Ulthuan vs Naggaroth

Un forum pour rassembler tous les elfes sous une même bannière.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Recit] La grande bataille de Naggaroth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
l'Exécuteur
Héraut
avatar

Nombre de messages : 158
Age : 27
Localisation : Sur mon dragon, survolant Nîmes
Date d'inscription : 12/11/2005

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: [Recit] La grande bataille de Naggaroth   Dim 29 Jan 2006 - 12:40

Voici le récit de :

La grande bataille de Naggaroth

Cela faisait maintenant près d’une semaine que le jeune Zlanek parcourait les terres arides des montagnes glacées du Nord de Nagaroth. Ne mangeant seulement quelques animaux et herbes sèches. Il pouvait survivre ainsi car pendant près de cent ans il suivit un entraînement d’une dureté auquel bien de ses compagnons ont péris. A sa naissance, ses parents l’ont laissé une nuitée entière à l’air glacial de Har-ganeth, sa cité natale et il survécut, c’était l’épreuve que devait passer tous les nouveaux nés dont les parents voulaient avoir un fils faisant partie de l’ordre prestigieux des Ombres. De plus, recueilli par des furies dont la matriarche avait vu en lui un grand destin, il suivit aussi un entraînement d’assassin ce qui faisait de lui un guerrier hors du commun.
Ils étaient parti par groupe de cinq de Naggarond, la capitale de Naggaroth, comme les sentinelles opéraient d’habitude pour surveiller cette vaste étendue glaciale.
Zlanek était le chef de l’un de ces groupes, nommé les Elakers. Cette section avait pour mission de patrouiller au delà des Grandes montagnes. Après avoir parcouru des kilomètres de désert glacial, ils décidèrent de changer leur itinéraire car une nuit (ils se déplaçaient la nuit pour se réchauffer et ne pas succomber de froid lors de ces nuits infernalement glaciales) ils aperçurent une lueur vannant du flanc de la montagne de Khaine. Au bout d’une journée de marche, ils aperçurent un campement Orque de seulement une vingtaine d’individus. Zlanek pris la décision de mettre à sac ce camps la nuit même et d’agir individuellement. Ce fut donc séparés qu’ils renvoyèrent une bonne moitié de ces misérables dans les abysses du chaos dans leur sommeil sans le moindre bruit. Zlanek s’était fixé d’exécuter le chef de horde, il se dirigea donc vers la plus grande hutte. Le peau verte était de taille impressionnante. Il y avait dans cet demeure de fortune une odeur de crasse caractéristique de cette race. Les murs étaient fait d’un étrange alliage de boue et d’herbe séchée. Contre les parois étaient appuyées ses armes : un marteau et une hache tout deux de dimension proportionnelles à leur propriétaire ainsi qu’un bouclier rond à moitié fracassé et un tas constitué d’une côte de maille et d’une armure à plaque. L’Orque dormait sur un lit de paille. L’ombre constata un détail intéressant : une table sur laquelle étaient entreposés des papiers ce qui était fort inhabituel pour un peau verte car seul une infime partie d’entre eux connaissait l’art de l’écriture. Zlanek s’approchât de l’orque allongé sur le dos, sortit sa dague et l’égorgeât comme il avait fait avec les autres. L’orque eu une réaction pour le moins inhabituelle : il se mit à gigoter en ouvrant la gueule mais aucun son ne se fit entendre. Il frétillât ainsi pendant environ une minute au bout desquelles, il s’affaissa en rendant son dernier soupir. L’ombre, de plus en plus intriguée par les parchemins répandus sur la table s’en approchât et se fut avec effarement qu’il compris ce que c’était : un plan de bataille. Mais pas une simple embuscade ; il semblait que toute les forces orques avaient prévues de se rassembler dans ces région à un moment indéterminé mais qui ne saurait tarder. Il comprit que ce groupe n’était autre qu’un convoi de repérage. Il sentit à ce moment là qu’il devait ramener les plans à ses maîtres, il se pourrait bien que le salut de sa race repose sur ses épaules. Il venait de mettre les plans dans un sac quand il entendit un couinement qui se transformât en grognement. Il connaissait bien ce bruit pour en avoir déjà tué un grand nombre lors de ses entraînements. Il se retourna d’un coups mais la bette avait déjà bondi sur lui, ce fut à ce moment que les talents de tireur de Zlanek se réveillèrent, il dégainât son arbalète à répétition et tirât une salve sur le squig qui alla finir son vol plané dans un hurlement perçant qui se stoppa net lors de la rencontre avec le mur du fond de la pièce. Mais l’alerte avait été donnée et les quatre autres ombre se rallièrent immédiatement à leur chef.
-- Mes amis, mes frères, l’un d’entre nous doit porter ces documents à notre maître ! L’avenir de Naggarond en dépend.
-- Allez-y seigneurs, vous êtes le plus aguerris, nous retiendrons ces damnées créatures. Dit l’un des acolytes.
Mais Zlanek avait des états d’âme (ce qui était plutôt inhabituel pour un chef druchii, en particulier quand il s’agit de subalternes). Hésitent un court moment, il prit sa décision.
-- Mes frères, vous avez gardé votre honneur jusqu’à la fin. Que Khaine vous mène au panthéon de nos aïeux. Dans des milliers d’années nous parleront encore des Elakers, les quatre ombres qui ont sauvé Naggaroth. Mes amis, je vous fais le serment que votre bravoure figurera dans les plus grandes légendes.
-- Courrez, maître !
L’alarme donnée, les orque s’étaient à présent réveillés, armés et rassemblés. Ils formaient un groupe d’une dizaine de survivants. Les ombres se tournèrent face au danger, dagues et lances déployées, prêtes à renvoyer ces créatures dans les ténèbres dont jamais ils n’auraient dû sortir. Mais étrangement les orques ne semblaient pas attaquer. Alors les Elakers entendirent le grincement caractéristique d’une grille de fer. La seconde qui suivit, les orques s’écartèrent pour laisser place à des créatures hargneuse, enragées et incontrôlables. Les squigs se ruèrent sur le groupe qui n’avait aucune chance face à ce flot de vermines enragées mais à aucun moment ils ne songèrent même à fuir. Leur chef venait de partir et avait déjà disparu.
Il courait, il courait alors qu’il savait que ses compagnons se battaient et se sacrifiaient pour lui laisser la vie. Plusieurs fois une idée lui traversait l’esprit, l’idée d’aller secourir ses camarades mais à chaque fois il songeait à sa terre dont le sort reposait peut-être sur lui.

Quand il arriva à la grande citée, il ne pouvait réprimer, malgré son corps qui le torturait et la faim qui tenaillait son estomac, son sentiment d’admiration et d’émerveillement envers la capitale qui a vu la naissance de cette puissance incontournable qu’est aujourd’hui la civilisation Druchii. C’était l’aube, c’est le moment ou les nuages rouges sang laissent peu à peu gagner du terrain à la couleur violette du ciel de ces contrées assombries. La citée était sur le col de deux montagnes qui faisaient penser à des fourches qui tentent de déchirer le ciel.
Le voyage touchait à sa fin et ce fut un grand réconfort pour Zlanek d’avoir revu sa bien-aimée citée avant de rendre à son tour son dernier souffle. Il se dirigeât directement au palais de son maître. Mais quand il eût arrivé, il le trouva vide, en ruine. Il ne comprenait pas ce qu’il s’était passé. Il décida donc d’aller directement à la cour de Malékith.
A l’entrée du temple-forteresse, les gardes l’empêchèrent d’entrer.
--Ou comptes-tu aller ainsi vêtu, vagabond ?
--Je me nome Zlanek, fils du grand Cranezka et je t’ordonne d’aller quérir ton supérieur car je ne suis autre que le serviteur du chef de l’ordre des Ombres nommé Craztal et j’ai un message qui pourrait changer le destin de notre civilisation.
--Saisissez-le ! S’exclama le chef de la garde.
Les gardes se ruèrent sur l’individu, lequel trancha d’un coups la gorge de trois de ces elfes. Les assaillants se stoppèrent net.
--Soit, je me rendrais là ou tu le désires mais j’irais selon mon bon vouloir. Je te jure que je ne tenterais pas de m’enfuir car je n’ai rien à me reprocher et je dois absolument rester en vie pour l’avenir même de cette citée car je détient des informations de la plus grande importance.
Il restait calme bien qu’il ne comprenait pas pourquoi les gardes le traitèrent de la sorte.
--Ouvrez les portes ! cria la chef de la garde .
Il entra encadré des gardes, chef de ces derniers en tête.
Un homme somptueusement vêtu se présentât et parla un moment avec le squale et au bout d’un moment dit :
--Qu’on l’emmène dans une cellule, qu’on lui donne à manger et des nouveaux vêtements avant de le présenter au roi sorcier.
Ses souhaits furent exaucés et l’ors qu’il fût amené devant Malékith, il ne savait pas les raisons de son enlèvement. Il n’osait regarder son seigneur au visage mais apercevait à la base de son trône abondamment sculpté, des têtes de morts, encastrées dans le bois massif, qui pleuraient du sang, lequel s’écoulait dans deux petits caniveaux de part et d’autre le la sale. Aux côtés de Malékith se tenait, debout, le chef de sa garde noire réputé pour son efficacité et sa cruauté, il exerçait également la fonction de conseiller au près du Roi Sorcier. Il était vêtu d’apparats luxueux ornés de milles motifs dorés.
Le roi sorcier ne bougea pas mais sa voix s’échappait de dessous son masque d’or sombre.
-- Ainsi tu appartient à la caste de celui que l’on appelle Craztal.
Sa voix était grave, glaciale et lente.
-- Mon seigneur, dit Zlanek en s’agenouillant, oui, j’affirme être son serviteur et j’ai un message à vous faire parvenir, un message qui pourrait vous importer autant qu’à tous les habitants de cette cité.
--Tout d’abord, saches que ton maître a été exécuté ainsi que tous ses acolytes. Il a été jugé coupable de trahison pour s’être détourné de son dieu Khaine, il pratiquait en secret le culte de slanesh, à présent, sa voix respirait la haine et la colère. Tu es toi-même certainement le dernier de ses disciple. Mais peut-être survivras-tu si tu sais être digne de ma rarissime clémence. Bien, fais moi part de ton capital message.
--Mon seigneur, il n’y est de plus fervent serviteur que ma modeste personne envers le seigneur de toute les créatures de ce monde. C’est la raison pour laquelle je jure que j’ignorais les infâmes activités de mon ancien maître devant le grand Khaine lui-même et que mes paroles ne feront que relater des faits passé sans aucune déformation de la réalité d’aucune sorte.
L’ombre lui comtat l’histoire sans modification car sa foi en Khaine était inébranlable.
Lors de ces révélation, des chuchotements s’élevèrent de la grande sale tel des insecte grouillant, des chuchotements qui cessèrent tout à coups lorsque Malékith fit un léger signe de la main. Il semblait rester de glace. En effet, au fil des millénaires, sa mère, la légendaire Morathi lui apprit que quand on est confronté à un problème, il faut le résoudre et que s’il voulait être le plus craint, le plus intelligent et le plus brillant des seigneurs qui n’avaient jamais existé, il ne fallait en aucune façon faire intervenir ses sentiments, jamais.
Au bout de quelque minutes, il finit par se lever, empoigna son épée, symbole de sa tout puissance.
L’assemblée entière retint son souffle ainsi que l’ombre, baissant la tête toujours à genoux aux pieds de son seigneur.
--Frères Druchiis (le roi-sorcier commençait souvent ses grandes déclaration de cette façon). Durant des millénaires nous avons contré nos ennemis, nous les avons toujours aisément vaincu lorsqu’il s’agissait de défendre notre terre que nous avons fondé ensemble. Mais aujourd’hui, cela semble être différant. En effet, des rapports d’activité inhabituelle chez ces immondes créatures vertes m’ont été rapportés depuis environ un an et aujourd’hui, ce druchii confirme mes soupçons : les troupes orque se rassemblent pour tenter de piller nos cités. Quand à toi honorable Zlanek, tu es un homme de parole, aussi je te laisserais vivre et je te ferais privilégier en te nommant Grand général des éclaireurs et des troupes d’élites ; mais prends garde à toi, le dernier en titre a fait une erreur condamnant nombre de ses guerriers à la mort et l’a payé de sa vie, ce n’est pas chose facile mais c’est un grand honneur, puisses-tu t’en montrer digne.
Sur ce, le roi s’en alla et sortit par une petite porte au fond de la sale. Quand la porte se referma, l’assemblée silencieuse se mit à bouillonner à nouveau.

Durant les mois qui suivirent, les citoyens furent réquisitionnés, armés et entraînés. Zlanek prit connaissance de l’état des troupes d’élites et d’éclaireurs. Elaborant des stratégies différentes à adopter lors des batailles pour chaque types de contrées, montagneuses, de pleines et même quelques manœuvres de mer (on a déjà vu des orques parcourir les mers même s’ils ne sont pas de très bons navigateurs).

Les citées semblaient prête quand les premières hostilités débutèrent. Un convois de surveillance druchii a été balayé par une armé orque assez importante, ils semblaient se diriger vers la capitale. Des ombres les surveillèrent et les virent changer de direction. Ils se dirigeaient à présent vers une petite citadelle à quelques miles de Naggarond. Quand les ombres le relatèrent à Zlanek (elles avaient reçu l’ordre de rendre les rapports jugés important par leur commandeurs directement au général des éclaireurs), ce dernier leur imposa de les harceler comme savaient si bien le faire les ombres. Un tiers de l’armée orque fut décimée sans que les druchiis n’aient à déplorer une seule perte et quand ils arrivèrent aux portes de l’avant-poste ou l’armée elfe noirs s’était réunie, les peaux vertes furent décimés avant la fin du jour seul les déserteurs et les chefs orque qui s’étaient gardés d’aller en première ligne et qui avaient sacrifié la moitié de leur armée pour fuir survécurent.
Durant les mois qui suivirent, de pareilles batailles ne cessèrent de s’enchaîner. Les généraux écrasés sous le poids des assassin légers comme l’air. L’air qui virevoltait sous le passage des carreaux des arbalètes et des baliste à répétition dont la précision meurtrière et leur légendaire puissances avaient parcouru les terres du vieux et du nouveau monde.
Les grands généraux druchiis, habituée à la stupidité de orques furent grandement surpris quand ils s’aperçurent qu’ils avait fait une erreur. Il crurent que les orques s’étaient découragés et étaient repartis en leurs terre. On commençai même à organiser la contre-attaque. Mais on repéra ensuite un impressionnant rassemblement de peau verte. A vrai dire, toutes les forces restantes étaient présentes. On décida alors d’attaquer cette armée mais pas par surprise… Ce serait l’occasion d’asseoir la victoire des druchiis lors de la grande attaque de Grom, chef des orques, le fou qui crut pouvoir ébranler le royaume du roi sorcier. Malékith avait envoyé un esclave porte-parole aux orques pour établir un lieu et une date pour la bataille finale. Ainsi ce conflit devait s’achever dans deux lunes, dans la pleine de Raz-garath ( l’esclave ne survécut à la transaction ).


Dernière édition par le Dim 29 Jan 2006 - 12:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'Exécuteur
Héraut
avatar

Nombre de messages : 158
Age : 27
Localisation : Sur mon dragon, survolant Nîmes
Date d'inscription : 12/11/2005

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] La grande bataille de Naggaroth   Dim 29 Jan 2006 - 12:40

La suite

La lune, haute dans le ciel, les nuages noirs sur un ciel si sombre, les grandes montagnes au loin dessinant des formes noires et pointues, une plaine aride froide et désertique : ce sont les contrées de Nagaroth, les terres du roi sorcier craint de tous excepté d’un chef orque ayant perdu la raison : le grand roi Crom, réunificateur des tributs.
Ce roi a pénétré sur les terres de l’héritier de Nagarithe et semble ne pas connaître la puissance de ce royaume.
En effet, dans sa grande insouciance, ce chef a déclaré la guerre au plus noble et aguerris des peuples : les Druchiis.

Aujourd’hui, cet orque tient son armée face à celle de Malékith, bien décidé à mettre fin à cette épopée. La lune qui était à son quart dessinait des ombres effrayante sur le sol gris et granuleux de la pleine de Raz-Garath.
Les créatures vertes étaient quatre fois plus nombreuses que les assaillis.

Les deux armées gigantesques étaient à peut près éloignées de deux cent mètres.
Grom s’avançât jusqu'à la moitié de la longueur. Malékith fit de même.
Ils échangèrent quelques paroles :
« -je te laisse le choix de te retirer ou de combattre. dit Grom de son air le plus menacent. Nous savons tout les deux que toi et ton armée est vouée à l’échec, n’est-ce pas ?, à présent il ricanait.
-Pauvre fous. Répondit simplement le chef des elfes noirs en lui tournant le dos.
-Tu viens de te condamner toi et ton peuple à la mort ! » s’écriât Grom.
Malékith s’en fut vers ses loyaux sujets pour enfourcher habilement Séraphon, son grand dragon noir, premier d’une grande lignée. Le roi Grom fit de même avec sa vouivre, fous de colère, ce dernier hurla la charge.
De ses rangs surgirent une grande clameur propre à celle des orques, la grande Waag.
Cependant ceux de Malékith ne bronchèrent pas, ne bougèrent pas.
Ses rangs étaient composés de centaines de valeureux guerriers mais aussi de chevaucheur de ces effroyables sangs froids lesquels commençaient à s’agiter. Les furies venaient de finir le rituel du chaudron de sang. Quelques balistes à répétition meurtrières étaient les côtés de l’armée. Des exécuteurs étaient postés sur ordre de Malékith sur les flancs, non loin des balistes. Nul ne connaissaient les plants de leur chef mais nul n’avaient foi en leur seigneur.
Deux ombres revenaient faire leur rapport de mission à Zlanek qui fit suivre l’information à Malékith. Il en informât ses généraux qui sourirent cyniquement avant d’exécuter les ordres du prince.
Le corps de la garde noire était dirigée par Malus Darkblade, le plus cruel des Druchiis
Les mystérieuses harpies étaient exceptionnellement dressées et dirigée par la toute aussi énigmatique Morathi montée sur Sulphet, son pégase noir, qui est aussi mère et conseillère de Malékith et est aussi une des plus grande sorcière qui soit.
Malékith regardait Grom, le chef orque s’élançant vers lui devant armée, droit dans les yeux.
Ce fut à ce moment là que Maléquith fit comprendre à sa fidèle monture que cela avait commencé.
Séraphon prit une longue respiration et poussât un cri qui fit trembler les montagnes les plus anciennes et les créatures les plus craintes. C’est alors que les guerriers de Malékith comprirent que ce ne serait pas une bataille comme les autres, c’est alors que les bannières s’élevèrent, que les lances se dressèrent, que les cœurs des guerriers s’emplirent d’une rage sans égal, que les yeux des créatures elfes noires scintillèrent reflétant leurs soifs de combattre. A présent l’armée adverse était toute proche. Lors du contact, Malékith lui-même, le plus cruel des guerriers de ces terres fut surpris par la violence de ses sugets, la violence lors de la rencontre entre les fers des chevaliers sur sang froid pourfendant les corps verdâtres, les exécuteurs fracassant les boucliers des orques, sa monture broyant plusieurs dizaines de ses assaillants d’un coups de sa mâchoire colossale. Le sang jaillissait des gorges ouvertes, des corps écrasés sous les griffes et sabots. Les furies se jetant sur les ennemis avec une rage et une colère jamais égalée. Les cris étaient assourdissants les cris des mourants, des guerriers qui étaient à présent dans une transe et une fureur effrayante, alimentée par les enchantements de dame Morathi et des ses acolytes. A présent, Malékith compris que jamais aucun peuple ne marchera sur Naggaroth, jamais les elfes noirs ne se laisseront chasser sans prendre les armes. Jamais il n’y eu bataille plus sanglante, plus meurtrière que celle qui ravageât la pleine de Raz-Garath, autrefois verdoyante mais aujourd’hui une terre baignée dans sang maléfique ayant reçut autant d’influence magique ne sera jamais fertile. Elle ne sera jamais plus qu’un désert aride et glacial, tout comme le reste des terres appartenant au Roi Sorcier dont le royaume fut sauvé grâce aux légendaires Elakers, commandés par le grand Zlanek, l’un des plus grands guerriers de ce temps qui figure encore dans les légendes.


L'exécuteur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lelfe_solitaire
Noble
avatar

Nombre de messages : 408
Localisation : cherche bien tu trouveras
Date d'inscription : 26/02/2005

Feuille de personnage
Nom: Cralith
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] La grande bataille de Naggaroth   Dim 29 Jan 2006 - 13:50

Franchement j'ai passé un bon moment!
Super histoire!
Juste les paroles de l'orck normalement sont moins bien faites genre
-jte lais le choi de te r'tirer ou de kombatre etc...
Car ils sont débiles les orks.
Mais sinon c'est excelent bravo à toi.


L'elfe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'Exécuteur
Héraut
avatar

Nombre de messages : 158
Age : 27
Localisation : Sur mon dragon, survolant Nîmes
Date d'inscription : 12/11/2005

Feuille de personnage
Nom:
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] La grande bataille de Naggaroth   Lun 30 Jan 2006 - 17:55

Merci de ton entousiasme.
Mais je me suis rendu compte de plusieurs fautes apprès coups
Donc je vais le modifier légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Dark Soul
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 774
Localisation : Les Havres Gris (port Normand gris béton)
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: [Recit] La grande bataille de Naggaroth   Lun 30 Jan 2006 - 18:58

Je n'ai pas beaucoup de temsp, alors je vais voir si je peut l'imprimer et le lire plus tard.
Je te dirais demain. En tout cas, je te félicite pour ta motivation, ce récit me parait assez long :thumright:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalek Sombrelame
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 229
Localisation : La mort peut etre partout...
Date d'inscription : 17/02/2006

Feuille de personnage
Nom: Dalek Sombrelame
Rôle:
Postures:

MessageSujet: Re: [Recit] La grande bataille de Naggaroth   Ven 3 Mar 2006 - 21:47

C'est bien!Super!Mais je suis d'accord pour le parler ork!! **yeha**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Recit] La grande bataille de Naggaroth   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Recit] La grande bataille de Naggaroth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la grande bataille
» [Quête] La grande bataille ...
» Vidéo Grande Bataille Warhammer
» 1595 - Bataille de Fontaine-Française
» [Jeu | Un post par jour par personne] La grande bataille: Filles vs Garçons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ulthuan vs Naggaroth :: Art et histoire elfique :: Background et récits-
Sauter vers: