombre, n’osant jamais rien. Et maintenant… Voilà qui ne va rien arranger.

Il est un peu en retrait et fait les cent pas. Les navires approchent, mais il faut encore attendre et il se sent sur le point d’exploser. Un coup d’œil à son frère aîné, Kalhad, lui apprend qu’il n’est pas le seul dans cet état. Une rude passe pour lui aussi. La défection de l’assassin spécialement délégué à l’Arche Noire, un certain Jeyo, lui a valu de sévères remontrances par le seigneur Sombrevague. A voix basse, Valis grogne. Les navires arrivent enfin à quai. Il va désormais falloir qu’ils s’arriment, que les capitaines descendent, dont le capitaine Tahel Mandoror, son deuxième frère. Il s’imagine déjà la figure faussement attristée que ce dernier va afficher et se rend alors compte qu’il lui faudra toute la maîtrise de son corps pour ne pas sortir son arme et l’égorger sur place. Je n’ai pas oublié, cher frère, la tentative de noyade. Je n’ai pas oublié. Quoique les druchiis aient un rapport particulier à la famille, Valis s’est toujours plutôt bien entendu avec Kalhad – notamment parce qu’en tant que plus jeune frère, il n’a jamais réellement été une menace. Tahel, en revanche, est connu pour sa cruauté et son ambition, ses conflits avec Kalhad ayant causé la mort d’un certain nombre de sous-fifres. Et désormais que Père est mort et que Kalhad est donc le chef de la Maison, cela ne va pas aller en s’arrangeant.

Enfin, les capitaines descendent et Valis repère directement son frère. Grand et musclé – façonné par une vie de corsaire, à bord de son navire, il aurait sans doute été beau sans ce parfum maléfique colorant son visage. Cela fait trois ans, désormais, qu’il a tenté de le faire noyer, pourtant Valis n’a jamais réussi à en trouver l’exacte raison. A-t-il voulu frapper Kalhad au travers lui, montrer que le fratricide ne lui faisait pas peur ? A-t-il craint que Valis ne cherche à se débarrasser lui-même de ses frères ? Autant de questions auquel le jeune druchii n’a pu trouver de réponse.

Une fois les capitaines à quai, le corps est descendu et un silence pesant s’installe. Le redouté Verus Mandoror est amené devant le cortège de nobles mené par le seigneur Sombrevague et Kalhad Mandoror lui-même. Valis s’approche alors, désireux d’écouter le récit de la mort de son père.

« Nous sommes tombés sur la ville comme des rapaces sur une proie, commence un vieil elfe noir, le second de son père. Elle sommeillait et nous avons pris en embuscade les tours de garde, les empêchant de donner l’alerte. Cela aurait pu être le raid parfait, mais une troupe de Maître des Epées résidait en ville ; ils ont organisé la défense et nous avons bientôt dû battre en retraite, avec seulement de quoi remplir la moitié de nos cales. C’est leur chef qui a vaincu le Seigneur Verus ; il y a perdu une oreille et une bonne dose de sang mais il est passé sous sa garde, alors que nous le pensions vaincu. Il lui a entaillé la jambe profondément et le Seigneur Verus a perdu trop de sang. Nous avons pu récupérer son corps, car le Maître des Epées blessé a dû battre en retraite. Cependant… Il a récupéré son sabre. »

Le silence se prolonge. Le Seigneur Verus est célèbre pour ses faits d’armes, mais également pour son épée magique, la Lame des Profondeurs, un sabre ancien, qu’il a acquis dans sa jeunesse et dont il a fait depuis l’emblème de sa famille. Valis attend encore quelques instants puis, en ayant assez entendu, se retire.

---

Trois jours ont passé quand Valis croise enfin Khar, son fidèle Khar, son second à bord du Sombre Voyageur, qui a pris part au raid à bord du navire de son frère.

« Il n’y a pas encore eu de sang versé, lui narre-t-il, mais je m’attends au pire. Kalhad a été privé de son héritage, de ce qui faisait directement de lui l’héritier de Père. La logique eut voulu qu’il hérite en conséquence du vaisseau de Père mais il l’a laissé à Tahel. En contrepartie, Tahel a pour mission directe de récupérer la Lame des Profondeurs. »

Khar prend quelques instants pour peser la situation, dont il avait déjà entendu des bribes.

« Alors tout s’est passé pour le mieux, non ? Tu as hérité de l’anneau de ton père, Tahel a le navire et est envoyé au loin, à pourchasser une épée magique, tandis que Kalhad prend la tête de la famille à bord de l’Arche Noire.

— En théorie, oui. Mais si Tahel récupère la Lame, il l’utilisera à coup sûr pour faire valoir sa légitimité en tant qu’héritier de Père.

— Et ton rôle, dans tout ça ? »

Valis se fend d’un sourire.

« Je chasse la Lame avec mon frère… Et Kalhad m’a confié la mission de lui rapporter directement. »

Je n’ai pas oublié, cher frère. Et ma revanche approche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1929
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Jeu 9 Aoû 2012 - 21:27

Si j'ai bien compris :

Valis butte le tiléen.
Son pote le sauve.
Il se retrouve seul ( *??* ), se balade en tilé. [grosse ellipse = qu'est-ce qu'il va foutre chez la vieille femme (qui a le même nom que l'assassin de l'arche *grat* )]
Rentre chez lui, reprend son rôle dans la maison Mandoror => son père meurt.

Non, c'est moi qui a rien pigé ? XD

Sinon, toujours aussi bien écrit. Je suis ce récit avec attention *gg*.

Ah oui j'allais oublier :

Citation :
keigh-mon

C'est pas plutôt Mon-keigh ? Et surtout : pour moi c'est un mot Eldar. J'ai faux ? (c'est peut-être la même chose dans les deux langues note).

Arthamir, pour vous servir,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 26
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Ven 10 Aoû 2012 - 1:26

Toujours aussi bien écrit.

Artha' a écrit:
Si j'ai bien compris :

Valis butte le tiléen.
Son pote le sauve.
Il se retrouve seul ( *??* ), se balade en tilé. [grosse ellipse = qu'est-ce qu'il va foutre chez la vieille femme (qui a le même nom que l'assassin de l'arche *grat* )]
Rentre chez lui, reprend son rôle dans la maison Mandoror => son père meurt.

Non, c'est moi qui a rien pigé ? XD
T'inquiète, j'en suis au même point. En fait, je pense qu'il prend des chapitres au hasard de son récit déjà terminé pour nous les pondre dans le désordre. XD

Wolfy a écrit:
Je ne pensais pas que ce serait incompréhensible. :o On verra après le prochain chapitre si ça l'est toujours.
Ben ouais.

Au passage :
Citation :
sur les quais de la formidable cité volante
"Cité flottante" plutôt non ? Ou alors les Arches Noires sont devenues super balèzes. XD


Knur' (qui a enfin réussi à corriger Wolfen *woot* )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Ven 10 Aoû 2012 - 1:57

Flottante en effet. ><

Hmpf, ça m'embête, je ne pensais pas que ce serait incompréhensible. Je ne tiens pas à expliquer précisément, je vais voir si j'arrive à amener la chose, mais il y a bien un ordre. Je dirais même, une alternance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 26
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Ven 10 Aoû 2012 - 2:06

Wolfy a écrit:
il y a bien un ordre. Je dirais même, une alternance.
J'avais remarqué mais ça m'embrouille encore plus. *^^*
De toute façon tu es plaisant à lire donc on attendra pour avoir le déclic.


Knur'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Ven 10 Aoû 2012 - 3:34

Hmm, soit. On verra avec le reste, alors.
Pour répondre à Arthamir, non ta timeline n'est pas juste. En revanche, il y a une réflexion pertinente dedans.
Et keigh-mon est le terme elfe pour humain, sauf erreur, dans Warhammer, l'équivalent de mon-keigh dans Warhammer 40K. Je suis absolument incapable de fournir une source, vu que mes souvenirs de lore datent des livres d'armée que j'avais, je ne sais pas quelle version c'était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Sam 25 Aoû 2012 - 16:13

Chapitre V : Pirate

Le pont de la Veuve Saline était balayé par un vent fort et froid qui manqua de déséquilibrer un matelot. Reprenant sa position, il jeta un œil derrière lui et se remit au travail en constatant que le Capitaine n’avait rien manqué de sa glissade. Valis Mandoror sourit : cet équipage ne valait pas son ancien, les féroces druchiis qu’il commandait à bord du Sombre Voyageur, mais il avait appris à le craindre et à le respecter. Il regarda vers le sud et vit ce qu’il cherchait, malgré la distance. Il fit signe à son second, un gaillard râblé à la moustache grisonnante, et lui donna les instructions. Peu après, le vaisseau pirate s’orienta vers le sud, vers sa proie et le butin convoité.

Il avait commencé à bord de la Veuve Saline comme simple matelot, près de deux ans auparavant, peu après son arrivée à Sartosa. Une fois à quai, il avait remis au capitaine du petit navire de contrebande la somme convenue pour le transport. Sa dette réglée, il s’était dirigé vers le centre de la Cité des Pirates, se fiant aux instructions données par le capitaine. La « vieille Jeyo » - l’expression avait arraché un sourire à Valis – était semblait-il connue des marins, leur fournissant herbes médicinales et concoctions diverses, ainsi que mixtures aux effets plus néfastes, quand le besoin se faisait. Il n’avait guère eu de mal à trouver la bicoque d’aspect étrange qui lui avait été décrite et y était entré, après avoir frappé deux fois. La boutique était petite, sombre et charriait une odeur nauséabonde, fruit des émanations des différentes potions entreposées çà et là, et des senteurs marines de l’extérieur. Une voix chevrotante lui avait souhaité la bienvenue depuis un coin sombre de la pièce. L’aspect de la boutique avait certes amusé Valis, mais pas autant que le sursaut de la vieille quand il avait répondu une salutation en Drukh-Eltharin.

La dernière fois que la Veuve Saline avait fait escale à Sartosa, la vieille Jeyo y tenait toujours sa boutique et l’île ignorait toujours tout de son identité. Cela faisait partie du marché : Valis avait tenu sa langue, comme convenu. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour choisir la Veuve comme son futur navire. Même parmi les pirates, sa race avait mauvaise réputation, et n’importe quel capitaine ne l’aurait pas accepté. Celui de la Veuve était alors un grand tiléen du nom de Sheol, une brute à la peau mate couverte de cicatrices de taille et d’origine diverses – lorsque le navire était coincé en pleine mer et que le vent refusait de souffler, il racontait à l’équipage l’origine de l’une ou l’autre de ses blessures. A la recherche d’un équipage prêt à braver les mers du Sud, il n’avait pas rechigné longtemps à recruter quelqu’un comme Valis, en dépit du mépris que suscitaient ceux de sa race parmi les autres populations. Il avait eu le droit au mépris de la part de l’équipage, d’abord. Il avait même dû se défendre, à plusieurs reprises, contre des tentatives de passage à tabac. La troisième fois, c’était un grand impérial, large comme deux hommes et aux mains en forme de marteaux qui s’en était pris à lui, la veille du départ, sous le regard amusé du capitaine – probablement soucieux de savoir si sa nouvelle recrue valait le coup. Il avait esquivé l’attaque et, avait frappé vicieusement l’humain à l’avant du genou. Sa jambe cassée, il avait dû être remplacé à la va-vite par un autre matelot, mais le capitaine n’avait pas semblé lui en tenir rigueur, et le mépris s’était peu à peu transformé en respect parmi l’équipage.

---

La Veuve Saline voguait depuis deux jours vers le sud quand Valis sortit de sa cabine. La vigie ne l’avait pas encore repéré, mais il voyait déjà sa proie. Une joie féroce s’empara de lui : sa patience allait être récompensée. Il avait fallu près de deux ans pour que Sheol ne s’éteigne suite à un repas dont il n’avait manifestement pas assez surveillé la provenance. Une telle mort n’était guère digne de chansons et l’équipage avait livré son corps à la mer avant de déterminer qui serait le prochain capitaine. C’était là que Valis avait tenté sa chance : alors que celui qui était déjà second à l’époque s’adressait à l’équipage d’une voix chevrotante, et qu’une recrue récente promettait monts et merveilles si la Veuve s’orientait vers la Lointaine Cathay, il s’était glissé félinement à l’écart des autres et avait pris la parole. Avec le temps, il s’était mis à parler très aisément le tiléen et c’est ainsi qu’il choisit de s’adresser aux pirates, qui s’étaient retournés vers lui. Il leur parla alors de la Lame des Profondeurs, du trésor qui l’accompagnait et de la gloire dont ils allaient se couvrir. Avec l’arme entre les mains et les créatures des mers à leur botte, la Veuve Saline règnerait en maître sur l’océan. Peu de pirates résistent à de tels discours.

Un cri de la vigie l’avertit que leur proie était enfin à portée de vue. Il n’avait pas pris la peine d’expliquer cela à ses pirates, mais Jeyo, c’était sa part du marché, lui avait remis une substance magique. La poudre ingérée lui permettait de chasser un objet, ou qu’il soit, à condition de connaître son nom. Un rictus carnassier au visage, le corsaire druchii constata que la poudre marchait bien : la Veuve Saline, canons armés, s’approchait maintenant dangereusement du Sombre Voyageur, et de la vengeance du Capitaine Valis Mandormor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vavaaaa
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 888
Age : 21
Date d'inscription : 01/05/2011

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Sam 25 Aoû 2012 - 18:31

c'est toujours aussi bien écrit, par contre, je comprends pas encore bien la timeline.

La veuve Saline, c'est le bateau qu'il a pris en tilée ? Donc après que son frère est essayé de le dessouder ? Mais donc, pourquoi il cherche la lame des profondeur ?

'fin bref, je suis presque aussi paumé qu'avant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1929
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   Mar 28 Aoû 2012 - 0:06

C'est toujours fort sympathique, et enfin il me semble voir apparaître un plausible (et ténu) enchaînement. Ou alors c'est la fatigue qui me fait divaguer ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Récit] De sang et de sel   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Récit] De sang et de sel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Aventures de Gurlizek "hache de sang"
» He - Skaven ile de sang
» Les elfes de sang en manque
» [CDA] La grande compagnie de Kjarl Sang Farouche
» Darkal Dk Dps Sang !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: