Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Jeu 9 Juin 2005 - 15:08

Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch

Acte I Seule la mort libère de la vengeance

Magnor acheva d’enfiler son armure et attrapa son arbalète, enclenchant un chargeur dans le mécanisme avant de sortir de la tente. Les cornes d’alarmes Druchii résonnaient dans le campement, ce qui, couplé au fracas de la bataille en contrebas donnait a la scène une dimension apocalyptique. Le jeune Druchii pus enfin voir ses ennemis : une horde de barbares, vêtus en tout et pour tout de pagnes teints en rose et de capes de fourrures d’un violet écœurant, couverts de scarifications rituelles qui formaient des symboles abjects en l’honneur de leur dieu… Slaanesh… Ils maniaient des armes aussi grossières que les anneaux et crochets qui étaient enfoncés dans leurs chairs. Ils combattaient avec une sauvagerie démente, poussant de déroutants cris d’extase alors même qu’ils étaient abattus par les Dranachs et les Uraithen des Druchii. Le Patricien à la droite de Magnor donna alors l’ordre de faire feu à son régiment et le ciel fut noirci par la pluie d’acier crachée par les Uraithen. Les Maraudeurs subissaient de lourdes pertes mais ne semblaient pas vouloir céder un pouce de terrain, alors que les Druchii, surpris au beau milieu de la nuit et largement dépassés en nombre, commençaient à refluer vers la colline où se trouvaient les arbalétriers. Mais, alors que tout semblait perdu, les Exécuteurs de Har Ganeth frappèrent le flanc de l’ost Slaaneshi avec la puissance d’un raz-de-marée. Les Maraudeurs furent taillés en pièce par les Draïch tournoyant dans une gracieuse danse de mort, tuant un ennemi à chaque fois qu’ils s’abattaient. Au milieu d’eux, Magnor reconnut son père et son cœur se gonfla de fierté en le voyant ainsi, au milieu des ces incarnations de la fureur de Khaine, le Dieu à la Main Sanglante, punissant les ennemis des Elfes Noirs dans le sang. Puis, il le vit. Immense, maniant 2 lames aux courbes cruelles, son torse couverts de cicatrices rituelles, traces d’un antique rituel d’auto mutilation. Sa tête, nue et chauve, portait les mêmes stigmates, marque ultime de son allégeance au dieu des excès… Tout autour de lui, ses suivants reprenaient courage et scandait son nom dans une mélopée obscène… Kae’Urliss … Kae’Urliss… Les Exécuteurs se figèrent, momentanément pétrifiés a la vue de cette abomination. Le champion de Slaanesh enfonça alors leurs rangs, suivi des ses gardes du corps. Le père de Magnor fut le premier à mourir, son crâne fendu par l’un des sabres du Slaaneshi. Le jeune Druchii hurla sa rage alors même que les Exécuteurs étaient mis en déroute, entraînant avec eux le reste de l’armée Druchii. Au même moment, les cavaliers maraudeurs Hungs frappèrent les régiments d’arbalétriers et les flancs de l’ost elfique, transformant la retraite en déroute… Lorsque Kae’Urliss brandit la tête tranchée du Dynaste Hekor Sardek, commandant de l’armée, la déroute se mua en course pour la survie, laissant les servants du Prince du Chaos libres d’organiser le massacre… Lorsque l’aube pointa enfin, un dixième des Druchii, dont un jeune arbalétrier du nom de Magnor, avaient survécus et se dirigeaient vers Har Ganeth… Et vers leur châtiment…

Acte II Le Seigneur du Trône de Sang

Les Exécuteurs étaient morts… Les survivants avaient été offerts en sacrifice à Khaine afin d’apaiser le courroux du dieu a la Main Sanglante après la débâcle de la semaine passée. Les autres survivants Druchii attendaient avec résignation le verdict de Vraneth le Cruel, réputé pour être de loin le plus sadique des maîtres de cité Elfes Noirs ce qui n’augurait rien de bon quant à leur sort…
La porte d’airain s’ouvrit avec un fracas de tonnerre alors que Magnor pénétrait dans la salle du Trône de Sang, ou siégeait Vraneth le Cruel, encadré par le Maître des Exécuteurs, Tullaris et par une autre silhouette, vêtue de la cape rouge sang du Haut Exécuteur. Kaschlyn, tel était le nom de celui qui était le bras droit de maîtres, un être sans scrupules, dénué de pitié, possédant un cœur aussi dur et froid que l’airain des murs de la pièce ornée de fresques à la gloire du peuple Trône dans laquelle le jeune arbalétrier venait de pénétrer. La seule lumière provenait des braseros disposés tout autour de la salle, accrochés aux gigantesques colonnes ornées de lames cruelles sur toute leur longueur. Une voix profonde et grondante jaillit de la gorge de la créature qui siégeait sur le trône, de laquelle émanait une aura de puissance et de cruauté telle que l’on racontait qu’aucun Druchii ne pouvait soutenir le regard du maître de Har Ganeth.
-« Alors c’est vous… Magnor…Le seul de ce ramassis de larves à avoir osé me demander audience après cette honteuse débâcle… Puissiez vous être maudit… A présent parlez, et vite, a moins que vous ne soyez venu quérir ici une mort lente et douloureuse ? »
-« Je viens implorer votre grâce, répliqua Magnor d’une voix étonnement ferme mais en gardant la tête fixé sur le dallage, et le droit de rechercher vengeance pour le meurtre de mon père. »
-« Votre père…Oui… Je me souviens à présent… Un grand soldat, mais trop faible pour être irremplaçable… Nul ne l’est le savez vous… »
-« Je viens quémander le droit être instruit des arts de l’Exécuteur »

Un silence pesant s’installa alors, rompu par le bruit rauque et profond de ce qui devait être un rire. La chose assise dans l’ombre riait. Un rire froid, cruel qui glaça le sang de tous les Druchii présents. Puis il se leva, dominant l’assemblée entière du haut de ses 2metres10, vêtu d’une armure ornementée enveloppée d’une toge noire rehaussée de rouge et d’or, le maître de Har Ganeth descendit avec lenteur les marches de l’estrade pour se retrouver à hauteur de Magnor. Une main gantée d’acier trouva la gorge du jeune Druchii et le souleva au dessus du sol, les pieds battant dans le vide.
-« Votre insolence devrait m’exaspérer mais elle m’amuse… Et me plait… Pour devenir un Exécuteur, il faut avant tout savoir se montrer sans pitié… Trouvez vos anciens compagnons d’armes… Tuez les tous… Sans exception aucune… Offrez leurs cœurs à Khaela Mensha Khaine… Tel sera le prix de votre grâce… Prenez les par surprise… Aucun ne doit survivre à cette nuit… Telle est la pitié de l’Exécuteur… ».

Il lâcha Magnor, qui retomba lourdement au sol. Le Druchii quitta la salle sans un regard en arrière… Cette nuit serait celle de la mort… Et le lot de souffrances qu’elle apporterait serait dédié entièrement à Khaine.



-Magnor-


Dernière édition par le Jeu 9 Juin 2005 - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Jeu 9 Juin 2005 - 15:08

Acte III La pitié de l’Exécuteur

Une ombre se glissa dans la nuit, longeant les battisses de pierre froide qui composaient la prison de Har Ganeth. Elle se rapprocha de la porte de la 1ere cellule. Le cri que poussa l’elfe alors que son cœur lui était arraché retentit dans la nuit. Les gardes accoururent. Ils n’eurent pas le temps de voir le cadavre. Un coup sec trancha la gorge du premier avant de frapper le second au sternum. Les cris de douleur reprirent. Une à une, les gardes retrouvèrent les cellules forcées, leurs occupants sauvagement éviscérés, leur cœurs palpitants tranchés en deux dans un abject cérémonial… Seul un démon pouvait commettre un tel massacre… La panique s’empara des gardes et se répandit comme un feu de broussailles dans toute la prison et jusqu’au palais. Mais, dans l’enceinte de celui-ci, le Seigneur Vraneth le Cruel se réjouissait de ces événements et savourait chacun des rapports transmis par ses officiers. Ils faisaient état de morts atroces. Les prisonniers semblaient les victimes d’un démon… Un démon ricana Vraneth… Un démon… Agissant avec froideur, minutie, sans pitié ni scrupules… Exactement les qualités qu’il recherchait. La mort de sa mère, victime des Asurs et celle plus récente de son père avait convenablement refroidi le cœur de ce Druchii… Parfait… Il ferait une excellente recrue. Il conviendrait même d’en faire l’élève de Kaschlyn. Dans la prison, les massacres continuaient. Magnor, se retrouva face à son ancien supérieur, le Patricien Keran.
-« Ma-Magnor … », balbutia-t-il
-« En effet… J’apporte la pitié de l’Exécuteur… Je suis son messager ! »
-« Qu'est-ce-que… »
Magnor tira une dague, et d’un coup sec, ouvrit la poitrine du Druchii pour arracher son cœur encore palpitant avant de l’ouvrir en deux d’un coup de son arme. Les yeux du patricien, écarquillés par la douleur firent partir Magnor d’un grand rire qui se fit entendre malgré les hurlements de l’agonisant.
-« Seul le faible ressent la douleur… Tu es un faible Oktar Keran… Et tu le payes aujourd’hui au prix fort… Telle est la pitié de l’Exécuteur ! »

Le bûcher funéraire des prisonniers crépitait sinistrement dans le matin naissant, noircissant les cieux de la Cité Maudite. Du haut de son balcon, Vraneth le Cruel observait la scène, un sourire sadique plaqué sur son visage qui semblait fait du même matériau tranchant et froid que son armure. Les gardes n‘était pas parvenus a découvrir de qui ce massacre était l’œuvre. Il se retourna vers Kaschlyn qui venait de le rejoindre.
-« Prenez le jeune Magnor sous votre tutelle, Haut Exécuteur. Développez ses talents. Il en possède beaucoup. Des talents indispensables a tout Exécuteur. Il est fort et ne craint pas de donner la mort. Il sera un excellent élève pour vous.»
-« Mon Seigneur m’honore de cette décision »
Kaschlyn s’inclina et sortit, laissant Vraneth en contemplation devant l’œuvre de son nouveau protégé…


Acte IV Le Pacte des Ombres

Déshonorant… C’est tout ce que Sohlinn pensait de la tache qui lui incombait… Déshonorant, mais indispensable. Son regard balaya la pièce sombre où étaient assis tous les conjurés, ceux avec qui il devait traiter pour atteindre ses buts. Gristick, le mystérieux envoyé du clan Eshin, et sa répugnante âme damnée, Vlarglick, répugnant duo de Skaven dont la présence dans la Cité des Exécuteurs était aussi déplacée qu’il était avilissant de traiter avec eux ; et Mariann, l’envoûtante Sorcière qui était la seule en qui l’Elfe Noir avait confiance. Entre suivant d’un même dieu, on pouvait se comprendre…
-« Vous savez pourquoi vous étés ici, n’est-ce pas ? » demanda-t-il aux conjurés
Tous acquiescèrent. Ils étaient bien entendu au courant. Khaine le faible devait succomber pour que débute le règne de Slaanesh sur Naggaroth. Ainsi son dieu s’était-t-il adressé à Sohlinn en songe. Tullaris devait mourir, ceci désorganiserait leurs ennemis et permettrait au Culte du Plaisir de faire son retour dans la cité. Du moins, ainsi en était-il pour les Druchii. Les Skaven n’était eux ici que pour s’emparer du Médaillon Ardent qui reposait dans les salles du trésor du Maître des Exécuteurs. Et pour exterminer leurs « alliés » une fois ceci fait et prendre le contrôle de la cité, évidemment… Sohlinn expliqua alors à chacun ce qu’ils avaient à faire. Avant la fin de la semaine, Slaanesh régnerait en maître sur cette cité… Puis sur Naggaroth tout entière…

Les Draïch s’entrechoquaient dans une danse de mort d’une vitesse sidérante, enchaînant parades, feintes, coups de taille, d’estoc, ascendants, descendants avec des mouvements d’une fluidité exceptionnelle. Les combattants s’entraînaient depuis maintenant deux heures, aussi commençaient-ils à montrer des signes de fatigue. Kaschlyn abaissa son Draïch afin de faire comprendre à son élève que c’était tout pour le moment. Magnor ficha son arme dans la terre gelée et s’appuya sur la garde ouvragée de celle-ci. Cinquante ans avaient passés depuis que le Druchii avait été admis chez les Exécuteurs et il avait depuis effectué des progrès sidérants, mais il était loin d’égaler son maître, très loin… Trente ans… Trente ans d’entraînements, de batailles et de haine… Ruminant son désir de vengeance, se servant de sa haine telle d’une arme… Trente ans à parcourir tous les rapports des tours de guets avant même le seigneur Vraneth à la recherche d’une allusion à son vieil ennemi… Kae’Urliss. Le Haut Exécuteur fit signe à Magnor de retourner au palais et lui emboîta le pas dans la nuit tombante…

Vlarglick se faufila sous le couvert des ténèbres dans la cour d’honneur du palais de Har Ganeth, rampant furtivement, bondissant lorsqu’il lui fallait sortir à découvert. Nul ne pouvait égaler la furtivité d’un assassin Eshin… Les Gardes d’Elite de Tullaris postés sous les fenêtres des appartements de leur maître ne virent rien quand le Skaven escalada la tour avec souplesse et se glissa par une fenêtre, la dague brandie. Le Maître Exécuteur semblait assoupi dans son lit a baldaquins, au fond de la luxueuse chambre. Furtivement, l’assassin progressa, mètre après mètre jusqu’à sa proie, ses babines retroussées dans un rictus sadique. Arrivé a destination, il leva lentement son arme qui suintait d’un poison à base de Malepierre au dessus de Tullaris et s’immobilisa soudainement. Il avait perçu, incrusté dans l’acier de la monture du lit, ce qui semblait être une gemme, mais qui était bien plus que cela… Le Médaillon Ardent… Il pourrait le voler, s’enfuir et user du pouvoir de cet objet pour éliminer son mentor, ce vieux rat de Gristick… L’esprit mégalomane du Skaven échafauda alors un plan démoniaque… Ouiiiiiiii… Il commença a lors lentement à desceller la pierre de sa monture, et après quelques secondes, celle-ci céda sans trop résister… Et l’assassin fut instantanément et prématurément réincarné en tas de cendres chaudes…

Tullaris bouillait littéralement de rage. On avait tenté de subtiliser le médaillon ! Heureusement, le voleur devait être ou bien déficient mental ou bien aveuglé par sa confiance en lui pour ne pas avoir suspecté un éventuel piège magique. Les Sorcières étaient somme toute parfois utiles… Toujours était-il que quelqu’un avait découvert la cachette du Médaillon. La voix profonde de Vraneth mit fin à ces pensées.
-« Il est stupide de sous estimer nos adversaires… Ils frapperont à nouveau si ils en ont l’occasion… Mais nous frapperont avant eux… »


L’Exécuteur Sohlinn abaissa son Draïch en coordination avec ses 49 « confrères », décapitant les boucs émissaires désignés par Tullaris. Pauvre imbécile, si il savait… Les Tourmenteurs de Vraneth auraient beau torturer qui ils voudraient, jamais ils ne découvriraient les conjurés. L’incompétence de Vlarglick avait compromis le plan, mais il existait une autre solution… Plus insidieuse… Cela plairait au grand Slaanesh, il se délecterait de cette tromperie…

Magnor pénétra dans ses appartements et commença à se défaire de son armure. Un bruit se fit alors entendre, un froissement de robes... Il se retourna avec lenteur pour découvrir une femme d’une beauté envoûtante, presque surnaturelle, assise sur sa couche. L’Exécuteur pivota sur lui même et lança :
-« Qui êtes vous ?! »
-« Ton destin…, susurra la voix lascive, approche donc… »
*-« Que me voulez vous ? »
-« Te montrer la voie… Je me nomme Mariann… »
-« Sorcière… » accusa Magnor avec dédain
-« Oui, répliqua la troublante créature en tirant un long stylet effilé des ses robes, je viens te montrer le chemin de la gloire… »
-« Comment ? »
-« Oui, la Sorcière effleura la joue de Magnor avec son arme, y laissant une traînée rougeâtre, le chemin d’Aktr Shaarnor… La douleur et le plaisir, main dans la main… »

A ces mots, une douleur vive émana soudainement de la coupure sur la joue de Magnor, le faisant tomber à genou. La Sorcière se cabra, partant d’un rire démoniaque.
-« Telle est la volonté du tout puissant Slaanesh… Tu deviendras mon esclave… »
-« Non…, articula l’Exécuteur avec difficulté, Jam…Jamais… »
-« Oh si… »

Mariann produisit une plante violacée qu’elle écrasa d’un coup sec avant de la rapprocher de la bouche de Magnor. La racine de Soumission… Des adeptes du Prince du Chaos, ici, à Naggaroth ! Magnor suffoquait… La douleur lui vrillait le corps. La Sorcière lui ouvrit délicatement la bouche pour y introduire la bouillie violacée… Dans un ultime effort, l’Exécuteur se saisit du bras qui tenait le stylet et pesa de tout son poids dessus, plongea l’arme dans le bas ventre de Mariann. Elle poussa un cri d’extase dans lequel on distinguait une nuance de peur quant à son sort. Elle avait échoué, Slaanesh la punirait. Magnor pressa de plus en plus fort, déchirait la chair de son ennemie et répandant ses entrailles au sol dans une pluie abjecte. La Sorcière s’effondra au sol, eu une ultime ruade et mourut dans un grand frisson extatique. Les ténèbres envahirent l’Exécuteur et il ne vit plus.


A vos commentaires!

-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Jeu 9 Juin 2005 - 22:41

Acte V Le Maître de la Nuit

Sohlinn éructait sa rage à la face de Gristick depuis un bon quart d’heure. Mais le vieux Skaven semblait indifférent à cette diatribe, contemplant les motifs raffinés du dallage d’un air absent.
-« Tout cela est de votre faute, répéta le Druchii pour la trentième fois, Votre idiot de subordonné à échoué, il a anéanti notre plan ! Je devrais vous tuer sur le champ ! »
-« Essayez chose-elfe-elfe, ironisa le Skaven, et je ferais remarquer que votre agente est également morte-morte, gniii ? »
-« Misérable créature…3 L’Exécuteur leva sa main pour frapper
-« Calmez votre rage-rage…, répliqua le tueur d’un ton posé, Et peut être pourrons nous envisager un plan de secours-secours, gniii ? »
-« Parlez, rat, avant que je ne vous étripe ! »
-« Uiiii, bien sur-sur, nous avons échoué une foi, mais ce n’est pas a mon sens une défaite-défaite… Je me chargerais moi-même de votre chose-maitre… Mais vous devrez consentir de votre coté a un paiement plus généreux-généreux, gniii ? »
-« Vous ne passerez jamais ! Tullaris a fait tripler les patrouilles de sécurité ! » Eructa Sohlinn.
-« Faites confiance à un Maître de la Nuit, chose-elfe. Contentez vous de payer ma note-note et laissez moi faire-faire. De plus, il n’est pas exclu-exclu de frapper une cible plus alléchante-alléchante, gniii ?»

Magnor se réveilla dans la maison de soins personnelle de Vraneth, allité, son mentor, Kaschlyn, penché sur lui. Le Haut Exécuteur fit signe aux soigneurs de se retirer. Les Druchii s’exécutèrent avec une révérence.
-« Que c’est il passé ? » questionna Kaschlyn sans préambule.
-« Le Culte de Slaanesh, Maître » répondit Magnor.
-« Alors c’est plus grave que ce que je pensais, déclara l’autre, Le Culte vit donc toujours… »
-« Mais qui se trouve derrière tout ceci ? »
-« Le Seigneur Vraneth a des soupçons, des gens très haut placés pourraient être à l’origine de tout ceci. »

Morathi leva sa main devant le messager qui s’effondra au sol, mort avant même de heurter le dallage d’airain des appartements de la Matriarche, qui ressassa intérieurement le contenu du message qui venait de lui être délivré. Cet ****** de Sohlinn prenait des initiatives qui ne lui plaisaient guère. Le Culte n’était pas près… Il fallait attendre… Ils ne pourraient vaincre les Khainites par la force des armes. Pas encore du moins. Allais-t-elle faire éliminer l’Exécuteur félon ? Non, il pouvait encore servir… Il n’existait après tout que pour le bon plaisir de la mère de Malevitch… Et cela, il fallait le lui rappeler…

Une nuit sans lune… Le Rat était avec Gristick ce soir. L’assassin se pelotonna et effectua une roulade, pénétrant dans le palais. Les deux Exécuteurs de garde s’effondrèrent, la gorge tranchée par une étoile de Malepierre. Le Skaven traversa en quelques bons la cour d’honneur avant de se tasser, puis, d’une détente prodigieuse, d’atteindre le balcon de bronze des appartements royaux. Il bondit sur la plateforme et se glissa tel une ombre à l’intérieur. Mais, Vraneth n’était pas assoupi, il l’attendait, une lame aux courbes cruelles à la main, un rictus sadique et méprisant plaqué sur le visage.
-« Il est temps pour toi de mourir, rat d’égouts ! » Vraneth esquissa une parodie de salut.
-« Une chose-elfe devrait savoir quand son heure est venue-venue, gniii ? » Ironisa l’assassin.

Le Skaven effectua alors un bond prodigieux, deux lames suintantes rencontrèrent le sabre de Vraneth lorsqu’il para l’attaque. IL feinta alors vers la droite, profitant de l’écart du Skaven pour dégainer une deuxième lame. Le Maître Eshin bondit derrière son adversaire, qui se retourna avec une vitesse surnaturelle pour parer l’attaque. L’homme rat bondit sur le haut du lit à baldaquins, s’agrippant aux tentures par ses membres postérieurs et visa la gorge de l’elfe d’un vicieux coup en ciseau de ses deux lames. Vraneth effectua un bond en arrière, esquivant l’attaque avant de frapper fers les jambes de son opposant. Gristick bondit vers le plafond pour retomber derrière le Druchii qu’il força à reculer vers le balcon.
-« Tu n’es pas à la hauteur, larve » Eructa Vraneth.
-« Gniiii » se contenta de cracher le Skaven avant de se lancer à l’assaut, repoussant Vraneth vers la balustrade. Les deux combattants étaient pris dans une danse des lames si rapide qu’elle ne pouvait être distingué à l’œil nu, le Skaven virevoltant autour de son adversaire telle un insecte aussi silencieux et précis que la mort, chacun parant les coups de l’autre sans jamais concéder la moindre ouverture, telles deux divinités guerriers engagées dans une lutte à mort.

Magnor ruminait de bien sombres pensées. Qui avait pu envoyer cette tueuse ? Pourquoi le Culte du Plaisir s’intéressait il tant à lui ? Qui était cette personne Haut placée que soupçonnait le seigneur Vraneth ? Et quel était le rapport avec lui ? Kae’Urliss ? Ces pensées troublaient le jeune Exécuteur. Il pénétra dans le hall avec l’intention de sortir en ville. La nuit portait conseil… Soudain, il les vits. Deux Exécuteurs. La gorge tranchée. Par une étoile de lancer d’où émanait une lueur malsaine. Skaven !

Gristick para une fois de plus les lames de Vraneth, un air de concentration proche de la méditation cloué sur son faciès de rat. Il contre attaqua avec une telle vitesse que le seigneur elfe vit l’une de ses lames tomber dans la cour d’honneur. Au pied d’un jeune Exécuteur du nom de Magnor qui courrait vers le corps de garde. L’alarme était donnée. Le Maître Eshin lança un regard circulaire autour de lui, jaugeant la situation.
-« Tu es perdu, rat ! » cracha Vraneth
-« Non, c’est toi qui meurt cette nuit-nuit, gniii ! »

Dabs une détente fulgurante, le Skaven se jeta sur le Druchii qui esquiva avec une vitesse surprenante, aggripant le museau du tuer et lui brisant la nuque d’un coup sec. Le corps sans vie de Gristick, Maître Assassin du Clan Eshin, s’effondra au pieds du Seigneur de Har Ganeth qui afficha un sourire cruel ou se lisait également la satisfaction et le mépris.


-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Ven 10 Juin 2005 - 15:00

Et maintenant place à l'acte maudit, la revanche de Slaanesh, l'acte VI!

Acte VI La Mort et la Gloire

Le Décapiteur Sohlinn prit sa tête dans ses mains, prostré dan son temple de Slaanesh personnel, caché dans les caves de sa demeure. Son dieu l’avait abandonné. Gristick était mort. Et pire que tout il avait échoué. Il n’y avait aucun plan de secours. Slaanesh le jugerait. Il tira une dague effilée de sa tunique et la brandit au dessus de sa poitrine en murmurant une dernière prière à Slaanesh. Il fut interrompu par l’irruption de son jeune élève, Sefiin.
-« Maître, annonça-t-il, le signal du départ vient d’être donné ! Une armée de Nordiques menace nos terres ! »
-« Quel genre de Nordiques ? »
-« Kae’Urliss mon Maître ! »
-« Un signe de Slaanesh ! » exulta le Décapiteur
-« Certainement. Le signe de notre succès ! »

Magnor avait enfilé son armure dés l’annonce de la nouvelle et quitté le Temple de Khaine en trombe. Il contemplait à présent, aux cotés de Kaschlyn, le rassemblement de l’armée de Har Ganeth. La fièvre de l’état de guerre emplissait Magnor, ainsi qu’une envie de tuer, mutiler, brûler, décapiter, écorcher leurs ennemis. Oui… Il se vengerait et Kae’Urliss mourrait en ce jour, il en fit le serment.

Le Mangeur d’Hommes Gruk le Ventripailleur contemplait le déploiement des deux armées. D’un coté ses employeurs Druchii et de l’autre, les hordes lascives du Prince du Chaos, menées par son Elu, Kae’Urliss. Ce dernier avançait à la tête de ses troupes, vêtu d’une armure du Chaos d’un noir luisant rehaussée de rose et de violet, maniant deux lames courbes décorées de runes d’allégeance au Prince des Excès . Sa tête nue arborait toujours cet infâme réseau de scarifications rituelles qui ne semblait pourtant pas altérer la beauté surnaturelle de l’individu. Et Magnor le voyait aussi, au premier rang des Exécuteurs de Har Ganeth, fléaux des ennemis de Khaine. Kae’Urliss était la… Et l’heure était à la vengeance. Sur un ordre de Kaschlyn, toute l’armée s’ébranla, rangées de Draïchs, de cruels Dranachs, encadrées par les chars et les chevaliers Druchii montés sur leurs féroces montures. Deux cent mille gorges hurlèrent en même temps le nom de Khaela Mensha Khaine en se lançant à l’assaut. De son coté, Kae’Urliss leva l’une de ses lames et ses suivants s’élancèrent à leur tour, et les deux osts se percutèrent avec la force de deux titans, les premiers rangs furent littéralement balayés par le choc alors que débutaient des corps à corps sans merci. Druchii et Nordiques combattaient avec une fureur sauvage, toute notion de stratégie disparaissant dans le creuset de la haine qui animait chaque combattant. C’était tuer ou être tuer. Il n’y avait nulle autre alternative. Apres seulement quelques dizaines de minutes de combats, la plaine glacée était jonchée de cadavres et les combattants pataugeaient dans le sang et la tripaille dans un froid mordant, chacun frappant de droite et de gauche sans chercher à comprendre ce qu’il touchait. Mutilés et agonisants rampaient au sol, impitoyablement piétiné par les compagnons d’arme ou leurs ennemis.

Au milieu du carnage, Magnor luttait pour sa survie, déchirant les chairs des Maraudeurs et des Guerriers du Chaos de son Draïch, manquant plusieurs fois de trébucher sur le sol rougi par les combats. Il décapita un autre adorateur de Slaanesh mais, ce faisant, son arme se brisa, coincée dans l’armure à pointes de son opposant. Ne perdant pas un instant, il se jeta au sol pour s’emparer d’une épée Druchii qui gisait au milieu des entrailles de ce qui avait du être un chien du Chaos et se redressa, empalant un Maraudeur au niveau du bas ventre avant de parer l’attaque d’un autre qui tentait de lui fendre le crâne. Il cueillit son adversaire au niveau u poignet, lui sectionnant la main avant de le décapiter d’un revers dédaigneux. Le jeune Exécuteur plongea ensuite sur le coté pour éviter la masse d’un homme bête écumant à la fourrure rose qui termina empalé par une lance alors qu’il trébuchait sur un monceau de corps.

Kaschlyn repéra Kae’Urliss au milieu de la mêlée et s’élança vers lui. Son adversaire en fit de même et rien n’aurait pu empêcher ces deux fantastiques combattant de se retrouver face à face. Le Draïch du Haut Exécuteur s’abattit, paré par les deux sabres du Slaaneshi qui riposta dans une tornade coups terriblement précis qui désemparèrent momentanément le Druchii qui fit un pas de coté pour éviter d’être embroché. Il frappa alors d’estoc avec une force inouïe ce qui força Kae’Urliss à rompre le combat, ce qu’il fit en effectuant un ahurissant saut périlleux malgré le poids de son armure, ce qui l’amena dans le dos du Druchii qui grimaça lorsque l’une des lames du Slaaneshi le cueilli dans le dos, le projetant au sol. Il tenta de se relever mais il était trop tard, le second sabre lui trancha la tête qui fut brandie triomphalement par le guerrier en armure noire qui laissa le sang de l’elfe l’asperger, savourant cette sensation avec un rictus extatique qui disparut lorsqu’il fut percuté par un guerrier qu’il n’avait pas vu venir. Il se remit avec célérité sur ses pieds, faisant face à son jeune adversaire qui fut sur lui en quelques secondes, l’épée levée. Urliss para et contre attaqua avec grâce, désarmant son adversaire et le jetant au sol dans le même mouvement avant de lever son arme pour l’achever.
-« Insolent… Meurt, maintenant » siffla le Slaaneshi

Magnor ne répondit pas. Il sentit monter en lui une rage sourde. Cet homme avait tué son père et son mentor. Il incarnait tout ce que l’Exécuteur haïssait. Il devait mourir. Dans d’atroces souffrances. Magnor devait le faire souffrir. Oui… Et il se délecterait de sa souffrance… Pour la gloire de Khaine. L’Exécuteur aggripa une pierre couverte de sang qui gisait au milieu du charnier et se lança vers son ennemi à une vitesse prodigieuse, frappant son orbite gauche avec la force d’un Ogre. L’œil du Slaaneshi fut littéralement éparpillé dans une pluie sanguinolente alors que son orbite éclatait. Une merveilleuse douleur envahit Kae’Urliss qui puisa en elle la force de se relever et d’envoyer son poing à la rencontre de la mâchoire de l’Exécuteur, l’envoyant rouler au sol. Le Slaaneshi savourait la nouvelle sensation que son dieu lui offrait et une irrépressible envie de tuer l’envahit. Oui, il allait éliminer ce prétentieux, il le ferait souffrir toutefois pour le remercier de cette merveilleuse douleur. Le Slaaneshi poussa un profond soupir d’extase et essuya de sa joue la larme sanglante qui avait jadis été son œil gauche et se rapprocha de Magnor qui tentait péniblement de se relever. Le Champion du Chaos le va son arme avec un rictus cruel… Et un gourdin le cueillit au niveau de la poitrine dans un effroyable bruit d’os brisé. Pris d’apoplexie, Urliss tomba à genoux et releva la tête, juste à temps pour voir la botte d’un Mangeur d’Hommes s’abattre sur son visage…


La bataille était gagnée. Les Slaaneshi avaient fui, emportant avec eux leur chef mourant. Magnor exultait, mais sa victoire gardait un goût amer. Certes, Kae’Urliss avis semble-t-il périt mais pas de sa main et son mentor était mort. Le jeune elfe n’était pas assez vieux pour espérer devenir Haut Exécuteur et les joutes rituelles pour le titre s’étaient achevées il y avait maintenant 1 semaine. Le gagnant avait été désigné par Tullaris en personne. Un Décapiteur du nom de Sohlinn, qui avait refusé de parfaire l’entraînement de Magnor, qui devrait maintenant rejoindre les rangs de l’armée comme « simple » Exécuteur novice. Le nouvel Haut Exécuteur ne lui cachait pas son mépris, et il en allait de même en sens inverse. Khaine seul savait ce qui sortirait de cette rivalité… Khaine… Ou Slaanesh ?


-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Lun 13 Juin 2005 - 21:58

Bon, ça n'a pas l'air de passionner les foules mais je met la suite...

Acte VII Le Lion de Chrace
Le conflit fratricide faisait rage depuis maintenant trois heures, les frères ennemis elfiques s’entretuant sur les rivages de l’Ile Blafarde dans une éternelle répétition de conflits millénaires. Asurs et Druchii mouraient par centaines, et leur sang se mélangeait au sol, seule union possible entre ces deux peuples irréconciliables. Au milieu de ce carnage, le Décapiteur Magnor luttait avec une rage démente, éventrant, décapitant, mutilant avec une joie féroce en laissant le sang de ses ennemis l’asperger afin d’apaiser temporairement ses instincts psychotiques. Mais il n’en avait jamais assez. Il avait besoin de tuer. Pour Khaine. Mais aussi pour assouvir sa soif de vengeance et pour exorciser la haine qu’il ressentait envers cet imbécile de Sohlinn. Cela faisait plus de 150 ans que cet individu était devenu Haut Exécuteur et chaque jour qui passait voyer la rivalité entre Magnor et lui s’amplifier. Il combattait non loin de la, accompagné de son élève, Sefiin, un individu aussi arrogant que méprisable, qui serait plus utile enchaîné sur l’autel de Khaine et privé de ses viscères que vivant, songea Magnor…



Yraith contempla la fuite des lanciers Druchii, écrasé par ses gardes du corps Lions Blancs et rajusta sa cape de fourrure sur son épaule tout en laissant son regard errer autour de lui, balayant le théâtre des hostilités. Il remarqua alors un imposant régiment d’Exécuteur de Har Ganeth dont le flanc droit venait d’être découvert par la fuite des lanciers. La destruction de cette unité porterait le coup de grâce aux Elfes corrompus… Le prince Elfe brandit sa hache, désignant à ses hommes cette nouvelle cible et le régiment se lança à l’assaut des Druchii, percutant le flanc de la formation avec un cri de guerre sauvage, les haches Chraceoises fauchant les premiers Elfes Noirs avant qu’ils n’aient pu réagir. Puis les Exécuteurs firent face à cette nouvelle menace et un corps à corps sans merci s’engagea.

Magnor para de son Draïch la lourde hache du premier Asur qui l’attaqua, brisant net le manche de l’arme et enfonçant la sienne dans la poitrine de son ennemi, le tuant net. Le deuxième Haut Elfe fut promptement décapité par le Draïch de l’Exécuteur mais le quatrième esquiva la lourde arme avec agilité avant de lancer une contre attaque mortellement précise qui manqua de couper en deux le Druchii qui dut se jeter en arrière pour éviter une mort atroce. Puis, il contre attaqua à son tour, rencontrant à chaque fois l’arme de son habile adversaire qui manqua de lui faire perdre l’équilibre.

Yraith eut un sourire amer devant l’obstination du Druchii qui revint à l’attaque une fois de plus, sans succès aucun tant le Prince Haut Elfe était habile. Vieux de plus de cinq siècles, il n’allait pas se laisser impressionner par le premier Décapiteur venu. L’Asur frappa de taille, décidé à abréger cette confrontation et laissa échapper un cri de surprise lorsque son adversaire para le coup, faisant passer Yraith par-dessus lui ce qui eut pour effet d’entraîner les duellistes désarmés dans un roulé boulé au sol. Magnor se releva, tirant une dague de sa ceinture d’un coup sec, imité par son adversaire et les deux combattants se jetèrent l’un sur l’autre dans un hurlement. Le coup de Magnor fut esquivé par Yraith qui le désarma en lui tordant le poignet avant de lancer son couteau vers sa gorge. Le Décapiteur stoppa l’attaque en saisissant le bras de l’Asur à deux mains avant de le lui briser d’un coup sec. Le Prince hurla sa douleur et tomba à genoux. Le Druchii se saisit alors d’un Drannach traînant au sol et enfonça la pointe de la lance dans la bouche de son ennemi qui poussa un hurlement de douleur couvert par le rire dément de l’Exécuteur…

Un sourire carnassier éclaira le visage cruel du Seigneur Vraneth qui se retourna vers Tullaris, lui tendant la missive qu’il venait de recevoir.
-« Il nous faut être très attentif à ce Magnor… Il pourrait être l’instrument idéal pour notre plan… » Croassa le Maître de Har Ganeth.
-« Oui…, acquiesça l’autre, l’instrument idéal… »
Les deux Druchii partirent d’un rire démoniaque…


-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serafon
Héraut
avatar

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 29/11/2004

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Mar 14 Juin 2005 - 19:17

Ton histoire est génial continue comme sa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azerty
Garde


Nombre de messages : 89
Date d'inscription : 13/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Mer 15 Juin 2005 - 15:01

Argh c'est quoi ce suspens à la fin je veux la suite !! Très bonne histoire on n'en décroche pas...

Surtout ne change rien, c'est parfais à mes yeux.

Alphabrachus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elthrai
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 28
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Mer 15 Juin 2005 - 16:21

Super ton histoire, au début, en voyant tout ce que tu avait écrit, je m'étais dit "c'est long".

Mais en fait l'histoire est tellement bien que c'est rapide à lire.

Vivement la suite^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Mer 15 Juin 2005 - 17:01

Merci à tous, ça me motive pour la suite. L'Acte VIII se déroulera à Marienburg et sera plutot glauque, mais moins bourrin que les VI et VII...

-Magnor, merkiii-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Mer 15 Juin 2005 - 21:59

Acte VIII Du sang sur les quais de Marienburg

Magnor pénétra dans la salle du Trône de Sang. Mais cette fois il le fit la tête haute, le regard braqué devant lui, suivi par une escorte de quatre Exécuteurs de la Garde de Har Ganeth, vétus de toges de cérémonie noires et rouges et portant de longs Draïchs ouvragés. Le Décapiteur s’immobilisa à quatre mètres du Trône, alors que le chef des gardes l’annonçait au Seigneur Vraneth. Magnor nota l’absence de Sohlinn à la gauche du Seigneur Druchii alors que Tullaris occupait toujours la place d’honneur à droite du Maître de la Cité. Alors que le nouveau s’inclinait, le Cruel lui fit signe de se redresser et congédia les gardes d’un geste avant de déclarer d’une voix rauque.
-« Nous avons oui dire de vos exploits de cette dernière décennie en Ulthuan, et c’est pourquoi nous avons décidé de vous anoblir en récompense de vos loyaux services… »
-« Votre Seigneurie me fait un grand honneur… » Magnor tomba à genoux sous le coup de la nouvelle.
-« Relevez vous, Seigneur Magnor, croassa Vraneth, Ceci ne sera pas sans contrepartie… On m’a dit que vous étiez particulièrement impliqué dans les affaires ayant trait au Culte Interdit… »
-« Mon Seigneur sait que mon seul souhait est de voir ces misérables esclaves baigner dans leur propre sang… »
-« Fort Bien…, le Maître de Har Ganeth se leva de son Trône et descendit les marches avec lenteur, se frottant les mains dans un abominable cliquetis d’acier, Fort bien… Vous allez vous rendre à Marienburg Seigneur Magnor… Retrouvez un humain du nom de Kurt Hemmlburg… Il a récemment fourni des plantes plutôt… Spéciales a une secte Druchii. Malheuresement les sectaires nous ont échappé grâce à l’intervention d’une personne haut placée semble-t-il… Nos enquêteurs sont morts avant d’en savoir plus… Retrouvez Hemmlburg, faites le parler, et… Eliminez le ! »
-« Bien, mon Seigneur… » Magnor s’inclina et quitta la salle. Il allait avoir une occasion de prouver sa valeur. Il ne devait pas échouer.

Gruk le Ventripailleur s’assit en face de son ami Kurt Hemmlburg, traîna son corps affaibli par le poids des ans avec une prestance qui attestait malgré tout de son glorieux et violent passé. Il saisit d’un bras noueux mais malgré tout épais comme le torse d’un humain sa chope de Bugman XXXXX agrémentée d’une « touche personnelle » que le patron de la taverne avait acheté auprès d’un vieil alchimiste fou. Le même vieux fou qui leur permettait à tous de vivre, et qui leur avait ouvert les yeux en leur montrant le véritable visage du bonheur… L’hermaphrodite… Slaanesh… L’Ogre ingurgita la mixture hallucinogène avec un sourire béat. Le mercenaire humain lui lança alors.
-« Quelque chose me dit que tu ne nous narrera pas tes exploits ce soir, mon vieil ami… »
L’Ogre ne répondit pas, il se contenta de sourire benoîtement alors même que le poison ravageait son organisme, le tuant dans une ultime accélération de son rythme cardiaque, un rictus d’extase cloué sur le visage. Hemmlburg se retourna vers l’aubergiste, lui lança trois couronnes d’or.
-« Je paie sa consommation, étant donné que lui ne le feras jamais ! »
Et il fit des six doigts de sa main gauche le symbole secret de Slaanesh avant de quitter l’auberge.

Magnor, vêtu d’une amble robe noire à capuchon, sortit de sa cachette. Manslieb à demi pleine éclairait les ruelles de Marienburg d’une lueur pale tandis que sa cousine, Morrslieb luisait quand elle d’une lumière verdâtre qui traversait même les épais nuages qui couvraient le ciel. L’Exécuteur s’avança vers la demeure de Zuft Archman, l’alchimiste dont les espions de Vraneth lui avait parlé. Il poussa la porte pour y trouver une scène curieuse. Un autre humain, doté d’une bien étrange mutation ; six doigts à la main gauche, se trouvait avec le vieil homme, apparemment en train d’essayer de le convaincre de le prendre comme apprenti afin qu’il puisse prendre sa suite. Les deux Slaaneshis se retournèrent vers Magnor. Une dague siffla et vint se planter dans le cœur du vieillard qui s’effondra. L’autre tenta de tirer une épée mais Magnor dégaina son Draïch et lui trancha les deux mains au poignet. Magnor soutint le regard empli d’extase de l’autre avant d’ironiser.
-« Kurt Hemmlburg, je présume ? »
-« Meurt donc chien de Khainite ! » éructa Hemmlburg en faisant éclater entre ses dents une capsule de gaz empoisonnés. Dans un réflexe fulgurant, le Druchii le décapita mais il était trop tard. Les gaz noyèrent ses sens dans un océan de douleur. Il se traîna dehors, plié en deux par la souffrance, toussant sous l’effets du nuage rosâtre. Il émergea de la demeure en rampant et s’effondra finalement au pieds d’un aubergiste bedonnant qui eut un sourire sadique en tirant un poignard effilé.
-« Ou va tu donc, chien ? Tu aurais du te douter que le vieillard aurait plus d’un tour dans son sac ! »
-« Il est mort, articula le Khainite avec difficulté, ainsi que son savoir impie… »
-« Alors tu vas mourir aussi, tu lui tiendras compagnie… »

Magnor vit l’humain lever son poignard au travers du voile de la douleur et laissa ses instincts les plus basiques prendre le dessus. Le Druchii se jeta en avant, plantant ses ongles dans la chair tendre du cou du Slaaneshi, le dépeçant littéralement dans une orgie de violence qui arracha à sa victime un hurlement tel que la milice de la ville n’osa même pas se diriger vers son origine. Le lendemain, ils firent la macabre découverte d’un corps si atrocement mutilé que nul ne put supporter sa vue…


-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elthrai
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 28
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Mer 15 Juin 2005 - 22:28

Pas mal, pas mal...
C'est un peu gore mais j'aime bien comme ça... **Diabolik**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Jeu 16 Juin 2005 - 12:03

Acte IX, un peu plat, mais c'est pour introduire le X

IX Sombres Présages

Sohlinn était mort. Sa tache inachevée. Et depuis maintenant un siècle et demi, un agent mystérieux traquait et éliminait tous les adeptes de Slaanesh liés aux Druchii. Cela avait commencé avec ce vieil alchimiste et sa bande, à Marienburg. Archman n’était pas indispensable mais c’était lui qui avait la mainmise sur les plantes importées des quatre coins du vieux monde par les explorateurs de toutes races. Puis, le mystérieux tueur s’en était pris à des Druchii. Des familles nobles avaient été éliminées par lui après découverte de leurs activités illicites. Dame Morathie avait décidé d’éliminer Sohlinn qu’elle jugeait responsable par son imprudence de ces faits. Le Haut Exécuteur avait été empoisonné. Un poison très subtil, mis au point par Archman qui provoquait une accélération brutale du cœur jusqu’à ce que mort s’ensuive. La Matriarche Suprême avait amélioré le breuvage pour le rendre indécelable. Les joutes pour le titre de Haut Exécuteur avaient commencées. Mais un présage particulièrement déroutant intriguait Tullaris, qui s’était enfermé depuis une semaine dans le Temple de Khaine pour y chercher une réponse à ses interrogations. Six prétendaient au titre tant désiré. Six, le chiffre sacré de Slaanesh… Le pire ennemi de Khaine. Qu'est-ce que tout cela signifiait ? Les deux favoris était bien entendu l’élève de Sohlinn, Sefiin et le Noble Magnor, anobli par Tullaris en personne pour ses faits d’armes en Ulthuan.


Magnor pénétra dans l’arène, le Draïch à la main, en position pour le salut rituel. En face de lui, son adversaire, vêtu tout comme lui de la cape bleue nuit de prétendant s’avançait pareillement armé. C’était la dernière joute. Le vainqueur serait sacré Haut Exécuteur jusqu’à la fin de ses jours. Nul doute que Sefiin connaissait aussi les enjeux de la joute. Les deux adversaires se saluèrent et le duel commença. Les deux Draïchs se rencontrèrent, une fois, puis une autre, encore et encore dans un fracas assourdissant, chacun des combattants semblant anticiper les coup de l’autre, et y répondant avec une vitesse ahurissante, sous l’œil du Seigneur Vraneth qui observait la scène avec un sourire sadique. A ses cotés se tenait Tullaris, qui avait quitté le Temple de Khaine le jour précédent, les yeux creusés comme des tombes, délirant sous l’effet de la faim et de la fatigue. Mais le Maître des Exécuteurs s’était vite rétabli, sans obtenir toutefois la réponse tant espérée. Sefiin esquiva un coup qui aurait pu le décapiter, ripostant en visant le bas ventre de Magnor, avant de modifier sa trajectoire à une vitesse surnaturelle pour tenter de trancher les jambes de Magnor, qui dut effectuer un saut périlleux au dessus de son adversaire pour éviter la mutilation. Ceci eut pour effet de le déséquilibrer momentanément et il ne parvint à parer que maladroitement les assauts de son opposant avant de finalement parvenir à contre-attaquer.

Le duel semblait ne devoir jamais se terminer. Les combattants harassés luttaient depuis plus d’une heure sans avoir jamais parvint à ne serai-ce que blesser l’autre. Finalement Sefiin commit une erreur de trop. Sa feinte échoua et son bras gauche se retrouva sur le sol, sectionné au niveau du coude. Semblant ignorer la douleur, il tenta de riposter mais un Draïch ne pouvait être maniée à une seule main. Un coup de pied de Magnor le jeta à genoux, puis le nouvel Haut Exécuteur se détourna de son adversaire, ne l’achevant pas pour lui montrer son mépris. En se dirigeant vers Tullaris, ivre d’orgueil, Magnor ne pouvait savoir quelle erreur il venait de commettre…

Dame Morathie pénétra dans la caverne de glace située au cœur de l’échine noire où ses fidèles avaient caché ce qu’elle leur avait demandé. A ses cotées se trouvait une coterie composée de ses 6 sorcières favorites. Morathie caressa avec langueur le cercueil de glace, le froid semblant n’avoir aucune emprise sur son corps presque nu. Elle en arracha soudainement le couvercle qui se brisa sous la puissance de la sorcière. Elle put alors voir le visage de celui qu’elle était venue chercher. Malgré son orbite gauche éclatée et le teint pale conféré par la mort, Kae’Urliss conservait un certain charme, du moins pour un humain. Morathie apposa ses mains sur le torse musclé du guerrier et entama une mélopée obscène, lascive, reprise en chœur par ses compagnes et, alors que Magnor achevait d’enfiler l’armure de Har Ganeth, le corps auparavant sans vie de son pire ennemi fut secoué d’un spasme démoniaque…


-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Ven 1 Juil 2005 - 23:41

Comme promis, la Director's Cut de l'Acte X...

Acte X Le sang appelle le sang, la trahison la vengeance

[i] Le cavalier solitaire fit encore presser le pas à sa monture. Vraneth devait être averti. La visite dans le nord de Morathie et de ses plus fidèles suivantes ne pouvait signifier qu’une chose… La Cité Maudite était a présent en vue, le cavalier pressa encore l’allure. Il avait presque atteint les portes lorsque trois carreaux d’arbalète lui percèrent le flanc et la gorge. Sans un son, le messager s’effondra au sol, son précieux message à jamais perdu.

Magnor exultait. Enfin son triomphe était total. Total… Enfin, presque total… Lui restait la vengeance… Même si Kae’Urliss avait semblait-il succombé a ses blessures, il n’était pas mort de sa main, et cela, l’Exécuteur ne pouvait l’endurer. Mais son triomphe était réel. Il était Haut Exécuteur. Second de Tullaris, Chef de la Garde du Maître de la Cité Maudite, il siégeait à la droite du Seigneur Vraneth. Plus rien ne semblait pouvoir l’arrêter. Du moins, ainsi pensait-il…

Morathie s’avança sur la corniche, gigantesque balcon taillé à même la roche et inspira une bouffée d’air glacé. En contrebas se tenait plus de deux mille Jung taboués, brandissant des bannières à la gloire de Slaanesh, écœurantes tentures fuschia ornées de symboles obscènes à la gloire du Prince des Excès. La mère de Malekith écarta les bras ; brandissant du coté droit Ecorche Cœur, son arme séculaire, du gauche le cœur encore palpitant du chef Kurgan ennemi des Hungs que es démonetttes avaient vaincu. Puis, sous les acclamations de la foule, elle fit avancer celui qui avait été Kae’Urliss. Hybride impie de démon et de chair, crée pour servir les sombres desseins de la Matriarche, la créature poussa un rugissement démoniaque en brandissant une bannière frappée de l’insigne du Culte de Slaanesh, alors que les tambours des Hungs battaient à un rythme effréné, annonciateurs de l’apocalypse…

Sefiin avait abandonné son armure d’Exécuteur et son Draïch pour une armure aux reliefs sinueux et un sabre recourbé signifiant enfin au grand jour sa véritable allégeance. Derrière lui se faisait entendre le pas martial de 120 lanciers Druchii, brandissant des bannières à la gloire du Prince du Chaos. Ainsi escorté, l’Exécuteur déchu franchit les portes du Palais de Har Ganeth, puis dans la salle du Trône de Sang, sans rencontrer de résistance, chose que les Slaaneshi ne remarquèrent même pas dans leur arrogance. Sefiin grimpa une à une et la tête haute les marches menant au Trône, toisant le Seigneur Vraneth avant de déclarer :
-« Seigneur Vraneth le Cruel, je viens vous annoncer que Dame Morathie a en ce jour rétabli le Culte à Naggaroth. En tant que loyal serviteur du Prince Noir, il est de mon devoir de vous mettre en état d’arrestation pour votre soutien éhonté au Temple de Khaine le Faible. Dame Morathie saura vous trouver un successeur digne du Grand Slaanesh, soyez en sur. »
-« Magnor, siffla Vraneth, faites par de ma réponse à ce présomptueux. »
-« Il en sera selon vos désirs » lui répondit le Haut Exécuteur en esquissant une révérence avec un sourire sadique.

Magnor se rapprocha de Sefiin avec ce me sourire cloué sur le visage avant de saisir la gorge du manchot de sa main gantée d’acier et de le soulever au dessus du sol, les pieds dans le vide.
-« Sache que jamais le Seigneur Vraneth ne suivra les ordres d’un adepte du vice tel que toi ! »

Le Haut Exécuteur se détourna et fit mine de s’en aller, avant d’effectuer un brusque demi tour et d’égorger le servant de Slaanesh d’un seul coup de la dague qu’il venait de tirer. Sefiin porta la main à sa blessure alors que son sang giclait sur son agresseur en provenance de la gorge sectionnée et de la bouche du Slaaneshi qui ne pouvait maîtriser ce brusque jaillissement carmin. Magnor eut un rictus démoniaque et partit d’un grand rire qui cessa brusquement lorsqu’il remarqua que la gemme sertie dans l’armure de Sefiin se mettait à battre tel un cœur hideux alors que celui du Slaaneshi cessait de le faire. La gemme passa du pourpre au rouge sang en émettant un sifflement hideux qui fit porter à leurs oreilles les mains de tous les Druchiis présents. Le temps que Magnor comprenne ce qui se passait, la gemme avait explosée dans une averse d’éclats chauffés a blanc qui percèrent l’armure du Haut Exécuteur en une quinzaine d’endroits le faisant tomber a genoux, submergé par une douleur qu’envia chacun des Slaaneshis présents. Le sang ruisselait de la bouche du Noble Druchii qui hoqueta spasmodiquement pendant quelques minutes avant de s’effondrer. Ivre de colère, Vraneth leva la main droite et ses gardes du corps personnels accompagnés de Tullaris se jetèrent sur les lanciers. Le carnage fut abominable et avant une demi heure, la salle était couverte de sang et d’entrailles, alors que les Khainites empilaient les têtes tranchées de leurs victimes devant les portes du Palais, celle de Sefiin fichée sur une bannière rose fuschia à présent rouge du sang de l’adepte du vice.

Magnor fut transporté en urgence dans la maison de soins personnelles de Vraneth ou il reposa durant un mois, suspendu entre la vie et la mort, devenu peu à peu fou dans son calvaire. Ce fut un être hagard qui parvint finalement à s’échapper de la spirale démente de la fièvre, les yeux creusés comme des tombes, l’esprit et le corps à jamais marqués par cette épreuve. Il entra en titubant dans la salle du Trône de Sang, son regard animé d’une flamme telle que seul Vraneth put soutenir ce regard de dément. Et Magnor soutint le regard du Maître de Har Ganeth qui comprit quel désir habitait le Chef de sa Garde. Un sifflement rauque jaillit de la gorge du seigneur Druchii :
-« Seigneur Magnor, vous ire à Naggarond, prenez contact avec mon agent sur place. Il se nomme Wolfen. Tous deux, mettez vous aux ordres du Dynaste Kormin Sombracier. Le Culte paiera pour cela et cet affront sera lavé dans des litres de sang. Nous allons les prendre par surprise, Seigneur Magnor. Traquez et exterminez tous les Slaaneshi que vous pourrez sur place et attendez mes instructions. »
-« Vous avez entendu ce que ce ver a déclaré, mon Seigneur, dit Tullaris, Dame Morathie est influente et nous ne pouvons rien contre elle… Si elle… »
-« Il suffit, le coupa Vraneth, Khaine est avec nous, Seigneur Tullaris, ne l’oubliez jamais. Vous pouvez disposer, Seigneur Magnor. Partez sur l’heure. »

Le Haut Exécuteur s’inclina et quitta la pièce, sa cape rouge flottant derrière lui. Il prit le plus rapide coursier qu’il put trouver et se mis en route, et avec lui chevauchait le destin…

Morathie fulminait. Cet abruti de Sefiin… Elle aurait dut le faire empoisonner en même temps que son maître. Maintenant il avait complètement anéanti ses espoirs de gagner à la cause de Slaanesh la Cité Maudite. Vraneth se méfierait désormais. Soudain, elle entendit les bruits d’une lutte dans les rues. La Matriarche se pencha a la fenêtre et vit deux personnages vêtus de l’armure dorée de Har Ganeth se battre contre ses Maraudeurs et ses fidèles soldats Druchii. L’un d’eux abattait ses ennemis avec une rage froide et contenue alors que le second laissait éclater sa colère, dépeçant littéralement ses adversaires dans une orgie de violence aveugle, tuant innocents et Slaaneshis sans discernement aucun. Kenagh, l’une de ses lieutenants entra à ce moment dans les appartements de la Sorcière.
-« Ma Dame, il semblerait que les Khainites s’en prennent aux suivants de notre glorieux prince. Nous devrions évacuer avant que les choses n’empirent et que votre père se rend compte de nos activités… »
-« Mon père sera toujours de mon coté, quoi qu’il advienne, la coupa Morathie, Je vais lui demander de punir les coupables, il ne me le refusera pas… »
-« Vous allez les faire exécuter ? »Demanda la Sorcière avec un sourire sadique.
-« Pas tout a fait…, la Matriarche se dirigea vers la balustrade ou l’attendait son Pégase, Suléphet et monta sur la selle en peau humaine, Je vais les envoyer à Arnheim… »

Son rire démoniaque résonna dans le ciel nocturne alors que commençait la nuit Sanglante…


-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khael Khyran
Héraut
avatar

Nombre de messages : 189
Localisation : en visite en Loren!
Date d'inscription : 05/07/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Jeu 14 Juil 2005 - 17:11

tu vas pas nous dire que c'est toi qui a écrit ou bien? sinon chapeau à toi, je l'ai lu, ca me plait bien, tu as un bon style d'écrire.... ^^

faudrait que je me mette à écrire des récits aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Sam 19 Aoû 2006 - 0:16

La suite!

Douze actes à la suite...

Acte XI L’Empire Souterrain

Magnor s’éveillait lentement à la réalité, mais elle lui semblait… différente… Le Haut Exécuteur ouvrit ses paupières meurtries et tout ne fut plus que flammes. Une voix suave, lascive, se fit entendre au milieu des hurlements du Warp qui emplissaient les oreilles du Druchii, murmurant des paroles sans suites dans une langue étrange. Lorsqu’il put à nouveau voir, Magnor regretta de ne pas avoir péri, si tant est que cela n’était pas le cas : au milieu du rideau de flammes pourpres qui emplissait son champ de visions se trouvait la créature la plus abjecte que l’Exécuteur ai jamais contemplée : immense, son corps serpentin d’un rose écoeurant était surmontée d’une tête démesuré coiffée de 6 cornes incrustées de pierres précieuses tandis que dans ses yeux brillaient les lueurs mortes de l’Immaterium, promesse d’une damnation éternelle… La bouche difforme du démon s’élargit en ce qui ressemblait à un sourire avant que la créature ne recommence à déclamer des mots que les Haut Exécuteur ne comprenait pas mais dont le sens pénétrait en son esprit si bien qu’il put parfaitement saisir ce que voulait lui dire la créature. Et elle lui révéla tout… Comment il avait été trompé… Comment il avait affronté une créature qui n’était pas celui qu’il pensait… Comment son âme immortelle allait maintenant être lentement assimilée par son pire ennemi… Slaanesh… Le démon ne cachait pas sa satisfaction et éclata d’un rire malsain qui révéla ses crocs acérés et sa langue rosâtre. Un instant, Magnor eut la vision de son âme lentement dévorée par le Prince du Chaos, promise à une éternité de souffrances pour le plus grand plaisir du Dépravé. Une rage intense envahit alors le Druchii et lorsqu’il hurla sa frustration, on eu peut croire que Khaine lui-même s’exprimait par la bouche de son serviteur. Les yeux informes du démon n’eurent pas le temps de s’écarquiller de surprise avant que le Noble de Har Ganeth, ou plutôt son âme privée de corps ne fût sur lui. Magnor eut alors la vision très claire malgré les brumes rouges qui obscurcissaient sa « vue » du Talisman Ardent traversant les flammes de l’Etherium pour venir se planter dans son torse. Puis tout ne fut que flammes…

Hirkclik était satisfait. Le clan Twarsk n’était plus et le Grand Kniff Kniff serait probablement très satisfait de ses serviteurs, même si ils n’avaient pas pour ainsi dire fait autre choses qu’achever les survivants…
Mais… N’en resterait t’il pas un, là ? Pas un Skaven en tout cas, on dirait… Une chose Elfe… Intéressant… Le Grand Prophète Gris serait content de pouvoir s’amuser avec… Peut être meme qu’il serait généreux avec son humble serviteur… Mais ! Il ne devrait pas être si actif ! Euh… Tout compte fait la fuite serait peut-être préfèr…

Avec un horriblement craquement de vertèbres brisées, le Skaven s’effondra au pieds d’un Magnor hagard, une lueur dément dans les yeux. Le Druchii tituba jusqu’à son Draïch, toujours fiché dans le corps de Kae’Urliss. Après l’en avoir dégagé, l’Exécuteur se pencha sur le corps. Il devait en avoir le cœur net… Lentement, il souleva la visière du heaume et se trouva face à un spectacle abject : consumé par l’agonie du démon, le visage du Borgne avait été réduit à l’état de crâne calciné à demi recouvert de chair pantelante. Magnor recula d’un pas. La créature avait raison… Slaanesh s’était joué de lui… Slaanesh et… Morathie… Slagash… Falack, tous ! Le Druchii hurla sa rage et l’écho de son hurlement se perdit dans les profondeurs de Skarogne. Il remarqua alors l’absence du Talisman Ardent à son cou. Ecartant les plaques de son armure, Magnor remarqua alors la cicatrice calcinée qui se trouvait la où aurait du se trouver les traces du coup mortel porté par la créature Slaaneshi. Ce fut à ce moment qu’il comprit… La Talisman avait… fusionné avec lui ! Chancelant, l’Elfe s’appuya sur une colonne. Le joyau avait guéri son corps et ravagé son esprit… Il se sentait différent. A la fois plus faible et plus fort que jamais… Mais une chose était sure… Ce miracle ne pouvait qu’être l’œuvre de Khaine, qui lui avait confié une mission sacrée… Oui, il devait éliminer la souillure Slaaneshie de la surface du monde. Aucun ne devait survivre… Il frapperait telle la Main Sanglante… Le Haut Exécuteur fut tiré de ses reflections par le crissement des griffes sur la pierre. Des Skavens… Une lueur démente dans le regard, Magnor se mit en garde en éclatant d’un rire démoniaque. Les hommes rats marquèrent un temps d’arrêt devant cet étrange adversaire, puis celui qui semblait être leur chef couina :
-« Tu n’es pas ici chez toi-toi, chose elfe ! Rends toi et nous ne te ferons presque aucun mal-mal, gniii ? »

Pour toute réponse, le Druchii chargea avec un hurlement de dément, balançant son Draïch de droite et de gauche, taillant, éviscérant, décapitant, mutilant, transperçant tout ce qui passait à sa portée dans une orgie de destruction aveugle. Les Skavens, terrorisés n’eurent même pas le temps d’organiser leur célèbre « retraite stratégique », ceux qui ne purent fuir à toutes jambes furent impitoyablement désossés par le psychopathe fou furieux, qui semblait prendre un immense plaisir à ce qu’il faisait. La bave aux lèvres, le Haut Exécuteur noya en ce jour ses doutes dans le sang.


Acte XII Sombre Croisade

Murgh huma l’air frais des Désolations, bombant son torse massif sur lequel on pouvait distinguer le symbole de Slaanesh gravé au fer rouge à même sa peau. L’imposant Nordique fit jouer ses muscles dans le pale soleil matinal, admirant la perfection de son corps en adressant une prière silencieuse à son dieu. Un jour, se jura-t-il, il deviendrait un aussi grand chef que ce Kae’Urliss dont parlait les légendes de la tribu, celui qui avait porté la guerre jusqu’aux portes du royaume des Elfes Noirs. Celui la même qui était revenu d’entre les morts quelques temps auparavant, avec la Concubine du Prince du Chaos, telle que la nommait son peuple. Mais une série d’escarmouches sanglantes avaient décimés les Nordiques dans la capitale maudite des Elfes et Murgh avait mené les siens, les descendants de la grande armée de Kae’Urliss, jusque dans leurs terres ancestrales afin de reprendre leur ancienne vie et de panser leurs blessures. Bientôt, les fils d’Urliss reviendraient combattre au coté de celui-ci…Les pensées du barbare furent interrompues par un sifflement strident. Le signal des éclaireurs de la tribu. Enfin une proie digne d’eux daignait chercher sa mort…
Faisant signe à ses deux meilleurs gardes du corps de le suivre, Murgh se dirigea vers la plaine en contrebas se moquant comme d’une guigne du vent glacé. Un cavalier vêtu d’une cape rouge déchirée se dirigeait vers le campement Nordique. Un Elfe, songea le chef de guerre, reconnaissant l’odeur de ces êtres écœurants. Le Druchii avait l’air mal en point, et une étrange lueur animé ses yeux creusés comme des tombes. Ses longs chevaux noirs encadraient un visage famélique en lame de couteau. L’étranger portait une armure finement ciselée sous sa cape, mais elle semblait au moins en aussi mauvais état que le destrier à la robe de jais que montait l’étrange personnage, pauvre carcasse famélique et boiteuse qui ne tenait que par miracle sur ses pattes. Confiant, Murgh apostropha le visiteur :
-« Que désires-tu, Elfe ? »
-« Epargne ta salive, homme, lui répondit l’étranger d’une voix rauque et caverneuse, aussi sèche que les sables de Khemri, Je ne suis pas ici pour parler ! »

Le Druchii mit alors pied à terre et s’avança d’un pas étonnamment assuré vers le chef Nordique. Celui-ci tira son sabre et se mit en garde.
-« Un pas de plus, étranger, et la neige virera au rouge ! »
-« Tu ne crois pas si bien dire ! », lui répondit l’autre avec un sourire moqueur.

Magnor dégaina alors son Draïch et se jeta avec un hurlement de forcené sur le Slaaneshi. Les deux gardes prétoriens tentèrent de s’interposer mais le Druchii répandit au sol les entrailles de l’un avant de soulager le deuxième de sa tête d’un revers méprisant de son Draïch. Puis il marcha sur le barbare hirsute qui semblait être le chef de la tribu, donc le successeur de ce maudit Kae’Urliss. Avec un sourire sadique, le Haut Exécuteur brandit la tête du Champion Slaaneshi sous le nez de Murgh.
-« Vois ! Vois ce que j’ai fait à ton maître ! Et vois quel sera ton sort ! »

L’Elfe partit d’un rire cruel avant de jeter la tête tranchée au sol et de charger en direction du Nordique. Ce dernier n’avait pas perdu son instinct combatif et para le coup qui aurait du lui fracasser le crâne avant de riposter avec l’énergie du désespoir. Magnor détourna le sabre avec un rictus méprisant puis frappa d’estoc avec son Draïch. Murgh s’attendait à tout, sauf à ça et fut dans l’incapacité de parer le coup qui lui déchira le bas ventre, remontant jusqu’aux poumons. Le Slaaneshi cracha du sang, tentant de maudire son ennemi mais il ne parvint qu’à émettre un pathétique râle d’agonie alors que Magnor se dirigeait vers le campement de la tribu…

Dans ce même camp, la vie suivait son cours. Les femmes Nordiques préparaient le retour de leurs époux parti à la chasse alors que les enfants Slaaneshis jouaient à « Lance Moi des Gros Cailloux Dans la Figure ». Bref, tout était calme et paisible au pays de la luxure. Lorsqu’un étranger enveloppé dans une cape rouge pénétra dans le camp, ses habitants froncèrent les sourcils, plus étonnés qu’inquiets. Ce ne fut que lorsqu’ils découvrirent le Draïch maculé de sang et le regard fou du Druchii qu’ils prirent conscience du danger. Trop tard…

Le soleil décliné à l’horizon lorsque les chasseurs regagnèrent le camp, pour se retrouver face à une vision de l’Enfer : les huttes avaient été incendiés et les alentours résonnaient des cris des mourants et de leur bourreau. Surgissant des flammes, il s’avança vers eux, un sourire sadique sur les lèvres. Enragés par le massacre de leurs familles, les barbares tirèrent leurs armes et se jetèrent sur le Druchii avec un hurlement sauvage. Ce dernier partit d’un grand rire et contre chargea ses assaillants et le combat s’engagea au milieu d’un décor d’apocalypse. Les Slaaneshis avaient l’avantage du nombre mais ils étaient aveuglés par leur colère et la tristesse. L’Exécuteur était bien mieux armé et son appétit de tuer loin d’être rassasié. L’affrontement dura jusqu’aux premières lueurs de l’aube, lorsque Magnor acheva le dernier Nordique au milieux des cendres du campement. Blessés en de nombreux endroits, même si son armure l’avait préservé d’une bonne partie des coups, et couvert du sang de ses ennemis, le Druchii laissa la fatigue l’envahir et se traîna jusqu’à son destrier, non sans ramasser au passage la tête de Kae’Urliss. Puis il éperonna sa monture en direction de la prochaine étape de sa croisade : Har Ganeth…



-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Sam 19 Aoû 2006 - 0:17

Acte XIII Retour dans la Cité Maudite

Les lourdes portes de bronze de Har Ganeth s’écartèrent pour laisser place à un cavalier qui ne prit même pas le temps de s’arrêter, piétinant les rares gardes assez malchanceux pour se mettre sur son chemin. Obscur revenant retournant sur les lieux de sa naissance après un sommeil qui aurait dut être éternel, Magnor poussa sa monture éreintée dans une parodie de galop à travers de ses rues qu’il ne connaissait que trop bien vers le grand temple de Khaine attenant au palais de Vraneth. Arrivé devant l’édifice, il mit pied a terre et entra sans même noter la mimique apeurée des gardes en faction qui s’écartèrent de son chemin sans un mot. Une fois à l’intérieur, il se trouva face au spectacle qu’il avait redouté y trouver : devant les yeux de Vraneth, de Tullaris, de son compagnon d’armes Wolfen et d’un quatrième individu portant la livrée de Har Kaladh, deux Exécuteurs s’affrontaient pour succéder au héros tué à Skarogne. Ivre de rage et avant même que les gardes d’élite de Vraneth n’aient eu le temps de réagir, Magnor se jeta sur le prétendant qu semblait le plus en difficulté, brandissant son Draïch et hurlant sa rage. L’assemblé étouffa un cri de stupeur devant le retour de celui que tous croyaient mort, à l’exception notable de Vraneth et de l’Exécuteur qui semblait dominer le combat, qui ne sourcilla même pas lorsque le nouvel arrivant décapita son adversaire pétrifié. Avec un rire moqueur, il se jeta sur Magnor et celui-ci crut voir un feu démoniaque brûler derrière la visière du casque intégral de son adversaire. Celui-ci maniait son lourd Draïch comme si il ne s’était agit que d’un simple glaive, enchaînant les coups et les parades à une telle vitesse que l’œil peinait à suivre ces enchaînements. Le Haut Exécuteur, décontenancé par une telle maîtrise, fit un pas en arrière, manquant de trébucher. Il tenta tant bien que mal de reprendre le dessus mais son adversaire était définitivement plus fort que lui. Apres quelques secondes, Magnor se retrouva désarmé et jeté à genoux aux pieds de son adversaire. Alors, c’était ainsi que tout devait finir, songea amèrement le Noble Druchii en plongeant ses yeux dans ceux de son ennemi, arrogant même dans la défaite, attendant le coup de grâce. Mais le prétendant se contentant de partir d’un rire démoniaque. Il fit un pas en avant, rengaina son Draïch et retira son casque, révélant….

Kaelia rampait au sol, se tordant de douleur aux pieds de sa maîtresse. En temps normal, elle aurait apprécié cette sensation extrême, mais elle sentait bien que Dame Morathi n’était pas d’humeur à batifoler. Non seulement les individus qui avait défié son autorité au cours de la Nuit Sanglante avait été graciés, mais la Matriarche avait appris par ses émissaires démoniaques une nouvelle pire encore : sa création, ce pseudo Kae’Urliss, avait échoué dans sa tache. Non seulement Magnor vivait toujours, mais il semblait a présent investi d’un pouvoir dont Morathi ne parvenait pas à déceler l’origine qui lui avait permit de vaincre sa créature démoniaque et de revenir des portes de la mort. Une telle arme entre les mains des ennemis de Slaanesh… Cela, la mère de Malekith ne pouvait le tolérer. D’un geste nonchalant, elle cessa de tourmenter son lieutenant et lui fit signe de se relever. Kaelia s’exécuta avec une grâce surnaturelle, prenant garde à cacher ses souffrances. Morathi lui tourna le dos et déclara :
-« Ton pardon sera à ce prix, Kaelia : tu devras découvrir pour moi la cause de la pseudo résurrection de ce chien. Utilise ce pouvoir pour la gloire de Slaanesh ou détruit le. Tels sont mes ordres. L’échec entraînera ta mort. »
Kaelia s’inclina.
-« Ce sera fait, Maîtresse. »
Et elle disparut dans la pénombre des appartements de la Matriarche.

-« Hérétique… »Cracha le Répurgateur Aloyius Von Duritch en laissant tomber au sol le corps du cultiste au sol dans un bruit mat. Celui la non plus ne lui avait rien appris sur la sauvage agression dont avait été victime la famille Krusperstein quelques temps auparavant. Les rares pistes dont disposait l’enquêteur menait droit aux Elfes Noirs, cette race innommable. Pourtant, les cultistes de Slaanesh débusqués par ses soins dans le quartier où habitait les Krusperstein semblaient n’être au courant de rien. Etrange… Une chose était sure : était donné l’ampleur du Carnage perpétré en pleine nuit dans la demeure, il n’avait pas affaire à des débutants. Von Duritch se remémora les cadavres carbonisé, décapités, mutilés, éviscérés des malheureux gardes. Même pour un Répurgateur endurci, une telle boucherie sortait de l’ordinaire. Il se tourna vers Frère Barthélemy, le prêcheur à tendances psychopathes qui le suivait comme son ombre et lui murmura :
-«Nous n’apprendrons rien de plus de ces cultistes. Fait brûler les survivants en place publique dés demain. Et fait venir ici le capitaine Hertur. Nous allons avoir besoin d’un navire pour tirer cette hérétique affaire au clair. »
Barthélemy acquiesça et tourna les talons, quittant les geôles obscures d’un pas décidé. Von Duritch pris le rouleau de parchemin que lui tendait un scribe au teint pale et y apposa son sceau personnel, scellant en même temps que la missive le sort de la soixantaine de cultistes. Apres tout, ce n’était que des hérétiques…


Acte XIV Kel’Rune Deathsword

Eclatant d’un rire démoniaque, le prétendant retira son casque intégral, révélant le visage dur de Tulekil le Noir, qui tendit une main pour aider Magnor à se relever. Le Haut Exécuteur, trop estomaqué pour protester, l’empoigna et se redressa pour entendre le Haut Maître Exécuteur d’Elite clamer :
-« Il semblerait que notre ami Magnor ait un si mauvais caractère que même la mort n’a pas voulu de lui ! »
Magnor entendit le Druchii portant les armes de Har Kaladh émettre un rire poli, tandis que Wolfen étendait déjà les marches pour saluer son frère d’armes. Tullaris s’avança et déclara :
-« Il me semble que l’épreuve que nous imposions à notre nouvel Haut Exécuteur en lui faisant affronter Tulekil à son insu s’est finalement révélée inutile étant donné que le Seigneur Magnor à finalement décidé de nous honorer de sa présence. »
Le Haut Exécuteur s’avança vers Tullaris et jeta à ses pieds la tête tranchée de Kae’Urliss.- « Ceci pour justifier mon retard. Mais il me faut vous parler en privé mes Seigneurs. De choses importantes. »

Les deux gardes en livrée noire et rouge introduisirent le capitaine Tobias Hertur dans le sordide cachot où Aloyius Von Duritch avait décidé de le recevoir, dans le but premier d’impressionner son visiteur, mais aussi pour lui rappeler comment les Répurgateurs punissaient l’opposition à leurs desseins. Vêtu d’un ample manteau de cuir noir, le Répurgateur s’arracha à la contemplation du supplicié mort depuis trois semaines qui pourrissait dans une cage pendue au plafond pour accueillir le capitaine, l’invitant à s’asseoir d’alors que lui-même s’installait dans un fauteuil à l’exact opposé de la table qui occupait presque toute la pièce, faisant signe à son scribe de tout noter de cet entretien, au cas ou…
-« Tobias Hertur, nous réquisitionnons sur le champ votre navire et tout son équipage pour une mission secrète. Tenez le près a partir pour un long voyage, avec des vivres pour un grand nombre de personnes et assez de place pour accueillir le matériel d’une de nos compagnies de combat. »
-« Mais, monsieur, protesta l’impérial au visage couturé de cicatrices, j’ai déjà un contrat qui… »
-« Oubliez le. » le coupa Von Duritch d’un ton sec.
-« Cela, je ne le peux pas ! »Tonna Hertur qui avait rassemblé assez de courage pour se lever et toiser le Répurgateur, malgré les tremblements spasmodiques de ses genoux.
-« Barthélemy ? »
Le Prêcheur sortit de l’ombre pour agripper le capitaine par le col, le soulevant de terre d’une seule main, désignant de l’autre le chevalet et les cadavres d’hérétiques qui meublaient la pièce. Le capitaine déglutit alors que Von Duritch affichait un sourire amusé. Cela avait été plus facile qu’il ne le pensait…

Wolfen reposa sa coupe, l’air soucieux. Slagash, un traître ? Il avait pourtant été d’un grand secours à leur groupe… Mais tout ceci n’avait que peut d’importance. Wolfen tira de sa ceinture une missive pliée en quatre qu’il tendit à Magnor. Celui-ci la déplia, la lut et resta un moment interdit.
-« Mort ? »S’étonna-t-il.
Wolfen se contenta d’acquiescer d’un air sombre. Apres Kormin, Slagash…. Le Haut Exécuteur se releva, imité par son frère d’armes et tous deux quittèrent la salle à manger pour se retrouver dans la cour intérieure du Palais de Har Ganeth. La, ils croisèrent le jeune Druchii portant les armes de Har Kaladh. Wolfen le présenta à Magnor. Il s’appelait Kel’Rune Deathsword et était le bras droit de Kalia Stormblade, maîtresse de Har Kaladh, qui les avait accompagnés depuis le siège d’Arnheim. Le jeune Druchii se dit très honoré d’attirer sur lui l’attention d’un aussi noble guerrier que le Haut Exécuteur et demanda à lui parler seul.
-« Wolfen et moi partageons les mêmes oreilles, Kel’Rune Deathsword ! » rétorqua Magnor
-« Bien, déglutit le jeune Elfe, Mais le Seigneur Loup de Feu m’a déjà dit qu’il ne pouvait accéder à ma requête. »
-« Quelle est-elle ? » interrogea le Haut Exécuteur
-« Voila… Une armée Asur menace Har Kaladh et je suis venu ici quérir de l’aide et ce serait un honneur pour moi de mener mon armée au combat au coté d’un héros tel que vous, Seigneur Magnor… »
-« Des Asurs ! cracha Magnor, Et bien, laissez moi le temps de rassembler quelques uns de mes fidèles et je suis avec vous, Noble Deathsword. Nous partirons demain à l’aube ! »

Tobias Hertur passa une main calleuse sur son visage couturé de cicatrices en observant la compagnie de combat de Von Duritch embarquer à bord de son navire, L’Excellence. Il avait dut annuler un contrat juteux sur les ordres du Répurgateur et avait par la même perdu une somme phénoménale en dédommagements à son commanditaire. Qui plus est, jamais Von Duritch n’avait laissé entendre que le capitaine serait payé… Sauf miracle, Tobias Hertur était maintenant un homme ruiné. Une heure plus tard, le navire quittait le port d’Altdorf au plus profond de la nuit, en direction de la Terre du Grand Froid, repère d’une des plus craintes races du monde, au grand dam de son capitaine.


Tulekil le noir quitta sa demeure après un repas frugal pour respirer l’air nocturne, et accessoirement faire une petite inspection surprise des défenses du Palais, après tout, mieux valait prévenir que guérir à coups de Draïch… Le Haut Maître Exécuteur d’Elite se dirigea vers la poterne principale d’un pas décidé. Voyant le garde en faction affalé le long de sa guérite, il sentit la colère monter. En deux enjambées, il fut sur lui et lui agrippa l’épaule, le forçant à lui faire face.
-« Qu’est-ce que… »
Les mots moururent dans la gorge du Druchii lorsqu’il découvrit la gorge tranchée du garde. Empoignant le cor du mort, il sonna l’alarme avec tant de vigueur que l’instrument se rompit dans une note discordante à souhait qui eut tôt fait de réveiller tout le Palais. Les gardes de Vraneth passèrent la nuit à rechercher le mystérieux tueur, sans succès. Mais c’était mal connaître Tulekil que de penser qu’il allait cesser les recherches…

Le lendemain, Magnor laissa à son fidèle lieutenant Kessith la tache d’assumer ses fonctions le temps de son absence et d’enquêter sur l’éventuelle présence de traîtres à Har Ganeth ayant put donner naissance à l’abomination contre nature qui avait faillit avoir raison de lui, et partit au combat, accompagné du jeune Taknith, l’apprenti de Kessith réputé pour toujours parvenir à se mettre dans les pires pétrins, et à survivre plus ou moins atrocement blessé. Il voyagea une semaine au coté de Kel’Rune Deathsword, en apprenant chaque jour un peu plus sur celui que ses hommes appelait le Faucheur Noir, et le jeune Noble grandit considérablement dans l’estime du Haut Exécuteur lorsque ce dernier en eut appris plus sur son passé tumultueux. Finalement, ils atteignirent l’orée du bois tourmenté qui se trouvait non loin de Har Kaladh et ou les envahisseurs Asurs avait dressé leur camp. L’aube pointait à l’horizon et l’armée du Prince Mage Hallar Shadowkiller était en train de se remettre en route lorsque leur parvinrent le chant sinistre des cors Druchii…


-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Sam 19 Aoû 2006 - 0:18

Avertissement sans frais: cet acte est la version romancée d'une bataille réelement jouée, avec une petite pointe d'humour.

Acte XV Nouveaux Massacres

Aloyius Von Duritch lissait nerveusement sa fine moustache, tentant d’oublier le roulis qui lui retournait les tripes. Le Répurgateur n’avait jamais eu le pied marin. Trois coups secs frappés à la porte de sa cabine le tirèrent de sa torpeur. D’une voix faible, il invita le visiteur à entrer. La porte s’ouvrit révélant un véritable colosse, portant le tabard rouge et noir orné d’un marteau d’argent des compagnies de combat des Répurgateurs. Le crâne chauve de l’homme luisait de pluie, témoignage de la tempête qui faisait rage au dehors, tandis qu’une longue cicatrice partait de son arcade sourcilière gauche jusqu’à sa joue, laissant apparaître un œil d’un blanc vitreux. Ainsi était le sergent Ern Schaeffer : un tueur sans pitié ni états d’âme, totalement dévoué à sa cause, désireux de purifier le monde de toute souillure par tous les moyens imaginables. Sa brutalité et son fanatisme avaient été autant que le sang d’innocents le ciment de son ascension dans l’ordre des Répurgateurs. Lorsqu’il ouvrit la bouche, le son qui en sortit ressemblait plus au crissement d’un couteau sur du marbre qu’à une voix humaine.
-« Vous m’avez fait demandé, Monseigneur ? »
-« Oui, oui, acquiesçât Von Duritch d’une voix fiévreuse, J’aimerais que vous me rendiez un léger service… »
Schaeffer s’apprêtait à répondre lorsqu’il remarqua qu’il avait déjà tiré un long poignard effilé, déformation professionnelle, songea-t-il. Le Répurgateur, qui avait remarqué son geste, s’empressa de rajouter :
-« Non, non ! Noon… Il n’y aura personne à tuer… Pour le moment… Non… Je voudrais simplement que vous gardiez un œil sur notre cher capitaine… On ne sait jamais… Si il venait à s’éloigner du droit chemin, tuez le. Je ne peux me payer le luxe de tergiverser. Compris, sergent ? »
Un claquement de bottes tout militaire et un sourire où perçait un sadisme à peine voilé lui firent comprendre qu’il serait obéit.

Si un des corbeaux qui planaient au dessus de la plaine avait possédé une âme de poète, il n’aurait pu s’empêcher de remarquer le singulier face à face entre lumière et ténèbres qui se roulait en contrebas : ost blanc d’un coté, ost noir de l’autre offraient un contraste saisissant dans l’aube naissante, de même que leurs généraux : d’un coté Hallar Shadowkiller et son lieutenant Arein Lancedragon, parangons de noblesse, de vertu et de sagesse, de l’autre Magnor, psychotique guerrier dont il semblait que dans les veines coulait une haine pure en lieu et place du sang et Kel’Rune Deathsword, sombre Faucheur rempli d’amertume et de rancœur… Nulles forces plus opposées n’auraient pu se trouver réunis pour un tel face à face. Alors que les Asurs formaient leurs rangs autours de leurs bannières éclatantes, Magnor et Kel’Rune menaient leur armée au combat depuis le régiment d’Exécuteurs de Har Ganeth venu avec le Haut Exécuteur. Le Faucheur Noir se tourna alors vers son compagnon d’armes et lança sur un ton qui ne souffrait nulle réplique :
-« Hallar est à moi et à moi seul. »
Magnor fut interloqué par une telle assurance de la part du jeune Druchii. Il devait y avoir quelque chose de puissant entre lui et Shadowkiller pour qu’il ose parler ainsi au Haut Exécuteur… Avant que celui-ci n’ait pu répliquer, un hurlement grave retentit. Magnor ne mit que quelques dixièmes de seconde à comprendre.
-« Il ont un dragon… »Lâcha-t-il dans un souffle.
En effet, une immense créature d’un bleu azur rehaussé d’un blanc de nacre prit un envol gracieux au dessus de l’ost lumineux. Jugé sur le dos de la bête se trouvait Arein Lancedragon, fidèle lieutenant d’Hallar Shadowkiller, bien décidé à briser l’armée Druchii. Avec une synchronisation surnaturelle, les formes élancées de deux chars de Tiranoc dépassèrent les premiers rangs Asurs pour foncer droit sur les Exécuteurs. Avec un sourire cruel, Magnor pointa son Draïch vers l’ennemi et l’armée noire s’ébranla au cri de Khaela Mensha Khaine.

Kaelia détourna son attention de l’Exécuteur qui agonisait au sol et pénétra dans les appartements du Seigneur Magnor. Ces gardes étaient vraiment pitoyables… Toutefois, la Slaaneshie se demandait se qu’elle espérait trouver dans cette pièce. Des informations ? Magnor n’était pas du genre à tenir des mémoires, Kaelia en étant même venue à se demander s’il savait écrire… Mais qui sait… La lame d’un Draïch pressée contre sa gorge la tira de ses pensées. Elle pivota lentement pour se trouver face à un homme portant le rouge et or des Nobles de Har Ganeth.
-« Je suis Kessith, second de Magnor et régent de ce domaine en son absence, cracha-t-il, Et toi, qui est-tu, Sorcière ? Au vu de ce malheureux gisant devant la porte, j’en déduis que tu n’es pas ici pour prendre le thé… »
-« Je suis Kaelia, la porteuse de mort et je souhaite ta perte, Kessith le faible ! »
Avec un sifflement, un poignard vint se ficher dans le bas ventre du Khainite, pénétrant son armure. Kessith s’effondra sans un cri. Très pratique, cette drogue paralysante, songea la Sorcière… Puis, une fois qu’elle se fut assurée qu’elle ne trouverait plus rien d’utile dans ces appartements, elle quitta la pièce dans un froissement de robes, perdue dans es pensées. Dame Morathi ne tolérerait pas l’échec, et après une semaine d’investigations, la Slaaneshie n’avait toujours rien découvert d’intéressant. Elle prit la décision de commencer la phase suivante de son plan : « Captures et Interrogations Plus ou Moins Brutales »… CIPMB, voila qui sonnait bien…

L’effet des drogues commençait à se dissiper et Kessith fut tiré de sa torpeur par une douleur lancinante au bas ventre. Reprenant peu à peu ses esprits, le Druchii se remémora brutalement son agression. Cette sorcière ne devait pas quitter le palais vivant. Le Dynaste se traîna avec difficulté jusqu’à une fenêtre et laissa tomber son poignard au pied du garde en faction. Celui-ci, voyant son Seigneur en difficultés, sonna immédiatement l’alarme.

Kaelia courait dans les couloirs du palais, espérant trouver une issue qui ne soit pas grouillante d’Exécuteurs sociopathes. Mais apparemment, ceux-ci étaient plus prévoyant que leurs capacités intellectuelles proches de celles de la moule marinière le laissaient supposer. La Sorcière était dans une impasse, il lui fallait trouver une solution, et vite, si elle ne voulait pas finir attachée sur une stèle de marbre et privée de ses entrailles au milieux de berzerks vociférants…

Alors que les Exécuteurs se préparaient à encaisser la charge des chars, Magnor entendit des hurlements de terreur en provenance de sa droite : le Dragon Asur venait d’attendre la colline où étaient stationnés les arbalétriers Druchii et le Haut Exécuteur put voir distinctement Taknith effectuer un vol plané sur plus de deux cent mètres, tel un fétu de paille or et rouge projeté dans les airs par un titan particulièrement violent. De la même direction lui parvinrent d’autres cris, cette fois ci poussés par l’équipage d’un des chars de Tiranoc : une horde de squelettes menés par celui dont le nom servait à effrayer les jeunes enfant venait de jaillir du néant juste sur le flanc des chars : la Compagnie Maudite de Richter Kreugar semblait avoir décidé de se joindre a massacre… Le malheureux occupants du char furent littéralement éparpillés par la charge démente des morts vivants qui ne laissèrent derrière eux qu’un petit tas de bois, de chair et d’ossements agrémenté ça et la par de la cervelle de coursier elfique. Le dernier char parvint toutefois à atteindre les rangs des Exécuteurs dans u fracas de tonnerre. D’un bond gracieux, Deathsword se retrouva sur le timon de la construction, prêt à abattre son Draïch sur le point faible du char, l’endroit ou était attaché le dit timon, dans le but de séparer chevaux et conducteurs dans la plus totale panique. Mais au moment ou Kel’Rune allait abattre son arme, il fut brutalement plaqué contre l’habitacle par le poids d’un elfe en armure lourde et finit catapulté à coté de l’attelage, le nez dans la poussière. Essuyant le sang qui lui coulait du nez et de la bouche, le Maître Exécuteur releva la tête pour voir Magnor dépiauter le char dans son entier, massacrant indistinctement équipage, coursiers et innocentes planches de bois dans une débauche de violence inouïe… Les Elfes présents eurent alors le privilège d’assister au spectacle unique du Haut Exécuteur debout au milieu d’un char éventré tout comme ses opposants, encore tiré tant bien que mal par un cheval cul de jatte dont Magnor abrégea les souffrances d’un coup de Draïch qui envoya le Druchii s’écraser au sol dans un bruit de ferraille. Lorsqu’il se releva, ce fut pour entendre Kel’Rune gémir :
-« Maiheu… C’était mon char… »

Tirs et projectiles magiques fusaient de toutes parts, alors que des corps à corps sanglants éclataient un peu partout sur la plaine, tapissant littéralement le champ de bataille d’entrailles elfiques. Bref, pour un Archimage Asur, mieux valait prendre du recul avec la situation… Suivant ce docte principe, Uriel observait la bataille de derrière son rocher, lançant de temps en temps un maléfice à l’aveuglette, ou fournissant un soutien magique à ses collègues lorsque le besoin s’en faisait sentir. En effet, la mort de son grand aigle avait laissé le mage fort démuni devant la folie meurtrier qui régnait dans le secteur… De sa cachette, l’Archimage observait avec soulagement les Lions Blancs de Chrace finissant de massacrer les Exécuteurs dans une charge implacable , n’en laissant que deux en vie, ceux qui semblaient mener le défunt régiment. Uriel s’autorisa un sourire en voyant les Asurs armés de haches encercler les deux combattants, prêts pour la mise à mort. Mais ce sourire disparut lorsque les deux Druchii se jetèrent sur leurs assaillants, les taillant en pièce à grand revers de Draïchs, alors que la Compagnie Maudite achevait de massacrer le flanc droit des Asurs. Ce que le mage affolé ne savait pas, c’était que partout ailleurs sur le champ de bataille, les Druchii refluaient, périssant par dizaines sous les coups de Lancedragon et Shadowkiller, les survivants finissant piétinés par les Hauts Elfes exultants. La victoire semblait acquise pour les Seigneurs d’Ulthuan, mais les Elfes Noirs combattaient avec une ténacité stupéfiante, périssant un à un sous les lames Asurs plutôt que de fuir. Mais tout ceci, Uriel ne le savait pas. Ce qu’il voyait, c’était les deux seigneurs Druchii tourner leurs regards fiévreux vers lui, enjambant les corps méconnaissables qui tapissaient la plaine. Sentant sa dernière heure arriver, l’Archimage recommanda son âme à Isha et dégaina son épée, prêt à mourir en vrai Asur, l’arme à la main.

Magnor et Kel’Rune s’avançait vers l’Asur qui se terrait derrière son rocher, tel le lâche qu’il était, dans le but manifeste de lui faire sortir les entrailles par la bouche. Lorsqu’ils le virent tirer une épée, les deux compagnons eurent un sourire cruel et continuèrent d’avancer, sur de vaincre. Plus que quelques mètres et le mage ne seraient plus qu’une bouillie sanglante étalée au sol pour la gloire de la Khaine… C’est alors que se produisit un événement que nul n’avait anticipé : avec un rugissement tonitruant, le dragon bleu et nacre fondit sur les Elfes Noirs, toutes griffes dehors…

D’un mouvement preste, Kaelia se dégagea de l’étreinte de l’Exécuteur et lui trancha la gorge, avant de faire subir un sort tout aussi peu enviable à son congénère et de se remettre à courir, malgré sa jambe blessée. La Slaaneshie puisait sa force de sa douleur, et cette blessure ne l’handicapait que très peu. Soudain, une patrouille surexcitée surgit à l’angle d’un couloir, la forçant à faire demi-tour, mais sa route fut à nouveau bloquée par un groupe de ces répugnants Exécuteurs. Encerclée, la Sorcière se jura que ces ignobles Khainites ne l’auraient pas vivante. Avisant, une fenêtre, elle se jeta du cinquième étage d’une des tours de la demeure du Seigneur Magnor de Har Ganeth pour aller s’écraser dans la cour pavée, littéralement disloquée par l’impact. Lorsque les gardes atteignirent son cadavre, ils ne trouvèrent aucun os intact dans son corps brisé… Kaelia gisait tel un pantin désarticulé, une ultime expression de plaisir plaquée sur son visage encadré d’une marre de sang, ultime offrande à Slaanesh…


-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Sam 19 Aoû 2006 - 0:19

Acte XVI Accueille la mort comme une délivrance

Le Prince Aethor s’autorisa l’un de ses rares sourires en contemplant les deux Druchiis esseulés devant son Dragon. Dans un geste de défit, l’Asur pointant son gantelet vers ses adversaires.
-« Venez donc vous battre, charognes Druchiis… »
Le rictus moqueur disparut soudainement du visage du Prince pour laisser la place à une mine ébahie lorsque celui des Druchiis portant une cape rouge lui répondit avec un sourire féroce :
-« D’accord… »
Le deuxième Elfe Noir se contenta de regarder ses pieds en sifflotant « Malekith nous voila (1)*. Reprenant ses esprits, Aethor constata que l’autre avait disparu… UN tremblement de l’échine de sa monture fit baisser les yeux au cavalier qui aperçut alors Magnor en train d’escalader le cou de la bête, un rictus sauvage sur les lèvres, son Draïch sanglé de manière douteuse dans les lambeaux de sa cape. Avant que l’Asur n’ait eu le temps de lâcher sa lourde lance de cavalerie et de dégainer son sabre, le noble de Har Ganeth avait sectionné les sangles de sa selle d’un coup de dague aussi sec que vicieux. Avec un hurlement de terreur, Aethor bascula dans le vide, suivit par le Haut Exécuteur qui se jeta sur lui dans sa folie meurtrière, lui rompant la nuque avant de le dépiauter sauvagement à laide de son Draïch. Toutefois, ce qui émergea de l’amas de taule froissée qu’était devenu son adversaire n’avait plus rien du Noble Druchii qui s’était engagé dans la bataille : les yeux injectés de sang, ne portant plus sur lui qu’une cotte de maille déchiquetée ça et la accommodée de fragments d’armures, saignant de blessures multiples et bavant de rage, Magnor se jeta sur le Dragon en faisant tournoyer son Draïch au dessus de lui avec un hurlement démentiel. Voyant que son compagnon semblait avoir définitivement basculé du coté Khorne de Khaine, Kel’Rune se jeta à sa suite, décidé à mourir avec honneur. Toutefois, les événements qui venaient de se dérouler semblaient avoir profondément traumatisé la monture de feu le Prince Aethor, qui préféra fuir à toutes pattes dans un grondement de tonnerre…

Hallar Linduvail pouvait sentir la saveur reconnaissable entre toutes de la victoire. Lui et ses hommes avaient combattu vaillament et les Druchii refluaient de toutes part. Certes, Kel’Rune semblait lui avoir échappé une fois de plus mais Har Kaladh était enfin à sa merci… Le Prince Elfe s’autorisa un de ses rares sourires en pensant à la renommée qu’il tirerait d’une telle action d’éclat. Il arborait encore ce même sourire lorsqu’un char Druchii percuta l’arrière de son régiment de Maîtres des Epées, éparpillant les corps démembrés des Asurs et de leur général.

Ainsi privé de sa tête, l’ost Asur reflua soudainement, et ce qui devait être une marche victorieuse vers une cité condamnée se mua rapidement en une déroute organisée. Toutefois, cette déroute sembla éclaircir les idées du Dragon Asur, qui se rendit soudain compte qu’il disposait d’une masse musculaire supérieure à celle de ses deux poursuivants. Dans un sursaut de lucidité, il fit volte face et les jeta brutalement au sol avant de prendre son envol à la suite de l’armée Asur…

Mais cette bataille ne fut pas pour autant une victoire Druchii. Sauvé in extremis des roues du Char Druchii par le sacrifice de l’un de ses fidèles gardes du corps, Hallar Linduvail avait réussi à briser l’échine de l’armée Druchii, l’empêchant de capitaliser sur le retrait de ses troupes. La nuit suivante, l’ost Asur reprit la mer et disparut derrière l’horizon avant que la moindre contre attaque n’ait pu être lancée.

La température aux abords des cotes de Naggaroth était glaciale, mais ce n’était pas elle qui faisait trembler Tobias Hertur lorsqu’il descendit dans le cales de son navire, peu après minuit, un pistolet à la main. Usant de l’obscurité et du roulis pour s’approcher discretement de la reserve de poudre, le capitaine eut un rictus moqueur en apercevant un garde occupé à vomir sur ses chaussures. Ces pauvres idiots n’apprendraient jamais à avoir le pied marin songea-t-il. Armant son pistolet, il visa le tonneau de poudre le plus proche. Au moins sa mort à lui serait-elle rapide…Une détonation retentit et le crane du capitaine se vaporisa dans une bruine rouge, sous le rire moqueur d’Erne Schaeffer qui venait une fois de plus de faire honneur à sa réputation de tueur sans scrupules et d’excellent tireur. Il avait abattu son vis-à-vis dans l’obscurité presque totale et à plus de cinq mètres. Mais Schaeffer ne vit jamais son rapport à son maître : dans une ultime contraction, les doigts du mort pressèrent la gâchette de son pistolet, et l’agonie du navire impérial se substitua à la lueur pâle de Mannslieb…


(1) Oui, oui , Kel’Rune peut être très faux jeton quand il s’y met…

Acte XVII Karak Korn

Une semaine après la bataille contre les Asurs d’Hallar, l’armée de Har Kaladh regagna sa cité, ramenant avec elle ses deux capitaines gravement blessés, mais en vie. Toutefois, par un aléas du sort, et accessoirement 36 coups de poignards, 12 carreaux d’arbalète et 6 coups d’instruments contondants divers, le messager chargé de porter au Seigneur Magnor les nouvelles en provenance de Har Ganeth n’atteignit jamais le Cité Maudite. Le messager ne fut retrouvé que 6 jours plus tard, avec pour seule épitaphe un parchemin cloué sur le front, où l’on pouvait lire « la Tû Slaanesh ».

Aloyius Von Duritch fut projeté hors de sa cabine par le souffle de l’explosion et traversa la cloison arrière du navire qui se disloquait suite à la terrifiante réaction en chaîne produite par les barils de poudre entassés dans la cale. Le Repurgateur serait mort noyé si n’avait été la température glaciale des eaux de Naggaroth qui le tira instantanément de sa torpeur et, dans un réflexe dicté par son instinct de conservation, il s’agrippa à une planche ayant jadis appartenue à feu sa cabine. Frère Barthélemy, son fidèle et décérébré assistant, n’eut pas une telle chance. L’explosion le surprit en train de vérifier la soute à nourriture et une planche à demi vermoulue lui perfora le bas-ventre, remontant au niveau de ses omoplates tel un pieu grotesque. Quelques centièmes de secondes plus tard, il était incinéré par le souffle de l’explosion. Le sorcier astronome de Von Duritch, Helsius Von Heiros était quant à lui occupé à vomir par-dessus le bastingage et subit le même traitement expéditif que Von Duritch. Ainsi lui fut épargné le spectacle de la mort de son apprenti, brutalement écrasé entre une chaise et une cargaison de hallebardes. Sur la centaine de soldats et marins embarqué sur le navire, seul 12 parvinrent à s’extirper de l’apocalypse incandescente qui réduisit le bateau à l’état de torche géante, sinistre phare éclairant les cotes de la Terre du Grand Froid. Sur ces 12 survivants, seul 9 atteignirent vivant le rivage. Sur les 9 qui atteignirent le rivage, 3 furent dévorés par une meute de sangs froids en maraude, qui obligea les 6 survivants à se réfugier dans ce qu’ils pensaient être une grotte. Sur ces 6 miraculés, aucun ne regagna jamais sa terre natale.
Aloyius Von Duritch vivait un cauchemar éveillé. Qu’est-ce qui avait bien pu se passer ? La seule chose sure était que cela ne se passait pas du tout comme prévu. Au moins, cette grotte les protégerait de la faune locale, qui était pour le moins psychotique et anthropophage. A coté du Répurgateur, le sergent Helsnicht, un grand homme borgne et barbu vêtu de la livrée noir et rouge des suivants de Von Duritch, leur fit signe d’avancer. La petite compagnie s’enfonça plus profondément encore dans la grotte. Von Heiros eut, au bout de quelques mètres, un hoquet nerveux avant de déclarer, chuchotant :
-« Les murs… »
-« Quoi les murs ? » hurla Von Duritch qui venait enfin de trouver un exutoire à son état nerveux.
-« Les murs…. »Continua le mage.
Avant que le Répurgateur n’ai eut le temps de répliquer, Helsnicht lui plaqua la main sur la bouche et lui désigna le plafond.
-« De la pierre taillée… »
Il fut le premier à mourir. Quinze kilogrammes d’acier tranchant lui traversèrent l’entrejanbe, l’étripant au passage, alors qu’un guerrier hirsute, mesurant moins d’un mettre trente, n’émerge du carnage et d’une voie adjacente négligée par le petit groupe. Suivi d’une dizaine de ses semblables. La riposte fut violente. Un soldat se jeta sur le nain et l’embrocha de sa hallebarde, avant de finir trépané sauvagement par un autre autochtone écumant. L’escarmouche qui ‘engagea fut aussi brève que violente. Au final, Von Duritch et Von Heiros seuls se rendirent aux nains, terrifiés à l’idée de leur sort mais empreints d’un courage tout relatif. Ils furent violemment empoignés par deux solides gardes nains et traînés dans les couloirs souterrains, alors que l’un de leurs « guides » déclara d’une voix rocailleuses :
-« Bienvenue à Karak Korn… »

Isak se plongea une fois de plus avec délectation dans les limbes du Warp, laissant s’ouvrir, au plus profond de son esprit, le troisième œil dont l’avait gratifié son seigneur et maître, le grand Architecte du Changement. Il regarda se dérouler devant lui l’écheveau du destin et eut un sourire satisfait les pions étaient en place. Chacun remplissait bien son rôle. Isak avait toujours été un maître dans l’art de la manipulation des esprits. Tous ces être naïfs, ignorants des enjeux de chacun de leurs actes, convergeaient vers son but. Il ne restait guère plus que quelques mois et la fin serait la. Isak projeta son esprit dans celui de l’un de ses pions et constata avec euphorie la confusion qui y régnait. Aucune logique mortelle ne pouvait deviner le lien qui unissait tous les événements suscités par Isak et son maître… Ou du moins, pas avant qu’il ne soit trop tard.

Magnor fut tiré de son sommeil par l’un de ses gardes du corps, qui lui signala brièvement que le seigneur Kel’Rune Deathsword le demandait. En quelques minutes, le Haut Exécuteur fut arrivé dans les quartiers de son compagnon d’armes, lequel était accompagné de l’une de ses ombres. Rapidement, le Faucheur Noir le mit au courant de la situation : un navire humain venait de sombrer dans une baie proche et des survivants semblaient avoir trouvé refuge dans les montagnes côtières. Ne sachant ce que cela présumait, il avait préféré en informer le Noble de Har Ganeth. Lequel abonda en son sens.
-« C’est pratiquement sur mon chemin de retour vers Har Ganeth. Si cela peut vous tranquilliser je détacherais une partie de mes hommes pour se charger d’eux. Un peu de sport nous distrairas »
Magnor eut un sourire féroce et quitta les lieux, ignorant des événements qu’il venait de déclencher, ou plutôt de rapprocher de leur terme. Des événements qui trouvaient leur origine des siècles auparavant…

A Har la, l’enquête sur les circonstances de l’intrusion de la sorcière de Slaanesh dans la demeure du Haut Exécuteur s’enlisait. Au 14e jour d’investigation, n’ayant toujours pas reçu de nouvelles de Magnor, Tulekil abandonna et décida de partir vers Har Kaladh pour s’informer de l’état de Magnor. Une convocation signée de la main même de Vraneth l’en empêcha. Le Seigneur de la cité tenait à lui communiquer une information de la plus haute importance…

Dans les profondeurs de Karak Korn, Aloyius Von et son compagnon d’infortune furent traînés devant le seigneur Azdûmelgi (1), chef des armées et donc maître de ce Karak pour le moins belliqueux. Karak Korn ne s’était forgée une place à Naggaroth qu’en maintenant le plus grand secret sur leur existence. Tous ceux qui avaient vu le Karak devaient mourir, qu’ils soient hommes, elfes, lapins, sangs froids ou même écureuils. Se retournant vers ses prisonniers, il gronda de sa voix semblable à un grondement de tonnerre :
-« Lequel d’entre vous est le chef ? »
-« Moi !» s’empressa de clamer Von Duritch, dans le but de sauver sa vie.
-« Parfait…, alors celui-ci ne me sert à rien… »
Le seigneur Nain fit volte face et éventra Von Heiros d’un revers de sa hache, laissant le malheureux tenter de remettre ses entrailles en place en gémissant de douleur.
-« Alors, toi, lança le Nain au Répurgateur, dis moi tout ce que tu sais… »
Von Duritch ne se fit pas prier.
-« Je viens de l’Empire, vous savez vos… alliés, si… Je suis chargé d’enquêter sur la mort d’un noble et la disparition d’un objet de grande valeur… »
A ces mots, le Nain tendit l’oreille.
-« Vas-y, tu m’intéresses petit… »
-« Nous sommes parti vers cette terre sur des informations recueillies par l’un de nos espions nous assurant que cet objet était ici, à Naggaroth, et qu’il nous ferait parvenir de plus amples informations après notre débarquement… Mais notre navi… »
L’impérial fut interrompu par le grondement du Nain, qui s’époumona à l’attention du sorcier agonisant :
-« TU POURRAIS AU MOINS AVOIR L’AMABILITE DE CREVER EN SILENCE, POURRITURE !!! »
Voyant que Von Heiros ne cessait pas pour autant de gémir, il le décapita d’un revers de sa hache. Mais Azdûmelgi ne termina jamais son interrogatoire. Une de ses sentinelles accourut, lui signalant qu’une importante armée Elfe se dirigeait vers la Karak. De joie, le Seigneur Nain fracassa le crâne du Répurgateur avant de lancer :
-« Debout les gars ! On va enfin avoir un peu d’action ! »

Quelque part dans les Désolations Nordiques, Isak, seigneur sorcier de Tzeentch, éclata d’un rire démoniaque…


(1)Toute référence à Tulekil est bien entendue le fruit du hasard

-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Sam 19 Aoû 2006 - 0:22

Acte XVIII Les pions avancent… Et meurent

Hurlant leurs cris de guerre bestiaux, les Nains de Karak Korn jaillirent de leur forteresse séculaire tel une vague écarlate, toute notion d’ordre et de discipline à jamais envolée. Les habitants de Karak Korn, issus d’une scission survenue à Karaz à Karak pour des raisons dogmatiques, avaient préféré s’établir loin de toute civilisation plutôt que de devoir reconnaître leurs erreurs. La consanguinité, le sectarisme et l’influence d’un dieu sanguinaire parachevèrent leur perversion, créent de véritables monstres n’ayant plus de Nain que le nom. Juché sur un rocher, le seigneur Azdûmelgi observait l’ennemi que lui avait envoyé le destin. Des Elfes… Ils allaient payer de leur sang.

Et la bataille s’engagea, aussi brève que sanglante. L’armée Druchii, partie pour n’affronter qu’une poignée d’humains exténués, se retrouva noyée sous une déferlant de nains sanguinaires brandissant des bannières ornées de divers morceaux de l’anatomie humaine. Au milieu de la mêlée, alors que son armée refluait de toutes parts, Magnor continuait d’avancer, abattant de sa main ceux de ses hommes qui faisaient mine de fuir. Et c’est alors qu’il se retrouva face à… une armure lourde équipée d’un casque intégral ! Seul la présence entre ces deux derniers d’un énorme nez dégoulinant d’humeurs visqueuses et d’une barbe rougeâtre dégoulinante de bière laissait penser que quelque chose de chair et de sang se trouvait à l’intérieur. Le seigneur Azdûmelgi, quant à lui, entendit une voix, au plus profond de son être, lui susurrer qu’il ne s’en sortirait pas vivant. Le Nain secoua la tête pour chasser ce caquetage, mais il revint, de plus en plus insistant. Cela suffit à balayer le peu de santé mentale qui restait au maître de Karak Korn. Il tourna les talons et s’enfuit dans un grincement de métal abject. Percevant cela comme une insulte à sa dignité et se jeta à la suite du Nain. Ce dernier hurla alors à ses arquebusiers restés en retrait de le couvrir. Une détonation assourdissante en résulta et le Druchii disparut dans un nuage de fumée noire. Azdûmelgi eut un soupir de soulagement et se retourna, espérant avoir le loisir de compter en combien de morceaux avait été réduit son adversaire… Et il se retrouva face à face avec ce dernier, qui continuait à avancer, ne paraissant nullement gêné par les multiples blessures reçues lors de la salve et hurlant à plein poumons :
-« TAAAPPPPPPEEEEER ! »
Le Seigneur Nain sentit alors un choc violent au sommet de son crâne, alors que son casque était pénétré par la lourde arme de son ennemi. Alors que sa matière grise se déversait au sol, il lui sembla entendre un grand rire venu des tréfonds de sa conscience, puis ce fut le silence.
Magnor s’acharna sur son opposant jusqu’à ce qu’il fut littéralement enfoui sous le sol, et ce n’est qu’une fois ceci fait qu’il releva la tête. Pour recevoir une balle d’arquebuse au niveau de la tempe droite.

Isak était euphorique lorsqu’il se retourna vers l’imposante silhouette agenouillée auprès de son trône, vêtue d’une armure rappelant celle des Exécuteurs de Har Ganeth et le visage masqué par un casque intégral. La seule chose qui reliait encore Aelfir à son passé. Un passé révolu depuis des siècles, depuis son pacte avec le grand architecte. Isak eut un sourire sadique qui dévoila ses dents pourries, seule chose visible de son visage masqué par un ample capuchon avant de susurrer d’une voix qui semblait provenir de partout à la fois.
-« Les pions poursuivent leur avancée… Assure toi que le treizième survivant remplisse sa tache. »
Une voix caverneuse lui répondit :
-« Il en sera selon vos désirs, maître… »
Le sorcier se détourna alors que sa créature quittait la pièce dans un silence irréel.

Magnor survécu à sa blessure, une fois de plus sauvé in extremis d’une mort presque certaine par le dessein de quelque puissance obscure. Emmené par ses hommes, il regagna Har Ganeth plus fou qu’il ne l’avait quitté. Mené devant Vraneth et Tulekil, il reçut l’ordre de mission qui changerait à jamais son existence. Un groupe de fidèles de Slaanesh venait de quitter Naggarond, en destination de la Lustrie. De plus, une expédition Druchii envoyée pour purger Karak Korn en ramena un plan indiquant l’emplacement d’un trésor de grande valeur, quoique de nature inconnue. En Lustrie, dans la région vers laquelle se dirigeait les Slaaneshis. Le Haut Exécuteur se vit chargé de mener un groupe de fidèles Khainites vers ce lieu, de découvrir ce qu’il contenait et d’éliminer les Slaaneshis s’ils se mettaient en travers de sa route. Le Noble Druchii accepta sa mission avec un sourire féroce. Il appareilla vers la Lustrie, et son destin, moins de vingt quatre heures plus tard, à peine remis de ses blessures.

Mais les Druchiis n’étaient pas les seuls à s’intéresser à ce mystérieux trésor. Quelques semaines après le naufrage de son navire, le dénommé Ern Schaeffer réapparut en Tilée, apparemment ignorant de son passé récent mais hanté par ce qui ressemblait à s’y méprendre à une obsession : appareiller avec le mercenaire Tiléen Ichabod Serillo, qui venait de monter une expédition vers la Lustrie suite à la redécouverte fortuite d’une ancienne carte dans le butin de l’une de ses anciennes campagnes.


Les pions continuaient leur avance sous le regard amusé du Grand Architecte et de son fidèle servant. Tout était désormais prêt. La grande œuvre d’Isak touchait à sa fin, ou plutôt approchait de sa renaissance. Car toute fin n’est que le commencement d’une nouvelle étape des plans de Tzeentch.


Acte XIX Chasseur et proie

Lucius Agniis huma longuement la puanteur moite de l’air, appréciant une à une les effluves des plantes plus ou moins hallucinogènes qui emplissaient l’air, mêlées à tant d’autres odeurs délectables que les sens survoltés du Slaaneshi n’en furent que davantage excités. Sans un mot, il pointa l’intérieur des terres d’une main gantée de violet et son groupe de Druchiis corrompus et de barbares nordiques pénétra dans les frondaisons.

Ichabod Serillo renifla bruyamment lorsque la puanteur de l’air Lustrien envahit ses narines, lui laissant un arrière goût de viande pourrie dans la gorge. Une solide tape dans le dos à faire trembler les murs de Middenheim lui signala l’arrivée de son compagnon Kislevite, Petrov Helbrovitch. Le géant barbu lui adressa un sourire qui se voulait rassurant et lui lança :
-« Pas le moment de fairrre ton prrrecieux, Ichabod… »
Son camarade acquiesça :
-« Oui… La fortune nous attends, cela vaut bien le sacrifice de mon amour propre ! »

Le jeune Taknith fut le premier des Druchiis à mettre pied à terre. Après un bref regard alentour, il fit signe à ses camarades de le suivre. Aucune trace des Slaaneshis. Mais Khaine, quelle puanteur !

Le Slann Teopetec laissa son esprit survoler le débarquement simultané des trois expéditions et eut ce qui aurait pu être assimilé comme un hoquet. Comment avait-il pu être à ce point aveuglé ? Mais ce point n’était pas le plus contrariant. Aucun de ces intrus n’atteindraient jamais Haxol. Mais son instinct le mettait en garde. Cette triple venue n’était pas une coïncidence et il lui semblait déceler dans l’air les perfides relents de la plus noire des magies. Et ce caquètement qui hantait chacune de ses transes depuis des mois, toujours plus fort… Tentant de chasser ces voix insidieuses, le mage rompit sa méditation et signala l’intrusion à ses serviteurs. D’abord éliminer les étrangers…. Le reste suivrait.

La bête humaine qui se faisait appeler Hasakz eut un sourire qui ne fit que davantage ressortir le réseau de cicatrices qui composait la majeure partie de son visage, entouré d’une barbe hirsute. Le maître avait dit vrai : les proies étaient la, et Hasakz dévorerait bientôt leur chair. Se mouvant en silence dans les frondaisons, il descendit de son promontoire et se faufila tel une ombre vers l’odeur de la chair, avant de stopper aussi brusquement que silencieusement. Des lézards… Il connaissait leur odeur pour en avoir tué de nombreuses fois. Mais il n’en avait jamais vu si près des cotes. Peu importe, il ne les laisserait pas voler ses proies. Tirant une dague de facture grossière d’un étui fait du cuir d’une de ses victimes, il se prépara à tuer.

La silhouette pale et élancée de Lucius Agniis se détachait de la verdure sombre qui l’entourait. Dans cette partie de la jungle, presque aucune lumière ne filtrait. Tenant d’une main ferme son sabre courbe qu’il utilisait comme machette, le Druchii se tenait en tête de son groupe, étant le seul capable de les mener vers l’objectif qui leur avait été assigné. Il s’arrêta un moment et passa ses deux langues sur ses lèvres parcheminées tout en tirant de sa bourse en peau humaine la carte qui lui avait été confiée. En trois jours, ils avaient presque fait le quart du chemin et n’avaient rencontré rien d’autre que des moustiques, des serpents anthropophages et quelques pygmées sanguinaires. Lucius était déçu. Il imaginait la Lustrie bien pire… Rangeant la carte, il s’apprêtait à reprendre sa route lorsqu’un solide nordique du nom de Haars fut littéralement criblé d’aiguillons venimeux avant de s’écrouler, une écume verte aux lèvres et de mourir dans d’atroces souffrances. Toujours les mêmes qui ont de la chance, songea le Slaaneshi en hurlant à ses hommes de se préparer au combat.

A seulement quelques kilomètres de la, les mercenaires d’Ichabod Serillo ne se portaient pas aussi bien. Si les pygmées mangeurs d’hommes les avaient épargnés, la maladie et les raids incessants d’une colonie de volatiles reptiliens avaient prélevé un lourd tribut parmi eux avant même que le tiers du voyage n’ait été accompli. Et que dire des cadavres reptiliens qu’ils trouvaient systématiquement empalés aux arbres sur leur chemin ? Le seul qui ne manifestait aucune inquiétude était Ern Schaeffer. L’ancien soldat, laissé borgne par un accident dont il semblait répugner à parler et qui avait rejoint l’expédition la veille du départ n’avait pas dit un mot depuis la Tilée. Il se contentait de suivre le groupe, une main posée sur la crosse de son pistolet à répétition. Serillo n’aimait décidément pas cet homme, qui n’avait toujours pas avoué les raisons qui l’avaient poussé à rejoindre l’expédition. Perdu dans ses pensées le mercenaire Tiléen n’entendit pas le bruit mat qui précéda le hurlement d’agonie d’un des soldats de l’arrière garde.

Magnor et sa troupe progressait eux aussi selon l’itinéraire indiqué par la carte retrouvé à Karak Korn, distant de quelques kilomètres des Tiléens. Un observateur omniscient n’aurait pas manquer de constater cet étonnant décalage entre les trois cartes, tracées de la même main et menant à un même lieu, mais les Khainites avaient d’autres soucis. Les raids des Hommes Lézards ne les avaient pas épargnés et les bêtes sauvages avaient également prélevé leur tribut de chair sur l’expédition. En avant de la troupe, Taknith, utilisé par Magnor comme « éclaireur-appat » leur fit signe de continuer. Aux cotés de son Seigneur, Kessith, fidèle lieutenant du Haut Exécuteur se contentait d’indiquer la marche à suivre au groupe et à Taknith à l’aide de la carte qu’il avait entre les mains. La chaleur se faisait de plus en plus étouffante et même les Exécuteurs, à l’exception notable de Magnor, avaient renoncé à leurs armures lourdes. Soudainement, un craquement sec retentit alors que l’un des Druchiis s’effondrait, portant, portant les mains à sa gorge. Encore un raid…, songea le Haut Exécuteur, las de ce qui était devenue pour lui une infernale routine : les lézards attaquaient, puis se repliaient, sans même laisser une seule chance aux Elfes Noirs de riposter. Quel manque d’esprit sportif déplorable…

Dans les profondeurs du grand temple d’Haxol, Teopetec luttait. Luttait contre des milliers d’agresseurs invisibles qui tentaient constamment de lui imposer leur volonté. Mais le Slann résistait. Pourquoi résistait-il d’ailleurs ? Ils ne voulaient qu’une si petite et simple chose… S’il obtempérait, ils le laisseraient en paix… En paix pour toujours… Le mage était si las… Pourquoi ne lui laissaient-ils pas un répit, un simple petit répit…

Hasakz avait tué. Et cela le contentait. Tuer avait toujours été la chose qu’il savait faire le mieux. La seule chose qui lui procurait du plaisir. D’abord les lézards, puis les faibles humains. Traquer, tuer, puis manger. Cette vie était si simple, si agréable. Jamais les humains n’avaient pu lui faire de mal. Ils étaient si faibles. Et demain, il tuerait encore. Et le lendemain aussi. Traquer, puis tuer, puis manger. C’était tout ce qui importait.

Isak sentait déjà monter en lui la douce sensation de la victoire, mais il se refréna. Ne jamais crier victoire trop tôt. Une victoire partielle ne servirait pas suffisamment les plans de Tzeentch. Sa créature était prête, elle n’attendait que son bon vouloir, et un petit geste de sa part, pour parachever la victoire de Tzeentch. Il pouvait voir l’avancée de son plan au travers des yeux de sa créature, et ce qu’il voyait lui plaisait. D’une simple pensée, il intima à Aelfir l’ordre de se préparer à passer à l’acte. Ce n’était plus qu’une question de temps avant que sa victoire ne soit totale.

Les Slaaneshis furent les premiers arrivés dans la clairière. D’un geste, Lucius Agniis ordonna à ses suivants de passer en formation dispersée de façon à couvrir toute la zone. Telle une vague violette, les adorateurs du Prince des Plaisirs émergèrent des frondaisons, l’arme au poing. C’est alors que surgirent les lézards. De puissants guerriers Saurus, au moins une trentaine, armés jusqu’aux dents et déterminés. Avec un sourie radieux, Lucius murmura :
-« Merci Slaanesh… »

Ichabod Serillo avait abandonné son bouclier et la plupart de ses effets personnels pour courir. Partout autour de lui résonnaient les hurlements de ses hommes, mêlés aux râles des mourants et au tonnerre des armes à feu, tirant vers une cible invisible. Derrière lui, son ami Petrov déchargea ses pistolets dans le vide avant de les jeter et de tirer sa hache dans un rugissement de défi :
-« Venez vous battrrre, bande de mauviettes ! »
La seule chose qui lui répondit fut le tintement d’une dague aussi grossière qu’énorme sur son arme. Le Kislevite se retrouva alors face à un véritable monstre à forme humaine. Deux mètres de muscles surmontés d’une tête ornée d’une barbe aussi hirsutes que ce qui lui tenait lieu de cuir chevelu, le tout vêtu de peaux provenant de diverses victimes, humaines ou non. Helbrovitch frappa, mais la bête esquiva son coup avant de passer sous sa garde et de frapper avec une brutalité inconcevable, envoyant le mercenaire voler un mètre plus loin. Celui-ci fut stupéfait de constater que la bête nommée Hasakz ne l’achevait pas au sol, mais lui faisait signe de se lever pour reprendre le combat. Au moins un qui avait le sens de l’honneur….


-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Sam 19 Aoû 2006 - 0:24

Acte XX L’heure approche


Magnor émergea des frondaisons, et, pour la première fois depuis ce qui lui semblait une éternité, il lui fut donné une occasion de voir le soleil. Mais ce n’était pas le soleil, ni même les Hommes Lézards regroupés dans la clairière qui attirèrent le regard du Haut Exécuteur, mais le vague de guerriers en uniforme violets qui étaient aux prises avec les sauriens. Toute considération tactique oubliée, le Noble Druchii se retourna vers ses hommes et clama d’une voix râpeuse :
-« Les suivants du Prince Pervers sont ici. Leur vue m’est insupportable et pourtant je suis heureux. Enfin un ennemi qui ne fuira pas comme un lâche dés que nous nous en approcherons. Et les laquais des Anciens, fruits pourris de l’évolution sont la eux aussi. Je ne vous donnerais qu’un seul ordre : tuez les tous, massacrez les, répandez leur entrailles dans la boue, arrachez leurs cœurs palpitants de leurs poitrines, faites leur connaître des douleurs que seuls nous, Druchiis, pouvons infliger. Mais surtout, faites le avec plaisir ! Chaque mort est une offrande à Khaine ! Pas de quartiers, pas de pitié, pas de rémission ! MORT ! MORT ! MORT ! »
Et au cri de « MORT ! », la troupe Elfe Noire s’ébranla, quittant le couvert des arbres pour se jeter à corps perdu dans le massacre.

Lucius Agniis était aux anges… ou plutôt, aux démonettes… En plein paradis de Slaanesh, toutes les sensations de la bataille, de l’excitation à la douleur, de la colère au plaisir, se rejoignaient en une seule et douloureuse extase. Le Slaaneshi laissait son dieu guider son bras, offrant la douleur à ceux qui lui en faisait don, tout instinct de survie oublié, mu seulement par une force primitive aussi ancienne que le monde. Sentant sur son torse la délicate caresse d’une massue de bronze, il pivota avec langueur et planta son sabre dans la gorge vulnérable de son adversaire, avant de tomber au sol dans un silence irréel. Puisant sa force dans sa souffrance, le Druchii se releva avec souplesse et fut alors en mesure de constater qu’un troisième camp se jeta dans la bataille. Laissant glisser ses longs doigts le long de l’une de ses nombreuses plaies, il partit d’un grand rire euphorique. Slaanesh devait vraiment l’aimer…

Helbrovitch se releva et repartit à la charge, tentant de fracasser le crane de son adversaire d’un revers de sa pesante hache. Mais celui-ci lui expédia un coup de poing au plexus solaire avant qu’il n’ait eu le temps d’achever son geste, lui coupant la souffle, avant de riposter en plongeant sa dague dans le bras du Kislevite. Le mercenaire grogna de douleur et envoya le manche de son arme dans les cotes de son adversaire, le pliant en deux dans un craquement sordide. Puis, il leva sa hache d’une main, prêt à la mise à mort. Mais Hasakz se redressa et planta ses doigts dans la gorge nue de Petrov, lui faisant lâcher son arme pour expédier son ennemi au sol d’un coup de poing dans la mâchoire, lui brisant plusieurs dents. Dans sa chute, le barbare faucha son adversaire d’un mouvement de jambes aussi brutal que fulgurant, l’envoyant le rejoindre dans la fange. Helbrovitch n’en fut pas étourdi pour autant et se jeta sur son adversaire, usant de sa masse formidable pour le clouer au sol et lui enserrant la gorge des deux mains. En réponse, la bête humaine lui enfonça deux de ses doigts épais dans les yeux, lui arrachant un hurlement déchirant. Sans perdre une seconde, le monstre se jeta à la gorge de son opposant et la déchira d’un coup de mâchoire sauvage, laissant le sang asperger son torse, et commença à se repaître. La chair humaine avait toujours été meilleure crue…

Ichabod Serillo finit par déboucher quelque part. En pleine bataille rangée. De tous cotés, des dizaines de guerriers se battaient pour leur survie et la mort de leurs adversaires. Se retournant, le Tiléen croisa le regard d’acier de Schaeffer. L’ancien soldat avait dégainé son pistolet et le fixait, immobile. Serillo sentit la panique monter en lui et appela Helbrovitch, espérant que celui-ci le sauve in extremis, comme à son habitude. Seul le fracas des combats lui répondit et il comprit qu’il ne viendrait pas. Qu’il ne viendrait plus. Le mercenaire se mit à suer à grosses gouttes, cherchant désespérément une issue à cette situation. La voix railleuse de Schaeffer lui parvint alors, dure et froide.
-« Alors… Il faut savoir prendre des décisions mon cher… Mener une expédition signifie en assumer les échecs autant qu’en assurer les succès… »
Sombrant définitivement dans la panique, Ichabod tourna précipitamment les talons et disparut dans la jungle. Avec un soupir de consternation, Schaeffer se retourna et, d’un geste nonchalant, expédia deux balles en direction du fuyard, le faisant s’effondrer avec un bruit sourd dans la fange.

Magnor éventra un autre Saurus, répandant son sang froid sur son armure avant d’enfoncer la pointe de son Draïch dans l’estomac d’un Nordique, qui tomba au sol avec un râle extatique. C’était la seule chose que le Haut Exécuteur appréciait chez les Slaaneshis : eux seuls savaient apprécier à sa juste valeur l’insigne honneur qu’il leur faisait de les tuer. A son coté, son second, Kessith, abattait Nordique et Lézards avec la même facilité, épaulant son Seigneur avec une efficacité toute Druchii. L’issue de la lutte était incertaine, mais peu importait : galvanisé par leurs chefs, les Khainites continuaient leur percée, décidés à causer le plus de dommages possibles à leurs opposants, leur instinct de préservation inhibé par l’horreur du carnage. Sur toute l’étendue de la clairière, transformée en véritable abattoir, gisaient les corps de dizaines de malheureux, morts ou agonisants, impitoyablement piétinés par ceux qui étaient encore en état de le faire. Très vite, toute idée de victoire fut exclue par les trois camps, chacun ayant subit trop de pertes pour espérer l’emporter sur ses opposants, et chacun reflua vers la jungle, abandonnant les blessés aux créatures autochtones et plus ou moins sanguinaires, pour tenter de trouver une autre voie vers leur objectif, et la confrontation finale.

Lucius Agniis fut l’un des derniers à se replier, en partie à cause de sa jambe mutilée. Il suivit en boitant le mouvement de ses troupes, une écume rouge composée de son propre sang mêlé à sa salive dégoulinant de ses lèvres. Blessé au delà du supportable, du moins selon les standards elfiques ordinaires, le meneur Slaaneshi ne pu guère que se traîner au devant de ses hommes, à la recherche d’une autre route vers leur objectif. Les membres de sa troupe étaient tous plus ou moins gravement atteints, et une bonne partie des Nordiques succomba à la gangrène et à la fièvre dans les heures qui suivirent. Lorsque la nuit tomba, seule une quinzaine de servants du Prince des Excès était encore de ce monde.

Les Khainites ne furent pas non plus épargnés et nombre d’entre eux périrent des suites des terribles blessures reçues, ou furent dévorés par des nuées de créatures indigènes attirées par l’odeur du sang. Menant ses troupes d’une main de fer, Magnor ordonna que l’on mette à mort les blessés susceptibles de ralentir le groupe ou de l’exposer à de telles attaques. Une fois cette besogne achevée, il restait moins d’une vingtaine d’Elfes Noirs en vie à la suite du Haut Exécuteur, dont ses lieutenants Kessith et Taknith.

Ichabod Serillo cracha du sang et tenta de se relever, mais la douleur était trop forte et il resta le nez dans la boue, étalé au milieu d’une mare de son propre sang. Au prix d’un intense effort, il parvint à se traîner à la force des bras jusqu’à un arbre, où il pu s’appuyer. Regardant autour de lui, le Tiléen pu voir les cadavres de dizaines de ses hommes, certains à demi dévorés, d’autres tués par leurs propres camarades dans la confusion de l’attaque lancée par leur mystérieux assaillant. Parvenant à rassembler son souffle, le Tiléen hurla à la cantonade, comme s’il espérait obtenir une réponse. Il appela Petrov, Hans, Kyogr, quelqu’un, qui qu’il soit. A la tombée de la nuit, son ton étai devenu suppliant, larmoyant. Comment cette expédition avait pu aussi mal tourner restait un mystère. Les pensées du mercenaire dérivèrent vers ce qu’on lui avait dit de la Lustrie, des richesses qu’elle abritait, des dangers qu’elle recelait. Mais, bien qu’averti, Ichabod se rendit compte que, comme beaucoup d’autres avant lui, rien ne l’avait préparé à cet enfer. Rien. Et il était désormais trop tard pou revenir en arrière… Trop tard. Une pression sur son épaule le tira de ses pensées, et dans un demi rêve, il lui vint l’idée quelqu’un de ses hommes l’avait peut-être retrouvé. Tournant la tête, il se retrouva nez à nez avec un serpent aux couleurs chatoyantes qui le fixait de ses yeux reptiliens. Serillo sourit alors que l’animal ouvrait la gueule, d dévoilant deux longs crocs luisants... Peut être était-ce mieux ainsi…

Hasakz avait bien tué aujourd’hui. Il avait mangé de nombreux humains et regardé les autres courir comme des lâches, terrifiés par un seul. Le sauvage sourit. Il avait aussi gagné de nouvelles cicatrices, qui prouveraient à son dieu qu’il était digne d’entrer au Valhala avec les esprits de ses ancêtres. Traquer, puis tuer, puis manger. La seule vraie façon de vivre, selon la philosophie de son peuple. Son peuple… Du moins lorsque les siens marchaient encore sur la terre, avant que les Lézards ne les tuent, abandonnant leurs corps sans les manger, offensant à jamais Hasakz et souillant la mémoire de ses ancêtres. Puis était venu le Maître, qui commandait aux cieux et avait parlé à Hasakz dans sa tête. Le Maître lui avait dit quoi faire pour venger ses ancêtres, et Hasakz l’avait fait. Et bientôt, il pourrait se venger en mangeant le chef des Lézards. Le Maître le lui avait promis.

Teopetec tomba comme une masse sur le sol de granite de sa chambre de méditation, une bave grisâtre aux lèvres. A bout de forces, son esprit et son corps à jamais marqué par la folie qui se déversait sur ses terres, il murmura, autant pour lui-même que pour ses tourmenteurs invisibles :
-« Ouiiiiiiiii, je…. le….ferais….. »
Dans un râle, le tard fit ce que les voix exigeaient de lui. Il referma les portes de son esprit et s’arracha à la contemplation du Grand Dessein, laissant ses serviteurs dans l’obscurité. Mais peu lui importait, car il était enfin libéré de cette torture. Avec un ultime gémissement, le mage sombra dans le néant.

Aelfir eut un sourire carnassier sous son casque d'airain. L’heure approchait, il pouvait le sentir. La dernière heure. L’accomplissement de l’œuvre à laquelle il avait dédié sa vie, et bien plus que cela. Bientôt il saurait s’il avait réussi. L’heure de vérité était si proche…

Isak entama le rituel de téléportation avec le sourire aux lèvres Cette fois ci, il savait que plus rien ne pouvait entraver son dessein. Alors que les énergies de l’Empyrean s’engouffraient dans son corps, le sorcier eut la certitude que son maître saurait apprécier à sa juste valeur son travail. Oui… Lorsque viendrait la fin des temps, Isak serait l’égal d’un dieu, marchant parmi les fidèles de son seigneur…

-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Sam 19 Aoû 2006 - 0:24

Acte XXI Crépuscule

La panique s’empara des Serviteurs des Anciens lorsque le lien psychique qui les unissait à leur maître fut rompu. Privé de la protection du Slann, les Prêtres Skinks furent pris de crises de démence, exposé directement aux énergies maléfiques se déversant du nord selon un schéma prévu depuis des siècles. Mêmes les redoutables Saurus, privés de leur guide spirituel et incapables de mettre en place une hiérarchie alternative, furent pris de ce qui aurait pu être appelé un accès de désespoir et formèrent en plusieurs endroits des derniers carrés de combattants, attendant de pied ferme un ennemi invisible. Les éclaireurs Skinks, privés de toute liaison avec le reste de leurs forces, crurent à la destruction aussi brutale qu’inattendue de leur cité et battirent en retraite vers les Cités Temples les plus proches, pour avertir leurs maîtres que l’Apocalypse était sur eux. Dans cette ambiance de fin du monde, l’assaut simultané de trois groupes d’aventuriers dépenaillés, harassés mais déterminés plongea vite la Cité Temple d’Haxol dans le Chaos.

Ern Schaeffer fut le premier à atteindre les murailles en ruine de la Cité, accompagné de la douzaine de survivants de l’expédition de feu Ichabod Serillo qu’il avait réussi à rassembler après les événements précédents. Ils furent également les premiers à comprendre que quelque chose n’allait pas avec leurs ennemis. Le comportement erratique des Lézards laissait présager l’influence de quelque puissance maléfique. Schaeffer eut un sourire carnassier. Les voix avaient dit vrai. En ce jour, l’ex sergent impérial Ern Schaeffer aurait l’occasion de prouver sa valeur. Et ensuite, il regagnerait sa terre natale avec assez d’or pour se forger son propre empire… Il suspendit brièvement son mouvement pour se retourner vers ses hommes et leur lancer :
-« Soldats ! Aujourd’hui, le Vieux et le Nouveau Monde vont trembler de concert ! Et nous serons ceux devant qui des empereurs plierons les genoux ! Que tremble les anciennes puissances, l’ordre nouveau est arrivé ! Nous sommes ceux qui amèneront le crépuscule de l’ancien monde ! »
Brandissant son épée, l’ancien soldat hurla, accompagné de sa troupe de soldats de fortune :
-« Gloire aux combattants du Crépuscule ! »
Et ils s’élancèrent, aveuglés par les promesses d’une antique puissance, à l’assaut des lignes désorganisées des Saurus.

Coté Slaaneshi, Lucius Agniis envisageait la chose d’un point de vue moins idéaliste. Se retournant vers ses hommes, encore à couvert dans les frondaisons, il parvint à articuler malgré sa mâchoire fracassée et ses lèvres arrachées :
-« Serviteurs de Slaanesh ! Elus du Prince des Plaisirs ! Gardiens des Excès ! Notre jour de gloire est arrivé ! Aujourd’hui, Slaanesh nous offre l’occasion d’expérimenter un maximum de nouvelles sensations ! Toute notre vie n’a été que le prélude de cette orgie de douleur et de plaisir ! En avant, fils de Slaanesh ! Vers la souffrance et l’extase ! »
Et, dans un hurlement strident qui n’étais pas sans rappeler le cri du Gnoblard en rut, les Slaaneshis se jetèrent à l’assaut.

Magnor jeta un œil par-dessus son couvert tout relatif et nota quelque chose d’étrange chez les gardiens Saurus placé devant la cité. Leur comportement semblait… Irrationnel. Mais le concept de rationalité ne signifiait depuis longtemps plus grand-chose pour le Haut Exécuteur. Tirant son Draïch, il jaillit hors des frondaisons avec un hurlement dément et chargea les lignes Homme Lézards suivis des survivants de son expédition.

Très vite, de multiples escarmouches éclatèrent partout dans la Cité Temple, alors que les assaillants épuisés mais décidés à en finir se heurtaient aux forces désorganisées et paniquées des serviteurs des anciens, privés du soutien psychique et de la vision d’ensemble de leur maître. En moins d’une heure de combats intenses, Haxol sombra dans le chaos le plus total, les aventuriers avides de richesses incendiant tout ce qui ne présentait aucune valeur matérielle et s’emparant du reste, alors que les Hommes Lézards refluaient vers le grand temple, décidés à vendre chèrement leurs peaux. Au milieu de ce chaos, Lucius Agniis était heureux. Ivre de sensations nouvelles, le Slaaneshi ressentait plus intensément encore chaque nouvelle seconde de la bataille. Blessé en de multiples endroits, laissé presque exsangue par les blessures reçues et ses propres automutilations, le cultiste finit par tomber à genoux, incapable de rester débout plus longtemps, le regard vide et un sourire radieux plaqué sur ses lèvres dépecées.

Taknith eut une grimace de mépris lorsqu’il aperçut la pathétique créature qui lui faisait face. Guère plus qu’un tas de viande vêtue de ce qui avait été une combinaison violette, elle semblait le fixer de ses yeux morts, réduits à un réseaux de vaisseaux sanguins éclatés au milieu d’un visage qui n’était plus qu’un réseau abject de cicatrices et d’ecchymoses, en bas duquel s’ouvrait le gouffre sanglant qui avait été une bouche, dans lequel s’agitait une double langue tailladée en de multiples endroits. Et le plus étonnant, c’est que la créature parvint à produire un son, puis une suite de mots qui aurait pu passer pour une phrase.
-« Alors Druchii… Pas les tripes… Vas-y, tue moi… Tu me feras un tel plaisir… Slaanesh m’aime… »
Lucius se courba brutalement et cracha du sang dans un toussotement rauque qui ajouta encore au dégoût de Taknith. Levant sa hallebarde, le jeune Druchii l’abattis sur le crane du Champion de Slaanesh qui n’eut que le temps de hurler « Slaanesh, j’arrive ! » avant de mourir dans un long gargouillis accompagné d’un jet de sang particulièrement hideux en provenance de son crane fendu.

Hasakz planta ses dents dans la gorge d’un autre Lézard et en arracha une large portion de chair. Cette bataille était bien venue, comme le Maître l’avait dit. Les gens descendus des bateaux tuaient aussi des Lézards, et bientôt leur chef serait à Hasakz. Et il pourrait le tuer de ses mains et le manger, pour venger l’affront fait à sa tribu. Comme le Maître l’avait promis. Et alors, Hasakz serait content.

Ern Schaeffer planta sa dague dans les cotes d’un Saurus, le dernier de son groupe, et pu se permettre de prendre une pause de quelques secondes, après avoir achevé le Lézard d'un geste expert. Partout autour de lui, Haxol brûlait. Et le soleil qui descendait derrière les arbres n’annonçait pas seulement le crépuscule d’Haxol mais aussi celui des anciennes puissances. Isak le lui avait promis. Schaeffer serait le nouvel Empereur du monde connu, instigateur d’un ordre nouveau. Mais avant cela, il lui fallait s’assurer qu’Haxol lui livrerait toutes ses richesses. Et qu’elle ne se relèverait pas.

Lorsque son groupe arriva aux pieds des marches du grand temple et y extermina les derniers Saurus, Magnor pensa la victoire acquise. Du moins sur les Hommes Lézards. Faisant signe à ses hommes de rester en arrière, il posa la main sur l’un des battants de bronze de la grande porte du temple, et y exerça une pression destinée à ouvrir celle-ci. Au lieu des quoi, le Haut Exécuteur se sentit défaillir, alors que des flammes surgissaient du Néant, voila toute autre chose à sa vue. Il se sentit décoller du sol pendant quelques instants avant de retomber lourdement sur ce qui semblait être de l’airain. Se relevant péniblement, il se retrouva face à un véritable colosse vêtu d’une armure étrangement semblable à la sienne et coiffé d’un casque intégral au travers duquel ne perçait que la lumière surnaturelle des yeux de la créature qui se faisait appeler Aelfir. Brandissant un Draïch nimbé d’énergies chatoyantes, il s’avança vers le Druchii en signe de défi. Laissant son instinct prendre le dessus, Magnor se jeta sur l’apparition, évacuant la frustration des dernières semaines dans une pluie de coups anarchique qui faillit déstabiliser son adversaire. Mais Aelfir semblait un parfait exemple de ce qu’aurait pu devenir le Haut Exécuteur si son cœur n’était pas rongé par la haine ni son esprit par la folie : une machine de mort aussi implacable que silencieuse. Rendant coup pour coup, il fit reculer son frénétique adversaire à l’aide d’une suite de frappes parfaitement maîtrisées, chaque coup provenant d’un angle différent et porté avec une force tout aussi dissemblable. Déséquilibré, le Haut Exécuteur faillit tomber au sol mais se reprit in extremis, créant une ouverture dans sa garde qu’Aelfir exploita dans la seconde, désarmant son ennemi d’un geste d’une perfection inhumaine avant de lui faucher les jambes d’un mouvement des siennes, jetant le noble de Har Ganeth au sol, puis pointa le Draïch crépitant d’énergie sur la gorge de Magnor. Derrière la créature entra apparut alors une imposante silhouette vêtue d’un ample manteau à capuchon et entourant d’une chape de ténèbres pures où perçaient quelques nuances aussi colorées qu’irréelles. Isak, Seigneur Sorcier de Tzeentch eut un sourire qui dévoila ses dents pourries avant de d déclarer, sa voix sifflante semblant provenir de toutes les directions à la fois :
-« Bienvenue Seigneur Magnor. Nous n’attendions plus que vous… »


-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnor
Garde
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Localisation : Har Ganeth
Date d'inscription : 01/01/2005

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Sam 19 Aoû 2006 - 0:26

Je tiens à m'excuser de vous infliger 11 actes à la suite... Ceci est du à ma longue absence de ce forum...
L'acte 22 est en cours.... Si certains d'entre vous ont le courage de tout lire et de commenter, ils gagneront ma reconnaissance éternelle (comment ça c'est tout?)...

-Magnor-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knurlnien
Posteur Suprême et Grand Mégalomane d'UvsN
avatar

Nombre de messages : 3349
Age : 26
Localisation : Gouts (40) / Toulouse (31)
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Nom: Gwënila Admapersa
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   Ven 11 Juin 2010 - 17:30

Pas de présentation, premier message pour un magistral déterrage de 4 ans ! **fou**
Tu es mal barré mon gaillard. **fight**

Modérativement,
Knur'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Recit] Magnor, sa vie, son œuvre, son Draïch
» Bon recit et belles figs
» Le recit d'une campagne
» [Recit] Chute
» [Recit] Histoire d'une trahison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: