Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [FluP] Un crissement de pas dans la neige

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaarath
Héraut
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 18
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: [FluP] Un crissement de pas dans la neige   Sam 3 Mai 2014 - 19:07

Bonjour à tous !

Pour le CdA qui est en cours, j'ai eu l'occasion d'écrire un fluff de présentation pour ma première unité. Mais je pense faire un récit général intégrant toutes les unités dans une histoire.
Je ne sais pas si c'est très correct, mais j'aimerais bien reposter les textes ici pour avoir des critiques concernant vraiment ces textes. C'est aussi pour moi l'occasion de vous les présenter de manière plus structurée et organisée. Trêve de babillages !






~~~



Un crissement de pas dans la neige


Prologue



Le jour venait tout juste de poindre à l'horizon, faisant miroiter la neige de moult éclats scintillants, quand se leva la tempête. Un vent glacial, pénétrant, commença à emporter les flocons, lacérant la terre de Naggaroth. Le ciel devint blanc et laiteux, et il fût soudain impossible de voir à plus de dix pas. Les hurlements des rafales occupaient l'immense étendue gelée, d'ordinaire si silencieuse et sourde. Une odeur de fer venait chatouiller les narines, lorsque celles-ci n'étaient pas obstruées par des flocons. Une odeur de sang. Une traînée immense en recouvrait le plateau. Le problème des narines obstruées ne sembla pas se poser pour la créature qui s'agenouilla près de la traînée. Pas le moindre problème. Une grande aura protectrice semblait l'entourer, elle ainsi que ceux qui la rejoignirent. Ce n'était pas un bouclier magique, mais le sort sensé les rendre invisible fût apparemment pensé par quelqu'un à l'âme charitable. Il se trouve que, paradoxalement, le peuple auquel ils appartiennent est le moins charitable qui soit. Le problème des narines ne se posant pas, (précisons tout de même que la narine d'un elfe est tellement étroite qu'un flocon suffirait à l'obstruer, et c'est peut-être la raison pour laquelle le sort les épargne, l'auteur de celui-ci ne souhaitant probablement pas voir mourir une escouade par obstruction des voies respiratoires, craignant la fureur du roi sorcier apprenant qu'un événement si ridicule et pitoyable avait eu lieu sur ses terres, mettant en péril la réputation du peuple entier. Mais cela, le narrateur ne le sait pas. l'odeur du sang était d'autant plus chatouilleuses.
L'individu qui s'était approché était svelte et de grande taille, et il tenait une cape recouverte d'écaille autour de lui, relevée sur son épaule à la manière d'une toge.
"Thark'an ! siffla-t-il. Il n'y a pas que du sang humain"
Un des guerriers regroupés derrière lui s'avança d'un pas léger et alerte, ne laissant entendre qu'un discret crissement de pas dans la neige.
"Je sais"
Il s'accroupit. Il était vêtu d'une cape semblable, mais le reste de son équipement le différenciait de ses congénères. Il portait un casque adroitement ciselé, dont un panache claquant au vent indiquait la valeur, une épée fine et dentelée, et un imposant bouclier. Il commandait cette escouade depuis plusieurs dizaines d'hivers, et il connaissait chacun de ses hommes mieux que quiconque. On lui avait proposé plusieurs fois de monter en grade, mais il avait toujours refusé. Non pas parce qu'il trouvait la gloire et l'honneur sans intérêt. C'était un Druchii. Mais il trouvait encore plus glorieux de vaincre en si petit nombre. Ses soldats étaient aguerris et leur renommée croissante. Cependant, jamais il ne s'était heurté à une situation comme celle-ci.
Il était calme. Trop calme. Il resta quelques instants sans bouger. Tous avaient compris. Ils étaient une vingtaine, immobile sur la glace. Autour, la neige menait un ballet effréné, le vent grondait et vrillait les tympans. Le froid leur brûlait la peau. Mais leur esprit n'y faisait guère attention. Parce qu'ils avaient compris :

Des Druchii, des soldats de leur peuple, avaient fui au côtés des nordiques.








Chapitre premier

Par Khaine !



Raegnaris,

L'événement dont je t'avais annoncé la venue semble survenir. Il est temps de convoquer l'Ordre des Pontifes .
Je te prie de bien vouloir contacter Thark'an afin de lui donner rendez-vous à Ashrack. Votre présence est indispensable.
Nous vous attendons tous deux avec impatience, soyez prompts.

Traergis


Raegnaris posa la missive sur la table. Les ombres projetées par les rares clients encore présents valsaient sur les pierres froides de la masure. Seul à une table, il avait enfin ouvert ce courrier qu'on lui avait transmis dans la matinée. Le bois noueux, les pierres sombres, les petites lanternes, tout lui inspirait la quiétude en ce lieu. C'était une quiétude toute relative. Il avait conscience de sa soif de violence. De son besoin d'horreur. Mais il aimait à se sentir différent des autres Druchii. Il était froid, calculateur, cynique et discret. Comme beaucoup de Druchii, me direz-vous. Mais il aimait le silence. Le froid. Le vide. L'idée du néant, du calme, et de la souffrance muette. Il aimait les giclées de neige givrées sous les sabots de Taeth. Les giclées de sang épais sous les carreaux qu'il décochait.
Par dessous tout, Raegnaris avant un sens inné du psychisme. Il savait analyser chaque être de par chacun de ses mouvements.  Et en ce moment précis, il savait parfaitement que Traergis avait commis une regrettable erreur. Un subterfuge aussi vil ! Le plan lui semblait bien pensé : réussir à abbatre lui-même et Thark'an, prendre leur place dans l'ordre, s'emparer du contrôle d'Ashrack, et acquérir aussitôt une influence incontestable sur Grhond. Remarquablement bien pensé.
Il se leva, jeta la lettre dans le brasier incandescent, puis remonta sa cape sur son épaule. Il lui fallait trouver Thark'an au plus vite. Au sortir de l'échope, quatre elfes l'attendaient. Sans un mot, chacun enfourcha sa monture, et la rue résonnait encore des claquements des sabots sur les dalles quand ils disparurent.

Thark'an devait être en route vers Ashrack depuis quelques heures. Raegnaris s'en voulait profondément de ne pas avoir ouvert la lettre plus tôt. Mais aucune rue n'est sûre dans Ghrond. Si l'existence de l'ordre des Pontifes était révélée, il serait déstitué de tous ses biens, bien que cela l'importât peu, et certainement mis à mort. Pire encore, l'ordre serait disssout. Ainsi, il était à présent juché sur Taeth, son corps courbé le long de l'encolure de l'animal pour se protéger des flocons de neige assaillant sa peau à découvert. A ses côtés chevauchaient ses quatres guerriers, leur arbalète se balançant disgrâcieusement sur le côté de leur selle. Les seuls quatre elfes en qui il avait confiance ormi Thark'an.
Il avait rejoint l'ordre 3 années auparavant. Cavalier émérite, ses hauts faits l'avaient fait connaître auprès de nombre de despotes. C'est alors qu'un jeune guerrier du nom de Thark'an l'avait contacté. Un elfe taciturne et mystérieux : Raegnaris avait aussitôt accepté son offre. Il s'agissait de former un détachement d'éclaireurs d'élite. Thark'an n'en avait pas dit beaucoup plus. Il n'en avait pas fallu plus qu'il comprenne : une traque. Qu'il s'agisse d'éliminer les avant-garde adverses ou d'exterminer les fuyards, il devenait un traqueur. En trois ans, le détachement était devenu un ordre, Thark'an en avait cédé le commandement à un pair, et à présent pas moins de cinquante Druchii en faisaient partie. Et certain d'entre eux avaient joué de leur position pour se jouer de la hiérarchie d'Ashrack. Quelques assassinats avaient été commis, et Traergis, un elfe ambitieux et onergueillit par quelques victoires sur les nordiques, s'était instauré grand mestre de la cité. Cela consistait juste en un titre presque insignifiant, le pouvoir appartenant encore à l'ambassadeur de Ghrond alors présent. Et puis Thark'an, bien qu'ayant refusé les responsabilités du commandement de l'ordre, n'en restait pas moins influent. Seulement, l'ambassadeur avait mystérieusement disparu la semaine passée.
Raegnaris jura. Comment les choses avaient-elles pu dégénérer aussi vite sans qu'il s'en rendit compte ? Il devait prévenir Thark'an, c'était sa priorité absolue, et ayant des monts à traverser, il n'arriverait pas à Ashrack avant trois jours. Mais une fois qu'il l'aurait rejoint, ils devraient éliminer les membres de l'ordre. Ils auraient à tuer plus de quarante elfes.
Sentant un léger relâchement dans l'allure de Taeth, Raegnaris serra les talons et lâcha les rennes, préférent poser ses mains sur le haut du poitrail de sa monture. Il lui sussura un mot en elfique, et une vigueur nouvelle relança le cheval dans sa course effrénée.


Raegnaris posa une main sur l’encolure de son coursier. Il tenta de retirer sa botte de l'étrier. La glace qui s'y était accumulée l'en empêcha, et il donne un violent coup dans le vide pour la briser. Il était nerveux. L'écume aux commissures des lèvres de Taeth était à présent complètement gelée. Il imagina la douleur que devait ressentir tous ces chevaux auxquels on avait ôté les leurs. Pas pendant qu'on leur enlevait, cela était sans importance. Mais les gencives de ceux-ci étaient exposées aux froid. Et Raegnaris savait mieux que quiconque qu'une monture qui souffre est un réel danger pour le cavalier. Il releva la tête, sauta gracieusement au sol et rejoignit ses congénères. Il passèrent au coin d'une ruelle déserte et s’arrêtèrent devant un porche. Consternés. Devant celui-ci, deux Druchii en armure gisaient dans une position improbable. Leurs visages violacés étaient figés dans une expression de subjugation. 
Il était arrivé trop tard. Il était nerveux à l'idée de devoir combattre les membres de l'ordre, mais arriver trop tard... Il ne s'y était pas préparé. 
Il garda tout de même son sang-froid, et tous les cinq se faufilèrent dans l'embrasure de la porte.

A l'intérieur de la pièce, des corps mutilés jonchaient les tables et les dalles. Quelques-un gémissaient encore, et la clameur d'un combat résonnait au loin, provenant d'un couloir dérobé. Raegnaris s'élança, en dégainant une dague éfilée faite d'un acier miroitant. Il avait laissé son arbalète accrochée à sa selle, ayant conscience du confinement des lieux. A peine avait-il franchit le seuil du couloir qu'il faillit trébucher sur une armure imposante. Inutile dans un bâtiment. L'individu qu'elle contenait avait d'ailleurs été poignardé en plein visage. Mais Raegnaris le reconnut tout de même : Traergis, l'orchestrateur présumé de ce massacre. Après quelques brèves secondes de réflexion, il reprit sa course et fit interruption dans une grande salle entièrement parée de marbre et de dorures. Au milieu se dressait un autel sur un grand piédestal. Sur ce piédestal, deux elfes menaient un ballet meurtrier. Il reconnut Thark'an. Silencieux, sobre, mais d'une efficacité redoutable. Cependant, ses gestes semblaient ralentis, et du sang poisseux inondait sa tunique. De part et d'autre de la pièce, deux arbalétriers tenaient les duellistes en joue. Ne sachant lequel des eux ils couvraient, Raegnaris bondit. Mais ne fut pas assez vif. Il reçut aussitôt un carreau dans l'épaule gauche. Il lâcha sa dague, glissa au sol, la saisit de la main droite et la planta dans la cheville du tireur, qui s'effondra. Il donna un coup supplémentaire pour sectionner le tendon, se redressa promptement et enfonça la lame entière sous le sternum de celui-ci, qui parut dans un premier temps assez étonné que ses poumons aient un accès direct à l'air par sa poitrine. Et n'eut plus rien à penser lorsqu'un coude s'abattit sur son plexus, fracassant toute sa cage thoracique, des côtes venant perforer ses poumons.
Raegnaris saisit l'arbalète gisant à terre et esquivant instinctivement le trait qui le visait en se jetant sur le côté, tira dans la direction du second elfe. Qui saisit le carreau en plein vol. Un infime instant plus tard, ce dernier reçut la botte du second cavalier noir à être entré au milieu de la jambe, ce qui brisa l'articulation et fit apparaître la rotule. Avant même qu'il n'ait touché le sol, son abdomen commença à déverser son contenu sur la pierre glaciale. Et tandis que les derniers gargouillements cessaient, les cavaliers relevèrent la tête vers le piédestal central. Où Thark'an était agenouillé, plein de sang, et son adversaire tenait un cimeterre appuyé sur sa gorge.
"Sortez immédiatement, scanda-t-il, ou je l'égorge. 
-Vous êtes probablement le dernier mutin encore en vie, répondit Raegnaris. Il m'est avis que vous n'êtes pas en position d'exiger quoi que ce soit.
-Mutin ? Il éclata de rire. Non, ce n'est pas une mutinerie. Ou une insurrection. Traergis est le chef légitime de l'ordre. C'est vous, en vous opposant à sa volonté, qui vous condamnez.
-Par Khaine ! Me voilà pris d'effroi ! répliqua-t-il d'un ton dramatique en tournant les talons. Venez, vous autres, C'est trop risqué de s'opposer à la volonté d'un mort. " 

A ce moment précis où il apprend que l'ultime magistrat de l'ordre des Pontifes est mort, leur adversaire est surpris. Ensuite vient un léger choc, puis du mépris et de la haine. Et pendant l'infiniment bref instant que cela a pris, il a été moins vigilant. Et, lorsqu'il se concentre à nouveau sur la situation, Thark'an s'est laissé choir à ses pieds. Il aperçoit alors le bras tendu d'un des guerriers qui ont pénétré dans la pièce un peu plus tôt. A mi distance entre la main semi ouverte et ses yeux, à hauteur de son visage, il y a une dague. 


Le silence retomba. Thark'an halètait faiblement. L'odeur du sang venait lui chatouiller les narines. Le sang d'une quarantaine d'elfes tués en moins d'une heure. Face à lui, cinq Druchii se tenaient immobiles. Les cinq seuls autres survivants. Les cinq cavaliers qui lui étaient resté fidèles étaient les seuls survivants. Il sourit. L'ordre démantelé, il pourrait enfin se consacrer à ses traques. Et pour cela, il allait se tourner vers les ombres d'Ashrack.





~~~













Voilà pour l'instant, je vous remercie d'avoir lu, et n'hésitez pas à commenter, j'ai rarement la chance d'avoir des conseils !  XD 

Kaarath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaarath
Héraut
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 18
Localisation : Limoges
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Re: [FluP] Un crissement de pas dans la neige   Lun 5 Mai 2014 - 19:09

Oui je d'ouble post c'est pas bien ! Oui ça a tout l'air d'être un vil et méchant up !

En fait je me suis dit que si personne ne répond c'est probablement pour une des raisons suivantes :

-Soit tout le monde s'en fout ici des récits. Sauf que c'est la marque de fabrique d'UvsN donc non ^^
-Soit vous aimez vraiment pas.. mais faut le dire quand même parce que sinon je risque de continuer comme ça et vous aller en subir les conséquences.
-soit je me suis mal exprimé et vous voyez pas l'intérêtdu post.


En fait ce que je quémande (ce mot existait dans le temps nan ? *:p* ) c'est une critique plutôt littéraire, qu'on a pas trop sur le CdA.
Je conçois que c'est long à faire, je m'attends pas forcément à un roman de Wolfen plus long que mon post (même si ça peut être intéressant XD ). Mais histoire de me guider pour la suite !

Enfin bref un Druchii vient de faire l'aumône.. quelle tristesse  *:p* 

amical... froidement, Kaarath


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthamir
Servant de la Flamme
avatar

Nombre de messages : 1929
Age : 20
Localisation : Karaz-a-Karak, Lothern ou Athel-loren
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom: Angus von Elnenkalt
Rôle: Répurgateur
Postures: Berserk (-) ; A l'attaque ! (-)

MessageSujet: Re: [FluP] Un crissement de pas dans la neige   Sam 24 Mai 2014 - 9:07

Boarf, cette section n'a jamais été super active, et son "âge d'or" est passé depuis un certain temps.


Pour en revenir à ton texte :

C'est bien écrit, assez fluide, pas grand' chose à dire là dessus. Si, peut être, le premier paragraphe du prologue est un peu répétitif avec toutes ces petites phrases pleines de figures de style, mais bon, c'est un détail.

Le plus gros souci, je dirais, c'est la trame qu'on a du mal à suivre. Relier le prologue et le premier chapitre n'est pas évident (en dehors du fait qu'on parle du même personnage).

Et puis une question très importante se pose : ils font quoi, les Pontifes ? C'est quoi l'objectif de leur "cabale" ? Sans savoir cela, on ne comprend pas les motivations des personnages principaux. Et puis le nom même de "pontifes" évoque des religieux, ou au moins un groupe de types vénérables ; là on a un sous-officier de terrain, un type mystérieux qui se balade dans des tavernes avec ses gardes du corps, et un petit con ambitieux qui porte des armures trop grosses et qui meurt comme une m****. Ca sonne pas vraiment comme des "pontifes".

Ah oui, et puis souligne plus l'ellipse entre le moment ou Raegneris part de sa taverne à cheval et celui ou il arrive au qg des pontifes.


Enfin peu importe, je t'encourage à continuer. C'est en t'entraînant à l'écriture que tu deviendra meilleur, y a pas de secret.


Artha'



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FluP] Un crissement de pas dans la neige   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FluP] Un crissement de pas dans la neige
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Event RP-PVP : Du sang dans la neige.
» a poil dans la neige (et dans toute les autres maps)
» [CDAs][CLT3] Un crissement de pas dans la neige... [Enoirs]
» BRU dans la neige!
» 737-800 Air Berlin le nez dans la neige !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: