Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ForumEN][ENoirs][Récit] - Hag Ruakynth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Forum Elfes-Noirs
Garde
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 31/08/2012

MessageSujet: [ForumEN][ENoirs][Récit] - Hag Ruakynth   Ven 31 Aoû 2012 - 14:17

Anonymous a écrit:
bien le bonjour amis druchiis
Ca faisait un bon moment que je ne zonais plus sur les forums, mais depuis la sorti deu nouveau LA, et bien je reprend du service hobbyistique

Donc voici le background de mon armée.


les exilés de Naggaroth

Introduction

Amer était Aedron.
Ce sentiment d’amertume revenait toujours à la charge, lors de ses retours de campagne. Il était l’un des plus vieux compagnons du seigneur Naweng Klae, et la vision de leur forteresse située dans les lointaines mers du sud le laissait aigri et irritable.

Il était sur le pont de son propre navire, dont les voiles noires étaient gonflées par le vent de l’Est. Autour de lui, ses corsaires se préparaient à l’arrimage du navire au port du « caillou », comme il aimait appeler leur foyer. De hautes tours effilées se dressaient au travers de la brume glaciale et matinale, et l’écho des cors annonçant la venue du seigneur de l’île fortifiée résonnait au loin.

Aedron tourna la tête sur sa droite, vers le centre de la flotte, ou trônaient les trois plus gros navires de leur ancienne arche noire. Sur l’un d’eux, Naweng ordonnait, et les elfes s’exécutaient. A de nombreuses reprises, ivre de jalousie, il avait voulu le tuer. Un coup de poignard dans son sommeil, un verre de vin empoisonné, cela aurait été si facile. Et à chacune de ces pensées malsaines, une haine encore plus violente l’avait pris dans ses bras. Car ces méthodes étaient Druchiis, et il les haïssait ardemment. Peut-être même autant que les vils Asurs…

Alors il devrait défier ouvertement son seigneur. Et il en mourrait. Naweng Klae était trop puissant, il incarnait la haine et la violence de la vengeance, et utilisait un art martial si parfait que lui-même ne pouvait qu’espérer lui tenir tête quelques minutes. Et alors il le tuerait à petit feu, car Naweng ne supportait pas la trahison. La mutinerie n’était pas envisageable.

Ils arrivèrent enfin à l’ombre de l’arche noire, échouée depuis près de 200 ans, et la flotte manœuvra pour accoster. La brume surnaturelle se dissipa, et apparu enfin le port fortifié, dont les portes s’ouvrirent à leur approche. De grandes tours de garde construites dans la roche de l’île abritaient des dizaines de balistes prêtes à faire feu sur un seul ordre, et d’immenses cages abritaient des créatures marines venues des mers gelées du Sud, dressées pour attaquer et crever les coques des fous qui oseraient s’approcher sans en être autorisé par le seigneur Naweng, ou en son absence par la régente Jiune Klae.

Enfin, Aedron était rentré, et les esclaves déchargeaient le butin de toute une saison de guerre. Il soupira et chassa ce sentiment d’amertume qui l’avait pris une fois de plus à la gorge, et remonta par les immenses escaliers taillés dans la roche volcanique qui menait à la cité intérieure.


Histoire

Naweng Klae naquit il y a à peu après 400 ans, en pleine mer, sur l’arche noire « Sombre Allégeance ».
Cinquième enfant de la maison Klae, il dut très tôt apprendre à survivre seul, les liens fraternels n’étant qu’une utopie dans le monde impitoyable des druchiis, et plus encore dans la noblesse.

Sa vie, dès qu’il fut en âge de tenir une arme, fut faite de combats navals et de pillages. Sous le commandement de son père, il participa au sac de nombreuses villes côtières, combattit aux côtés de grands guerriers, et apprit d’eux tout ce qu’il pouvait. Il se distingua de nombreuses fois, rapportant nombre d’esclaves à la cour de son père, et l’estime du géniteur à l’égard de ce fils qu’il connaissait à peine grandit au fil des années.

Ses frères en prirent ombrage, et dans l’ombre complotèrent contre lui pour stopper son ascension. Naweng étant marin de naissance, il ignorait tout des rouages politiques, et acceptait les titres car ils reconnaissaient ses talents de commandement et de combattant. Alors quand des assassins lui tendirent un guet-apens dans les longs boyaux de leur palais, à Klar Karond, il se sentit trahi, et une haine alors insoupçonnée jusqu’à ce jour naquit en lui.

Plus forte que toute la haine des Asurs qu’il avait éprouvé en apprenant l’histoire de leur race, sa colère envers ses frères résonna longuement dans les couloirs, alors que les derniers des pitoyables assassins envoyés contre lui subissait mille tortures sous les yeux froids et haineux du dynaste. En général, Naweng préférait apporter une mort fulgurante à ses ennemis, étant guerrier de nature, et non pas l’un de ces pitoyables nobles de Naggaroth, traîtres et comploteurs prenant plaisir dans le sadisme de la torture. Néanmoins, il fit ce que tout bon général aurait fait en ces circonstances, et son père l’applaudit en apprenant la source des cris dont l’écho l’atteignait même dans son donjon personnel.
Lorsque les cris plaintifs de ses victimes lui donnèrent les noms des conspirateurs, son cœur se chargea d’une noire résolution, et il rassembla ses troupes, parmi eux Aedron, alors jeune lieutenant corsaire. En une nuit, tous ses frères furent exécutés, ainsi que leurs femmes et leurs enfants. Il était désormais le seul héritier de la flotte, et son père le nomma commandant en second de l’arche noire. S’en suivit des années de pillages et de guerre, période durant laquelle Naweng accumula victoires et esclaves pour la plus grande gloire du Roi-sorcier.
Puis vînt le jour de la défaite et de sa consécration.

Au large des côtes d’Ulthuan, lors d’un raid audacieux orchestré par le commandant de l’arche, son père, le vaisseau de ce dernier fut mis en péril par leurs cousins haïs. Au fil de la bataille, il ne faisait aucun doute que les Druchiis allaient céder et Naweng voulut prêter main forte à son père. Mais la dynaste Jiune Klae, sa cousine et parmi les plus fidèles de ses lieutenants, l’en empêcha. Elle fit sonner la retraite et les navires survivants s’éloignèrent, alors que le vaisseau amiral était en feu.

Jiune connaissait parfaitement les rouages politiques à la cour du Roi-sorcier et expliqua longuement à son cousin que leurs intérêts étaient dans la mort du commandant, car désormais, en tant que second, il devenait le seigneur de l’arche noire. La majorité des corsaires lui était fidèle, et les autres le devinrent rapidement ou furent passés au fil de l’épée.

Au cours de la même année, Naweng débarqua pour la première fois sur les docks de Naggarond, versa un lourd tribut en esclaves et en richesse à Malekith, et ce dernier invita son sujet à la cour. Naweng réitéra le serment d’allégeance de son père et le Roi lui donna le titre de seigneur de la « Sombre Allégeance », officialisant ainsi son statut, avec la mission de continuer d’apporter peur et mort aux races du vieux monde.

Il s’exécuta brillamment pendant de longues années, coulant les patrouilleurs asurs, pillant les navires marchands, et incendiant les côtes du vieux monde. Il participa aussi aux guerres de Malekith face aux hauts elfes et ses corsaires devinrent redoutés même parmi les armées druchiis. Durant cette période, Naweng devînt arrogant et orgueilleux. Lui et ses hommes volaient de victoire en victoire et toujours plus d’esclaves étaient acheminés vers Naggaroth. Ils se croyaient invincibles.

C’est à ce moment que Naweng encourut la colère du Roi-sorcier.
Lors d’un rapport annuel de ces victoires et de l’apport du pourcentage dû au Roi sur ses prises, le seigneur elfe noir aperçut une belle et jeune elfe parmi la masse de courtisans cherchant une faveur du Roi. Elle se tenait à l’écart, un bâton noir dans les mains, et il sut alors qu’elle était sœur-sorcière d’un des couvents de Malekith. Il sut aussi qu’il la voulait pour lui, ce qui était bien sûr interdit selon la loi édictée par le Roi-sorcier.

Avec une ruse digne de tout bon druchii, il s’arrangea pour obtenir son aide lors de ces campagnes, moyennant un tribut au couvent de sorcières dont elle venait. Elle-même exigea une âme en échange de son soutien et il la lui accorda. Puis au cours de cette nouvelle campagne il la courtisa, encourant alors la damnation. Arune se révéla puissante sorcière, et au cours des premiers mois, la menace suffit à contenir Naweng. Mais vînt le jour ou trop las des conflits incessants qui épuisait ses forces, elle commit le sacrilège ultime. Sa volonté étant étiolée loin de l’influence de Naggaroth, elle se donna au seigneur corsaire durant une belle nuit étoilée, alors que l’arche mouillait au large de l’Arabie.

Le Roi-sorcier avait bien entendu placé des espions parmi l’équipage du seigneur corsaire, et quand Naweng revînt à Naggaroth, les cavernes de stockage pleines de butin arabien, Malekith fut informé en détail des actes de la sorcière. Son jugement fut immédiat et il envoya un contingent de sa garde noire intercepter le corsaire, tandis que les grandes sorcières du couvent emprisonnèrent Arune aussitôt qu’elle passa les portes de la cité.

Naweng, lui, faisait décharger le navire qui apportait sa part au Roi, quand la Garde Noire se présenta à lui, leurs grandes hallebardes dressées d’un air menaçant. Le maître de la Garde Karis lui annonça sa destitution et son exécution prochaine. Les corsaires, en entendant les accusations, mirent les mains sur leurs arbalètes de poing qu’ils cachaient sous leur cape en peau de dragon et regardèrent leur seigneur. Celui-ci ne posa qu’une question : « Et Arune ? » Avec un sourire cruel, Karis lui expliqua qu’elle était déjà enchaînée et en route pour Mendren, la forteresse des tourmenteurs de Malekith, et qu’il allait bientôt la rejoindre.

Naweng hurla de haine et ,dégainant son épée avec une vivacité très elfique, il trancha la gorge du Garde noir. Autour de lui, ses hommes dégainèrent lames et arbalètes et se joignirent à leur seigneur. Bientôt, la centaine de guerriers d’élite fut défaite par les vétérans de centaines de bataille. A partir de ce jour, les elfes de Naweng Klae, qui pour la plupart restèrent fidèles à leur seigneur, devinrent des parias.

Mais cet acte de trahison n’allait pas être le dernier. Supposée en fuite, la Sombre Allégeance remonta vers le nord, et assiégea la forteresse de Mendren prise par surprise. Naweng, ivre de haine et de vengeance, incendia le fort et récupéra Arune, sévèrement battue et torturée. Puis il s’enfonça sous les monts de l’échine noire et traversa la mer souterraine, perdit ses poursuivants ou les aborda avant de laisser dériver leurs navires sans vie. Il apprit par ses éclaireurs que deux arches noires étaient à ses trousses. Il les rencontra et en endommagea une gravement tendit qu’au cours du siège il abattit le commandant de la seconde.

Finalement, il fut contraint de descendre toujours plus au sud des mers orientales, la ou le froid était éternel, avant que ses ennemis ne se lassent et fassent demi-tour, encourant dès lors la colère de leur Roi. Il aura suffi d’un seul moment d’inattention, alors que toute l’arche observait les deux forteresses flottantes ennemies s’éloigner de leur sillage, pour qu’au travers de la brume qui s’élevait, ils s’échouent sur les roches d’une île du sud.

Beaucoup d’elfes périrent lors du choc qui déchira les murs sud de la citadelle, mais Naweng s’en moqua car alors ses pensées étaient toutes tournées vers la guerre. Ses lieutenants parcouraient les couloirs de la forteresse, faisant le décompte des effectifs de l’arche, les cartographes établissaient la route qu’ils avaient emprunté, dessinaient les contours de la côte sur laquelle ils avaient échoué et des éclaireurs étaient déjà sortis pour explorer cette île froide et enneigée.

Des éclaireurs qui revenaient, leurs rapports faisaient état d’une terre froide et vierge. D’étranges animaux semblaient y survivre, notamment de petits oiseaux marins blancs et noirs qui marchaient debout sur la glace, et de grands ours blancs qui attaquaient à vue toute forme de vie. Certains témoignages firent état de monstres terrifiants, comme les dragons des glaces aux souffles pétrifiants et les gigantesques céphalopodes qui brisaient la glace comme du verre avec leurs puissants tentacules.

Les premiers mois furent pénibles pour les exilés, car tant bouffis d’orgueil et sûr de leur supériorité qu’ils étaient, la perspective de finir sur un désert gelé n’était guère réjouissante. Naweng donnait ses ordres avec toujours cette pointe de colère dans la voix, car sa haine était désormais permanente envers le monde entier, et tous ses hommes la partageaient. Seul Arune, qui semblait guérir de ses blessures à vue d’œil, était capable de calmer sa rage. Désormais considérée comme une traîtresse et renégate par tout Naggaroth, elle n’avait plus aucune raison de se cacher et s’affichait ouvertement avec le seigneur corsaire, l’homme qui avait finalement eu suffisamment de courage pour braver l’interdit.
La sorcière commença par rétablir la bibliothèque de la citadelle, qui avait fortement souffert, et elle réunit une cabale d’elfes avides de pouvoir auxquels elle commença à enseigner son savoir, se gardant tout de même de révéler les plus grands secrets de son art, afin de garder la suprématie dans le domaine. Ainsi, lorsque les temps des batailles reviendrait, la flotte de Naweng serait appuyée par les effets destructeurs de la magie noire.

Les tempêtes de neige touchèrent bientôt à leur fin, et le printemps évapora le brouillard hivernal, laissant apparaître clairement l’île dans son ensemble. Alors les corsaires commencèrent à voguer vers le nord avec leurs navires survivants et écumèrent les côtes du vieux monde, et notamment celle de Cathay, dont les navires marchands étaient des proies de choix pour les druchiis renégats. Naweng pourtant ne pouvait se permettre de perdre l’un de ses rapides vaisseaux, et l’ordre avait été donné de ne pas poursuivre vers les mers intérieures, et de revenir immédiatement dans leur refuge dès que les cales seraient pleines.
La puissance de l’arche noire n’était plus, mais ses occupants, eux, reprenait force et assurance à mesure que les navires corsaires débarquaient esclaves, nourriture, vins et soies de l’orient. Désormais leur moral et les esclaves revenus, la reconstruction commença. Et la fin de la première décennie vit l’apparition d’un port fortifié bardé de tours, et d’une première enceinte dans l’intérieur des terres. Dix ans plus tard, l’arche n’existait plus, mais sa citadelle faisait partie intégrante de la cité portuaire des corsaires. Cinquante ans plus tard, une nouvelle cité était née, avec une société à la fois similaire, et pourtant très différente de Naggaroth. Cette île qu’Aedron appelait le « caillou » fut nommé par ses nouveaux habitants Hag Ruakynth, la cité du désert de glace.

Anonymous a écrit:
la suite :


Si Cathay fut la première cible des corsaires, les suivants sur la liste furent les hauts elfes, qui fondaient un peu partout des comptoirs commerciaux depuis le sacre de Finubar le voyageur. Quant aux druchiis de Naggaroth, ils avaient depuis longtemps oublié les corsaires renégats et avaient tourné leur attention comme à leur habitude vers Ulthuan. Naweng en profita et harcela ses anciens frères lors de leurs incursions dans les mers orientales, coulant leurs navires et leur butin. Il arriva même que des pillards druchiis se fassent attaquer par Naweng alors qu’ils assiégeaient eux-même une ville. Les humains se croyant alors sauvés accueillirent les corsaires comme des héros Asurs, et ces derniers pillèrent joyeusement la cité sans défense. Néanmoins, depuis quelques années, un commerce fragile a fait sont apparition entre les marchands de Cathay et les corsaires de Naweng, ce dernier ayant accepté l’or des différentes cités côtières en échange de l’arrêt des hostilités. Grâce à cela, le seigneur corsaire a perdu l’un de ces plus puissants ennemis : Le trône du Dragon.

Depuis longtemps maintenant, les corsaires de Naweng Klae sont considérés comme de vulgaires pirates, et cela fut la vérité en maintes occasions. Mais il arrive aussi que le seigneur corsaire décide de rassembler toutes ses troupes dans l’optique d’une attaque de grande envergure, comme ce fut le cas lors du conflit de la couronne du destin, durant lequel il profita des combats entre les races du vieux monde pour faire une incursion depuis le pays perdu et s’enfoncer loin dans les terres pour ravager les villages de l’empire. Il tomba même sur un autre ost de druchiis qu’il attaqua sans somation alors qu’ils prenaient ses corsaires pour leurs frères. Il ne fit aucun prisonnier et planta leurs têtes sur des pieux alors que sa haine envers cette race atteignait son paroxysme. Quand la bataille pour la couronne du destin fut scellée et que les différentes factions se remettaient de la guerre, la flotte de Naweng faisait voile vers le sud, les cales remplie d’or, de verroteries et d’armes réquisitionnées à leurs frères haïs.

Hag Ruakynth

Ruakynth est l’île sur laquelle échoua l’arche commandée par Naweng Klae.
Située au sud de Cathay, sa roche volcanique est durant six mois de l’année recouverte de neige. Habitée aujourd’hui par des druchiis renégats qui firent sécession il y a deux cents ans, sa flore était inexistante avant leur arrivée, tandis que la faune est composée de créatures inconnues jusqu’ici : ours blancs, calamars géants, baleines tueuses, dragons des glaces et autres prédateurs se battent pour leur survie dans cette terre hostile. Originairement volcanique, son sous-sol est riche en minéraux rares, que les exilés commencent à peine à l’exploiter. L’hiver est extrêmement long et une brume constante recouvre la région, rendant la navigation impossible sans un cartographe et un capitaine expérimenté. L’été est relativement doux mais suffisamment chaud pour fondre la glace et l’activité des corsaires reprend alors son plein régime.

La cité en elle-même est une série d’enceintes fortifiées construite l’une autour de l’autre au fil des décennies, l’ancienne arche noire constituant sa citadelle. Chaque enceinte est une muraille faite de roche taillée, avec une tour de garde tous les dix mètres, armée d’une baliste à répétition. Les rues sont étroites et éternellement dans l’obscurité la plupart du temps, l’ombre de la montagne et de l’arche étant gigantesque. De telles fortifications sembleraient inutiles de prime abord, mais la sorcière Arune mit rapidement en garde son compagnon des dangers de l’inconnu venu du sud, dans les terres inexplorées du pôle. Et de toute manière, Naweng ayant tendance à s’attirer les foudres de grands monarques, une base de repli sure pour sa flotte est un moindre mal. Quoi qu’il en soit, l’île n’étant répertoriée sur aucune carte, les rares navires qui parviennent à Ruakynth sont très chanceux et sans un tribut conséquent en or ou en esclaves est incendié avec ses occupants et renvoyé vers le nord…

Culture et politique

Si les exilés étaient jadis des druchiis, ils ont rapidement évolué vers une société très différente. La ou l’elfe de Naggaroth se complait dans la décadence, le sadisme le plus total et se voue au culte de Khaine, l’exilé a depuis longtemps mis de côté ces pathétiques plaisirs pour se vouer tout entier à la guerre. Excellents marins et grands guerriers, les elfes du Hag se plaisent dans le pillage et la mort de leurs ennemis. Ce qu’ils accomplissent, ils ne le font que pour eux-même et leur commandant et pas au nom d’un dieu quelconque, et leurs prises ne reviennent pas à un souverain, mais reste en leur possession, car Naweng n’est pas un Roi avare, mais un Général expérimenté aux décisions sévères mais efficaces qu’ils respectent.

L’art de la guerre est clairement ancré dans leurs traditions. Un exilé cherchera toujours à se perfectionner au maniement des armes, à tuer de mille manières possibles et de surpasser les autres corsaires de son navire. De même, la haine est un sentiment considéré comme étant noble et associé à leur art, car selon leurs croyances, elle accroît les capacités martiales et contribue à leur supériorité militaire. Si les exilés étaient plus nombreux, ils seraient une force avec qui compter pendant cette période post-tempête du chaos. Heureusement pour les races du vieux monde, ce n’est pas le cas, pas encore…

La religion sur l’île reste assez anecdotique pour être signalée, à peine pratiquée par les rares elfes à avoir pu rejoindre l’île après sa fondation. Tout rapport ayant été rompu avec Naggaroth depuis longtemps, le culte de Khaine à fini peu à peu par s’effacer. Jadis, des furies et des exécuteurs, avatars de Khaine, faisaient partie de l’équipage de la Sombre Allégeance. Mais lors des jours de la révolte, celle et ceux qui refusèrent de suivre le commandant Klae furent sauvagement abattus par ses fidèles, tandis que les autres l’approuvèrent et rejetèrent leur loyauté envers le Roi-sorcier, ralliant dès-lors la cause des corsaires. En Naggaroth, on pense un tel acte impossible, mais pourtant quelques furies et exécuteurs trahirent leur serment (les maihds étant des deux ordres les moins nombreuses à se renier, évidemment.) Ceux et celles-la sont encore aujourd’hui sous les ordres de Naweng, obnubilés par leur quête de perfection martiale.

Naweng a clairement une politique de harcèlement. Aujourd’hui, la plupart des côtes lui sont accessibles, notamment grâce à la magie de ses sorcières, qui masquent le passage de ses navires dans un brouillard glacé. Beaucoup de nations connaissent son nom et le craignent en mer. La pseudo domination des asurs dans ce domaine relève de l’illusion, car aucune flotte des forteresses elfiques de l’hémisphère sud n’a jamais pu intercepter ses raids.

Le vieil empire de Cathay fut le premier à être attaqué par les fidèles de Naweng Klae, et si de violentes escarmouches et des pillages en règle eurent lieu, le seigneur corsaire a fait en sorte de calmer les choses et une certaine tolérance s’est installée. Par contre, les autres côtes ne sont pas à l’abri de ses corsaires, leurs richesses peuvent tomber entre leurs mains à tout moment, car le seigneur corsaire a besoin d’or pour entretenir sa flotte et son armée.

Anonymous a écrit:
Salut a toi Nephilim!!

Sympa cette petite histoire et tu donnes plein de détails sur les us et coutumes aussi.
Enfin il n'est pas si méchant que ca ce brave Naweng il va jusqu'a faire la guerre et tuer plein d'homme pour l'amour qu'il a pour cette sorciere! c'est pas commun chez un druchii! Enfin c'est aussi cela qui le rend different...

Pourquoi ne pas crée le personnage spécial de Naweng? ca pourrait etre cool non? sur d'autre perso aussi d'ailleur!
Enfn je suis curieux de voir ta liste d'armée car tu t'es volontairement bloquer pas mal de choix... j'aimerais bien voir ce que ca donne.

Voila en tout cas j'aime bien ton travail sur le fluff de ta force! (et je trouve d'ailleur génial que tu en ai rédigé un ca donne vachement plus de caractère a ton armée)
A bientot! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elfes-noirs.forumactif.com/
 
[ForumEN][ENoirs][Récit] - Hag Ruakynth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ForumEN][ENoirs][Récit] - Hag Ruakynth
» [ForumEN][ENoirs][BackG] - Chantons en Pillant
» [ForumEN][ENoirs][Récit] - Le récit de mon elfe noir
» [ForumEN][ENoirs] - Armée de Hag Graef
» [ForumEN][ENoirs] - Les fils de L'extase (WIP armée a thème Slaaneshi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: