Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1927
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Jeu 9 Aoû 2012 - 16:01

Me voilà de retour avec la suite de la Légende de l'épée ! N'oubliez pas qu'elle peut-être lue sans avoir lu le premier cycle, alors jetez vous à corps perdu sur les traces de l'Artefact du Dompteur de Dragon....

Le Cycle I : http://ulthuan-naggaroth.forumactif.com/t4496-recitla-legende-de-l-epee-dragon-de-caledor-cycle-i

La purge d'Haeraverth (nouvelle située chronologiquement entre les deux cycles) : http://ulthuan-naggaroth.forumactif.com/t4716-recitla-purge-d-haeraverth-prologue-au-champion-de-lumiere

***



Le Champion de Lumière



Mille ans se sont écoulés depuis la bataille des Pics de Sang, et la Chute du Grand Ordre des Chevaliers-dragons de Caledor. Les rares personnes à se souvenir de cet âge de ténèbres sont à présent dispersés aux quatre coins du monde.
Mais pourtant, elles se tiennent prêtes, en éveil. Car il se pourrait malgré tout que cette ère ne soit pas tout à fait oublié...
Dans le grand nord, un marteau de guerre livre une bataille sans merci aux pires créatures de ce monde enténébré. Au plus profond des terres du sud, une poignée d'êtres perpétuent une tradition de foi et de feu. Un Artefact légendaire se tient ensommeillé dans une salle de pierre. Dans le Vortex aux milles couleurs, le Créateur veille par-delà la mort.
Nul d'entre eux ne ferais l'erreur de croire l'histoire achevé. Dans le sang des justes elle a commencé, par le sang des justes elle a terminée. Par le sang des justes elle renaîtra.
Car il n'y a que la guerre.



***


La nuit avait recouvert la clairière de son impénétrable manteau, dévorant la lumière du jour pour n'en laisser plus rien. Mise à part l'éclat verdâtre de Morrslieb, annonciateur de mort, la seule lueur à persister dans l'ombre était celle émise par la 7ème compagnie de hallebardiers d'Archendorf. Le flamboiement de leurs torche se réfléchissait sur leurs lames et leurs armures, repoussant les ombres des visages terrorisés des soldats de l'empire.

Au-delà de l'infanterie Sigmarite, la corne résonna une fois de plus à travers la brume. Anreas, au-devant de la première ligne, fixait l'orée du bois d'un air désespéré, ses mains gantelées d'argent esquissant un signe d'impuissance. Il avait échoué. Il les avait tous conduit à la mort.

Risquant un regard en arrière, il les observa. Les fantassins du Hochland, hagards, s'accrochaient à son regard comme à la seule source de salut encore ouverte. Leurs yeux horrifiés le cloua sur place. Il était leur bourreau. Il les avait trahis.

Le général remonta le long de la colonne de hallebardier, son éternel chapeau à plume pourpre brodé d'or en travers du front. Anreas lui fit face, la mort dans l'âme.

_Seigneur champion, il semblerait que nos amis à tête de chèvre se soient joint à la fête. Une sympathique soirée que vous nous proposez là...
_ Je suis désolé, Grégorius. Je...
_Vous n'avez pas à l'être, monseigneur. Nous allons nous préparer à couvrir votre retraite.
_Quoi ? Vous n 'avez pas compris, mon ami. Nous n'allons nul part. Les hommes-bêtes sont partout.

Un petit sourire apparut sur le visage du général.

_Le bois d'Avenwald, au sud, est encore libre. Nous allons couvrir votre retraite pendant que vous fuirez par là-bas.
_Pas question ! Je mourrait avec vous !

Grégorius lui jeta un regard appuyé

_Je ne te laisse pas ce choix, répliqua l'officier impérial en se tournant vers la troupe. Formation en ligne de quatre rangs ! Capitaine Von Albretch, je vous confie la manœuvre !
_Je ne suis pas un soldat à qui tu distribue tes ordres ! J'ai encore le droit de choisir mon destin !
_Justement... non. Tu as fait serment de combattre le chaos, et de nous tous tu est le mieux placé pour le faire. Regarde-les ! fit-il en montrant du doit un jeune conscrit au visage encore lisse. Si l'un d'entre eux survit, il tuera peut-être un hérétique ou deux. Si toi tu survit, tu sauvera des milliers de gens. Je t'en conjure ! Donne un sens à la mort de mes hommes. Permet-leur de mourir pour le Champion de Lumière. Permet-leur d'aider les milliers de gens que tu conduira à la victoire !

Anreas hésitait. Il ne pouvait les laisser subir le fruit de ses erreurs alors que lui-même y survivrai.

_Soldats ! hurla alors le général. Soldats ! Le Champion refuse de partir. Il veux mourir à vos côtés ! Plutôt que de poursuivre l'éternelle bataille contre les forces du chaos, ce lâche préfère tout abandonner ici. Encouragez-le, braves Hochlander, car il doit faire un choix que vous n'aurez jamais à faire !

Un instant, le silence enveloppa la clairière. Puis soudain, toute la colonne clama d'une voix fortes :

_Pour le Seigneur de Lumière !

Les traits d'Anreas se décomposèrent. Grégorius se pencha sur lui.

_ Courez, monseigneur. Vous devez survivre pour le bien de tous.

Le Général fourra un petit objet dans la main d'Anreas avec un clin d'oeil.

_Pour ma femme, au Drakenbourg.

Puis il poussa violemment le Champion vers la forêts.

Des cris inhumains commencèrent à éclater par-delà la compagnie impériale. Anreas se mit à courir, chassant toute pensée de son esprit. Son armure pesait lourdement sur lui, mais il n'en avait cure. Bientôt, il disparu dans la brumes, et ce fut comme si il n'avait jamais été là.

Grégorius le regarda s'en aller, puis s'avança vers la silhouette du capitaine commandant de l'unité.

_Albretch, êtes-vous prêts ?

Le jeune noble opina difficilement la tête. La peur se lisait dans ses yeux couleurs de ciel. Le général inclina son grand chapeau pourpre et lui sourit paternellement en lui serrant la main, à la militaire, avant bras contre avant bras.

Quelques hommes discutaient à voix basse. Grégorius tira son épée et amorça la suite d'ordre légendaire qui précédait chaque combat mené par les forces du Hochland.

_Silence !

Un grand calme retomba sur l'unité. Les bruits en provenance de la forêt n'en furent que plus perceptible. Des hurlements sanguinaires se faisaient entendre à intervalles régulière, chaque fois plus proche, chaque fois plus fort.

_Comprenez vos ordres.

Grégorius ne voyait déjà plus ses soldats. Son regard terrible était braqué sur les brumes, une main sur son épée, un pied en avant. Un vent frais balaya la troupe, faisant sursauter quelques soldats aux nerfs à vifs.

_Ne soyez pas anxieux.

Le général marchait à présent le long des lignes, contemplant ses guerriers avec la fierté d'un père pour ses fils, ses yeux d'aciers plongés dans les leurs. D'autres cris et sons de corne firent trembler les serviteurs de l'empereur, mais ne purent arracher à Grégorius qu'un demi-sourire railleur.

_Conservez votre position dans le rang et la file. Tenez la ligne.

Arrivé au pied de l'étendard brodé d'or, le Commandant de la 7ème armée souleva avec un infini respect l'étoffe consacré et l'embrassa du bout des lèvres.

_Suivez l'étendard.

Un hurlement gigantesque jaillit de la forêt, éructé par des milliers de bouches assoiffés de sang. Puis la terre elle-même se mit à trembler alors que la horde des ennemis de l'humanité chargeait.

Grégorius fit signe à Albretch. Celui-ci dégluti, puis opina du chef avant de tirer son épée, de s'avancer d'un pas et de hurler le plus fort possible :

_Protège nous... !

Et de tout ces hommes terrifiés, du petit tambour recroquevillé au général aux yeux de flammes, de répondre d'une voix terrible à entendre:

_SIGMAAAAR !

***


Le cri qui retenti à travers les collines glaça le sang d'Anreas, bien plus que le hurlement bestial qui l'avait précédé.

Le Champion tituba en s'arrêtant, hébété, les yeux en larmes.

Entrouvrant la main, il distingua l'objet que lui avait remis Grégorius. Il s'agissait d'un petit anneau d'or tout simple, sans fioriture. Une alliance.
Levant lentement les yeux, il vit gravé dans l'écorce d'un arbre la représentation grotesque d'une étoile à huit branches. Une rage sans nom s'empara de lui, et dégainant son épée, il se mit à frapper le symbole maudit à coup redoublé.

_Je vous vengerais ! hurla-t-il à la lune. Par le sang de ces abominations, j'en fais le serment !

Au loin, l'aube se levait sur un nouvel age.

Un age de feu, de lumière et de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 26
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Ven 10 Aoû 2012 - 1:44

Très bonne entrée en matière ! *gg*
Là, tout y es : le style fluide, rien a déplorer de mon côté sur l'orthographe, une grande intensité dans le récit et le sentiment que quelque chose nous échappe pour nous forcer à lire la suite. Mais où est-elle ?

Citation :
_Conservez votre position dans le rang et la file. Tenez la ligne.
Là, je n'ai pu m'empêcher de penser : "Cruauté réveille-toi ! Qu'importe le courroux, qu'importe la ruine, et que l'aube soit rouge ! L'heure est venue ! Cavaliers du Rohan ! Vous avez prêté serment, respectez-le ! Pour le Seigneur et la Terre ! Yah!". *^^*


Knur' (ah, ces moments d'émotions...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1927
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Ven 10 Aoû 2012 - 8:08

'erci *^^*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tharen
Prince
avatar

Nombre de messages : 2336
Age : 19
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 05/06/2012

Feuille de personnage
Nom: Falko Lametranchant
Rôle: Vagabond, mercenaire et soigneur à ses heures perdues
Postures: S'adapter (+) Riposte (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Ven 10 Aoû 2012 - 13:29

Très bon récit, aussi prenant que le premier cycle *clap* , continue ainsi et comme le dis Knur', il y a un petite chose qui nous force presque à te supplier d'écrire la suite!!!XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1927
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Ven 10 Aoû 2012 - 22:06

Citation :
Très bon récit, aussi prenant que le premier cycle
Que tu a lu ? *woot*

Et bien merci pour cet enthousiasme ! Vous m'avez définitivement convaincus d'écrire la suite !


***



Le Manoir était situé au bout de la dernière rue du village, pas très loin de l'orée du bois. C'était une bâtisse relativement cossue, simple d'apparence, avec son rez de chaussé en pierre et son étage en bois de chêne. En vérité, il n'avait rien en commun avec ces grandes demeures de nobles de campagnes telle qu'on en rencontrait parfois sur les hauteurs d'un hameau, mais il semblait inconcevable aux yeux des habitants locaux que l'habitation du « Champion de Lumière » soit une simple « maison », terme par lequel il désignaient à la fois le taudis du garde-chasse et la ferme des Anselm.

L'intérieur, tout de cuir et de bois sombre, exsudait la virilité. Après l'entrée, au porte manteau agrémenté de capes blanches maculés de boue, on trouvait une salle à manger étrangement bien rangés, hormis le tapis couvert de traces de bottes de voyage. Derrière celle-ci se trouvait la pièce principale, un vaste bureau aux boiseries sculptés qui faisait aussi office de chambre si on en croyait le lit de camp défait monté dans un coin de salle.

Un secrétaire Kislévite en bouleau trônait au centre de la salle, recouvert d'une épaisse couche d'ordres de missions et de rapports militaires. Un long fourreau en peau d’aurochs avait été négligemment jeté dessus, laissant apparaître à son sommet une garde d'épée damasquinée. Juste à côté, sur un petit mouchoir blanc, reposait un anneau d'or.

Entre une armure démonté couverte de plaques de sang noire et une armoire pleine d'habits d'apparats encore neufs, un homme se tenait à la fenêtre, observant l'orage à travers la vitre.

Sombre était la lueur de ses yeux, et plus sombres encore étaient ses pensées...

Anreas ne cessait de se rappeler le cri désespéré de ces hommes pour lesquels la foi était le dernier recours. Lui-même n'était pas spécialement croyant, mais l'intensité de cet ultime appel à leur dieu continuait à le remuer au plus profond de son âme.

Son père, pour ce qu'il s'en rappelait, était un fervent Sigmarite, comme la plupart des officiers issus du rang au sein de l'armée impériale. Les dernières images qu'Anreas conservait de lui provenait de cet instant fatal où ce fier guerrier, encore revêtu de son uniforme complet, s'était jeté dans la masse des nordiques épée à la main pour protéger sa mère lorsque la ferme familiale avait été attaquée. Ce dernier cri de souffrance et de mort, il l'avait aussi entendu dans la bouche de son père alors que ce dernier, pressé de toute part, avait fait appel à son dieu pour protéger son fils.

Le Champion fut soudainement arraché à ses pensés lorsque quelqu'un frappa à la porte. Fronçant les sourcils, il alla d'abord jusqu'au secrétaire ou il retira l'épée de son fourreau. Puis, lentement, il traversa sa demeure pour ouvrir la porte.

Ce qu'il vit derrière le laissa pantois. Un immense guerrier au regard de lumière se tenait là, devant lui, un énorme marteau à la main, un sourcil levé. Ses oreilles pointues indiquaient clairement la race à laquelle il appartenait

_Je suis bien chez celui que l'on nomme Champion de Lumière ?

Déconcerté, Anreas observait sans comprendre les yeux de l'elfe, littéralement emplis de flammes, dardant ses deux rayons opalescent vers le visage du Champion.

_C'est à dire que... oui.
_Parfait. Puis-je...

Abasourdi, Anreas mit quelques secondes à comprendre que l'elfe souhaitait rentrer.

_Je... je vous en prie.

L'humain conduisit son visiteur dans la pièce principale. Tout en marchant, il ne cessait de jeter des coups d’œils à cet étrange invité.

A dire vrai, cet elfe n'était pas comme ceux qu'il avait déjà rencontré aux Champs de Fer. Oh, bien sûr, il avait le même type de visage allongé et lisse, la même grâce, les mêmes mouvement fluides, les mêmes vêtements finement tissés. Mais celui-là portait une armure différente, de bien meilleure facture. Ses robes étaient couvertes de boue, ce que le seigneur de l'ost elfiques des Champs de Fer n'aurait jamais toléré. Le marteau qu'il portait n'était pas vraiment le genre d'armes qu’affectionnait les autres Asurs.

L'elfe s'assit posément dans un fauteuil, jetant à œil au passage à la lame nue posée sur le secrétaire. Puis il se mit de nouveau à fixer Anreas.

Après une minute de silence, le Champion se sentait plus troublé que jamais. Le regard de feu qui le dévisageait le déstabilisait, de même que le sans-gêne de cette créature.

_Que... bienvenu au Manoir, finit-il par dire, désespéré à l'idée de voir se poursuivre ce calme dérangeant. Puis-je... apprendre votre nom ?

L'autre esquissa un sourire en coin et ne répondit pas tout de suite, reportant son attention sur l'épée d'Anreas. Se levant, il la prit dans ses mains et l'étudia un instant, laissant l'humain en proie au plus grand désarrois.

Puis, après avoir hoché la tête d'un air satisfait, il reposa l'arme sur la petite table et articula lentement :

_Je m'appelle Yriellen Forgemort, Prêtre de Vaul et Grand-Maître de l'ordre des Chevaliers-dragons de Caledor...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 26
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Sam 11 Aoû 2012 - 0:26

Après le précédent ça laisse sur la fin niveau intensité mais une bonne mise en place du personnage en nous en apprenant plus sur lui (j'étais persuadé que c'était un elfe jusque là *^^*) et on sent que son destin va bientôt basculer.

Par contre : "damasquinée", "exsudait", "opalescent"... Tu assumes une très gros niveau de langage ! J'ai même dû faire un tour dans le dico.


Knur' (et j'oubliais : la suite ? XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Sam 11 Aoû 2012 - 1:58

Bien bien bien. Je vais faire d'une pierre deux coups et essayer de donner mon avis à la fois sur ce début et sur le cycle I, que j'ai fini de lire à l'instant. Rien de très détaillé, juste du global :

A propos de ce premier cycle, donc, je vais être franc et dire que je n'aime pas. Rien à voir avec le style, qui n'est pas désagréable ou le fond lui-même de l'histoire - cette histoire de secte, qui permet de développer un peu les luttes internes aux Asurs, dont on sait très peu. Ce sont des choses qui sont plutôt réussies, des idées qui sont plutôt bonnes, dans l'absolu. Mon problème, c'est le grosbillisme absolu dans lequel le premier cycle nous entraîne. Je l'avais déjà mentionné, mais l'épée qui dérouille une arme de milliers de druchiis, qui est crainte de Malékith, les soucis qui intègrent le Roi Phénix, tout ça me laisse froid et me rebute même un peu.

C'est plus une question de point de vue qu'autre chose, mais il faut comprendre que Warhammer est un univers qui pose problème : en effet, on propose à des milliers de joueurs d'incarner des armées, des seigneurs, des personnages, dans un même univers. Nécessairement, chacun va avoir sa propre histoire, sa propre version, sa propre vision des choses. Quand je jouais, j'avais écrit un petit background pour mon clan Skaven qui avait trouvé refuge dans un endroit en Bretonnie - raison très simple, cela justifiait mes escarmouches contre un ami bretonnien et contre un autre ami jouant orque. Concrètement, rien n'officialisera jamais l'existence de skavens à cet endroit : cela n'existe que dans mon imagination. Il y a donc déjà une division à faire entre l'univers "Canon", celui de Games Workshop, tout ce qui est et existe officiellement, et les univers personnels de chaque joueur. Un jeu qui fait tant travailler l'imagination pousse nécessairement chaque joueur à s'inventer ses propres histoires, qui ne vont pas nécessairement pouvoir coexister avec les autres. Mais pourtant, l'important à mon sens c'est de permettre cela. De permettre à mon histoire et à celle qu'écrirait Knur', ou Narog, ou n'importe qui d'autre, de se passer dans le même univers, sans se contredire, sans marcher sur les plates bandes les uns des autres. Cela n'est possible qu'en adoptant un point de vue relativement modeste quant à ses propres personnages et objets : les personnages spéciaux décrits par Games Workshop dans les LA et autres sont des modèles de puissance qui ne peuvent être égalés. Plus encore, une règle que je m'impose est tout simplement d'éviter de les mêler à mes histoires. Je n'y perd quasiment jamais à la narration, et j'évite de gêner le lecteur avec d'éventuelles contradictions.
Voila mon point de vue : chacun écrit son histoire, mais pour qu'elle puisse être reliée à un univers commun à tous, il faut qu'elle demeure relativement modeste. Alors forcément, quand je lis les exploits de l'Epée, ce qu'il advient des divers Roi Phénix, le fait que le "meilleur bretteur de Naggaroth" se fasse dérouiller, que Malékith la redoute, etc., cela me fait grincer des dents.

Voila globalement mon point de vue : le cycle est trop long pour que je fasse une critique détaillée de la forme, mais celle-ci est agréable. Tu écris naturellement bien, et comme tu écris beaucoup, cela ne va aller qu'en progressant. Je ne peux juste pas adhérer au fond, qui me laisse de marbre pour les raisons suscitées.


Ceci étant dit, passons à ce cycle là et à ces deux extraits. Je vais encore faire court, pour une raison différente : je suis claqué. ;p
Grosso modo, il y a très peu à redire. Ce sont des récits introductifs, on sent bien qu'on n'entre pas dans le vif du sujet mais qu'on commence à esquisser les personnages. J'avoue que le lien entre le premier et le deuxième chapitre ne m'apparaît pour l'instant pas évident - au sens où, à part présenter le personnage d'Anreas, je ne suis pas encore sûr que le premier chapitre ait en soit eu un intérêt pour la suite de l'histoire. Mais tout cela importe peu : tu nous fais rentrer dans ton histoire et ça marche. Le premier chapitre est somme toute assez classique, avec un "last stand" héroïque, une ovation pour le "Champion de la Lumière" - j'avoue n'avoir pas bien compris de quoi il s'agissait, mais je mets peut-être ça sur le compte de l'heure et du manque de sommeil - et cela fonctionne bien. Le deuxième chapitre est particulièrement bien écrit, avec des descriptions qui font mouche, un vocabulaire clairement recherché et une fin qui permet de relier au premier cycle.

Ce que j'aime beaucoup, particulièrement, dans ce début de cycle, c'est que le personnage principal ne m'a pas l'air héroïque. Bon, son père est mort en défendant sa famille, c'est un peu classique. Tu aurais d'ailleurs pu jouer là-dessus pour relier cela au sacrifice du général dans le premier chapitre : les deux scènes ont beaucoup en commun et il ne sera sans doute pas passé à côté ; qu'est-ce que ça lui inspire ? Comment cela va changer sa détermination ? En tout cas, on a un héros, avec un titre, et il ne s'assume pas, il refuse d'assumer sa charge et est prêt à se sacrifier - montrant son courage, sa droiture d'esprit - plutôt que de laisser ses compagnons se sacrifier pour lui - le choix qu'il lui faut assumer car de grands pouvoirs appellent de grandes respons... Ahem, je m'égare. Toujours est-il qu'on a un héros paumé, dont on ne sait toujours pas pourquoi il se retrouve proclamé "Champion de la Lumière", qui ne s'assume pas et qui est au final moins héroïque d'apparence que le général prêt à se sacrifier ou l'elfe mystérieux.

Du tout bon, donc. La suite. :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1927
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Sam 11 Aoû 2012 - 8:44

Citation :

A propos de ce premier cycle, donc, je vais être franc et dire que je n'aime pas. Rien à voir avec le style, qui n'est pas désagréable ou le fond lui-même de l'histoire - cette histoire de secte, qui permet de développer un peu les luttes internes aux Asurs, dont on sait très peu. Ce sont des choses qui sont plutôt réussies, des idées qui sont plutôt bonnes, dans l'absolu. Mon problème, c'est le grosbillisme absolu dans lequel le premier cycle nous entraîne. Je l'avais déjà mentionné, mais l'épée qui dérouille une arme de milliers de druchiis, qui est crainte de Malékith, les soucis qui intègrent le Roi Phénix, tout ça me laisse froid et me rebute même un peu.
Je comprend tout à fait. Mais il faut faire je pense une distinction entre deux chose : un historique d'armée, que l'on va raconter à ses potes et utiliser pour le background de chaque bataille (j'ai rédigé d'ailleurs une longue chronologie pour justifié l'existence de mon clan ES, lequel est des plus banal), qui effectivement doit s'accorder aux "Canons" GW, et cette chanson de Geste que j'ai raconté. Surtout que cette dernière est sensée être scandée en vers dans une taverne enfummé par un ménéstrel bourré, ce qui me donne une certaine "élasticité" niveau grosbillisme. Quant à l'intervention du roi phénix, eh bien... je me range à ton côté.
Citation :

mais l'épée qui dérouille une arme de milliers de druchiis
Normalement jamais *grat*. Sauf au tout début, mais là il les met en fuite sur un coup de chance en utilisant la formation Druchii (en colonne), ce qui est très différent. Mais enfin, à défaut d'en tuer des milliers, elle en tue plusieurs centaines, ce qui en soit est déjà pas mal...

C'est vrai que je me suis très fortement écarté de l'univers GW (ce qui n'était d'ailleurs pas mon intention au début... enfin passons), et pas forcément pour le mieux.

Merci de m'avoir lu *^^*,

Artha'

PS : Ah, oui, et la première scène n'est pas superflue... Cette fois-ci (au contraire du cycle I), je sais déjà quelle sera la suite, donc rien dn'est dû au hasard... *euh*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gromdal
Thane, Ambassadeur (et amateur de Chiantos aussi)
avatar

Nombre de messages : 2605
Age : 21
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 16/06/2012

Feuille de personnage
Nom: Brunkni Throndinsson
Rôle: Orfèvre itinérant
Postures: S'adapter (+) Berserk (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Sam 11 Aoû 2012 - 10:55

Beau, simplement. Je pourrais aussi rajouter : captivant, bien écris et ... euh... 'fin bon voilà. Mais ça ne ferait que répêter les autres, alors je dirais simplement : beau.

Du beau boulot, mais je ne peux m'enpêcher de regretter le cycle I ( *love* ) avec son magnifique style qui me faisait penser au Silmarilion ( *love* ). Dommage, mais ça ne m'empêchera pas de te lire avec assiduité ! *;)*

_________________
Spoiler:
 

Uzkul ged a ibid Dawi. Bar Dawi urz grim un grom, un ekrokit "Nai. Drekgit.". Un Uzkul drekged.
Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://karak-grom.webnode.fr/
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Sam 11 Aoû 2012 - 11:40

Citation :

Je comprend tout à fait. Mais il faut faire je pense une distinction entre deux chose : un historique d'armée, que l'on va raconter à ses potes et utiliser pour le background de chaque bataille (j'ai rédigé d'ailleurs une longue chronologie pour justifié l'existence de mon clan ES, lequel est des plus banal), qui effectivement doit s'accorder aux "Canons" GW, et cette chanson de Geste que j'ai raconté. Surtout que cette dernière est sensée être scandée en vers dans une taverne enfummé par un ménéstrel bourré, ce qui me donne une certaine "élasticité" niveau grosbillisme. Quant à l'intervention du roi phénix, eh bien... je me range à ton côté.

Je ne vois pas la différence entre les deux. ;p Tu peux tout à fait créer un historique d'armée, puis des histoires dérivées, etc.. L'idée c'est que si tu peux tout recaser dans un univers commun, c'est mieux.
Et effectivement, le récit de ménestrel accorde de la souplesse (je l'avais précisé dans mon commentaire sur le prélude, cela autorise des petits écarts) mais ton cycle ne l'est qu'au début, puisque par la suite tu le mêles à d'autres genres. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1927
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Sam 11 Aoû 2012 - 11:48

Oui, mais les gros moments de bourrinismes sont toujours dans le cadre de la chanson de geste *^^*.

Sinon, je m'explique pour la distinction entre Fluff perso et récit : le fluffp est destiné à être mis en "application", puisque je vais jouer avec d'autres joueurs. Mon historique doit coller au leurs, donc pas d'écarts trop important.
Le récit, c'est juste une belle (enfin, ça dépend du point de vue) histoire pour le plaisir des yeux, et qui se case dans l'univers GW (avec de gros sabots, je te l'accorde XD).

@ Grom' : merci *:)*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1927
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Jeu 30 Aoû 2012 - 21:33

Pas d'action, mais l'histoire avance, lentement mais surement...


***

Anreas hocha lentement la tête.

_Ah... Et que me vaut l'honneur de votre visite ?
_J'ai... j'ai une histoire à vous raconter.

Le Champion commençait à se demander si l'elfe n'était pas fou. Haussant les sourcils, il prit une grande inspiration.

_Mais... Pourquoi pas ? Voulez-vous un verre de quelque chose ?

Yriellen laissa échapper un soupir. Il était visiblement épuisé. En l'observant bien, Anreas vit que derrière la figure du guerriers fier et implacable se cachait un autre visage. Celui d'un être passé, issu d'un âge révolu, dépassé par les événements de cette ère nouvelle. Vu sous cette angle, avec sa robe trempée et son dos courbé, il inspirait presque de la compassion.

Puis l'elfe se redressa et son regard terrible se fixa à nouveau sur le Champion.

_Ce ne serait pas de refus.

Anreas alla ouvrir un petit buffet d'où il tira une bouteille et deux petits verres de cristal. Sans attendre, il en offrit un à Yriellen et le remplit à demi d'une liqueur couleur de sang.

Ce dernier trempa ses lèvres dans l'alcool et fit claquer sa langue.

_Moi qui croyait que vous autres humains étaient incapables de faire du bon vin...
_Il vient des vignes impériales d'Ostenwald. C'est ce qu'il y a de meilleur dans tout l'empire. J'en ai reçu une caisse après la victoire d'Elden sur la horde du seigneur de guerre Karnag Ké For'.
_Vous commandiez l'armée humaine ?
_Non, je... Je n'ai jamais été un officier impérial à proprement parler. Je commandais une... une compagnie de mercenaires.

Yriellen fronça les sourcils.

_De mercenaires ?
_Oui... Une poignées d'hommes désespéré prêts à tout pour combattre le chaos et la destruction. Nous étions des orphelins de guerre, des rescapés de massacres sans noms. Lorsque le Comte Électeur du Solland a rassemblé une armée pour mettre fin aux exactions des peaux-vertes aux abords des montagnes du bord du monde, moi et mes frères d'armes s'y sont engagés. Par la suite, j'ai souvent comparé notre résignation à celle des nains qui prêtent le serment du tueur, si vous voyez ce que je veux dire.

Yriellen opina lentement du chef.

_Enfin bon... Toujours est-il que nous nous sommes fait massacrer. Les orcs ont tués le général Von Griesten, et ce fut la déroute générale. L'archidiacre Helmut von Riecher a tenté de rallier l'armée, mais le seigneur de guerre peau-verte l'a malheureusement taillé en pièce. Les derniers bataillons d'élite de la garde du général on finit par céder, et au soir, la débandade était complète.

L'elfe acquiesca.

_Mais... Vous dans tout cela... ?
_Mes compagnons sont tous morts dans les premières minutes du combat. Lorsque l'archidiacre est tombé, et que l'armée prit la fuite, il me semblait que je n'avais plus aucune raison de vivre. J'ai brandi mon épée et j'ai beuglé : « Pour la Lumière ! » en chargeant tout seul les orcs. Et un homme m'a suivi. Puis deux. Puis vingt. Et bientôt, c'est toute l'armée qui me suivait en hurlant.

Yriellen haussa les sourcils d'un air impressionné.

_Et les orcs ?
_Nous les avons frappés comme le marteau de Sigmar Lui-même. J'ai personnellement terrassé le seigneur de guerre Karnag Ké For', ou du moins je l'ai sévèrement blessé. J'ai tué des dizaines d'orcs, si bien que j'ai finit couvert de sang. Et ils m'ont acclamés. Ils m'ont appelés le Champion de Lumière. Et j'ai continué à tuer...

Puis d'un seul coup, Anreas se redressa et tourna son visage vers l'elfe.

_Mais... Qu'est-ce que je vous raconte ? Qui êtes vous ? Que...

Yriellen fit un geste apaisant.
_J'ai une proposition à vous faire. Vous êtes libres d'accepter ou de refuser.
_Alors proposer et partez sur le champ.

Les yeux de l'homme lançaient des éclairs.

_Je... Je doit d'abord vous conter une histoire.
_Quelle histoire ? répliqua hargneusement Anreas.

Le regard de lumière s'étrécit.

_Que savez-vous d'Ulthuan ?
_A peu près rien.

Yriellen sourit.

_Je vais vous parler de l'Ordre des Chevaliers-dragon de Caledor, et de leur artefact. L’épée elle-même fut forgée par Caledor le Dompteur de Dragons, en plein âge de ténèbres. Les démons parcouraient la terre tandis que le grand mage battait le vif-argent dans le temple sacré. On dit que le glaive fut créé par les flammes d’Asuryan en son oratoire béni. Sa lame était d’ithilmar pur, et les gemmes et runes qui la parsemaient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gromdal
Thane, Ambassadeur (et amateur de Chiantos aussi)
avatar

Nombre de messages : 2605
Age : 21
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 16/06/2012

Feuille de personnage
Nom: Brunkni Throndinsson
Rôle: Orfèvre itinérant
Postures: S'adapter (+) Berserk (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Ven 31 Aoû 2012 - 9:40

Bien, très bien trèèèès très bien... XD Comme dirait l'autre, ça évolue lentenment, mais sûrement, et je rajouterais agréablement.

Juste que certaines remarques d'Ylthiel ne sont adéquates dans la bouche d'un Elfe.

Et puis "Mais... Pourquoi pas ? Voulez-vous un verre de quelque chose ?" ... euh... "voudriez vous à boire ?" serais, à mes yeux, mieux.

Ah, oui : "Moi qui croyait que vous autres humains étaient incapables de faire du bon vin..." Non, de la part d'Ylthiel, ça vas pas du tout ! Ce sont des paroles de Nain, ça, pas d'Elfe, ils ne sont pas aussi francs ! Il dirait, d'après moi " Ce vin est étonnemment bon." ou un truc du genre.

"Par la suite, j'ai souvent comparé notre résignation à celle des nains qui prêtent le serment du tueur, si vous voyez ce que je veux dire." relativement cultivé, le type qui dit "j'ai beuglé " 5 min après...

Sinon, il y a quelques fautes de grammaire et d'orthographe, mais c'est minime. (juste : "Alors proposez et partez"

Voilà, bonne continuation !

Grom'

_________________
Spoiler:
 

Uzkul ged a ibid Dawi. Bar Dawi urz grim un grom, un ekrokit "Nai. Drekgit.". Un Uzkul drekged.
Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://karak-grom.webnode.fr/
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1927
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Ven 31 Aoû 2012 - 10:40


Citation :
Ah, oui : "Moi qui croyait que vous autres humains étaient incapables de faire du bon vin..." Non, de la part d'Ylthiel, ça vas pas du tout ! Ce sont des paroles de Nain, ça, pas d'Elfe, ils ne sont pas aussi francs ! Il dirait, d'après moi " Ce vin est étonnemment bon." ou un truc du genre.
Je part du principe que l'elfe est plus ou moins orgueilleux par nature, même Yriellen, plutôt "humble" selon les standards HE.
Citation :
"Par la suite, j'ai souvent comparé notre résignation à celle des nains qui prêtent le serment du tueur, si vous voyez ce que je veux dire." relativement cultivé, le type qui dit "j'ai beuglé " 5 min après...
C'est l'état d'esprit d'Anreas qui change. Il s'enfonce dans son rêve un peu nostalgique, retrouve ses origines modestes. Désillusionné par les évenements du premier texte, il se met à détester tout ce qui l'a poussé à devenir ce qu'il est. C'est donc voulu.

Citation :
Sinon, il y a quelques fautes de grammaire et d'orthographe, mais c'est minime. (juste : "Alors proposez et partez"
Euhhhh... Malheuresement, on y coupe pas avec moi... XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Ven 31 Aoû 2012 - 13:28

Les remarques de Gromdal me semblent judicieuses.
Pour le reste, j'ai un souci dans ce passage, c'est que je n'y crois pas. La manière dont Anreas parle de lui-même, etc., je trouve ça très peu crédible. Mon problème, c'est que je n'ai pas d'exemple précis ou de conseil pour changer cela mais globalement, faire raconter à un personnage ses propres aventures, c'est rarement facile parce que ça demande de la part de celui qui écrit de se mettre vraiment dans la peau du personnage, à ce moment, et de s'imaginer comment il le dirait. Mon conseil serait de faire raconter cela par une tierce personne, ou alors de retravailler petit à petit le dialogue jusqu'à lui donner quelque chose de sincère. Là tout est trop abrupt.
La manière dont tu amènes le récit, via la caisse de vin, est une bonne idée. Cela ajoute justement une touche crédible. En revanche, il est peu probable que les humains connaissent le nom de tel ou tel seigneur orque. Parler d'une horde de peaux-vertes me semble suffisant. La suite, en revanche... La comparaison avec les tueurs nains me semble difficile à placer dans la bouche de l'humain lui-même ; cela devrait venir de l'elfe lui-même, ou de "on m'a dit qu'en ce temps, nous ressemblions plus à une bande de tueurs nains, peu soucieux de la vie ou de la mort, qu'à de fiers citoyens impériaux" ou autre du genre, via une tierce personne.
De manière générale, ce qui se dégage de ton personnage (l'humain), c'est quelqu'un d'humble, de renfermé sur lui-même. Cette manière de parler si ouvertement à un étranger est vraiment... bizarre.

Je ne sais pas, de manière générale, le passage est bien écrit mais quelque chose cloche. Je résumerai par mon commentaire initial : je n'y crois pas.


Citation :

moi et mes frères d'armes s'y sont engagés

moi et mes frères d'armes nous y sommes engagé*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1927
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Ven 31 Aoû 2012 - 15:51

Citation :

Pour le reste, j'ai un souci dans ce passage, c'est que je n'y crois pas. La manière dont Anreas parle de lui-même, etc., je trouve ça très peu crédible. Mon problème, c'est que je n'ai pas d'exemple précis ou de conseil pour changer cela mais globalement, faire raconter à un personnage ses propres aventures, c'est rarement facile parce que ça demande de la part de celui qui écrit de se mettre vraiment dans la peau du personnage, à ce moment, et de s'imaginer comment il le dirait. Mon conseil serait de faire raconter cela par une tierce personne, ou alors de retravailler petit à petit le dialogue jusqu'à lui donner quelque chose de sincère. Là tout est trop abrupt.
Patience, mes amis... La magie est omniprésente dans le monde de warhammer...

Citation :
Les remarques de Gromdal me semblent judicieuses.
Chacun a son idée de l'elfe. Telle est la mienne *^^*

Citation :
il est peu probable que les humains connaissent le nom de tel ou tel seigneur orque
Tu n'as pas tort... mais ils connaissent bien Giff eud fer, non ? Et Grimgor ? *grat*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llomarin
Prince
avatar

Nombre de messages : 1770
Age : 28
Localisation : Au nord de l'Echine du Dragon
Date d'inscription : 25/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Lucius Tarkyn
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Ven 7 Sep 2012 - 22:31

Ce début de cycle me semble prometteur.
Je ne vois pas de gros défauts pour l'instant.

La balle est dans ton camps pour confirmer ça.

_________________
« Qu’il ne soit fait aucun quartier. Je veux entendre leur cri. Faites les souffrir. Mutilez leurs corps pour que même Isha ne puisse reconnaître ses enfants. »
Tyrus, dynaste elfe noir

Mon armée, ma saga et mes dessins

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsbrulants.site.voila.fr/
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1927
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Ven 7 Sep 2012 - 22:42

Je ne peux à prioris que progresser avec vos conseils (sauf si je les prend à contre-pied, mais ce ne serais pas volontaire *^^*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alanrias
Héraut
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 22
Localisation : Ulthuan, route du temple de Vaul.
Date d'inscription : 07/02/2012

Feuille de personnage
Nom: Alanrias
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Lun 10 Sep 2012 - 10:52

Magnifique ce deuxième cycle *clap* !
Bon comme le dit Wolfen toujours un peu "démesuré" *:)* mais moins que le premier *:p* ,
Vu que tous les commentaires constructives on était dit moi je propose d’enchaîner Artha' à son ordi ( en tout bien tout honneur *^^* )


Dernière édition par Alanrias le Lun 10 Sep 2012 - 15:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narog
Fils de la lune sanglante
avatar

Nombre de messages : 2012
Age : 27
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/12/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Lun 10 Sep 2012 - 13:34

Alanrias a écrit:

Bon comme le dit Narog toujours un peu "démesuré" *:)* mais moins que le premier *:p* ,
Euh?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alanrias
Héraut
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 22
Localisation : Ulthuan, route du temple de Vaul.
Date d'inscription : 07/02/2012

Feuille de personnage
Nom: Alanrias
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Lun 10 Sep 2012 - 14:45

Citation :
Alanrias a écrit:

Bon comme le dit Narog toujours un peu "démesuré" mais moins que le premier ,

Euh?

Bien la manière dont tu explique que son fluff n'est pas "humble" qu'une épée pourfendant des centaines de druchiis par bataille en abrégé c'est de la démesure *^^* ...
Ou qu'un humain tous fou arrive à se faire le chef de guerre orc et autre et rallier toute une armé c'est dans la démesure ( cela dit la démesure à du bon parfois *siffle* ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narog
Fils de la lune sanglante
avatar

Nombre de messages : 2012
Age : 27
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/12/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Lun 10 Sep 2012 - 14:54

Tu dois confondre avec WOlfen, où alors j'ai un fameux problème de mémoire et une mauvaise vision qui m'empêche de voir mes messages sur ce topic ^^'

Narog, qui fera une critique plus tard.


Dernière édition par narog le Lun 10 Sep 2012 - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alanrias
Héraut
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 22
Localisation : Ulthuan, route du temple de Vaul.
Date d'inscription : 07/02/2012

Feuille de personnage
Nom: Alanrias
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Lun 10 Sep 2012 - 15:14

Rooooo la honte *honte* .... En même temps il n'y à que un seul loup sur ce forum à mes yeux ( et une seul souris, un seul nain, un seul HE flooder, et un seul grand méchant modo K... *:p* )
Donc je corrige dsl à Wolfen *^^* ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1927
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Lun 10 Sep 2012 - 19:40

Citation :

Ou qu'un humain tous fou arrive à se faire le chef de guerre orc et autre et rallier toute une armé c'est dans la démesure ( cela dit la démesure à du bon parfois *siffle* ...)

Les prêtre guerriers de sigmar sont sensés faire ca tout les jours (en prenant leur pt'tit dèj' *:p*)
Quant à tuer un chef orque... C'est l'équivalent d'un général de l'empire au moins, donc ca reste plausible. (a mon sens)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gromdal
Thane, Ambassadeur (et amateur de Chiantos aussi)
avatar

Nombre de messages : 2605
Age : 21
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 16/06/2012

Feuille de personnage
Nom: Brunkni Throndinsson
Rôle: Orfèvre itinérant
Postures: S'adapter (+) Berserk (-)

MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   Lun 10 Sep 2012 - 20:57

Arthamir a écrit:
Les prêtre guerriers de sigmar sont sensés faire ca tout les jours (en prenant leur pt'tit dèj' *:p*)
Quant à tuer un chef orque... C'est l'équivalent d'un général de l'empire au moins, donc ca reste plausible. (a mon sens)
Je suis d'accord. Même si les prêtres de sigmar sont un peu plus ... fanatiques. *:D*

Mais pour tuer un chef orc, y a rien de difficile (sauf si il s'appelle Grimgor Boit'en Fer *^^* ). Les Nains font ça au moins 1 fois par ans depuis 4053 ans (ou à pey près), alors...

_________________
Spoiler:
 

Uzkul ged a ibid Dawi. Bar Dawi urz grim un grom, un ekrokit "Nai. Drekgit.". Un Uzkul drekged.
Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://karak-grom.webnode.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Récit]La Légende de l'Epée-Dragon de Caledor, cycle II
» [Investigation] Qui mourra dans La Légende Renaît ?
» [Fan-fiction] Il était une légende ... Sélène. Final Chapitre.
» [Fan-Fiction] La légende de Denta-nui livre 1: Huit Makuta.
» Battosai - [gardien de la légende et le squig]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: