Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Récit] Le gardien d'Ulthuan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Sam 4 Jan 2014 - 22:55

Salut à tous!

J'aimerai vous conter l'histoire d'un jeune garçon...

Il était tard dans l'unique village près de la Forteresse de l'Aube. Ce havre de paix elfique s'endormait peu à peu. Les enfants rentrèrent chez eux, délaissant la place publique pour aller se coucher tandis que les parents réalimentaient une dernière fois l'âtre de la cheminée avant la nuit. Le petit garçon se nommait Calimacil, nom courant chez les hauts-elfes, et allait vers ses 11 printemps. Il se prépara à dormir, embrassa ses parents puis poussa le rideau qui séparait sa chambre de la pièce commune. Mais soudain, alors qu'il allait se jeter sur son lit, un hurlement terrifiant perça le calme de la nuit.
- Au feu! Au feu! criait-on. Le feu dans le village!
- La chaine! Formez la chaine au p...
Mais alors que le second homme allait finir sa phrase, un gargouillement de douleur monta de sa gorge. Un nouveau cri glaça le sang des elfes du village.
Ils étaient là. Ils les avaient retrouvés. Personne ne Leur échappe. Un nouveau cri donna l'alerte.
- Druchiis!
Et ce fut la panique. Partout, les elfes sortaient, épées au poing pour repousser l'envahisseur. Là où il n'y avait pas de lames, une bêche ou une hache remplaçait les mains vides. Apeuré, Calimacil vit un elfe noir tout en armure égorgé violemment une femme lui résistant. Il ferma les yeux, dégouté. Son père le secoua alors par l'épaule.
- Fils, lui dit-il d'un ton grave, prend ce glaive et défend ta mère en mon abscence.
Le petit garçon regarda longement l'arme tendue puis la sortit du fourreau. Elle n'était pas ouvragée, mais servirait à sa défense. Sa tâche accomplie, le père sortit de la maisonnette, épée et bouclier fermement empoignés. Il ne fit pas trois pas à la sortit de sa demeure qu'un Druchii lui tomba dessus, armé d'une hache et d'un bouclier. Le combat fut bref. Le père de Calimacil avait accompli son service militaire mais c'était il y a bien des années... il ne fit pas le poids face à cet adversaire dans la force de l'âge.
Impuissant, l'enfant vit la tête de son père se décrocher de ses épaules pour rouler dans la poussière. Son père était mort. Il ne viendrait pas l'aider à protéger sa mère. Mort. Pour toujours, et rien ne pourrait le ramener. Mort. Calimacil fondit en larme avant de brusquement se ressaisir. Il empoigna son glaive et attendit.
Trois elfes noirs en armure complète, comme leurs confrères, pénétrèrent dans la masure. Ils y découvrirent un gamin, tenant maladroitement une lame et protégeant sa mère. Ridicule. L'enfant brandissait son glaive devant lui et l'agitait de temps à autre. Mais il lui manquait l'adresse et l'expérience. Un Druchii décrocha un coup de pied au métal qui vola des mains du garçon. Énervé, celui-ci bondit pour sauvagement mordre le cou de son adversaire. L'elfe noir hurla et tomba au sol. Le petit mordait et griffait mais ne pouvait rien faire contre les deux autres agresseurs. L'un le releva et le plaqua au mur tandis que l'autre empoignait une dague efilée. Le troisième, celui au sol, récupéra le glaive et entreprit de torturer la mère de Calimacil dans un but pûremment sadique.
Calimacil vit sa mère hurler. Crier. Pleurer. Saigner. Jusqu'à sa mort. Calimacil était seul et ne tarderait pas à subir le même sort que ses infortunés parents. Il allait mourir. Les larmes ne cessèrent de couler. Encore et encore. Les Druchiis riaient. Celui à la dague leva finalement son arme, mais il était trop tard.
Calimacil sentit une chaleur irradier son corps. Elle le reviguora et lui donna une puissance inouie! La dague approcha, l'enfant hurla de toutes ses forces, puis le noir. Quand il se réveilla, il se tenait au milieu de cendres. Sur cent mètres àn la ronde, tout le village avait bruler. Des cavaliers arrivaient juste de la Forteresse de l'Aube pour se porter au secours des rescapés du village. Ils ne trouvèrent pas de village mais une énorme surface calcinée et un enfant au bord des larmes. Dès lors, Calimacil jura detrouver et tuer jusqu'au dernier Druchii et de protéger Ulthuan. Il voyagea donc jusque là-bas puis hésita dans sa voie. Les guerriers fantômes lui permettraient de venger le massacre d'il y à quelques mois dans le sang d'elfe noir. Mais les Gardes Phénix lui permettraient de veiller sur Ulthuan. Il décida finalement de ne partir ni avec les premiers, ni avec les seconds. Il partit en Caledor.

Personne ne sait comment, mais il trouva l'antre d'un dragon bleu saphir et trouva à réveiller son occupant. Il se lia d'amitié avec lui, se procura une armure et entra dans l'ordre des mages dragons de Caledor. À la fin de son apprentissage, il partit voyager et personne ne le revit plus que dans les situations les plus désespérées... il était devenu le gardien d'Ulthuan.

Et voilà! Petite impro sur l'origine de mon pseudo *:D* alors à vos claviers!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Lun 6 Jan 2014 - 19:10

Bonsoir,

J'ai un peu de mal à comprendre quel cadre donner à ton récit. Est-ce un récit sérieux ? Le début d'une histoire que tu veux nous conter ? Juste un petit texte inventé sur le pouce ?

Comprendre dans mes questions : je ne sais pas comment je dois l'interpréter ni comment y répondre.

Du coup, je vais tenter d'y répondre sérieusement, et peut-être un peu brutalement, et tu tireras de mon avis ce que tu estimes devoir en tirer :


Je ne suis jamais entré dans ton histoire.

Repartons des bases : quand je raconte une histoire, je change de situation d'énonciation. Ce n'est plus moi, Wolfen, derrière mon écran, qui parle à untel ou untel, c'est le narrateur qui raconte une histoire. Parfois à quelqu'un, parfois à personne en particulier ; parfois, le narrateur est un personnage de l'histoire, parfois on ne le connaît pas. Il y a donc un déplacement : raconter une histoire c'est faire entrer le lecteur dans un récit.
C'est la même chose avec le cinéma, entre autres. Pour repartir sur le conte, c'est le principe même du "Il était une fois" jusqu'au "et ils vécurent heureux blabla", que l'on retrouve réadapté dans Star Wars par exemple avec le "Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine". Le but de tout cela, c'est de montrer que l'on sort de la réalité, on part dans autre chose ; dans une histoire, dans un imaginaire.

Pourquoi raconté-je cela ? Et bien simplement parce que tu n'as pas fait le commencement du travail pour transporter ton lecteur : la présentation. Il n'y a pas de titre, pas d'espacement marqué. On commence par "Salut à tous", que toi, en tant qu'être humain tu adresses à tes lecteurs, une petite phrase de présentation et à la ligne suivante on est dans l'histoire, comme ça. Et à la fin pareil, un simple saut de ligne et nous voila ressorti et c'est le posteur qui nous reparle. Du coup, c'est très difficile de rentrer dans le récit.

Regarde par exemple le récit de Kayalias ; sur quasiment tous ses textes, il y a un petit mot qui vient de lui, auteur, à nous, lecteurs et commentateurs. Mais il le sépare, avec un gros espace, des "***", le titre du chapitre en gras et centré. Bref, il fait un effort de présentation qui fait qu'on sait où commence le récit, où il s'arrête et qu'on est dans de bonnes conditions pour lire son histoire.


J'ai l'air de chipoter mais c'est important, que dis-je vital, pour écrire des récits et pour la vie de tous les jours : la présentation, c'est VITAL. Des textes, j'en vois des tas et si j'ai mis trois jours à me décider à lire le tien et à le commenter, c'est parce que franchement, l'absence de présentation ne fait pas du tout envie. Et ce sera pareil pour tout : du CVs aux dossiers ; une présentation bien faite, c'est déjà la moitié du boulot d'effectué.



Bref, maintenant que j'ai bien râlé et digressé, passons au corps du texte :

Il y a des qualités évidentes dans ta rédaction. Des petits défauts aussi (en vrac, on écrit les nombres en toutes lettres, dans un récit, donc "onze printemps" et non "11 printemps") mais c'est tout à fait normal et c'est en forgeant qu'on devient forgeron.
Toujours est-il que tu sais écrire, tes phrases ont du sens, il y a peu de fautes, etc.. Et que ce soit volontaire ou non, il y a une idée de rythme qui ressort : le premier paragraphe est fait de longues phrases introductrices, les scènes d'actions sont dotées de "soudain" et autres marqueurs, sont plus courtes, plus vives. Bref, formellement, c'est bien ; perfectible, comme toute chose, mais bien.

Et comme je n'amène jamais (jamais jamais) des compliments tout seul, où le bât blesse-t-il ? Sur le fond.
C'est une autre raison qui m'a poussé à retarder ma réponse : l'histoire est clichée, le personnage grosbill, le tout est très court.
Tout commence très bien : tu nous introduis le village, l'attaque survient, tu décris l'action. Jusque là, j'étais intéressé par ce que je lisais. Jusqu'à "Les Druchiis riaient", en fait. Bon, c'est un peu sombre et brutal, voire carrément gore, mais je ne juge pas de ce genre de choses ; chacun ses goûts, chacun ses préférences et c'est à toi qui écris de savoir quel ton tu veux donner à ton histoire. Mais jusque là, on a un cadre sombre, plutôt réaliste : et soudain, on a tout qui est dévasté, on apprend que le personnage, sans aucune raison a réussi à tuer tout le monde. Trois lignes plus tard, il est devenu super fort et protège Ulthuan. Et au passage, il a juré de "détruire tous les Druchiis" (comme 99% des héros haut elfes dans les récits amateurs >< ) mais il ne la tient pas, sa promesse ; et a priori il n'essaie même pas de la tenir puisqu'il est désigné comme "Gardien" et ne fait donc que protéger.

Donc clairement, ça ne va pas. Quelques conseils quand tu réfléchis à un personnage et à une histoire, surtout dans un monde déjà existant comme celui de Warhammer :
- Attention au grosbillisme. Ce n'est simplement pas intéressant de lire les aventures d'un mec surpuissant qui tue tout le monde avec son orteil gauche. C'est la raison pour laquelle Superman est le moins intéressant des super-héros, d'ailleurs ; il est juste super bourrin. A côté de ça, Batman galère et souffre à chaque fois, ce qui permet l'empathie (avoir de l'empathie, c'est partager ce que ressent quelqu'un ; ici c'est partager les souffrances du héros) et c'est ce qui le rend plus intéressant. Ce passage était totalement subjectif dans ses exemples mais l'idée reste là : c'est "cool" de s'imaginer un personnage surpuissant mais c'est bien souvent inintéressant pour le lecteur.
- Attention au grosbillisme, bis. Tu écris un récit dans un univers déjà établi et ça implique un certain nombre de limites que tu dois te poser : respecter l'univers qui t'es proposé. Il y a des tas de personnages très puissants décrits dans les différents livres sur Warhammer et ton personnage ne peut pas raisonnablement être plus fort qu'eux, ni même aussi forts. Imagine si chaque joueur se décrétait aussi fort que Tyrion ou Malékith : plus rien n'aurait de sens. Alors soit, au final, c'est ton histoire que tu proposes, 99% des joueurs n'en entendront jamais parler et donc ça reste "ton" interprétation de l'univers Warhammer. Mais cette interprétation doit rester modeste et demeurer dans les lignes dessinées par le reste du background.
- Réfléchis à l'histoire que tu veux raconter.

Je développe ce dernier point :

Tu nous racontes la manière dont ton personnage "découvre ses pouvoirs". D'abord, le premier problème c'est : d'où viennent ses pouvoirs ? Qu'est-ce qui fait que lui et non un autre a eu cette réaction ? Tu n'apportes aucun élément qui amène à cette situation et ne propose aucune explication. C'est juste comme ça et puis c'est tout, tel que je le lis (ça s'appelle un "TGCM", ou "Ta Gueule C'est Magique", et il faut éviter d'en faire).
As-tu vu la trilogie Batman par Nolan ? Si non, ne lis pas les lignes qui suivent, je spoile, et va les voir, ils sont très bien. Si oui, l'exemple te parlera peut-être. Batman Begins est une interprétation de Batman tel que Nolan le voit et Nolan essaie de montrer comment Bruce Wayne est devenu Batman. Jusque là, les films et le dessin animé ne montraient quasiment rien de cela. On savait que les parents de Bruce étaient morts et qu'il avait décidé de porter un costume et de lutter contre le crime en leur mémoire. Point. Bref, on avait sorti un personnage au design stylé et on ne se posait pas de question autre. Ce que Begins a d'intéressant, c'est qu'il va montrer comment Bruce Wayne est devenu Batman, et que ce n'est pas juste comme ça en claquant des doigts. Il montre pourquoi le choix de la chauve-souris, pourquoi le choix de porter un costume et un masque, il montre comment Bruce Wayne est passé de son désir de venger ses parents à celui d'apporter la justice dans Gotham City, etc.. Je ne vais pas résumer le film en entier mais je pense que tu vois l'idée : Nolan fait de Bruce Wayne / Batman un personnage intéressant parce qu'il montre qui il est et comment il est devenu ce qu'il est. Batman ne sort plus d'un claquement de doigt, c'est un personnage qui fait ce qu'il fait pour une raison, est ce qu'il est pour une raison.

Pourquoi ton gardien d'Ulthuan est-il ce qu'il est ? Pourquoi soudain a-t-il "explosé" et brûlé tout autour de lui, tuant tout le monde (et donc probablement les survivants de son village au passage, puisque sans doute certains avaient-ils pu se cacher, et que les Druchiis sont avant tout des esclavagistes qui ne tuent donc pas tout le monde for the lulz) ? Cela mérite d'être réfléchi et raconté.
Souvent, les récits de ce type expliquent que cela vient de la parenté du héros, qui descend de puissants magiciens ou autres. Ou alors, peut-être a-t-il été béni à la naissance ? Peut-être qu'on ne sait pas, mais qu'en tout cas il y a déjà eu des manifestations étranges autour de lui (auquel cas il faut le raconter au lecteur) ? Bref, tu as plein de pistes à explorer, c'est à toi de faire jouer ton imagination, mais c'est très important.
Ensuite... On nous dit que des cavaliers passent, le trouvent comme ça, puis qu'il décide d'aller à Caledor après avoir hésité entre deux autres. Bon. D'abord, c'est un enfant : des cavaliers qui passent ne vont-ils pas le recueillir et s'occuper de lui ? Pourquoi se retrouve-t-il à décider de sa direction tout seul comme un grand ? Et plus encore, il y a manifestement quelque chose de très étrange : les Magiciens de la Tour Blanche ne vont pas enquêter sur tout cela ? Peut-être recueillir l'enfant, ou le confier à quelqu'un qui puisse veiller sur lui et surveiller ses pouvoirs ? Encore une fois, il y a plein de pistes à explorer mais il faut travailler ça.
Tu imagines Luke Skywalker qui retrouve les cadavres de son oncle et de sa tante et qui regarde l'horizon en se demandant : "Bon, et maintenant ? Je deviens chevalier Jedi, ou pilote de fighter ? Hmm, non en fait, je vais me lancer dans la politique, direction Coruscant" ?
Je veux dire, on ne décide pas de son avenir en réfléchissant trois secondes, sur le pouce, encore moins après un tel traumatisme. Et puis, ça mérite élaboration. Là ça donne l'impression qu'il compte sonner à la porte des Gardes phénix et dire "Salut vous recrutez ? Je peux vous laisser mon CV ?" ; je ne suis pas sûr que ça se passe exactement comme ça. ,p

Quant à la dernière phrase "il trouva l'antre d'un dragon bleu saphir et trouva à réveiller son occupant. Il se lia d'amitié avec lui, se procura une armure et entra dans l'ordre des mages dragons de Caledor. À la fin de son apprentissage, il partit voyager et personne ne le revit plus que dans les situations les plus désespérées... il était devenu le gardien d'Ulthuan." elle résume en deux lignes ce qu'on aimerait découvrir en dix pages au moins ! Tu as des idées, tu as réfléchi à ses aventures, et tu nous les bâcles en les racontant en quelques mots. Pourquoi ne pas raconter ses histoires là ? Tu as raconté la naissance de ton héros, maintenant on veut le voir en action.


Voila, j'espère t'avoir donné du grain à moudre,


Cordialement,

Wolfen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Lun 6 Jan 2014 - 21:02

Merci de cette critique négative comme je l'attendais!

Tout d'abord, oui je suis un écrivain amateur et ça a dû se voir quand tu as lu *siffle* . Je ne maitrise que trop peu les récit et j'ai du mal à rendre les choses clairs parce que je pense d'abord à ce que je vais écrire. Du coup, si moi je comprend en gros, je laisse. Je ne me mets pas à la place d'un éventuel lecteur qui n'est pas dans ma tête. *sac* 

Ensuite, c'est vrai qu'après relecture plus complète, je trouve que j'ai baclé ma fin... je vais la retravailler et la proposer de nouveau.

Ensuite, je vais finalement raconter les histoires du petit garçon jusqu'à son passage au "gardien d'Ulthuan".

A rebosser aussi, ma présentation. *:x* 

Les illogismes sont à revoir...

Enfin bref... en postant ici, je voulais un avis plus éclairé que celui d'amis qui ne voudront pas critiquer de peur de me blesser. Merci de tes critiques et je vais essayer de tenir un récit mensuel ou hebdomadaire en prenant à chaque fois compte des remarques. Merci encore! *gg* 

Le gardien d'Ulthuan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gray Wolf
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 245
Age : 18
Localisation : Dans ton cAÏE !!
Date d'inscription : 24/12/2013

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Lun 6 Jan 2014 - 21:24

Je te signale que ce n'était pas une critique négative...

Wolfen m'a l'air de s'y connaître ( vois ses avis éclairés, son orthographe parfaite, et la manière dont les autres parlent de lui ) et il t'a fait une analyse complète, digne d'un prof de français. Il a souligné les points positifs comme les négatifs, et il n'y a plus rien à dire après son passage ( il a dû y prendre le temps ).

Fais un peu gaffe à ce que tu postes, car ta première phrase peut être mal perçue.

P.S : TGCM j'adore l'expression XD 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Lun 6 Jan 2014 - 21:36

Oups désolé... je voulais pas que ce soit mal perçu... *honte* 

Moi aussi je respecte Wolfen et j'aime ce qu'il fait et comment il écrit... Wolfen, si toi aussi tu as mal perçu ma première phrase, excuse moi. C'était plus constuctif et complet que négatif...

Merci encore

Le gardien d'Ulthuan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Lun 6 Jan 2014 - 23:17

Oh, pas de soucis. Une critique n'est jamais vraiment "négative" ; dis-toi avant tout que tu écris pour toi. Les critiques vont varier et tu auras parfois des gens qui te donneront des avis contraires. C'est aussi ton boulot de voir ce que tu dois prendre et ce que tu dois laisser.

Bon courage, et continue d'écrire et de poster ce que tu écris !


Cordialement,

Wolf'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerian
Noble
avatar

Nombre de messages : 498
Age : 18
Localisation : Caen, Normandie
Date d'inscription : 16/09/2013

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Mar 7 Jan 2014 - 16:24

Gray Wolf a écrit:
Wolfen m'a l'air de s'y connaître ( vois ses avis éclairés, son orthographe parfaite, et la manière dont les autres parlent de lui )  

Wolfen=modérateur de la sacro-sainte section Backgrounds et récits  *;)* 
Donc oui il s'y connaît et fait un peu autorité en la matière  *^^* 

Par contre, ce qui est énervant chez lui, c'est que, comme l'a dit Gray Wolf, c'est difficile de trouver quelque chose à ajouter après son passage  XD 

Ah si, il y a autre chose d'un peu illogique. Pour devenir mage dragon, il faut avoir suivit un apprentissage de magie du Feu à la Tour Blanche, non? Or, ça n'apparaît pas dans ton récit. A moins que, pour une raison quelquonque, il ait une connaissance innée de ce domaine (Ce qui expliquerait la calcination du village)

En tout cas, j'aime bien le principe de l'histoire, je trouve ça très inventif  *^^*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Mar 7 Jan 2014 - 18:10

Valerian a écrit:
(Ce qui expliquerait la calcination du village)

Et bien tu as tout compris, il aurait un don inné de la maitrise du feu. Ce qui colle plutot bien avec un dragon je trouve... ( *dragon* )

Mais de toute façon je revisite la partie mauvaise de l'histoire c-à-d à partir de "ils riaient". Je vais améliorer ça et je devrais poster le chapitre 1 des Chroniques du Gardien ce w-e.

Le gardien d'Ulthuan.

EDIT : Voici le nouveau récit de la version postée il y a quelques jours (oui je suis en avance sur le délai que j'avais d'abord fixé à ce w-e). J'attends (toute!) Vos critiques. Bonne lecture!



Les chroniques du gardien d'Ulthuan: Chapitre 1: Origines


An -1002 du calendrier impérial, sous le roi Phénix Caradryel.

Il était tard dans l'unique village près de la Forteresse de l'Aube. Ce havre de paix elfique s'endormait peu à peu. Les enfants rentrèrent chez eux, délaissant la place publique pour aller se coucher tandis que les parents réalimentaient une dernière fois l'âtre de la cheminée avant la nuit. Le petit garçon se nommait Calimacil, nom courant chez les hauts-elfes, et allait vers ses onzes printemps. Il se prépara à dormir, embrassa ses parents puis poussa le rideau qui séparait sa chambre de la pièce commune. Mais soudain, alors qu'il allait se jeter sur son lit, un hurlement terrifiant perça le calme de la nuit.
- Au feu! Au feu! criait-on. Le feu dans le village!
- La chaine! Formez la chaine au p...
Mais alors que le second homme allait finir sa phrase, un gargouillement de douleur monta de sa gorge. Un nouveau cri glaça le sang des elfes du village.
Ils étaient là. Ils les avaient retrouvés. Personne ne Leur échappe. Un nouveau cri donna l'alerte.
- Druchiis!
Et ce fut la panique. Partout, les elfes sortaient, épées au poing pour repousser l'envahisseur. Là où il n'y avait pas de lames, une bêche ou une hache remplaçait les mains vides. Apeuré, Calimacil vit un elfe noir tout en armure égorgé violemment une femme lui résistant. Il ferma les yeux, dégouté. Son père le secoua alors par l'épaule.
- Fils, lui dit-il d'un ton grave, prend ce glaive et défend ta mère en mon abscence.
Le petit garçon regarda longement l'arme tendue puis la sortit du fourreau. Elle n'était pas ouvragée, mais servirait à sa défense. Sa tâche accomplie, le père sortit de la maisonnette, épée et bouclier fermement empoignés. Il ne fit pas trois pas à la sortit de sa demeure qu'un Druchii lui tomba dessus, armé d'une hache et d'un bouclier. Le combat fut bref. Le père de Calimacil avait accompli son service militaire mais c'était il y a bien des années... il ne fit pas le poids face à cet adversaire dans la force de l'âge.
Impuissant, l'enfant vit la tête de son père se décrocher de ses épaules pour rouler dans la poussière. Son père était mort. Il ne viendrait pas l'aider à protéger sa mère. Mort. Pour toujours, et rien ne pourrait le ramener. Mort. Calimacil fondit en larme avant de brusquement se ressaisir. Il empoigna son glaive et attendit.
Trois elfes noirs en armure complète, comme leurs confrères, pénétrèrent dans la masure. Ils y découvrirent un gamin, tenant maladroitement une lame et protégeant sa mère. Ridicule. L'enfant brandissait son glaive devant lui et l'agitait de temps à autre. Mais il lui manquait l'adresse et l'expérience. Un Druchii décrocha un coup de pied au métal qui vola des mains du garçon. Énervé, celui-ci bondit pour sauvagement mordre le cou de son adversaire. L'elfe noir hurla et tomba au sol. Le petit mordait et griffait mais ne pouvait rien faire contre les deux autres agresseurs. L'un le releva et le plaqua au mur tandis que l'autre empoignait une dague efilée. Le troisième, celui au sol, récupéra le glaive et entreprit de torturer la mère de Calimacil dans un but pûremment sadique.
Calimacil vit sa mère hurler. Crier. Pleurer. Saigner. Jusqu'à sa mort. Calimacil était seul et ne tarderait pas à subir le même sort que ses infortunés parents. Il allait mourir. Les larmes ne cessèrent de couler. Encore et encore. Les Druchiis finirent par tuer la mère sous les yeux horrifiés du fils.
Calimacil ne put contenir le pur cri de rage qui sortit du plus profond de son être. Il hurla, aussi fort que le plus grand des dragons, que le plus puissants des démons! Il hurla à s'en crever les tympans. Les elfes noirs se regardèrent, peu rassuré par l'intonation primale du cri, se demandant soudain à quel diable ils avaient affaire. Mais soudain, l'elfe à la dague saisit les cheveux du petit garçon et brandit son poignard. Alors que la lame affutée allait s'abattre sur la gorge dénudée du malheureux, ce fut à un Druchii d'hurler sa terreur.
Un roulement sourd et grave parvint aux oreilles des elfes noirs et des derniers survivants hauts-elfes : des cavaliers étaient en approche. Et à en juger par la vitesse du crechendo des sabots, ils progressaient à bride abattue. Les elfes tentèrent alors de finir leur sombre besogne. La lame se leva pour mieux fondre sur le coup du bambin effrayé en face d'eux quand l'elfe noir au poignard hésita. Les yeux embués de larmes du garçon retinrent son bras. Il jura finalement et planta sa dague dans le mur. Ce fut sa dernière erreur. Les cavaliers rentrèrent dans le village, lance au poing, embrochant les assaillants. Une fois les Druchiis éparpillés dans les masures, les heaumes d'Argent mirent pied-à-terre et entrèrent dans chaque pièce de chaque maison pour éliminer les elfes noirs et sauver les survivants. Castamir avait la chance d'habiter la permière maison du village et donc d'être le plus près des sauveurs en armure. Une poignées de secondes plus tard, les trois meurtriers gisaient dans leur propre sang et Castamir était blotti dans les bras d'un chevalier au bouclier noir protégeant les elfes sauvés par ses frères d'armes.
Les Druchiis furent tués rapidement et les heaumes d'Argent ne déplorèrent que deux tués dans les assauts et six blessés légers. Cependant, la sécurisation du village ne provoqua aucun cri de joie dans les rangs des rescapés et des chevaliers. Les trois quarts de la population venait d'être décimés et le village en grande partie incendié. Silencieuse, la file des hauts-elfes remonta jusqu'à la Forteresse de l'Aube. Toujours près du chevalier au bouclier noir, Castamir pleurait encore la mort de ses parents. Il s'endormit en route et ne se réveilla qu'au chateau. Là, il se lava sommèrement et partit en quête d'une chambre où dormir.
Il finit par croiser un domestique au bout d'un temps incertain qui le garda avec lui le temps de trouver le "chevalier au bouclier noir" qui accepterait sûrement d'aider l'enfant pour cette nuit. Ils n'eurent pas à chercher bien longtemps pour le trouver, le chevalier en question sortant de la cuisine du chateau.
Castamir lui fut donc confier et passa sa première nuit prêt de l'homme qu'il considérait maintenant comme son père adoptif. une semaine passa pendant laquelle les villageois se battirent pour ne pas revenir chez eux, même après la reconstruction du village, par insécurité. En effet, la Forteresse de l'Aube leur avait promis protection et il ne restait plus qu'une vingtaine de villageois. L'indignation se fit sentir et un début de révolte éclata même tant les pauvres elfes ne souhaitaient pas partir. Le Prince-gouverneur de la Forteresse accepta finalement de les reloger dans la petite ville. Castamir, lui, ne connaissait plus personne de proche de lui. Ses amis et leurs parents étaient morts ainsi que ses propres parents. C'est alors que le Noble au "bouclier noir" fit ce que personne n'attendait...



Et voilà, j'arrête le narrateur ici pour préserver un simili-suspens. Vos commetaires, de toute sortes sont bons à prendre, surtout le tien Wolfen, pour que tu puisse me dire ce qui est mieux et ce qui reste malgrès tout bien perfectible.

Merci d'avance!

Le gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Jeu 9 Jan 2014 - 17:14

Bon... que dois-je déduire du "vide" laissé par ma publication? *siffle* 

Personne ne l'a remarqué ou c'est vraiment si nul? *:D* 

Le gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfen
Khaineux Extremiste et Fanatique du Draïch
avatar

Nombre de messages : 758
Localisation : 92
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Geralt Akkersüm
Rôle: Humain
Postures: Faibles : Berserk et Riposte

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Jeu 9 Jan 2014 - 18:01

Quand tu écris la suite, n'édite pas ; la fonction édite sert à rajouter un "PS" de dernière minute, ou à corriger une erreur dont tu t'es aperçu juste après la publication.
Là, j'avais lu le message non édité, donc je ne savais simplement pas que tu avais posté la suite. Et c'est sans doute le cas des autres également. ,)

Tu as modifié un peu la fin, de sorte qu'on n'a plus l'explosion manga-esque qui détruit tout, et qu'on prend un peu plus son temps. C'est pas mal du tout, globalement, mais attention aux quelques petites fautes d'orthographe (utilise Word pour écrire ton texte, et passe le au correcteur orthographique).

C'est amusant, en fait, parce que ta manière de raconter fait très cinéma / série télé par endroits. Par exemple, le couteau sous la gorge du gosse, le druchii qui hurle de terreur et la cavalerie qui arrive, sauvant le petit garçon, c'est ultra-cinématographique ; je l'imagine très bien et je vois très bien le montage qui permet de tricher un peu avec la réalité. Du coup, c'est un peu le léger problème de ce passage. En image, ça passe nickel : tu as un plan sur le druchii, on voit son torse, sa tête, le gosse elfe devant avec le couteau sous la gorge, puis gros plan sur la tête du druchii avec un hurlement de terreur et là on passe à un plan sur la cavalerie qui arrive, massacre les druchiis et finalement sauve le garçon. Sauf qu'un tel montage triche : dans les faits, le druchii a quelque chose comme vingt secondes pour trancher la gorge du gosse et passer à la suite. Et en le lisant, ça se voit un peu plus que via un montage.
Ce n'est pas forcément un mal, hein, je fais juste une réflexion ; c'est juste bien d'en être conscient. Après, ce que cela veut dire c'est aussi qu'on voit très bien ce qui se passe et c'est une qualité.


Pour le reste, ma foi pourquoi pas. J'aime bien le fait d'avoir pensé aux villageois qui ne veulent pas revenir à leur village, c'est intéressant. Petite chose quand même, ton gosse est ultra-rapide à s'attacher. A peine un jour après, il considère déjà le chevalier comme son père adoptif ? ;p Dire qu'il le regarde de manière admirative, ou qu'il ne le lâche pas d'une semelle, soit, mais un "père adoptif" c'est quand même plus que ça et ce n'est pas une relation qui se construit en trois jours, plutôt en quelques années. ,)


Pas mal du tout, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Jeu 9 Jan 2014 - 18:15

Pour l'orthographe, je n'ai pas Word sur la tablette d'où j'écris. La version est payante et limitée dans le temps ce qui fait que tous les ans je perds tout ce que j'ai écris...

Pour l'aspect "cinématographique", ce n'est pas tellement fait exprès mais quand j'écris, je ferme les yeux, j'imagine la scène et je la décrit ensuite. D'où surement cet aspect "montage".

Et pour le délai que ça engendre pendant lequel l'elfe noir pourrait tuer le petit, c'est justement le principe, il marque une longue hésitation puis renonce à sa tache.

Enfin, pour l'histoire du père adoptif, le gamin vient d'être traumatisé par le massacre de ses proches, notamment de son père et de sa mère. Dans son cas, j'imagine que je me serais tout de suite attaché à la première personne manifestant une attention particulière à mon bien-être... après, c'est un avis qui se discute...

En tout cas, merci pour ce commentaire ultra-rapide et en route pour le chapitre 2!!

Le gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gray Wolf
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 245
Age : 18
Localisation : Dans ton cAÏE !!
Date d'inscription : 24/12/2013

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Jeu 9 Jan 2014 - 18:30

Je pense que le passage "ultra-cinématographique" a sa place ici.

Le type s'apprête à égorger un gamin et il se fait charger. Il va devoir se relever et combattre, lever son arme....etc
Égorger le gamin, c'est perdre 10 secondes précieuses, qui peuvent lui coûter la vie. En plus, le môme ne représente aucun danger.

Bref, je suis content de voir que tu as retravaillé la fin, qui faisait bâclée *big* 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Jeu 9 Jan 2014 - 18:41

Gray Wolf a écrit:
Bref, je suis content de voir que tu as retravaillé la fin, qui faisait bâclée *big* 

Mais non! Tu vois le mal partout! *siffle* 

Je plaisante bien sur! Oui elle était un peu beaucoup baclés... mais maintenant je vais faire attention! *:p* 

Le gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Mar 14 Jan 2014 - 17:57

Les chroniques du gardien d'Ulthuan: Chapitre 2: Chaleur extreme

-Je l'adopterai, déclara l'homme.
Le silence se fit dans la salle remplis de courtisans. Il n'était pas inhabituelle qu'un chevalier fasse preuve de gentillesse et de compassion face aux problèmes des autres, mais ce chevalier était si... étrange. Non, il ne ressemblait pas aux autres. Noble des terres désolées de Nagarythe, il était solitaire et distant, si bien que peux de gens connaissent seulement son nom. À la cour, c'était le noble Inconnu, bien qu'il vivait à la Forteresse de l'Aube depuis une vingtaine d'années. Agé de quatres-vingts ans environ, ce qui restait jeune pour des elfes, il excélait dans le maniement de l'arc mais était capable de tuer avec presque toutes les armes. Il était respecté par sa droiture, son honneur et son courage autant que grâce à ses exploits martiaux. Il était si étrangé aux affaires de la cour qu'il restait toujours en marge des décisions majeures. Il se comptentait d'exécuter les ordres.
Le roi-gouverneur hésita à ces paroles. Intrigué, il se cala mieux dans son trône. Des murmures parcourrurent la salle pendant quelques instants avant que le monarche décide de prendre la parole.
-Toi, l'Inconnu, tu désire prendre la résponsaabilité de cet enfant?
Au ton de sa voix, Calimacil compris instantanement que cet elfe ventripotent en doutait fort. Quelques uns ricanèrent, d'autres guéttèrent la réponse du chevalier, mais ce qui était sûr, c'est que l'histoire resterait longtemps dans les esprits des nobles réunis dans la pièce. Les elfes étaient ferrus des histoires de la cour mais celle-ci promettait d'entretenir un lot de conversations. Le chevalier s'avance, dégaine sa lame et déclare d'un ton solenel :
-Moi, Vorondil Lame-Dansante, déclare ce jeune homme mon écuyer. Et que cette épée reste témoin de mon engagement.
Après cette courte tirade, il rengaina sa lame, déboucla son ceinturon et le tendit à Calimacil. Celui-ci dut porter la lourde pièce de métal à deux mains mais il se sentait fier de sa nouvelle condition. Si fier qu'il en oublia son chagrin.

Calimacil fut entrainé pendant sept ans par Vorondil. Jeune elfe fort et vigoureux, il attirait les regards des femmes comme les critiques des jaloux. Il apprit à tirer à l'arc, à rompre une charge grâce à une lance, ou encore à pister un ennemi en milieu forestier.
À la Forteresse de l'Aube, les chevaliers comme les roturiers venaient des dix royaumes d'Ulthuan, si bien qu'il n'existait plus de "bataillons" à part entière. Chacun se battait selon ses gouts même si tout le monde apprenait les mêmes choses. Les troupes étaient entrainés à compenser les faiblesses de ses camarades et à rester polyvalent si bien que le premier soldat venu sera capable en combat de guider ses frères si le chef décédait. Ce nouvel art guerrier, formé de toutes les disciplines existantes, fut enseigner à Calimacil.
L'elfe excélait à l'épée longue, et était d'ailleurs en train de s'y entrainer quand arriva un phénomène... déroutant. L'elfe était en armure intégrale et se battait contre l'un de ses camarades. Il tenta une fente à droite pour relever brusquement son arme et viser la tête, du côté gauche. Son adversaire riposta avec un violent coup de pied à l'entre-jambe qui fit chuter Calimacil. Son arme lui échappa des mains et vola, inutile, au sol. À peine remis du choc, la botte ferrée de l'autre s'abbatit sur son bouclier, lui interdisant tout mouvement. Une épée fut ensuite posée sous son menton : il était vaincu. Rien de grave à celà, car il ne s'agissait que d'un exercice avec les fourreaux sur les lames.
Mais alors que l'autre l'aidait à se relever, Calimacil sentit un curieux picotement au bout des doigts. Agacé, il tenta de le chasser en secouant la main mais rien n'y fit, le picotement monta crescendo, jusqu'à bruler la main, puis tout le corps de l'elfe! Calimacil se débattit contre les flammes intérieurs qui le rongeaient, sans résultat! Il souffrait, souffrait tant qu'un guérisseur fut cherché d'urgence! Il brulait à l'intérieur de lui-même, de la plus extrème des chaleurs, puis plus rien, plus de douleur, mais des cris d'horreur partout dans la cour du chateau. Il sentit alors son pas ce faire plus léger, un curieux liquide li coulant dessus en fumant. Il porta les doigts à cette substance et s'apperçut qu'il s'agissait... de son casque! Son casque fondait, comme soumis à la plus intense des chaleurs! Et pas seulement le casque, son armure, ses habits, tout y passait! Il se rendit alors compte qu'il se trouvait nimbé dans une armure de flammes! les flammes les plus blanches qui puissent exister! S'en était trop pour le pauvre garçon qui s'écroula au milieu d'une flaque de cendres et de métal fondu.



Et voilà! Fin du chapitre 2! Des commentaires?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Jeu 23 Jan 2014 - 17:20

Bon...

Je sais que j'avais comme objectif un récit par semaine, mais actuellement je croule sous les devoirs et je n'ai pas forcément le temps d'écrire alors les Chroniques du gardien d'Ulthuan sont reportées à une date encore incertaine. *é_è* 

Merci de votre compréhension,

Le gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gray Wolf
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 245
Age : 18
Localisation : Dans ton cAÏE !!
Date d'inscription : 24/12/2013

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Jeu 23 Jan 2014 - 18:12

Ah, ben j'avais pas posté de réponses au dernier message...

1/ Quelques fautes d'ortho qui, même étant peu nombreuses, piquent les yeux...

2/ Un elfe ventripotent ? A MORT ! XD 

3/ La fin. Même mieux, elle est gâchée par l'abus de points d'exclamation. Le discours narrativisé indirect libre ( j'ai retrouvé mes fiches de français XD ), c'est le mal. Garde les "!" pour les dialogues. Tu peux donner du rythme par des phrases courtes, par exemple.

Mais c'est intéressant. À suivre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Lun 27 Jan 2014 - 18:47

Chapitre  3 : De la magie dans l'air.

Calimacil se réveilla, perdu dans un monde blanc de neige. Il se trouvait allongé sur une pierre froide qui le surélevait. Après que son esprit, encore embrumé, ait dissipé les brumes du sommeil, l'elfe s'aperçut qu'il était non pas dans un paysage blanc mais dans une salle de pierre. Un globe éclatant flottait au dessus de lui et diffusait cet aveuglant éclat de lumière. Quand l'elfe tenta de se lever, il s'aperçut vite que c'était impossible : une couche de métal le cernait de tous les côtés, il ne pouvait pas bouger. Il tenta alors d'appeler à l'aide, au moment ou une voix s'éleva dans la salle. Une voix masculine.
-Te voilà enfin réveillé, dit-elle.
-Où suis-je, demanda Calimacil?  Qui êtes vous?
Il tenta de tourner la tête, chose également impossible, puis se contenta de fouiller son champ de vision à la recherche de l'étranger.
-Mais que fais-tu, questionna la voix? Es-tu devenu fou?
Un elfe apparut alors dans son cadre de vue. Il était grand, drapé dans une longue tunique rouge et or. Ses cheveux étaient dissimulés sous un haut chapeau conique.
-Tu ne m'as pas souvent vu, déclara-t-il. Je suis Valacar, le mage du chateau.
L'elfe se remémora soudain les récents évenements.
-Ce métal...
-Oui, le coupa le mage. C'est ton armure. Tu es prisonnier d'une trentaine de kilos d'ithilmar solide. Quand on m'a appellé, j'ai pris mon matériel et je suis descendu dans la cour. Je t'ai vu contempler tes mains, stupéfait, puis tourner de l'oeil. Les flammes se sont directement éteintes et tu t'es retrouvé à chuter au milieu de métal en fusion. J'ai tout de suite incanté un cone de glace qui a figé la scène. Le métal, encore bouillant, à alors fait fondre la glace. Par miracle, il n'était plus que tiède quand tu es retombé au sol. Tu ne souffres que de brulures aux pieds. Plus inquiétant, est le curieux vent de magie qui a balayé la forteresse avant ton "embrasement".
-La magie dites-vous, questionna l'elfe?
Il tenta de se relever pour mieux pouvoir écouter les explications quand il se rapella soudain qu'il se trouvait prisonnier dans une plaque de l'un des plus résistants des métaux. Percevant son embarras, Valacar ouvrit des tiroirs et fouilla à grands renforts de "je suis confus" et de "suis-je distrais". Il revint cinq minutes plus tard vers son patient, les bras chargées d'encensoirs et d'autres parchemins. Il déposa les premiers autour de la table et déroula ses parchemins.
-Je suis certain que tu es un mage, Calimacil. Et pour le prouver, quoi de mieux qu'une épreuve? Voilà ce que tu vas faire. Tu n'auras qu'à lire ce parchemin pour invoquer la magie, je me charge du reste.
Le mage installa la feuille de manière à ce que l'elfe allongé puisse lire. Heureusement pour lui, Vorondil avait pensé à lui apprendre l'ancien elfique car les glyphes recouvrant la feuille n'était autre que celles de cette langue très chantante. Calimacil commença, chantant les lettres, et le mage décrivit une rotation autour de la table de pierre. À voix basse, il entonna un autre chant montant creshendo et bientot, les deux voix se mélèrent, se complétant en une ballade douce et enchantée. Enchantée était le mot : des lignes aux couleurs vives et variées se détachèrent des doigts du mage pour former des arabesques compliquées, sifflant doucement dans l'air. Imperturbable, Calimacil ne le remarqua qu'à peine, absorbé par les lignes de runes. Il chantait, sa voix montant et descendant instinctivement. C alimacil n'était pas à proprement dit dans la pièce. Porté par l'encens, son esprit s'envolait loin, loin de son corps. Bientot, tout fut noir et seul une musique ratachait l'elfe au monde réel. Un point rouge naquit devant ses yeux, une braise rougeoyante. Puis, une étincelle naquit, grossit, grossit, devenant une flammèce, puis une torche, un feu, un foyer, un brasier même. Calimacil se trouvait devant un brasier, inondé par cette chaleur.
Alors que l'elfe allait sortir de sa transe, une voix s'éleva, monta des ténèbres derrière lui.
-Vois-tu les flammes? C'est le feu de la magie. Le plus brulant des brasiers. Et maintenant, avance. Avance dans les flammes, livre toi au regard du Brasier. Plonge ton âme dans ses flammes éternelles. Laisse ton corps dérivé et laisse la magie s'écoulée en toi...
La suite des paroles se noyèrent dans des échos harmonieux. L'elfe se sentait calme, serein, loin des problèmes des mortels. Main tendue en avant, il pénétra les flammes bienfaitrices et se laissa bercé au rythme des ocillations du feu. Mais alors qu'il allait sombrer dans le sommail, le Brasier se réveilla.
L'elfe se sentit traversé par une puissante force qui l'entrainait dans le monde matériel. Il se sentit fort, invincible même, quand il regagna son corps. Il resta quelques instants allongés sur le dos, puis perçut un clapoti. Une goutte tomba sur le sol. Une autre, bientot suivit d'un ruisseau d'eau, supposait-il. Et alors qu'il tournait la tête, il se rendit compte qu'aucune matière ne l'empéchait de le faire. Il était libre de la flaque d'ithilmar. Il se leva, s'étira et voulut serrer la main du mage pour le remercier. Mais alors, l'autre elfe bondit, esquivant sa ain. La cause de son effroi : des flammes magiques parcouraient toujours le corps de son "patient". Calimacil se stoppa, effrayé, puis les flammes s'éteignirent d'elles même.
-Tu es désormais élevé au rang d'apprenti, décréta Valacar, par mesure de sécurité.
Puis il s'en retourna, laissant à l'autre le temps de se remettre du choc magique.






Et voilà! Fin du chapitre 3 qui est plus lourd que les autres. La suite dès que possible. Vos impressions?

Le gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerian
Noble
avatar

Nombre de messages : 498
Age : 18
Localisation : Caen, Normandie
Date d'inscription : 16/09/2013

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Mar 28 Jan 2014 - 16:30

Ton récit est très sympa, je l'ai lu avec plaisir  *^^* 
J'attends impatiemment la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Lun 17 Fév 2014 - 7:47

Chapitre 4 : Grumdak-le-vicieux.

Calimacil revint le lendemain voir Valacar. Le mage portait le même atour rouge. Quand l'elfe frappa à la porte laissée ouverte, le mage était plongé dans une expérience. Levant à peine le nez de ses éprouvettes, Il l'invita à entrer et à attendre. Calimacil tira une chaise à lui et étudia le mage.
Si Valacar était grand, il ne possédait aucune musculature développée, rien qui lui permette de tenir une épée en tout cas. Le chapeau d'hier était posé non loin et laissait paraitre la totale calvitie de l'elfe. Après avoir détaillé le physique de l'autre, Calimacil reporta son attention sur l'expérience en cours. Les membres frêles mais agiles du mage s'agitaient dans toutes les directions, saisissant des objets de part et d'autres du magicien, tantôt en vue devant lui, tantôt à l'aveuglette dans son dos.  La mixture préparée avait une teinte violette mais les volutes de fumée s'en dégageant  passaient au vert vers le milieu de la colonne de gaz, puis au jaune à l'extrémité, avant que la fumée ne se dissipe dans l'air.
Soudain, le mage recula brusquement puis préleva une pincée d'une herbe pour la déposée délicatement dans le chaudron. Cette opération réalisée, il s'écarta en vitesse et se réfugia derrière une table. Mi-curieux, mi-angoissé, Calimacil regarda tour-à-tour le récipient noir et l'elfe à l'abri. Puis, un sifflement monta creshendo dans la pièce. Ce son prenait vie dans la potion violette qui cuisait à petit feu. Le sifflet monta dans les aigus puis mourut aussi brusquement qu'il était né. Le mage sortit de derrière la table, les poings en l'air et lançant un énorme "Yes!" Soulagé. Il s'approcha du récipient mais le son revint à une très forte puissance.
Valacar allait tourner les talons quand la potion explosa littéralement. Un gros "Boum" bien grave qui emplit la salle d'une fumée noire. Toussant, crachant et couvert de suie, les deux elfes sortirent du laboratoire.
- Qu'est-ce que c''était que ça, s'écria Calimacil, choqué?
- Ça mon garçon c'était l'explosion de la réussite, répondit le mage entre deux quintes de toux! je travaille sur une nouvelle arme. L'Empire du nouveau monde et les nains, ainsi que tous ceux qui utilisent des canons, utilisent un grain noir hautement explosif : la poudre! J'ai pour projet de liquéfier cette poudre et de la confiner dans des capsules. Au moindre choc, la poudre explosera. Si on la lance sur un ennemi, ce sera donc juste sous son nez, bouclier ou pas! Je suis un génie!
À ce stade, Calimacil s'interrogeait sérieusement sur la santé mentale de son congénère. Ils finirent par braver la fumée et ouvrirent grand les fenêtres du laboratoire pour l'y enlever. Ceci fait, Calimacil reçut à lire un lourd traité sur la magie tandis que Valacar époussetait ses fioles et éprouvettes. En voici un extrait fondamental lut par Calimacil :
"Les sorts et les dweomers puisent dans la magie pour créer une réalité. Les sorts sont des invocations légères et harmonieuses de la magie. Généralement appelés d'un geste ou d'un mot de pouvoir, les sorts forment l'aspect de la magie le plus simple. Ils confinent l'un des huits courants de magie pour créer selon la volonté du mage. Les princiaux sorts ne durent qu'une poignée de secondes. La seule limitation à un sort est qu'il ne concerne qu'un des huits vents de magie et rien d'autre.
Les dweomers sont plus complexe que les sorts. Ils consistent en une longue incantation et une série de gestes précis pour plier les vents de magie à la volonté du mage et les faires exécuter des tâches variées. Les dweomers peuvent résister au siècles et aux millénaires indifférement de leur puissance. L'exemple le plus concret est celui du portail de l'Île des morts. Si un sort n'est qu'un court appel à la magie, les dweomers sont des minutes de cris incessants dans le Warp. Il y aura toujours plus de chance d'attirer un démon sur terre par un dweomer qu'avec un sort. L'exemple le plus utilisé est celui des sorciers Von Morter et Dedre qui se battirent en duel magique. À eux deux, ils attirèrent dans la capitale de l'empire le démon majeur Sigvald qui les dévora avant d'être banni par une centaine de mage."
Calimacil aurait aimé finir le traité mais il fut interrompu pendant l'après-midi par des cris d'alerte. Il descendit avec Valacar qui avit fini de nettoyer son labo depuis quelques heures. Arrivés dans la cour du chateau, ils virent avec stupéfaction une dizaine de gobelins marcher tranquillement vers le palais, encadré d'un régiment entier de guerrier en armure. Le plus grands des peuax-vertes (qui ne dépassait pas la ceinture d'un elfe) portait un long baton avec noué autour un grand drap blanc-jaunâtre dont la propreté était douteuse. La procession se dirigeait vers le palais du gouverneur. Calimacil et Valacar y coururent. Quelque chose d'important se préparait.

Une fois au palais dans la salle du trone, Calimacil rejoignit Vorondil. Il était en armure de bataille, épée à portée de main. Lui, les dix chevaliers de son escouades et dix autres encore seraient postés de chaque côté de la salle et se tiendrait prêt à intervenir. Calimacil fut enrôlé par le groupe d'elfe qui se cacheraient dans la foule. Calimacil posa la main sur sa dague et attendit. Le cortège du gobelin entra dans la salle et la moitié des soldats elfes les accompagnant restèrent à la porte, coupant toute voie de fuite. Le gobelin porte-drapeau s'avança et déclara d'une voix nazillarde:
- J'suis l'émissaire d'Grumdak-le-vicieux! Grand roi des gobs du Sud il veut vot'chateau. Donnez-le ou crevez comme des rats!
-On ne parle pas comme ça à un représentant du Roi phénix! Et pour le chateau, qu'il vienne, ton chef! Nous lui réserverons un acceuil qu'il ne risquera pas d'oublier!
Les gobelins poussèrent des cris de rage et sortirent leurs armes et la panique prit la foule de citoyens. Les agents dissimulés sautèrent sur les gobelins et en poignardèrent un bon nombre. Il en restait une quarantaine. Les chevaliers tirèrent leurs lames au clair à l'unisson et chargèrent d'un même mouvement. Voir des elfes en armure complète les charger avec tant de détermination effraya les peaux-vertes qui coururent à la sortie. Les derniers soldats intervinrent et l'ennemi fut massacré. Sauf un gobelin, le porte-drapeau. Il fut jeté au pied du gouverneur.
- Retourne auprès de ton maitre et va lui porter ces paroles: moi vivant, jamais il ne prendra cette forteresse.
Vous autres! Préparez-vous à la guerre!
Le gobelin détala dans les rues de la ville, roué de coups par la foule, recevant des fruits pourris, des injures et des railleries. Lui ne remettrait pas les pieds ici mais le roi gobelin risquait de poser plus de problème... dans tous les cas, Calimacil et tous les autres elfes étaient prêts à les recevoir pour la gloire d'Ulthuan!



Voilà le chapitre 4. Tout commentaire est le bienvenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Lun 17 Fév 2014 - 20:03

Oui c'est un double-post mais c'est un double-post animé par la passion de l'écriture! Je ne pouvais pas attendre deux jours pour poster la suite donc chapitre 5!!! Bonne lecture!


Chapitre 5 : l'assaut.

Calimacil retourna avec Valacar dans le laboratoire. Le mage lui apprit alors son premier sort.
- Tu te campe bien sur tes deux jambes, commença-t-il, et tu tends les mains devant toi. Maintenant, tu tends la main gauche sur le côté et tu formes un cercle du pouce et de l'index. Écarte bien les autres doigts. Je te conseille de tenir ton poignet avec ton autre main, tu seras plus stable. Bien maintenant, le plus important, le mot de pouvoir pour invoquer le plus simple des sorts du feu : la boule de feu. Le mot est ruhyn. Cri le fort pour attirer la magie à toi et contracté le sort. Et maintenant, essaies.
Le mage s'écarta pour laisser un couloir entre un manequin de paille et le jeune apprenti. Alors que Calimacil s'apprétait à lancer le sort, un tremblement secoua le chateau jusqu'aux fondations. Des cris d'alerte survinrent, venant de partout. Sortant de la tour, les deux compagnons débarquèrent en plein chaos. La cour était parsemée de débris de rocs. Une maison à proximité fut alors soufflée par un énorme rocher. Une pierre de la taille d'une catapulte percuta la construction et la fit tomber aussi facilement que s'il s'était agi d'un chateau de sable. Les gobelins attaquaient, et ils avaient des alliers... de taille! Des géants des montagnes étaient en train de prendre part à l'assaut et propulsait sur les elfes des rochers titanesques. Toutes les troupes elfes dévalèrent la ville pour courir au rempart. Calimacil allat leur prêter main forte.
Alors que les plaques d'Ithilmar scintillaient au soleil, l'elfe n'était équipé que d'une cotte de maille en fer enfillée sous une tunique de cuir. Il était certe plus rapide comme celà mais aussi plus vulnérable. Ne tenant pas compte de son habit, il rejoignit Vorondil. Ce dernier ne portait pas non plus d'armure lourde.
- Calimacil, mon ami et écuyer, nous partons pour notre première mission ensemble, déclara-t-il!
- Et que faisons-nous en armure légère?
Vorondil ouvrit une poterne du rempart et lacha amusé :
- On va chasser du géant!
Si la machoire de Calimacil aurait pu tomber, elle l'aurait aussitôt fait! Lui, abattre un géant! Il l'aurait fait à la baliste ou à la catapulte, mais pas à l'arc et à l'épée... mais il suivit quand même Vorondil et son groupe à travers le rempart. Une fois dehors, ils adoptèrent les formations de combats en forêt en gagnant la plus proche lisière : la moitié des elfes, soit sept encochèrent une flèche, les autres dégainèrent leurs lames. Calimacil remarqua tout de suite que les épées ne brillaient pas. Les lames avaient été généreusement plongées dans la cendre pour qu'elles ne trahissent plus aucun reflet. Calimacil n'avait pas pris cette précaution. Il décida donc de prendre son arc et de se tenir prêt.
Ils progressèrent pendant une dizaine de minutes, se coulant dans les ombres et courant sans aucun bruit. Puis, les gobelins se firent entendre. D'abord, des ricanements lointains, puis, après une vingtaine de mètres de plus, tout proche. Les efles aperçurent alors le campement des peaux-vertes.
Des gobelins couraient dans tous les sens, vérifiant les armes et récupérant les ordres. Ensuite, une quarantaine d'orques patientait en silence, tous engoncés dans de grandes armures noires. D'autres encore, peau nue, se préparaient à lancer l'assaut. Et au milieu de la clairière, deux géants encadraient un orque de taille monumentale, environ deux mètres cinquante. Le mot circula parmi les elfes, on avait trouvé Grumdak-le-vicieux. Deux elfes allèrent prévenir la Forteresse que le roi gobelin était en faite un orque tandis que les autres attnedirent le départ des troupes. Quelques minutes plus tard, le chef récupéra une énorme hache de bataille rouillée et l'armée se mit en branle. Toute l'armée sauf... l'un des deux géants.
Une fois l'armée partie, il projeta un nouveau rocher en direction du chateau. Et les elfes sortirent des fourrées. Plus précisément trois elfes. Les autres réstèrent à couvert et criblèrent la créature de flèche. Calimacil banda son arc et tira. Sa flèche alla se planter au dessus de l'épaule. L'une des flèches traversa le pagne et atterit... dans les génitoires du géant mâle. Celui-ci rendu fou de douleur, se rapprocha de la lisière et la balaya d'un tronc mort. Et les elfes se rendirent compte de leur erreur stratégique : au lieu de se disperser autour de la clairière, ils étaient restés groupé et donc plus facilement repérable. La charge sonna et les soldats s'élancèrent, épée au poing. Ils tailladèrent les jambes de la créature qui cherchait encore à les écraser. Malgrès le nombre colossale d'entailles, les elfes se rendirent compte que le monstre ne s'épuiserait pas avant eux et qu'il finirait par tuer au moins un elfe avant sa fin.
Calimacil fut alors pris à revers par le talon de la crétaure qui l'expédia plus loin sur le champ de bataille. Voyant un ennemi à terre, le géant fit preuve d'intelligence et chercha à écraser pour de bon celui qui ne bougait plus dans tous les sens. Il leva le pied, Calimacil visa et pronconça le mot de pouvoir. Rien. Il répéta, encore sans résultat. Le pied s'approcha à grande vitesse. Un picotement naquit alors dans le ventre de l'efe au sol, qui prononça une nouvelle fois le mot de pouvoir avec l'énergie du désespoir. Une flammèche apparut entre les doigts du sorcier, pour enfler en un globe puis décoller de la main de Calimacil et exploser sur la plante des pieds du géant. Ses poils et sa peau prirent feu et il stoppa son geste, hoquetant de douleur. Répétant l'opération, le nouveau mage arrosa généreusement le monstre d'un déluge de flammes qui laissèrent une odeur de chair brûlée dans toute la clairière et même au-delà. Loin d'être impréssioné par cette démonstration de magie, Vorondil ordonna le retour à la Forteresse : l'assaut était lancé.




Chapitre 5 dans la même foulée pour compenser le manque d'écriture durant mon voyage. Des commentaires?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gilgalad
Noble
avatar

Nombre de messages : 496
Age : 22
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 03/02/2011

Feuille de personnage
Nom: Yrellian Gilgalad
Rôle: Seigneur Asur-vampire
Postures: Attaque et défense à outrance

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Mar 18 Fév 2014 - 8:42

J'avais déjà commencé à tout lire hier et ai fini ce matin.

J'aime bien l'histoire. Cela nous change du cadre habituel qui est Ulthuan. Le point de vue de l'enfant est souvent plutôt bien fait et assez original. Au niveau fluff, les gobelins et les orques dans les montagnes sont plutôt bien insérés. Les personnages sont globalement intéressants mais gagneraient à être un peu plus détaillés même si tu gardes le point de vue de l'enfant. Je ne parle pas des motivations profondes mais de leur comportement et d'éventuels tics.

Au niveau de la langue, il y a parfois des petites fautes de conjugaison. Une bonne relecture en viendra à bout. Tu peux même utiliser internet et taper le verbe à l'infinitif que tu cherches et cliquer sur le premier site si tu as un doute. Personnellement, c'est ce que je fait.

Mais sinon, c'est vraiment bien.
Et la suite, tu la mets quand ? Ou sinon :  *dragon*  (non je déconne quoique...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Mar 18 Fév 2014 - 17:19

Merci à toi gilgalad.

Tout d'abord, l'othographe et la conjugaison n'ont jamais été mes points forts mais je ferai quand même attention à celà les prochaines fois.

Ensuite, pas besoin de sortir le dragon, la suite arrive dans pas longtemps, grand maximum une semaine. C'était le délai imposé avant mon départ de quelques jours et je vais m'efforcer de m'y tenir.

Merci à tous ceux qui attendent la suite de l'aventure et qui me motive à écrire! *love*

Le gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narog
Fils de la lune sanglante
avatar

Nombre de messages : 2010
Age : 27
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/12/2007

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Mar 18 Fév 2014 - 19:18

Récit que j'ai trouvé très sympathique.

Je passerai le problème de l'orthographe, d'autre en ont parlé avant moi, donc inutile de revenir là dessus.
je passerai aussi sur certaine chose qui m'ont parues incohérente comme l'ambassade gobeline...

Par contre, pour finir sur une note positive, j'ai beaucoup aimé le comportement du mage en expérimentation, pour moi c'est des petites choses comme ça qui rajoutent du piment à un récit.

j'attends donc de voir la suite.  *gg* 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Mar 18 Fév 2014 - 20:50

Enfaite, j'étais parti sur le principe d'un roi des gobelins qui avait peur des elfes, d'où sa sommation avant l'assaut. Mais vu que ça parraissait ridicule qu'une créature sans cervelle ait peur de quelque chose, j'ai zappé.

J'essaierai de rattraper l'histoire de l'ambassade par une explication logique et je me mets tout de suite au travail pour la suite!

Le gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gardien d'Ulthuan
Noble
avatar

Nombre de messages : 382
Age : 19
Localisation : Orvault
Date d'inscription : 21/12/2013

Feuille de personnage
Nom: Calimacil Lame-Dansante.
Rôle: Gardien d'Ulthuan.
Postures: fermement campé face à une chimère, mon dragon de compagnie dans le dos.

MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   Mer 19 Fév 2014 - 20:40

Chapitre 6 : Tous à la porte!

Une fois le géant achevé, les elfes s'en retournèrent par la forêt. Mais alors qu'ils en gagnaient la lisière, une flèche transperça violemment le crâne de l'elfe le plus proche de Calimacil. Prit d'une convulsion, le blessé à mort s'écroula sans un cri.
- Des gobelins, cria quelqu'un à droite.
Mais Calimacil ne l'écouta pas. Il bondissait déjà, épée au poing, et chargea l'ennemi à couvert. Une flèche le frôla, une autre déchira sa manche tandis que le guerrier sprintait, devançant de quelques enjambées ses camarades. Un gobelin fuya devant l'assaut inatendu et fut le premier à gouter au fil d'une épée elfe. Un autre à proximité se fit faucher par une flèche. Les hauts-elfes traversèrent les rangs gobelins, en tuant le plus possible mais sans ralentir le pas. Leur objectif était de regagner la Forteresse de l'Aube, pas d'éradiquer une futile patrouille de peaux-vertes. Derrière eux, la poursuite commença tant bien que mal. Des branches craquaient et des corps tombaient là où les elfes progressaient rapidement et gracieusement. En quelques minutes, ils semèrent les poursuivants et dix minutes plus tard, l'orée du bois était en vue, ainsi que la Forteresse. Arrivé à leur but, les elfes observèrent, et notèrent que l'assaut avait commencé.
Des hordes sans fin de gobelins et d'orc se jetaient contre les remparts sur des échelles de fortune ou ripostaient à l'arc, visant les remparts. Apparu alors Grumdak-le-vicieux, dans son armure noir de jais. Il beugla quelques odres qui se perdirent dans le fracas de l'acier contre l'acier et les hurlements d'agonie. Puis, émergeant de la forêt comme sortant d'un lac, le dernier géant se releva, et marcha droit vers la porte. Des dizaines de flèches plurent sur lui, le touchant presque autant de fois, mais l'imposant monstre continua, imperturbable au sang qui lui coulait de blessures innombrables. Calimacil s'apperçut alors du regard agare de la créature. Comme s'il n'était pas lui-même.
- Manipulation mentale, chuchota-t-il.
Il avait déjà entendu parler de ces mentalistes qui soumettaient ou tuaient par la force de l'esprit. En cherchant un petit peu plus, il le repéra près du chef orque. Calimacil visa, se concentra et rappela en lui la magie.
- Ruhyn!
Le globe de feu naquit de nouveau dans sa main et il le projeta vers sa cible avec plus ou moins ed précision. La sphère fila à la vitesse de l'éclair, percuta Grumdak et explosa violemment. Des vivats montèrent des remparts, l'orque était défait. Le géant se réveilla de sa transe pour s'évanouir contre la porte qui céda sous le choc. Puis, la fumée de la boule de feu se dissipa, et Grumdak réapparut, vivant et sans aucune égratinure. Il devait porté une protection contre le feu car le mentaliste n'était plus de ce monde. Son corps gisait plus loin, encore fumant, avec celui de deux orques noirs.
- Tous à la porte, hurla-t-il, exhortant ses troupes!
Et la marée verte passa la porte. Les elfes dans les bois se décidèrent à emprunter la même voie. Un orque de dos était plus facile à abattre. Vorondil donnant le pas, les autres suivirent et se jettèrent dans une mélée violente. Pendant une vingtaine de minutes, les elfes avancèrent en battaillant férocement jusqu'à atteindre les portes. Une phalange de lanciers y combattait vaillament en repoussant toujours plus de gobelins. Quelques fois, un orque sortait de la masse et abbatait sa hache sur la tête d'un frère, vite remplacé par un autre une fois la menace repoussée. Mais même avec toute la vaillance du monde, la Waaagh!Gromdak paraissait sans fin. Les elfes finiraient par perdre. La phalange se scinda rapidement pour permettre aux six elfes rescapés de trouver un lieu sûr, hors d'atteinte des lances gobelines et des sabres de facture orque.
L'escouade mutilée se regroupa et remonta jusqu'au général pour faire son rapport. En l'occurence, le général était un noble d'Eataine déjà à cheval et prêt à lancer la contre-offensive. Vorondil décréta qu'ils seraient alors de la charge. Ils coururent s'équiper et revinrent une vingtaine de minutes plus tard, vérifiant l'état des lames des lances de cavalerie. Une fois à cheval, ils  se préparèrent, puis chargèrent. Le général lança à ses hommes :
- Tous à la porte! Repoussez-moi ces vermines! À la charge, guerrier d'Ulthuan!
Et ils se lancèrent au triple galop vers la porte. La phalange y combattant avait perdu de nombreux guerriers mais le reste continuait à ferrailler vaillament. Ils se dispersèrent le temps de laisser les cavaliers charger puis reformèrent la ligne, renforcés de nouvaux elfes. La cavalerie se traça un sanglant chemin, flèches et lames rebondissant contre les plaques d'ithilmar. Ils semblaient que les elfes n'auraient jamais le bras lourd de fatigue, tous les horions frappaient juste, les estocade faisaient vomir les entrailles et les fentes découpaient les crânes. Et pourtant, si les cavaliers ne trahissaient pas d'épuisement, les montures commencèrent à haleter et à freiner leurs mouvements. La charge s'empêtra, les épées furent tirées, les boucliers brandis. Les elfes bataillèrent vaillament pendant quelques minutes, jusqu'à ce que la marée de gobelins se mute en marée d'orques. Un cavalier tomba, balayé par un marteau de guerre, un autre décapité par une hache.
Gromdak arriva, escorté des orques noirs. Ils tuèrent encore une dizaine d'elfes avant de s'en prendre au général. Bravant courageusement le danger, le noble relança sa monture contre le chef adverse et lui envoya sa lance dans l'estomac. Mais au lieu de déchirer les entrailles de l'imposant adversaire, l'arme se brisa en son milieu, incapable de perser l'armure noire. Le noble fut jeté à bas de son cheval par la hache de l'autre et se fit dévorer la tête par ses crocs puissants. Grumdak se releva, le visage ensanglanté du sang d'un autre, et lança une charge à travers la ville. Les cavaliers sonnèrent le repli et rejoignirent à temps la porte.
À temps car une poignée de secondes plus tard, la phalange céda sous les balayages du général orque et des orques d'élite. Les elfes se replièrent à la forteresse, laissant la ville au mains des peaux-vertes. Le peuple avait à peine trouvé refuge derrière la double porte de la forteresse que le reste de l'armée le rejoignit. Les archers se postèrent sur les remparts, les autres employèrent les balistes ou attendirent derrière la porte. La Forteresse de l'Aube était tombée.



Et voilà la suite de l'aventure! Des commentaires?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Récit] Le gardien d'Ulthuan.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Récit] Le gardien d'Ulthuan.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Perso] Le Gardien d'Ulthuan
» Ulthuan Vs Naggaroth
» [Background] cartographie D'Ulthuan
» Le Second Gardien
» Mars : Le Gardien de la Pierre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: